Malgré les prix de l'énergie, Mérigous Porcelaine muscle sa capacité de production – La Tribune Bordeaux

Partager :
Opérationnel depuis cet été, le nouvel atelier de fabrication de Mérigous Porcelaine s’étend sur 500 m2, à côté de son usine de Feytiat (Haute-Vienne). Dédié à la production de porcelaine sur-mesure, il répond à un marché qui tend à progresser. Dans cette entreprise familiale créée en 1954 et reprise par les deux petits-fils, un nouveau cap est franchi. “Nous travaillons principalement en sous-traitance pour diverses marques françaises et européennes de la décoration intérieure ayant un positionnement haut de gamme”, précise Thomas Mérigous, cogérant de l’entreprise. “Mais ce ne sont pas non plus des acteurs du luxe”.
Lire aussiLe groupe Rioland implante une maroquinerie en Creuse avec 300 emplois à la clef

Dès qu’ils ont succédé à leur mère en 2016, Thomas et Alexandre songeaient à pousser les murs. Une opportunité s’est présentée avec un bâtiment disponible sur la parcelle attenante, un investissement d’un million d’euros dont la moitié en équipements de production. “Nous avons gardé l’ossature, fait barder, isoler ce hangar et poser des sols en résine et nous avons aménagé un bureau et des locaux sociaux pour les huit salariés”, énumère-t-il. “Nous avons acheté trois fours chez Cerinnov, une calibreuse et deux carrousels de moulage d’occasion dénichés en Europe qu’on a reconditionnés. Il fallait que les deux chaînes de production soient autonomes de A à Z pour une meilleure productivité. Tout ce qui était fabriqué ici l’était dans l’usine à côté il y a six mois.”
Depuis une dizaine d’années, l’entreprise répond à des marchés en marge de son cœur de métier avec la fabrication d’objets de décoration, luminaires, pots à bougies, flacons et quelques pièces pour les arts de la table (plats, tasses, bols…). Il devenait urgent d’ouvrir une deuxième ligne de fabrication pour augmenter la productivité.
“Le sur-mesure représente aujourd’hui 15 % de notre chiffre d’affaires avec 30.000 à 40.000 pièces par an mais le potentiel de croissance sera proche de 100.000 en 2027, soit quasi le triple”, anticipe-t-il. “L’usine a été dimensionnée pour ça et on pourra ajouter un four si besoin. Nous avons pensé le projet évolutif avec une parcelle disponible de plus 2.000 m2 sur l’arrière.”
Lire aussiAvec du made in France dans ses chaussettes, la Maison Broussaud modernise sa production (1/4)

Ce nouvel atelier a permis de créer quatre emplois contre trois postes et demi dans la configuration précédente. Si la conjoncture se maintient, l’effectif passera à dix ou douze salariés d’ici cinq ans. “Nous avons une visibilité de trois mois ce qui est bien dans notre métier”, remarque-t-il. L’effectif total est de 34 salariés (plus quatre intérimaires) pour un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’euros en 2021. “Une année presque record liée au marché des grandes surfaces de bricolage qui ont bien fonctionné durant le Covid car les gens ont beaucoup bricolé”, constate-t-il. “Aujourd’hui, les coûts des matières premières s’envolent avec +20 % pour la pâte en un an, c’est le cas pour l’énergie, les accessoires et l’emballage.”
Cette flambée générale des prix inquiète le dirigeant qui a multiplié par 1,5 sa capacité de cuisson grand feu (1.400 °C) de même pour la cuisson dégourdi et décor (980 °C). Dans ses deux ateliers tournent désormais cinq fours électriques et trois au gaz.
“Forcément, cela fait de la consommation supplémentaire. Le prix de l’énergie a été multiplié entre trois et six sur un an, cela a un impact que nous sommes obligés et contraints de répercuter sur nos produits. Pour continuer à conserver nos marges qui nous permettent d’exister, nous ferons passer une revalorisation tarifaire plus importante que les autres années au 1er janvier”, témoigne le dirigeant.
Lire aussiPME, collectivités locales : un « amortisseur énergie » au goût d’usine à gaz budgétaire

La fabrication de pièces en porcelaine nécessite un process industriel très énergivore qui doit respecter des cycles de cuisson garantissant une qualité optimale. Autant dire que les marges de manœuvre sont nulles ou presque. “Nous ne pouvons pas modifier ces cycles de cuisson qui varient entre 10 heures et 14 heures à 1.400 degrés cinq jours sur sept”, précise-t-il. “Nous cuisons déjà la nuit en heures creuses et nous ne faisons jamais partir un four au trois quart plein, ils sont pleins à 100 % ! Tout ce qu’il y a à mettre en place pour rationaliser la consommation d’énergie a déjà été fait.”
Ses nouveaux fours sont cependant moins énergivores. Au final, sa crainte est de fabriquer des produits qui pourraient être jugés trop onéreux. “Nos concurrents n’ont pas le même process de fabrication et les clients pourraient se détourner vers d’autres matières comme le fer forgé, le zinc, le laiton, l’aluminium ou le bois”, redoute-t-il. Afin que les produits de sa marque soient plus visibles, il a prévu d’ouvrir un site de e-commerce début 2023.
Lire aussiPresque 10% des dirigeants de TPE/PME envisagent d’arrêter leurs activités à cause du tarif de l’énergie

Partager :
Du lundi au vendredi, à 19h, recevez l’essentiel de l’actualité de la
région Nouvelle Aquitaine
Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.
Pensez à vérifier vos courriers indésirables.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune
Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter Nouvelle Aquitaine
Sujets les + lus
|
Sujets les + commentés
1
revue T Le Train négocie l’acquisition de rames d’occasion et retient un constructeur pour du neuf
2
revue T Agrivoltaïsme : les ombrières solaires, en plein essor, sont discutées au Parlement
3
revue T Nucléaire : la Gironde accueillera-t-elle deux EPR à la centrale du Blayais ?
4
revue T RER métropolitain : après les annonces de Macron, Bordeaux attend les financements
5
revue T À l'étroit, le MIN de Bordeaux Brienne songe à s'agrandir et se diversifier
1
revue T Bordeaux-Orly : la Métropole et la CCI demandent à nouveau le retour de cinq navettes quotidiennes (7)
2
revue T API s'allie à Carrefour pour ouvrir 600 supérettes autonomes en zone rurale d'ici à cinq ans (6)
3
revue T Vins de Bordeaux : le CIVB crée le malaise en suspendant la cotation des vins en vrac (3)
4
revue T Vote électronique : V8te réunit 550.000 euros pour affirmer sa solution en Europe (1)
5
revue T Wiidii et son assistant numérique visent un pas de géant en 2021 (1)
Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

source
https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE