Le Green Brief : premier échec des Tchèques ? – EURACTIV France

Économie
Monde
Planète
Politique
Société
Par : Frédéric Simon, Kira Taylor, Nikolaus J. Kurmayer, Paul Messad et Valentina Romano | EURACTIV.com | translated by Anna Martino
30-11-2022 (mis à jour: 30-11-2022 )
Abonnez-vous au Green Brief d’EURACTIV, qui vous donnera un aperçu des dernières actualités en matière d’énergie et d’environnement dans toute l’Europe.
Langues : English

Bienvenue sur le Green Brief d’EURACTIV. Vous y trouverez les dernières actualités en matière d’énergie et d’environnement en provenance de toute l’Europe. Vous pouvez vous abonner à la newsletter hebdomadaire en cliquant ici.
Jeudi dernier (24 novembre), les ministres de l’UE se sont à nouveau réunis pour faire face à la question apparemment éternelle de savoir comment résoudre la crise énergétique qui fait rage en Europe depuis 17 mois.
Lors de cette réunion, des mesures essentielles pour protéger la sécurité énergétique ont été adoptées en principe, mais leur adoption a été reportée au moment où un accord sur un nouveau plafonnement du prix du gaz pourra être négocié.
Lors de la conférence de presse qui a suivi, le ministre tchèque Jozef Sikela, qui présidait la réunion, a expliqué ce qui s’était passé en disant que le « champagne » — qui représente des mesures telles que le renforcement de la solidarité et l’accélération des autorisations pour les énergies renouvelables — était dans le réfrigérateur, mais qu’il n’avait pas encore été ouvert.
Métaphore intéressante dans un contexte de hausse du coût de la vie…
L’argument de M. Sikela était que la proposition de plafonnement des prix devait être considérée comme faisant partie d’un ensemble de mesures, une position logique puisque le plafonnement avait été initialement mentionné en même temps que les mesures de solidarité.
Cependant, pour un observateur occasionnel, il semblerait que les autres mesures d’urgence serviront d’otage aux pays favorables au plafonnement des prix tant que ces derniers n’auront pas obtenu ce qu’ils veulent.
C’est la première fois que les Tchèques quittent une réunion sans les mesures d’urgence qu’ils comptaient faire passer. Bien qu’il y ait eu des contretemps auparavant, comme le rejet d’un objectif obligatoire de réduction de la demande de gaz, les Tchèques ont toujours réussi à négocier un accord.
« Même le conseil “Mission impossible” de juillet a pu être adopté. Ils n’ont même pas eu besoin de Tom Cruise », a plaisanté un diplomate européen qui s’adressait à EURACTIV.
Le Conseil de juillet a traité de la proposition visant à réduire la consommation de gaz. Toutefois, d’autres mesures pour lutter contre la crise deviennent désormais plus difficiles à faire approuver au sein du Conseil des ministres de l’UE, qui compte 27 membres.
Depuis octobre 2021, il y a eu 12 réunions des ministres européens de l’Énergie, dont sept sous la présidence tchèque.
Plus on adopte de mesures, plus les solutions se raréfient. Les fruits à portée de main ont déjà été cueillis. Le stockage du gaz était une évidence. Les économies d’énergie aussi. Et peu de pays auraient refusé l’occasion de recycler les superprofits des entreprises énergétiques en faveur d’électeurs potentiels.
Aujourd’hui, l’Union européenne fait les fonds de tiroir pour trouver d’autres solutions rapides. À un moment, toutes les mesures seront épuisées et l’UE devra simplement affronter la tempête du mieux qu’elle peut.
Les conseils Énergie en eux-mêmes ne résoudront pas la crise énergétique, et les mesures adoptées ne pourront pas non plus s’attaquer à la racine du problème de la pénurie de gaz, quelle que soit la pression exercée pour de nouvelles solutions brillantes.
Par ailleurs, l’UE doit non seulement mettre fin à la crise, mais elle doit également veiller à ce que les mesures qu’elle prend n’aggravent pas la situation.
Le plafonnement du prix du gaz est un obstacle sur la route. Il a éclipsé toutes les décisions relativement faciles déjà prises et la ligne de fracture entre ceux qui le veulent et ceux qui ne le veulent pas est claire.
Reste à voir comment ce fossé pourra être comblé. Les pays les plus opposés au plafonnement des prix l’ont déjà condamné, tandis que les pays favorables ont déclaré que le niveau du plafonnement était si élevé qu’il était totalement inutile.
Il sera déjà assez difficile de trouver un accord, mais il s’agit aussi d’une course contre la montre. L’hiver vient. La nécessité de remplir les réservoirs de gaz pour 2023 est pressante. Les énergies renouvelables restent coincées dans de longues procédures d’autorisation. Les autres mesures d’urgence, bloquées par le plafonnement, pourraient apporter un réel changement.
Les Tchèques doivent maintenant relever leur plus grand défi mathématique et politique : obtenir une majorité qualifiée et rallier à leur cause le plus grand nombre de pays possible. En même temps, le plafonnement des prix doit éviter de porter atteinte à la sécurité d’approvisionnement, faute de quoi il ne fera qu’aggraver la crise énergétique.
Reste à savoir si le plafonnement du prix du gaz fera l’objet d’un accord lors du prochain conseil d’urgence en décembre, puisqu’il s’agit de la clé pour débloquer les autres mesures vitales.
(Kira Taylor | EURACTIV.com)
La Commission européenne devrait proposer, mercredi (30 novembre), une nouvelle loi pour lutter contre les déchets d’emballage avec des objectifs de réutilisation revus à la baisse en raison des protestations de l’industrie.
L’Allemagne et la France semblent avoir mis de côté leurs divergences concernant la réglementation sur l’hydrogène renouvelable et à faible teneur en carbone dans le cadre d’efforts plus larges visant à apaiser les tensions latentes entre les deux pays.
Les États membres de l’UE n’ont plus beaucoup de temps pour se mettre d’accord sur un plafonnement du prix des cargaisons de pétrole brut russe, après une nouvelle série de négociations infructueuses entre les ambassadeurs de l’Union européenne lundi soir (28 novembre).
Bruxelles fixe de nouveaux objectifs de stockage de gaz pour 2023. La semaine dernière, la Commission européenne a publié des objectifs contraignants concernant le niveau de stockage de gaz que les pays de l’UE devraient avoir au cours de l’année 2023 afin de garantir que l’Europe dispose d’un approvisionnement suffisant pour survivre à l’hiver prochain.
En vertu du règlement sur le stockage du gaz adopté plus tôt cette année, les stocks de l’UE devraient être remplis à 90 % d’ici au 1er novembre 2023. Les objectifs fixés pour février, mai, juillet et septembre visent à mettre les pays de l’UE sur la bonne voie pour atteindre cet objectif.
« Il est essentiel que nous commencions déjà à nous préparer pour l’hiver prochain. Nous devons minimiser l’impact des manipulations russes et des éventuelles hausses de la demande dues aux conditions météorologiques ou au marché mondial », a déclaré la commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson.
Les objectifs prévoient une baisse des niveaux de stockage de gaz entre février et mai, puis une augmentation régulière entre juillet et septembre. Bien que ces objectifs soient contraignants, les pays disposant d’un système de stockage ont une marge de manœuvre de cinq points de pourcentage.
On craint que le remplissage des stocks soit difficile en 2023, en raison des coupures de gaz russe et d’un retour potentiel de la demande asiatique, qui pourrait resserrer davantage le marché international.
(Kira Taylor | EURACTIV.com)
////
Les groupes écologistes se réjouissent des nouvelles normes de durabilité pour les entreprises. De nouveaux projets de normes de rapport sur le développement durable pour les entreprises ont été soumis le 23 novembre par le Groupe consultatif européen sur l’information financière (EFRAG), une organisation indépendante qui fournit des conseils techniques à la Commission européenne.
Les ONG ont salué l’adoption des normes européennes de rapport sur le développement durable (ESRS), estimant qu’elles représentent « une amélioration majeure » de la qualité et de la fiabilité des rapports des entreprises, avec des normes de rapport obligatoires concernant l’impact des entreprises sur les personnes et l’environnement.
Les nouvelles règles relatives à la divulgation d’informations par les entreprises sont « indispensables » pour obtenir des « rapports pertinents et fiables » concernant l’alignement des entreprises sur les objectifs climatiques et environnementaux de l’UE, leur exposition aux risques financiers liés à la durabilité ainsi que leur impact sur les personnes et l’environnement, affirment les ONG.
La Commission européenne va maintenant consulter des organismes européens tels que l’Agence européenne pour l’environnement et la Banque centrale européenne, ainsi que les États membres, sur les projets de normes, avant d’adopter les normes définitives en juin 2023.
(Valentina Romano | EURACTIV.com)
////
La Commission européenne approuve un soutien de 380 millions d’euros pour des projets écologiques. Mercredi (23 novembre), la Commission européenne a approuvé un financement de plus de 380 millions d’euros pour 168 nouveaux projets à travers l’Europe dans le cadre du programme LIFE, l’instrument de financement de l’UE pour soutenir la biodiversité et la restauration de la nature et atteindre les objectifs climatiques, énergétiques et environnementaux.
Ce financement représente une augmentation de 27 % par rapport à l’année dernière. Parmi les projets, l’un d’entre eux vise à améliorer la gestion de la biodiversité à l’échelle des villes de Tartu (Estonie), Aarhus (Danemark) et Riga (Lettonie) afin de rétablir la connectivité et d’améliorer la santé des écosystèmes. D’autres projets prévoient de soutenir l’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole et de mettre en œuvre des mesures d’atténuation du changement climatique telles que des outils innovants de surveillance des émissions de gaz à effet de serre et de restauration des tourbières.
« Le mois prochain, lors du sommet des Nations unies sur la biodiversité (COP15), tous les pays doivent convenir d’un accord ambitieux pour stopper et inverser la destruction de la nature. En Europe, nous avons déjà commencé à travailler dans cette direction et aujourd’hui, nous joignons le geste à la parole », a déclaré Virginijus Sinkevičius, le commissaire européen à l’Environnement. « Les projets LIFE créent des solutions sur le terrain pour les politiques que nous élaborons, et entraînent une profonde transformation sociétale et économique. »
(Valentina Romano | EURACTIV.com)
NOVEMBRE
DÉCEMBRE
JANVIER
Langues : English

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE