Bitcoin, Tether, Ethereum… le jeu des cryptos et du hasard qui séduit les jeunes générations – Les Échos

Très prisée des jeunes générations, la « crypto » est la plus jeune des classes d'actifs. Si elle fait une incursion remarquée dans l'univers des placements financiers et se présente sous des habits ludiques, elle n'est pas d'un abord facile. Comment éviter de succomber aux mirages de ce placement hautement spéculatif ?
Par Laurence Boccara
Est-ce le début de la fin pour les cryptos ? Avec leur image de placement magique qui permettrait de gagner vite, beaucoup et à tous les coups, ils ont fait un tabac notamment auprès de plus jeunes investisseurs. Le gros coup de semonce a déjà affecté ces marchés en mai et en juin derniers avec un sévère décrochage. L'effondrement du cours en dollars du Bitcoin donne le vertige : – 65 % depuis janvier et – 70 % sur un an glissant (au 28 novembre 2022). Et la faillite de FTX , deuxième plateforme d'échange de cryptos, dont on ne mesure pas encore toutes les retombées ne va pas contribuer à faire remonter les cours.
Ceux qui souhaitent néanmoins se lancer dans ce nouvel univers fondé sur la technologie de la blockchain doivent le faire avec un maximum de précautions.
Les difficultés rencontrées par les investisseurs, qui voient bloquées des sommes investies sur des livrets cryptos, pourtant présentés comme liquides, illustrent les risques assortis à ce placement. Il ne faut donc y investir des sommes dont on n'aura pas besoin à court ou moyen terme et même se dire que l'on est prêt à les perdre. D'ailleurs, cette volatilité exacerbée ne devrait pas retomber : « la cryptomonnaie reste encore considérée comme un actif spéculatif utilisé par des investisseurs professionnels », explique Vincent Boy, analyste de marché chez IG France.
Ce dernier indique que la tendance baissière pourrait encore se poursuivre dans les prochains mois. « Le poids des cryptoactifs dans les placements financiers ne doit jamais dépasser 2,5 % à 5 % », rappelle Malek Ziane, conseiller en gestion de patrimoine et fondateur du cabinet Noun Partners.
Il existerait plus de 20 000» cryptomonnaies» accessibles sur le Net. Elles, naissent et disparaissent chaque jour. Large, ce choix s'avère complexe. Personne ne sait quel sera l'avenir d'une « cryptomonnaie » et encore moins son cycle de vie.
Comme pour n'importe quel placement où la visibilité est limitée, une règle de base s'impose : ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier. Cette parade permet de limiter le risque en diversifiant ses positions sur différentes monnaies de préférence les plus liquides.
A côté du bitcoin, beaucoup d‘autres « monnaies » virtuelles sont répandues comme l'Ether, le Tether, le XRP, le USCoin, le Litecoin ou le Nem. Si le choix et le suivi de cet investissement deviennent trop chronophages ou éprouvants, de plus en plus de plateformes proposent des mandats de gestion « clefs en main » avec une allocation d'actifs type, répartie sur plusieurs « monnaies » selon son profil de risque. Néanmoins, les cours de ces différents actifs sont généralement corrélés. En la matière, la diversification a ses limites…
Le marché des cryptos étant loin d'être un long fleuve tranquille, une stratégie prudente et mesurée consistera à investir progressivement en plaçant de petites sommes. En respectant cette ligne de conduite on achète à différents niveaux de marché ce qui permet de lisser le prix d'entrée.
Ceux qui ont les nerfs les plus solides peuvent éventuellement profiter des creux de marché pour se renforcer. Plusieurs plateformes proposent des applications permettant d'investir de très petits montants en crypto. Cette « épargne » se base sur les arrondis en centimes (à l'euro supérieur) aux achats réalisés avec sa carte de paiement.
Internet est le terrain de jeu idéal pour les escrocs en tous genres et notamment en matière de placements financiers. Les propositions d'investissement en cryptos pullulent et promettent des rendements mirobolants. Même si dans un marché baissier, ces offres sont moins crédibles, il convient de rester de marbre face un discours commercial bien rodé.
Livret A : 5 questions pour comprendre pourquoi son taux fait une pause
Placements : les astuces des applis pour séduire les jeunes
Pour proposer d'acheter ou de vendre en ligne des cryptoactifs et de les conserver, une plateforme doit être obligatoirement enregistrée auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) qui lui aura accordé le statut de « Prestataire de services sur actifs numériques » (PSAN). Il en existe actuellement un peu plus d'une cinquantaine en France.
Régulièrement actualisée, cette liste d'opérateurs autorisés est accessible sur le site de l'AMF.
Autre mise en garde : fuyez les plateformes proposant d'investir gagnant dans des produits dérivés en cryptoactifs. Les arnaques sont nombreuses. Dès lors qu'elle est informée d'actions frauduleuses et des pertes financières subies par les épargnants, l'AMF met à jour sa liste noire des plateformes illégales qui compte déjà plus de 100 noms. Cette dernière est accessible sur son site. En cas de doute ou de question, « Epargne Info service » est joignable au 01 53 45 62 00.
Laurence Boccara
Tous droits réservés – Les Echos 2022

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE