Après la Shoah, les « tribunaux d’honneur » de survivants jugent des survivants – The Times of Israël

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux survivants de la Shoah en Europe et en Israël ont été pris d’un besoin viscéral de vengeance. Certains se sont tournés vers des « tribunaux d’honneur » improvisés pour que justice soit rendue.
Créés au sein des communautés juives reconstituées et des camps de personnes déplacées, ces tribunaux n’avaient aucune juridiction en dehors de la communauté juive.
Actifs jusqu’en 1950, ces tribunaux autoproclamés ont prononcé des peines allant de l’interdiction d’exercer une fonction publique au bannissement de la communauté.
Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info Inscription gratuite !
« Les tribunaux jugeaient des survivants accusés d’avoir agi de manière immorale envers d’autres Juifs et d’avoir prétendument aidé les nazis dans leur génocide », a déclaré l’historienne Laura Jockusch, qui a parlé des tribunaux d’honneur lors d’un événement virtuel du Mémorial de la Shoah des États-Unis, le 26 octobre.
Les estimations du nombre de « collaborateurs » présumés jugés varient, mais la communauté juive de Pologne a ouvert 175 dossiers et a poursuivi 25 Juifs accusés de collaborationnisme.
Dans les camps allemands de personnes déplacées, où vivaient des milliers de survivants, les autorités américaines ont autorisé des tribunaux d’honneur et des commissions pour les « Juifs libérés » afin d’ « excommunier les collabos fugitifs de la communauté juive », a déclaré Jockusch.
Les historiens estiment que jusqu’à 200 personnes ont été jugées.
« Les survivants de la Shoah étaient largement convaincus que les dirigeants communautaires et les Juifs contraints de travailler pour les nazis dans les ghettos et les camps avaient agi au détriment de leurs compatriotes juifs », a déclaré Jockusch, qui a co-édité Jewish Honor Courts : Revenge, Retribution, and Reconciliation in Europe and Israel after the Holocaust (« Tribunaux d’honneur juifs : Vengeance, rétribution et réconciliation en Europe et en Israël après la Shoah »), publié en 2015.
Selon Jockusch, il y avait trois groupes de personnes poursuivis devant les tribunaux. Le plus souvent, il s’agissait d’anciens kapos qui avaient surveillé leurs compatriotes juifs dans les camps de concentration, ainsi que d’anciens membres des forces de milice juives installées dans les ghettos.
« Ces personnes auraient bénéficié de positions privilégiées et auraient eu le pouvoir de sauver des Juifs, mais n’auraient pas réussi à le faire », a déclaré Jockusch, professeure d’études sur la Shoah à l’université Brandeis.
Moins fréquents que les kapos – ou officiers de police – les anciens membres du Judenrat (Conseil juif) étaient parfois convoqués devant des tribunaux pour leur rôle dans l’application des ordres allemands donnés dans les ghettos.
Parmi les principales accusations, citons les violences physiques et verbales, le vol et le fait de « causer de la détresse » en utilisant un langage désobligeant, a expliqué Jockusch.
Les tribunaux suivaient les pratiques juridiques courantes, telles que la présomption d’innocence des accusés jusqu’à ce que le contraire soit prouvé et l’autorisation de comparution de témoins des deux parties.
Loin d’être des tribunaux autoproclamés – ils exigeaient une enquête approfondie avant de prononcer une sentence.
L’un des principes défendus par la plupart des tribunaux d’honneur était que les survivants qui avaient servi comme kapos – ou comme membres de la police du ghetto – par exemple, n’étaient pas automatiquement déclarés coupables.
« Ce qui importait, était la façon dont ils assumaient leur rôle », a déclaré Jockusch, qui estime que le terme « collabo » ne devrait pas s’appliquer aux victimes juives du nazisme.
« Même les Juifs qui ont révélé les cachettes d’autres Juifs ne s’identifiaient pas forcément au projet nazi de construire un monde sans Juifs », a déclaré Jockusch.
Les tribunaux d’honneur ont permis à certains suspects de « blanchir leur nom », tandis que d’autres ont été poursuivis et punis pour des « transgressions morales » perpétrées durant les années de guerre, a déclaré Jockusch.
« Certaines actions des prisonniers étaient un choix avéré », a déclaré Jockusch, faisant référence aux fonctionnaires juifs qui ont abusé de leur pouvoir au détriment de leurs compatriotes juifs.
Sur les photographies prises à l’intérieur des tribunaux d’honneur dans les années 1950, les réunions semblaient résolument informelles. Sur l’une d’elles, cinq membres élus du tribunal et un secrétaire de séance sont assis autour d’une table, sous la célèbre photographie de Théodore Herzl, dont la fille est morte dans un camp de concentration nazi.
L’apparence calme de ces procédures improvisées dissimulait, en réalité, les émotions qui bouillonnaient dans de nombreuses communautés juives.
Pour certains survivants, a expliqué Jockusch, « la poursuite de la justice faisait partie du devoir de mémoire des membres de leur famille assassinés par les nazis ».
En Israël comme en Europe, les dirigeants communautaires craignaient qu’une « justice privée » soit mise en place, c’est-à-dire que les survivants prennent les choses en main. Les tribunaux étaient un moyen pour les gens d’exprimer leur colère et de demander justice sans recourir à la violence.
« Pendant la guerre, la résistance juive en Europe de l’Est a assassiné plusieurs fonctionnaires du Judenrat, des policiers de ghetto et des informateurs, tandis que les détenus des camps de concentration ont parfois tué d’anciens kapos brutaux qui avaient été dépouillés de leur autorité par les Allemands », a écrit Gabriel N. Finder, qui a co-édité Jewish Honor Courts avec Jockusch.
« Après la Libération, il y avait des survivants qui voulaient régler leurs comptes avec les collabos juifs encore en vie », a écrit Finder.
Dans les années 1950, en Israël, des dizaines de survivants ont rencontré leurs anciens kapos dans des bus, des restaurants et autres lieux publics.
« Ces rencontres fortuites ont suscité des sentiments extrêmes chez certains survivants », a déclaré Jockusch.
« Les tribunaux d’honneur montraient la colère que certains survivants ressentaient à l’égard d’autres survivants », a déclaré Jockusch. « Cette colère avait un réel potentiel de violence », a-t-elle ajouté, précisant que les tribunaux permettaient aux survivants « d’atténuer leurs sentiments de vengeance » grâce à une procédure publique.
Les peines prononcées par les tribunaux d’honneur comprenaient la suppression des avantages sociaux, la perte du droit de vote communal et l’interdiction d’occuper une fonction publique.
La punition la plus sévère, selon Jockusch, était « d’être banni de la communauté ».
Dans les camps de personnes déplacées gérés par les Américains, les tribunaux d’honneur juifs et les commissions connexes n’étaient pas autorisés à imposer des amendes ou des peines de prison. « Certains tribunaux ont enfreint cette interdiction », a déclaré Jockusch, ce qui atteste d’une demande de punitions plus sévères de la part de survivants.
Selon Jockusch, les tribunaux d’honneur constituaient « une vitrine sur la manière dont les survivants juifs d’Europe ont fait face, après la guerre, non seulement au génocide lui-même, mais aussi à la douloureuse prise de conscience que les nazis étaient parvenus à monter les victimes les unes contre les autres », a-t-elle déclaré.
« Les auteurs de crimes nazis ont manipulé leurs victimes pour les amener à collaborer et les ont forcées à se rendre complices de la destruction de leur propre communauté », a déclaré Jockusch.
Au moment où les tribunaux d’honneur ont fermé leurs portes en Europe et en Israël, un plus grand nombre de personnes avaient compris que « les Juifs occupant des positions dites privilégiées, avaient été en fin de compte impuissants », a déclaré Jockusch.
« Ces affaires portaient davantage sur la moralité que sur la loi », a déclaré Jockusch, qui a ajouté que les procédures aidaient les gens à « s’interroger sur ce passé difficile et à y faire face ».
Les tribunaux d’honneur ont contribué à assurer aux Juifs qu’ils « n’avaient pas perdu leur intégrité morale et leurs valeurs sociales », contrairement aux affirmations nazies sur l’immoralité des Juifs, a déclaré Jockusch.
« Les tribunaux ont fourni une tribune pour traiter et surmonter les traumatismes et ont également établi des normes pour l’avenir », a déclaré Jockusch.
Comptez-vous sur le Times of Israël en français pour vous informer de manière précise et pertinente sur Israël, le Moyen Orient et le Monde juif ? Si la réponse est oui, n’attendez plus pour rejoindre la Communauté du Times of Israël !
En contribuant avec la somme de votre choix, une fois par mois ou une fois par an, vous pouvez :
Nous sommes ravis que vous ayez lu X articles du Times of Israël le mois dernier.
C’est pour cela que nous travaillons chaque jour : pour offrir aux lecteurs avisés, comme vous, une couverture médiatique pertinente sur Israël, le Moyen Orient et le Monde juif. Contrairement à de nombreux autres médias, notre contenu est accessible gratuitement – sans paywall surgissant dès le premier paragraphe. Mais notre travail s’avère de plus en plus coûteux. C’est pourquoi, nous invitons les lecteurs, qui le peuvent et pour qui le Times of Israël en français est devenu important, à nous soutenir en rejoignant la Communauté du Times of Israël en français. Pour la somme de votre choix, une fois par mois ou une fois par an, vous pouvez vous aussi contribuer à ce journalisme indépendant de qualité et profiter d’une lecture sans publicité.
Tout sur le coronavirus

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE