Réseaux sociaux, performances, image… La santé mentale des stars mise à rude épreuve – Le HuffPost

Selena Gomez, Tom Holland… De plus en plus de célébrités font publiquement part de leurs problèmes de santé mentale. Décryptage d’un phénomène avec plusieurs experts.
SANTÉ MENTALE – Elles ont des millions de fans, mènent une vie de rêve et ne manquent de rien en apparence. Pourtant, les stars internationales sont de plus en plus nombreuses à s’exprimer sur leur santé mentale, mise à mal par une notoriété et une exposition médiatique dont elles sont parfois victimes. La dernière en date ? Selena Gomez, cinquième personne la plus suivie sur Instagram avec 347 millions de followers, a dévoilé mardi 20 septembre la bande-annonce d’un documentaire consacré à sa santé mentale et à son trouble bipolaire.
« Avant, parler de sa santé mentale, c’était stigmatisé. Ça renvoyait à la folie et ça faisait peur. Mais le tabou s’efface peu à peu. Ça va faire dix ou quinze ans que les stars prennent la parole », explique Jean-Victor Blanc pour Le HuffPost, psychiatre et auteur de l’ouvrage Pop & Psy qui étudie les liens entre pop culture et santé mentale.
Hormis Selena Gomez, qui a fait du bien-être mental son cheval de bataille, ils sont nombreux à avoir récemment pris la parole. Les acteurs Tom Holland et Millie Bobby Brown ont révélé avoir quitté les réseaux sociaux. Le chanteur Shawn Mendes a écourté sa tournée d’été. À chaque fois, ils l’ont fait dans le but de préserver leur santé mentale. Stromae avait, lui, interprété la chanson L’Enfer, en direct au 20H de TF1, où il chante « avoir eu des pensées suicidaires. »
Chez les sportifs, la tenniswoman Naomi Osaka a créé la polémique à Roland Garros, en 2021, car elle refusait de se rendre aux conférences de presse. Celle qui souffre de dépression et d’anxiété sociale voulait protéger sa santé mentale. Plus récemment, c’est Paul Pogba, star de l’Équipe de France de football, qui révélait en mars dernier au Figaro avoir connu plusieurs fois la dépression : « On est jugé tous les trois jours, on doit être bon tout le temps, alors qu’on a des soucis comme tout le monde (…) Mais il ne faut pas le dire. »
Des célébrités auxquelles il faut ajouter Benjamin Pavard, Florence Foresti, Britney Spears ou encore Selah Sue… La liste est longue comme le bras. Si bien que la question de la corrélation entre célébrité et problèmes de santé mentale mérite d’être posée.
« La célébrité est un fardeau », lance Jamil Dakhlia, sociologue des médias spécialisé dans la culture des stars, joint par téléphone. Pour lui, elle peut être une source de confusion sur l’identité. Les stars mettent en scène leur vie privée pour construire leur image publique : « Ce n’est pas réellement soi… Mais il faut faire comme si ça l’était. Les célébrités essaient de faire correspondre un personnage avec le vrai soi. Cela peut être l’un des facteurs de troubles de la santé mentale. »
Son analyse est partagée par Élise Anckaert, psychologue du sport à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep), contactée par Le HuffPost : « L’intimité est extrêmement fragilisée à cause de la culture de l’image, du réseau social et de l’instantané. Il n’y a plus de différence entre l’intériorité et l’extériorité. » À propos des sportifs connus, elle abonde : « Quand la confusion entre l’image extérieure et qui on est s’opère, les sportifs peuvent se perdre dans l’image publique qu’ils renvoient. »
D’autant plus que cette image publique est aussi façonnée par les médias, les fans, les haters, les opinions individuelles et le regard collectif porté sur la personnalité. Les internautes ont un « accès prétendument direct au quotidien des stars grâce aux réseaux sociaux », selon Jamil Dakhlia, et vont émettre des jugements moraux, politiques, physiques… « Il y a une grande violence et un phénomène boule de neige qui peut être très déstabilisant. »
Les réseaux sociaux rendent « plus direct l’impact de ces phénomènes d’exposition et de jugement par autrui », continue le sociologue. « Je trouve qu’Instagram et Twitter sont trop prenants, trop accablants, je me laisse submerger, et je vrille quand je lis des choses sur moi en ligne », racontait d’ailleurs Tom Holland dans la vidéo où il explique son retrait d’Instagram.
Pour Élise Anckaert, « l’image et la vidéo illustrent de façon immédiate la performance magnifique qu’ont produite les sportifs de haut niveau. Mais il faut reproduire ces performances. Sinon, ça peut créer des affects dépressifs car on n’est pas à la hauteur de l’image qu’on a renvoyée. Ils sont dépossédés de leur vécu par la représentation médiatique, par les réseaux et par les attentes des supporters. »
Les stars sportives, en particulier les footballeurs, n’ont donc pas le droit à l’erreur, comme le regrette Paul Pogba. Il évoque le cas de Kylian Mbappé, à la suite de son pénalty manqué face à la Suisse : « Personne n’a pensé à lui après, alors qu’il a reçu des tonnes de critiques, de mauvaises choses dites sur lui. Si tu n’es pas blindé mentalement, tu es mort, dans ce sport. »
Pour les sportifs de haut niveau, les troubles de santé mentale peuvent apparaître quand leurs limites de résistance au stress et à la charge des entraînements sont dépassées. « Le sportif symbolise le fait que tout est possible et que la volonté peut tout. Certains continuent car ils ont de l’exigence mais intérieurement ils sont épuisés », analyse Élise Anckaert. « Quand la personne ne peut plus se régénérer, elle peut tomber en dépression. »
Il existe d’autres facteurs de troubles de santé mentale chez les stars. « On sait que la célébrité peut renforcer des vulnérabilités existantes », abonde le psychiatre Jean-Victor Blanc. En cause, d’abord, le rythme de vie de ces personnes. La fête, les représentations, la surcharge médiatique… « Il peut y avoir le rythme infernal des tournées dans le monde de la musique, la consommation de drogue et de substance… », liste-t-il. « C’est aussi cette alternance entre période très intense et période ou ça ralentit. La fin d’un film, d’un album et d’une tournée… »
Jean-Victor Blanc déplore « un lieu commun qui dit : il ou elle a tout pour être heureux. Cela renforce le sentiment de culpabilité chez les stars qui souffrent de dépression. » D’autant plus que ces personnes mènent en apparence une vie de rêve, enviée par de nombreux fans. « Parce que tu gagnes de l’argent, tu dois toujours être content ? Ce n’est pas comme ça, la vie » estimait Paul Pogba, toujours dans les colonnes du Figaro.
« Il y a un rapport d’envie et d’admiration entre les fans et les célébrités. On peut en vouloir à ceux qui obtiennent cette vie-là. On peut considérer qu’ils (les stars) n’ont pas à s’en plaindre », analyse Jamil Dakhlia. Élise Anckaert complète : « Mais le sentiment de vide existentiel n’échappe à personne. À un moment, il peut ne plus y avoir de sens. »
Malgré leurs défauts, les réseaux sociaux offrent aujourd’hui le moyen aux stars de s’exprimer. « La sincérité quant à ses faiblesses est maintenant très appréciée. Pour certains, ça augmente même leur aura », admet Jamil Dakhlia.
Les stars « ont le droit de montrer leur fragilité et leur émotion (…) C’est aussi un moyen d’entrer en communication avec le public », selon Jean-Victor Blanc qui estime qu’il faut « promouvoir ce type de parole » car « il y a des personnages publics et célèbres qui brisent les tabous. »
« Ces personnes ont une portée : quand Mariah Carey parle de son trouble bipolaire, c’est le moment où on parle le plus de santé mentale aux États-Unis. C’est un moyen très efficace de parler de santé mentale et de changer les idées reçues », analyse le psychiatre. L’exemple le plus probant, en France, reste le passage de Stromae au JT de TF1 qui s’est traduit par un pic d’appels de +13 % au numéro national de prévention au suicide.
À voir également sur Le HuffPost :
plus :
Inscrivez-vous aux newsletters du HuffPost et recevez par email les infos les plus importantes et une sélection de nos meilleurs articles

En vous inscrivant à ce service, vous acceptez que votre adresse mail soit utilisée par le Huffington Post, responsable de traitement, pour la gestion de votre inscription à la newsletter.
Conformément à la loi du 06/01/1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27/04/2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de modification, de portabilité, de suppression et d’opposition au traitement des informations vous concernant, que vous pouvez exercer auprès de dpo@groupelemonde.fr. Pour toute information complémentaire ou réclamation: CNIL

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE