David Douillet et Clémence Castel, gagnants des «Traîtres»: «Nous avons partagé notre cagnotte avec Elsa Esnoult» – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro

Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Good Doctor
Tout le monde ment
La carte aux trésors
Madres paralelas
Drôles de villes pour une rencontre
Les traîtres
Gorbatchev
Mongeville
Minute par minute
Rétroscopie
Tous nus et tous bronzés : la folie du naturisme
Doctor Who
Réparer les vivantes
Les Estivales de Culturebox
Le 90 minutes
L’heure des pros 2
Le quotidien chaud des policiers du Cap d’Adge
Beethoven 3
New York, section criminelle
Total Recall : mémoires programmées
Brice de Nice
Pablo Escobar : la traque du baron de la drogue
100 jours avec les dépanneurs de l’autoroute
Mon frère bien-aimé
INTERVIEW – L’ex-champion olympique de judo et l’ancienne aventurière de «Koh-Lanta» viennent de remporter la finale du jeu de stratégie, ce mercredi 31 août sur M6.
Les apparences sont trompeuses. Derrière ce divertissement aux contours féeriques et innocents, se cache en réalité un concept redoutable qui aura essoré les émotions de chaque candidat. À tel point que Clémence Castel et David Douillet, qui viennent de remporter la finale des «Traitres» ce mercredi 31 août sur M6, ont été incapables de contenir leurs larmes, soulagés de se libérer d’un secret qu’ils ont dû cacher pendant de nombreux jours. Dans ce jeu animé par Éric Antoine, quatorze célébrités ont cohabité dans les murs du château de Beauvoir, dans l’Allier. La production a désigné parmi eux trois traîtres qui devaient cacher leur véritable identité afin de ne pas être démasqué.
À lire aussi«Les Traîtres» : Clémence Castel, Bernard Werber, Just Riadh et Elsa Esnoult enterrés vivants
Après l’élimination du YouTubeur Just Riadh au terme du cinquième épisode, l’ex-aventurière de «Koh-Lanta» et l’ancien champion olympique de judo ont élaboré des stratégies d’une efficacité insolente. Grâce à leur une complicité indestructible, le binôme a notamment convaincu la comédienne Elsa Esnoult qu’ils appartenaient au groupe des loyaux. L’actrice des Mystères de l’amour leur a accordé une confiance aveugle jusqu’à la finale. Mais, au moment du dénouement, lorsque David Douillet et Clémence Castel ont été contraints de révéler la supercherie, Elsa Esnoult est tombée de sa chaise, tentant en vain d’étouffer ses sanglots. Entretien croisé avec deux traîtres brillants, qui se sont juré fidélité.
« J’ai ressenti de la honte quasiment à chaque instant »
TV MAGAZINE. – Vous avez trahi la confiance qu’Elsa Esnoult vous avez accordée. Avez-vous honte ?
Clémence CASTEL. – Je n’étais pas à l’aise face à sa tristesse… Elsa est une femme que j’apprécie énormément! Je ne la connaissais pas avant le tournage, mais on a créé de vrais liens pendant l’aventure. Après la finale, on en a discuté et elle a compris que je lui avais menti au nom du jeu. Je me suis raccrochée à l’association Rêves, pour laquelle je me battais, ce qui m’a contrainte à faire des choix stratégiques forts. Ce divertissement m’a poussée dans mes retranchements psychologiques car je me suis constamment demandé si j’allais assumer mes décisions. Étant traître, je considérais que tous les coups étaient permis pour avancer. C’était un casse-tête permanent de se cacher, tout en gérant au mieux les relations avec les autres.

David DOUILLET. – J’ai ressenti de la honte quasiment à chaque instant! Et pas seulement vis-à-vis d’Elsa… Dans ce jeu, on vit une lutte permanente contre sa propre conscience et son honnêteté.
À lire aussi«Je te trouve sèche et agressive» : Delphine Wespiser et Natoo s’accrochent dans «Les Traîtres»
Vous n’avez pas eu de scrupules à éliminer votre épouse dès la première émission…
D.D. – Si, j’en ai eu! Mais tout cela s’équilibre avec l’envie et le plaisir de s’amuser. Ça n’aurait pas eu de sens de jouer si je l’avais épargnée, sous prétexte que c’est ma femme. Ça aurait été se moquer du jeu, des gens, et d’elle-même. Avant le tournage, on s’est mis d’accord pour jouer sans que nos décisions aient la moindre incidence dans notre vie. Si elle n’avait pas eu cette intelligence-là, on n’aurait jamais accepté de participer à cette émission. Mais je m’adresse aux couples fragiles qui voudraient postuler à la deuxième saison : il faut vous abstenir!
Avez-vous gardé de bons rapports avec Elsa Esnoult?
C.C. – On garde de très bonnes relations aujourd’hui. D’ailleurs, avec David, on a décidé que nos gains seraient partagés avec Elsa, ce qui signifie que son association remporte un tiers de la somme finale (34.400 euros, NDLR.). En raison de nos rôles respectifs, l’issue du jeu était différente mais nous tenions vraiment à la remercier pour sa confiance.
« Quand on est traître, on a l’impression d’être un chevreuil au milieu des chasseurs ».
Pourtant, dès le premier épisode, les soupçons d’Elsa Esnoult se portent sur vous car vous rougissez au moment où Delphine Wespiser évoque la possibilité que vous fassiez partie des traîtres…
C.C. – C’était le premier jour et je me suis dit que si ça commence comme ça, je suis cramé. En plus, ma gestuelle me trahissait car je faisais des mouvements bizarres. J’ai essayé de reprendre le dessus pour que chaque prise de parole soit convaincante et plus la partie avançait, plus je me glissais dans la peau de l’enquêtrice alors que je connaissais très bien le nom des traîtres.
Quel est le joueur qui vous a le plus impressionnés ?
D.D. – Je dirais Clémence parce qu’elle s’est merveilleusement bien débrouillée. Dès le départ, elle est dans la ligne de mire des autres joueurs. Elle avait la meute de chiens aux fesses et elle est parvenue à passer entre les gouttes. Quand on est traitres, on a l’impression d’être un chevreuil au milieu des chasseurs. On est épié toute la journée: il faut réfléchir à la moindre parole, et au moindre battement de cils!
C.C. – David a été impérial. Déjà parce qu’il a eu le cran de faire partie des joueurs qui ont éliminé sa femme. Et après, dans sa manière de s’exprimer et de gérer la stratégie, il a été génial. Selon moi, il a mené un jeu parfait.
À lire aussiAudiences : «Les Traîtres» en légère baisse, déception pour le documentaire sur Jean-Luc Delarue
Comment décririez-vous le lien que vous avez tissé durant l’aventure ?
C.C. – Lorsqu’on a pris nos distances avec Riadh, parce qu’on a estimé à juste titre qu’il ne jouait pas forcément le jeu des traîtres, on s’est retrouvé à deux. On a senti qu’il fallait qu’on se fasse confiance. Si on voulait aller le plus loin impossible, on n’avait pas forcément d’autres choix. J’ai eu raison de le suivre, car c’est vraiment quelqu’un de foncièrement droit. Il m’a prouvé qu’il n’avait qu’une parole.
D.D. – On raisonne de la même manière et on a la même logique donc on prend les décisions quasiment sans se parler. Ça tombe dans l’évidence, c’est quelque chose de naturelle. Clémence est intelligente, vive, elle comprend vite et voit tout. Pour Riadh, dès que la confiance est rompue, c’est terminé!
On vous a senti très énervé contre lui…
D.D. – Franchement, nous étions seulement trois contre tous! Si on ne peut pas compter les uns sur les autres, ce n’est même pas la peine. Je préfère qu’il ne soit plus là que d’avoir un doute, un poids, une grenade dégoupillée qui peut vous péter à la figure n’importe quand.
« J’ai dit à ma compagne Marie de ne pas s’inquiéter »
Clémence, attribuez-vous cette victoire à votre expérience dans «Koh-Lanta»?
C.C. – Clairement, car j’ai beaucoup appris sur le plan stratégique grâce à cette aventure. Lors de la première saison à laquelle j’ai participé en 2005, cet aspect-là n’était pas si puissant. En revanche, dans «Koh-Lanta: La légende», il a fallu que je me dépatouille de plein de situations.
Et vous David, est-ce que votre passé dans la politique vous a aidé à affûter vos armes de traître?
D.D. – Non, parce que je n’étais pas du tout dans ce registre-là et c’est d’ailleurs peut-être l’une des raisons pour lesquelles je n’en fais plus. Je n’ai jamais trahi qui que ce soit et je ne me suis pas non plus senti manipulable.
Dans cette émission, vous mentez et manipulez vos camarades avec brio. Est-ce que cette faculté, que vous exercez avec talent, effraie vos conjointes respectives?
C.C. – J’avoue que j’ai rapidement annoncé à ma compagne Marie que j’allais au bout de l’aventure. Et je lui ai dit de ne pas s’inquiéter, et que j’avais agi de la sorte pour le jeu. J’ai envie d’être en phase avec moi-même! Pour l’émission, je me suis permis de m’écarter un petit peu de ma ligne de conduite, car je pensais beaucoup à mon association. Mais à aucun moment je me comporterai ainsi avec mon entourage.
D.D. – Non, car ma femme me connaît parfaitement. D’ailleurs, quand on a regardé l’émission ensemble, elle a remarqué à quel moment précis je mentais. Elle peut lire en moi comme dans un livre ouvert.
À lire aussi«Danse avec les stars» : la double gagnante de «Koh-Lanta» Clémence Castel au casting
Les chambres des autres candidats se trouvaient à proximité des vôtres. Comment faisiez-vous pour rejoindre le conseil des traîtres la nuit, sans que les autres joueurs ne s’en aperçoivent ?
C.C. – Les serrures étaient bouchées et les fenêtres condamnées pour ne pas que les autres candidats voient qui se promène dans le château. Comme le parquet craque, des employés de la société de production marchaient pendant plus d’une heure dans les couloirs pour brouiller les pistes, et éviter que les autres entendent de quelle pièce on part. Et puis, une musique retentissait aussi pour masquer tous les bruits. Les balades nocturnes étaient également interdites dans la plage horaire où nous étions susceptibles d’organiser le conseil des traîtres.
Êtes-vous toujours en contact avec les autres candidats ?
C.C. – Nous nous envoyons régulièrement des messages dans un groupe WhatsApp que nous avons créé. De nombreux camarades se sont retrouvés chez Bernard Werber pour jouer au loup-garou. Mais je n’ai pas pu y participer car je gardais mes enfants!
D.D. – C’est une aventure qui nous a soudés car émotionnellement c’était quelque chose de puissant. De mon côté, je me suis rendu chez Bernard et nous avons effectivement rejoué à ce jeu de rôle.
Qui l’a remporté cette fois-ci ?
D.D. – J’ai encore gagné!
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !
Lundi soir, pour la rentrée de «Touche pas à mon poste» en direct sur C8, l’animateur a répondu à Me. Patrick Klugman au sujet du combat du rappeur contre la société de Magali Berdah, propriété de Banijay dont il est actionnaire.
VIDÉO – Invitée de «Touche pas à mon poste» mardi soir sur C8, Chrystel Camus s’est permis de détailler les problèmes de santé de l’humoriste de 68 ans.
VIDÉO – Ce lundi matin, le trublion de «C à vous» intégrait l’équipe d’Yves Calvi.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
David Douillet et Clémence Castel, gagnants des «Traîtres»: «Nous avons partagé notre cagnotte avec Elsa Esnoult»
Partager via :
Commentez
0
TV Magazine
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE