Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

WNBA 2023 Free Agency Primer : Atlanta Dream prêt à faire un … – http://encause.fr/

Après une saison plutôt positive l’année dernière, où en est le Atlanta Dream à l’approche de la free agency ?
L’agence libre de la WNBA ouvre ses portes en février, avec des offres qualifiées à partir du dimanche 15 janvier. Le Atlanta Dream semble être une équipe prête à utiliser cette période pour faire passer son équipe au niveau supérieur.
Le Dream a affiché un bilan de 14-22 l’année dernière. Malgré ce bilan, la saison a été considérée comme un pas dans la bonne direction pour la franchise. Rhyne Howard a été élue recrue de l’année par la WNBA. L’entraîneur principal de la première année, Tanisha Wright, s’est imposée comme l’un des meilleurs entraîneurs de la ligue et a obtenu une prolongation de cinq ans après avoir été nommée entraîneur de l’année par l’AP.
La franchise a également prolongé le directeur général Dan Padover, deux fois lauréat du prix WNBA Executive of the Year. Avant de venir à Atlanta, Padover a aidé à construire le noyau de l’équipe championne des Las Vegas Aces en 2022.
Le Dream n’a que cinq joueuses sous contrat : Howard, Cheyenne Parker, Aari McDonald, Naz Hillmon, et Kristy Wallace.
En 2022, Parker s’est à nouveau imposée comme une pierre angulaire de la franchise après sa grossesse, participant aux 36 matchs et affichant plusieurs records en carrière. McDonald fait un bond en avant et s’impose comme le futur partenaire de fond de court d’Howard. Howard est à la hauteur du battage médiatique qui a précédé la sélection et ressemble à une future superstar.
.@howard_rhyne était dans son sac cette saison pour le @AtlantaDream ????
✅ 2022 WNBA All-Star
✅ 4x @Kia Recrue du mois
✅ 1x Conférence de l’Est POW
Howard est le deuxième joueur de l’histoire du Dream à remporter le titre de recrue de l’année. @angel_35 en 2009 pic.twitter.com/NTZqFOROGt
– WNBA (@WNBA) 25 août 2022

Les opportunités de Hillmon ont été limitées jusqu’à la fin de la saison, lorsqu’elle a remplacé Monique Billings, qui était sortie pour une blessure à la cheville. Hillmon s’est très bien comportée en l’absence de Billings, avec une moyenne de 6,3 points, 7,3 rebonds et 1,8 passe décisive en 12 départs.
Wallace, une recrue australienne de 26 ans, a finalement pu faire ses débuts en WNBA. Initialement drafté en 2018, Wallace a souffert d’une blessure au genou qui l’a tenue éloignée des terrains pendant deux ans. Elle s’est imposée comme une défenseuse robuste et une tireuse de coups, deux compétences qui font d’elle un excellent élément à Atlanta.
Parker est le seul contrat non rookie sur les livres d’Atlanta à l’approche de la free agency, laissant le Dream avec 942 916 $ de cap room selon Her Hoop Stats.
Atlanta a un total de sept joueurs qui sont agents libres cette année. Trois d’entre elles ne sont pas soumises à des restrictions : Monique Billings, Nia Coffey, et Erica Wheeler. Ces joueuses peuvent négocier avec n’importe quelle équipe de la WNBA.
Billings a passé toute sa carrière de cinq ans avec le Dream. Ses prouesses en pick-and-roll, sa capacité à rebondir et ses qualités athlétiques sont vraiment remarquables. Mais l’an dernier, elle n’a joué que 17,4 minutes par match, soit la deuxième plus faible durée depuis son année de recrue. Il est possible que le Dream la laisse partir et qu’elle prenne une nouvelle direction sous le système de Wright.
Coffey a connu une année difficile. Après une année de carrière à Los Angeles, elle est revenue à Atlanta avec l’espoir d’être une défenseuse polyvalente et une sniper à trois points. Les blessures l’ont limitée à seulement 16 matchs, et elle a eu beaucoup de mal à y participer. Sa place à Atlanta est théoriquement bonne, mais le Dream pourrait choisir de passer à autre chose.
Wheeler est arrivé à Atlanta dans le cadre de l’échange de Chennedy Carter. Une des favorites de la ligue, Wheeler n’a pu s’adapter au Dream que pour un an, alors qu’elle entre dans la dernière phase de sa carrière.
Le Dream a également deux agents libres restreints en AD Durr et Beatrice Mompremier. Her Hoop Stats définit les agents libres restreints comme « un joueur hors contrat éligible à l’agence libre restreinte, mais pas à l’agence libre non restreinte, qui a reçu une offre qualifiante restreinte de son équipe actuelle ». Ces joueurs peuvent signer des offres avec d’autres équipes, mais leur équipe précédente a le droit de premier refus, ce qui signifie qu’elle peut s’aligner et garder le joueur pour l’offre.
AD a atterri à Atlanta après un échange et a vraiment trouvé ses marques. L’ancien numéro deux du classement général est devenu une bougie d’allumage pour le Dream, avec une moyenne de 10,7 points sur 15 matchs. Le Dream avait désespérément besoin de son attaque, et cherchera probablement à conserver AD cette saison.
Mompremier a été réclamée par Atlanta en mai après que Connecticut l’ait renoncée. Elle a joué 8,3 minutes par match en 21 rencontres avec le Dream. Elle a apporté de l’énergie et de la combativité en sortie de banc, et à seulement 26 ans, le Dream pourrait choisir de la prendre en charge.
Maite Cazorla et Tiffany Hayes sont des joueuses dont le contrat a expiré et sur lesquelles le Dream devra se prononcer. Ces joueuses sont définies comme étant libres de négocier un contrat avec leur propre équipe mais elles ne peuvent pas négocier avec d’autres équipes de la WNBA. Cazorla n’a pas joué dans la WNBA depuis 2019, il est donc peu probable qu’elle re-signe. Hayes est une énigme.
Hayes a passé toute sa carrière de 10 ans à Atlanta. Elle n’a cependant participé qu’à 30 matchs au cours des deux dernières saisons, en raison de blessures et d’engagements à l’étranger. Hayes a été efficace lorsqu’elle était sur le terrain, mais la star vieillissante correspond-elle à la vision du Dream pour l’avenir ?
Le plus grand besoin des Dreams (au sens propre comme au sens figuré) est une présence intérieure. Parker a eu du mal avec des adversaires plus grands et plus physiques et est plus à même de jouer en position d’attaquante. La création de tirs supplémentaires permettrait également d’élever le niveau de l’attaque du Dream. Ces deux besoins peuvent être comblés par la free agency.
Brionna Jones est le meilleur centre agent libre cette année. Elle suscitera l’intérêt de toutes les équipes, et Atlanta devrait s’intéresser à la jeune star. Jones a remporté le titre de Most Improved en 2021 et celui de Sixth Player of the Year en 2022. Son attitude de travailleuse acharnée correspondrait bien à ce que le Dream cherche à construire. Jones apporte également une énorme expérience des playoffs depuis son passage dans le Connecticut.
Si le Dream n’est pas en mesure d’obtenir Jones, il pourrait retrouver Elizabeth Williams, qui sera également un agent libre sans restriction. Williams a passé six saisons à Atlanta avant de signer avec Washington l’année dernière. Avec la franchise dans un meilleur état qu’elle l’a laissé, le mouvement pourrait fonctionner pour les deux parties.
En ce qui concerne les créatrices de tirs, le marché est un peu plus sec. Une joueuse qui conviendrait bien est Tiffany Mitchell, qui pourrait choisir de quitter Indiana pour se reconstruire. La saison dernière, Mitchell a enregistré des moyennes basses en termes de points et de minutes, mais elle a atteint un niveau record de 45,1% au sol et 38,7% en profondeur. A son meilleur niveau, Mitchell apporte de l’espace, de la création et du jeu. À seulement 28 ans, elle s’inscrit parfaitement dans le calendrier du Dream.
Le Dream pourrait re-signer Hayes et espérer qu’elle reste en bonne santé. Garder AD dans les parages aidera également à combler leur déficit en matière de création de tirs.
Tout dépend de la direction qu’ils veulent prendre. Heureusement pour les Dreams, la majeure partie de leur noyau est assurée pour les prochaines années par des contrats de débutants, ce qui signifie qu’ils peuvent miser sur le développement interne et conserver une certaine flexibilité financière pour les périodes de free agency à venir.
Cela signifierait probablement apporter des améliorations marginales cette saison, utiliser leurs trois choix de draft 2023 et passer une saison de plus à se développer. Ils pourraient alors se positionner pour tenter de recruter des agents libres de haut niveau la saison prochaine, comme A’ja Wilson, Jonquel Jones ou Kahleah Copper.
Le Magazine féminin d’actualité

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE