Vladimir Fédorovski : « Poutine est un psychorigide qui ne recule jamais » – Le Point

Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires

Huit mois après le déclenchement de l’offensive en Ukraine, Vladimir Poutine a adressé ce matin à 9 heures, une rare allocution télévisée à son peuple. Décrétant la mobilisation de 300 000 réservistes sur le front et brandissant de nouveau la menace nucléaire, le chef du Kremlin a franchi, ce mercredi 21 septembre, un cap majeur dans le conflit. L’écrivain d’origine russo-ukrainienne Vladimir Fédorovski, influent diplomate sous Gorbatchev et cofondateur de l’un des premiers partis démocratiques russes – le Mouvement des réformes démocratiques –, décrypte pour Le Point le discours du président russe. Auteur de Poutine et l’Ukraine : les faces cachées (Balland, 2022), il revient sur la personnalité de Vladimir Poutine, le soutien relatif de ses concitoyens et confie son inquiétude : « Ces propos peuvent mener au pire. »
Le Point : L’allocution de Vladimir Poutine, diffusée ce matin, marque-t-elle un tournant dans la guerre ?

Vladimir Fédorovski : « Poutine est un psychorigide qui ne recule jamais » - Le Point
Vladimir Fedorovski spécialiste de la Russie, s’inquiète du cap franchi par Poutine. © LOIC VENANCE / AFP

Vladimir Fédorovski : C’est, hélas, plus qu’un tournant, c’est une escalade. Même « partielle », la mobilisation que Vladimir Poutine a annoncée ce matin marque l’entrée dans la « guerre », la vraie. Il indiquait, il y a trois semaines, ne pas encore être « entré dans les choses sérieuses », on peut considérer que c’est chose faite, avec cette allocution. Il a pourtant longtemps été réticent à cette mobilisation, mais il a dû se rendre à l’évidence : la Russie ne pouvait avancer sans engager plus de forces. Cette nouvelle étape dans la confrontation était, hélas, prévisible et va dans le sens de l’opinion, qui – après huit mois de conflit – attend des résultats visibles.

À LIRE AUSSI« Poutine fait la même erreur que les dirigeants soviétiques »
Pourquoi opte-t-il pour une mobilisation partielle et non générale ?
C’est à la fois pratique et symbolique. 300 000 réservistes seront mobilisés à travers cette initiative, c’est significatif. Cela peut être suffisant à Poutine pour accomplir ses objectifs. Ce faisant, il s’assure aussi de garder l’opinion publique de son côté. Il est, certes, soutenu par la majorité du pays, mais son action rencontre quelques réticences dans les grandes villes. En s’inscrivant dans une position médiane, il se protège contre un sentiment « antiguerre », que l’Occident souhaiterait ardemment voir se développer chez les Russes.
L’opinion publique russe sera, donc, confortée par cette allocution…
Parfaitement ! Cela peut sembler contradictoire, pour ne pas dire schizophrénique, mais la majorité des Russes penche pour une sortie de la guerre par la négociation en même temps qu’elle approuve l’action de Vladimir Poutine et jugerait inacceptable une défaite militaire. Aussi, le message de la propagande russe expliquant que le pays va, à son rythme, vers la victoire n’imprime plus. Une large part de l’opinion publique est en quête de succès significatifs et rapides – ce que l’on nomme l’économie de la mobilisation. Poutine, qui est très attentif à l’opinion publique, agit, aujourd’hui, en ce sens.

À LIRE AUSSILe tsar Poutine est nu
Il a, par ailleurs, indiqué que l’Occident voulait « détruire la Russie ». Quelle lecture faites-vous de ce propos ?
Pour le Kremlin comme pour la majorité des Russes, cette guerre implique l’Occident – qui y participe, selon eux, pleinement – avant même d’être menée contre l’Ukraine. La déclaration de Vladimir Poutine officialise cette perception. Et ce type de propos est un levier puissant pour ménager l’opinion publique. Rappelons que du sang ukrainien coule dans les veines d’une large part de la population russe, qui peut être en proie à un grand désarroi à l’idée d’attaquer un peuple frère. Désigner l’Occident comme ennemi numéro 1 détourne, ainsi, de l’idée selon laquelle des peuples slaves s’entretuent. Reste qu’évoquer l’Occident de façon aussi explicite marque une étape très dangereuse, surtout quand on l’entend dire qu’il est, à ce titre, prêt à utiliser « tous les moyens de défense »…
À quoi cette nouvelle rhétorique peut-elle mener ?
L’issue du conflit est par nature imprévisible, mais ces propos peuvent mener au pire. À titre personnel, je crois que ce discours peut être le prélude à une troisième guerre mondiale. Je vois, à cette heure, trois scénarios se dessiner. Celui de l’utilisation d’armes tactiques nucléaires par les Russes (ce qui donnerait lieu à une guerre mondiale) ; celui d’une domination russe sur la mer Noire, via le port d’Odessa (qui donnerait également lieu à une guerre mondiale après intervention directe des Américains) ; et enfin, celui de l’enlisement (lui aussi dangereux, notamment pour l’Europe). On peut toujours rêver au scénario de la désescalade, comme Emmanuel Macron l’appelle de ses vœux, mais je crains qu’il soit, pour l’heure, illusoire… Gorbatchev, que j’ai bien connu, disait peu avant sa mort que l’on vivait l’un des moments les plus dangereux de l’humanité et je crois qu’il avait raison.

À LIRE AUSSIGérard Araud – Peut-on encore débattre de la guerre en Ukraine ?
Vous travaillez depuis longtemps à décrypter la personnalité de Vladimir Poutine, dans quel état psychologique vous semble-t-il être aujourd’hui ?
Il est tout sauf un fou furieux… Au contraire, son profil est plutôt celui d’un psychorigide, qui va au bout de sa logique et ne recule jamais. Je suis d’autant plus inquiet qu’avec cette guerre, il met en jeu le destin de son pays, mais aussi le sien. C’est une guerre existentielle, dans tous les sens du terme, et cela a de quoi nous effrayer.
Consultez notre dossier : Guerre en Ukraine
Newsletter international
Chaque mardi, recevez le meilleur de l’actualité internationale, et recevez en avant-première les exclusivités du Point.

Newsletter international

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction vous conseille
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Poutine
Un jusqu’au boutiste borné et donc, très dangereux !
Merci à Tous
Pour rappeler que si c’est surtout du sang soviétique (pas seulement russe) qui a abattu les nazis, l’aide anglaise et américaine a été décisive.
Pour traiter Poutine de paranoïaque illuminé ayant aveuglé la population russe. C’est là le danger.
Pour mettre en avant l’orgueil démesuré de ce nouvel Hitler qui comme l’ancien ne brille pas par son intelligence.
Rappelons que Hitler avait une majorité de généraux compétents, ce que n’a pas Poutine, qui a plutôt des généraux corrompus ?
Et pourtant il a fallu aller jusqu’à Berlin pour gagner !
Espérons qu’il ne faudra pas aller jusqu’à Moscou un jour, car il est fort probable que nous soyons plus fortement impliqué dans un avenir proche pour conserver notre liberté. Par ce que s’il gagne en Ukraine, je ne voudrai pas être balte, finlandais ou polonais.
@ Pacifiquement, le 22/09/2022 à 18H36
Vous avez raison, Poutine n’est pas un rigolot.
Il rêve effectivement au retour d’une grande Russie puissante et influente et voit l’occident, avec à leur tête les Etats-Unis, comme un ennemi attaché à sa perte.
Croyez-vous que cela le rende moins dangereux ?
Devant les failles de son armée, il cherche à gagner du temps mais a probablement compris qu’il ne remportera pas la mise sur le terrain.
Je ne crois pas à un soulèvement populaire dans les conditions actuelles. La mobilisation a provoqué des remous mais la majorité du peuple russe lui reste largement acquise, du moins tant qu’il peut présenter un bilan victorieux.
C’est bien là son problème.
Comme il ne peut faire machine arrière, que ses grands alliés lui envoient des signaux d’apaisement de plus en plus forts, il doit trouver le moyen de sortir du guêpier où il s’est fourvoyé.
La menace nucléaire est son dernier atout et ce n’est pas du bluff.
Biden la prend lui très au sérieux.
Le Président américain est-il prêt à prendre le risque de sacrifier une ou des grandes villes US (Chicago, Dallas, San Francisco…) pour l’Ukraine ?
Les Etats-Unis n’ont jamais hésité à se retirer d’une situation devenue trop inconfortable : Vietnam, Liban, Somalie, Irak, Syrie, Afghanistan…, les exemples abondent.
Les USA sont aujourd’hui en position de force.
Poutine est lui sur la défensive, le doigt sur le bouton rouge. Il ne demanderait certainement pas mieux que l’ouverture de négociations qui lui permettraient de sortir de ce guêpier en sauvant les apparences.
Biden est le seul à pouvoir amener Zelensky à négocier un accord de paix.
Quand on discute avec la volonté d’aboutir, on finit toujours par trouver un compromis acceptable.
Nous sommes à la croisée des chemins et bien malin celui qui peut prétendre connaître la suite de l’histoire. Mais il est certain que depuis 60 ans, nous n’avons jamais été aussi près d’un conflit majeur.
Veuillez remplir tous les champs obligatoires avant de soumettre votre commentaire
Le titre du commentaire est obligatoire
Le texte du commentaire est obligatoire
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

un brouillon est déjà présent dans votre espace commentaire.
Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler.
Pour sauvegarder le nouveau brouillon, cliquez sur enregistrer
Erreur lors de la sauvegarde du brouillon.
L’info en continu
En kiosque
Climat – Le scénario de l'accélération
Consultez les articles de la rubrique International, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Elizabeth II, la dernière reine
Lettre des capitales
Lettre d’Asie

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source



A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE