Thierry Lentz – Les Verts sont dans le fruit – Le Point

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
« Gouverner, c’est prévoir. » Attribuée généralement à Adolphe Thiers, la citation n’avait en réalité pas besoin d’être inventée. Avancer au jour le jour, c’est gérer seulement le quotidien, ne pas voir au-delà du bout de son nez et, pour un gouvernant, ne pas voir au-delà de ses intérêts immédiats. Prévoir, en revanche, c’est réfléchir à la conséquence de ses décisions, à moyen ou long terme, ne pas se laisser guider par ses émotions ni par des modes – fussent-elles considérées comme des vérités –, et encore moins par des ambitions à la petite semaine. C’est parfois renoncer à ses bénéfices et même à ses goûts au nom de l’intérêt public. Gouverner en prévoyant est la marque des hommes d’État ou, au moins, celle des dirigeants soucieux d’un avenir concret et acceptable par les gouvernés.
C’est le choix qu’avait semblé faire Emmanuel Macron au début de la guerre en Ukraine. Ses réactions étaient fermes mais modérées, sans claquement de portes et encore moins de talons. Il avait compris que rien n’était aussi simple que ce que les émotions nous dictaient ou que ce que l’opinion, justement révulsée par les menées poutiniennes, semblait croire. Puis, on ne sait trop pourquoi, il a infléchi sa position vers la dureté, rejoignant en quelque sorte les projets de M. Le Maire et des faucons d’outre-Atlantique : il fallait mettre la Russie à genoux et on en aurait vite fini avec les « barbares du Nord », comme on appelait les Russes au XVIIIe siècle.

À LIRE AUSSIOn pourrait lire l’histoire de la Russie de hache en hache
Lorsqu’on veut faire la « guerre économique », il faut mettre son économie sur le pied de guerre, ce qui ne s’improvise pas du jour au lendemain. Nous en sommes donc incapables, parce que, depuis des lustres, nous avons été gouvernés par des gens qui n’ont rien prévu. Les mêmes qui ont laissé mourir l’entreprise Manurhin, parce que la petite munition « n’est pas stratégique », par exemple, menaceraient presque les industriels incapables d’en fournir à nouveau. Et que dire de l’énergie ? Un rude hiver se prépare et le rationnement nous pend au nez. Il viendra après les appels au civisme, à la frugalité et à l’achat de pulls de laine supplémentaires, n’en doutons pas.
Voici un domaine où nos gouvernants ont été des modèles d’imprévoyance. Par confort et électoralisme, ou pour prendre le vent de la mode « écolo », ils ont laissé des irresponsables imposer leur petite musique et priver la nation de ce qui aurait pu faire sa tranquillité et même sa puissance. On parle ici de toutes ces nuances de Vert qui, depuis trente ou quarante ans, empêchent tous les projets, tous les investissements d’avenir et, au quotidien, obtiennent l’application de leurs petites solutions qui finissent par pourrir la vie au lieu de la rendre meilleure.
En matière de production énergétique, ils ont d’abord été contre le nucléaire, et nos gouvernements leur ont emboîté le pas, jusqu’à refuser à EDF les moyens ne serait-ce que d’entretenir ses centrales et de maintenir un savoir-faire en avance. Ils réclamaient des énergies douces et renouvelables mais ont combattu les éoliennes et les barrages. Quant au solaire, ils n’étaient pas non plus vraiment pour, si bien que la production des panneaux a fui vers l’Asie. Ils sont maintenant contre le gaz parce qu’il est russe ou parce que les Américains en produisent de schiste. Voilà comment une dizaine de pourcents du corps électoral a pu imposer des « solutions » face auxquelles aujourd’hui nous sommes bien dépourvus. Cette fois, les primes ne serviront à rien.

À LIRE AUSSIÉcologie : le « risque » Élisabeth Borne
Nos sociétés ont toujours eu à subir des lubies et des lobbys, nos États ont dû se dépêtrer des spécialistes du « y a qu’à » et des solutions concoctées dans les arrière-boutiques militantes, mais rarement un mouvement nihiliste n’avait réussi à ce point à mener tout le monde dans le mur sans qu’on lui oppose de résistance, pas même de bon sens. L’actuel pouvoir s’est cru plus malin, avec la confirmation de la fermeture de Fessenheim, avec la convention sur le climat et les autres artifices confortant l’immobilisme ou les non-choix, pour contenter ceux qui ne sont pourtant jamais contents de rien, qui ne croient plus en la science et dans le progrès, qui préfèrent les rats et les blattes aux hommes, voient dans l’écriture inclusive et le non-binaire la solution miracle à des problèmes qui étaient en voie d’être résolus, estiment que le débraillé est un marqueur politique, transforment des zones illégalement occupées en zone à défendre et pensent le retour à la bougie comme le chemin du salut.
Tout le monde s’en doutait (mais on ne pouvait tout de même pas être contre les petits chats et les oisillons) et a fini par ne plus pouvoir faire comme si. Le gouvernement nous dit qu’il en tirera des conséquences immédiates alors qu’il va falloir des années pour rattraper le temps perdu : on ne réindustrialise pas sans capitaux et on ne construit pas de centrales nucléaires en un claquement de doigts. On aurait dû prévoir… mais il est trop tard.
*Historien, professeur à l’Institut catholique de Vendée.
Newsletter débats et opinions
Pour comprendre les vrais enjeux du monde d’aujourd’hui et de notre société, recevez chaque vendredi, notre sélection d’articles tirée de notre rubrique Débats

Newsletter débats et opinions

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction vous conseille
Osez ce retour vers le futur et laissez-vous guider ! Les journalistes du Point ont sélectionné plus de 200 de leurs coups de cœur (certes, la liste n’est pas exhaustive) pour convaincre les plus jeunes de plonger dans ces chefs-d’œuvre.
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Des agités et des opportunistes.
Hollande a supprimé des centrales nucléaires pour plaire aux écolos. Tout cela pour rallumer un peu plus tard des centrales à charbon…. Tout est dit sur la capacité d’anticipation de ces illuminés. J’espère que ceux qui ont voté pour eux, greloteront tout l’hiver en méditant sur les bienfaits de la décroissance et des alliances contre nature.
Réconfortant article
Il n’est pas encore trop tard pour accentuer la nécessité de davantage de nucléaire.

Mais je crains qu’il soit trop tard pour faire comprendre aux électeurs qu’ils n’ont pas donné au pouvoir législatif suffisamment de voix pour effacer les prétentions infantiles de ceux qui ont lobotomisé les esprits trop naïfs.
Vive le nucléaire
Eh oui c’est la faute des écologistes qui prêchent la décroissance et qui pour la plupart vivent aux crochets de l’état, fonctionnaires en surnombre cas sociaux professionnels et autres. Ces gens pensent que tout argent gagné par l’état est sale mais tout argent redistribué est béni. Tous ces faux prophètes éduqués et qui pourtant votent Mélenchon. Ils doivent leur études, leur confort au nucléaire et aux industries Française sur lesquelles ils crachent. C’est la faute des socialistes qui ont permis à des armées de paresseux de vivre aux crochets de l’état tout cela pour qu’ils votent pour eux et dommage pour eux maintenant tous ces parasites votent Mélenchon. Mais ne nous trompons pas les socialistes soit disant modérés sont en admiration devant ces ultras qui pour la plupart sont leurs enfants ou petits enfants.
Veuillez remplir tous les champs obligatoires avant de soumettre votre commentaire
Le titre du commentaire est obligatoire
Le texte du commentaire est obligatoire
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

un brouillon est déjà présent dans votre espace commentaire.
Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler.
Pour sauvegarder le nouveau brouillon, cliquez sur enregistrer
Erreur lors de la sauvegarde du brouillon.
L’info en continu
En kiosque
Le grand retour de la CIA
Consultez les articles de la rubrique Débats, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Énergie : le coup de la panne
Transgenres : questions d’identité.
Un été joaillier 2022

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Vous avez refusé les cookies. Soutenez Le Point en acceptant la publicité personnalisée, ou abonnez-vous.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE