Thales signe un contrat avec Space Cargo Unlimited – Boursorama

Erreur d'authentification
Votre compte a été clôturé.
Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l’adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n’avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.
8 caractères minimum
1 majuscule
1 minuscule
1 chiffre
1 caractère spécial
Différent de votre pseudo
Les deux mots de passe sont identiques
Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre
Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

(AOF) – Thales Alenia Space, joint-venture entre Thales (67%) et Leonardo (33%), et Space Cargo Unlimited, annoncent la signature du contrat de première phase pour la conception et la production du “REV1” , la première usine spatiale flottante, et l’ouverture d’une filiale Space Cargo Unlimited à Turin. En tant que maître d’œuvre du projet, Thales Alenia Space sera responsable de la conception, de l’ingénierie et du développement du véhicule “REV1”. Space Cargo Unlimited sera le propriétaire et l’exploitant commercial du véhicule.
L’espace se rapproche ainsi du secteur de l’aviation, où les avionneurs collaborent depuis longtemps avec les opérateurs aériens.
Fondé en 2014, Space Cargo Unlimited est le premier opérateur commercial privé européen de véhicules spatiaux dédiés à la fabrication spatiale. Avec l’ambition d’exploiter à terme une flotte de véhicules spatiaux autonomes, Space Cargo Unlimited ouvrira la voie à une véritable démocratisation de l’accès à l’espace.
Space Cargo Unlimited prévoit d’exploiter commercialement une flotte de véhicules cargo autonomes (c’est-à-dire sans pilote) capables de retourner sur Terre afin d’exploiter le potentiel de la microgravité pour des applications commerciales sur Terre.
Le véhicule pressurisé “REV1”, véritable usine spatiale flottante, sera utilisé pour des missions spécifiques, notamment dans les domaines de la biotechnologie, de la pharmacie, de l’agriculture et des nouveaux matériaux. “REV1” pourra créer des conditions de laboratoire uniques et de véritables salles blanches indispensables à ce type de recherche et de fabrication.
Le premier véhicule “REV1”, dont le lancement est prévu fin 2025, devra pouvoir s’adapter à tout système de lancement disponible et compatible.
AOF – EN SAVOIR PLUS
Points clés
– Premier ou deuxième de l’électronique pour les satellites civils, les systèmes de mission et senseurs pour la défense, la gestion du trafic aérien, la protection des données et les cartes SIM et paiements intelligents, créé en 2020 ;
– Revenus de 17 Mds€ tirés de la défense & sécurité pour 54 %,de l’aérospatial pour 28 %, de l’identité et sécurité numériques pour 19 % et de l’aéronautique civile pour 7 %;
– Présence internationale, à 24 % pour la France, 29 % pour les autres pays d’Europe, 14 % en Asie, 12 % en Amérique du Nord et 9 % au Moyen-Orient ;
– Modèle d’affaires fondé sur 4 piliers : la force de la R&D, à 20 % des ventes, les synergies entre métiers tirées d’une profonde connaissance des marchés, une base étendue d’actifs digitaux et une présence globale dans + 50 pays ;
– Capital verrouillé par 2 actionnaires de concert, Dassault Aviation (24,63 %) et l’Etat français (25,68 %), Patrice Caine étant président-directeur général du conseil d’administration de 16 membres ;
-Situation financière saine avec une dette notée A-, fortement diminuée à 894 Ms€ à fin juin face à 7,6 Mds€ de capitaux propres.
Enjeux
– Stratégie de recentrage sur l’aérospatial, la défense & sécurité et l’identité & la sécurité numériques ;
– Stratégie d’innovation soutenue par une R&D proche de 20 % :
– écosystème mondial regroupant 1/3 des effectifs, avec un portefeuille de plus de 23 000 brevets, 6 hubs, 3 digital factories et 50 partenariats académiques ;
– focus sur 5 expertises digitales : connectivité, bid data, cybersécurité et intelligence artificielle, via le programme AI@Centech et l’approche quantique TrUE AI ;
– Stratégie environnementale bas carbone :
– réduction de 25 % des émissions directes de CO2 en 2023, de 50 % en 2030 (vs 2018) et objectif net zéro en 2040,
– 100 % des produits et services éco-conçus en 2023,
– lancements d’emprunts verts,
– 4 axes prioritaires : gestion environnementale, optimisation des vols, gestion des trafics aériens, entraînement et signalisation ;
– Accélération des activités, obtentions de contrats et investissements dans la défense et la sécurité (2/3 des bénéfices estimés) et l’aérospatial (15 %) ;
– Acquisitions d’Excellium et S21sec (pôle sécurité) et de AAC (sonars) ;
– Visibilité avec un carnet de commandes record gonflé par l’entrée en vigueur des ventes de Rafale aux Emirats Arabes Unis et, plus globalement, par les besoins en Défense & Sécurité.
Défis
– Tensions dans les chaînes d’approvisionnement, en particulier de semi-conducteurs et inflation : résilience des chaînes d’approvisionnement, montée en puissance des recrutements et transfert aux clients des coûts d’achat ;
– Retombées des avancées dans l’avionique et la biométrie avec la reprise du trafic aérien puis des investissements R&D en capteurs quantiques, sécurité du cloud et traitement des données en IoT ;
– Rythme des commandes aérospatiales inférieur à celui du groupe ;
– Après un bond de 41% des prises de commandes et de 9,6 % des revenus à fin septembre 2022, objectifs 2022 confirmés : chiffre d’affaires en hausse proche de 5,5 % et marge opérationnelle de 10,8 à 11,1 %.
– Acompte sur dividende 2022 de 0,70 € versé en décembre et rachats d’actions.
La fin d’un duopole ?
Depuis plusieurs décennies l’américain Boeing et l’européen Airbus se partagent 99% du marché mondial des avions de ligne de plus de 110 sièges. Ce marché pèse plus de 100 milliards de dollars par an. Néanmoins ce duopole paraît fragilisé en 2022 pour plusieurs raisons. D’abord, pour la première fois, deux avions monocouloirs moyen-courriers, le C919 du chinois Comac et le MC-21 du russe Irkut, s’apprêtent à entrer en service. A cela s’ajoute la crise du Boeing 737 MAX. Avec l’arrêt des livraisons de cet avion entre 2019 et 2021, l’équilibre de production a été rompu. En 2021 Boeing a affiché 340 livraisons, Airbus restant largement en tête, avec 611.
Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement
Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste
Copyright © 2022
Boursorama Banque, SA au capital de 51 171 597,60 € – RCS Nanterre 351 058 151 – TVA FR 69 351 058 151 – 44 rue Traversière, CS 80134, 92772 BOULOGNE BILLANCOURT CEDEX

source
https://netsolution.fr/gestion-de-la-production/

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE