Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

Test Murena One : Avis complet et détaillé – Smartphone Android – Charles Tech

Le Murena One est un smartphone qui souhaite promouvoir la vie privée, à défaut du tout Google des autres smartphones Android. A un tarif assez attractif et avec un look somme toute relativement banal, que vaut vraiment ce smartphone et quelles sont ses ambitions ?
Son objectif est de se passer clairement des services de Google. Bien évidemment, le Murena One dispose d’une architecture Android, lui permettant de fonctionner correctement sans des coûts de développement faramineux. En revanche, ce dernier ne dispose pas de Google Maps, Google Drive ou du PlayStore. Alors comment fait-on avec ?
Comme tout bon smartphone entrée de gamme, il offre un look de smartphone … entrée de gamme du coup. On oublie donc les finitions parfaites, l’écran incurvé et autres fioritures des smartphones onéreux. Ici, on se contente de ce que l’on a et c’est déjà pas mal. Quoique, faut-il encore le comprendre car parfois, on peut se poser certaines questions.
En effet, la qualité de fabrication n’est pas optimale et on ressent clairement le côté plastique de l’appareil. Ce n’est pas grave, mais pour les utilisateurs en recherche d’un smartphone mieux construit et mieux fini, et toujours sans Google, faut-il encore aller chez Huawei avec leur Mate 50 Pro carrément.
Sur la face avant, se trouve l’écran, qui prédomine naturellement. Dans ce dernier, on retrouve la caméra frontale sous forme de poinçon, en haut à droite.
 
Les ajustements sont loin d’être parfaits, ce qui est quelque peu décevant. Cependant, ça reste correct et la caméra reste utilisable sans soucis.
Test Murena One : Avis complet et détaillé - Smartphone Android - Charles Tech
En bas de l’écran, se trouve le traditionnel menton des smartphones entrée de gamme.
C’est un peu dommage d’avoir toujours cela sur les smartphones pas chers, mais c’est comme ça et je ne pense pas que ce rituel change de sitôt.
Sur la tranche gauche de l’appareil, se trouve le tiroir SIM. Ce dernier permet d’accueillir deux cartes SIM ou une carte SIM et une carte micro-SD. Les cartes sont au format nano-SIM, comme sur la quasi-totalité des smartphones de nos jours.
En plus de ça que la tranche gauche, on retrouve le capteur d’empreintes digitales. Pas dans le bouton de verrouillage / déverrouillage ou autre, non non, juste le capteur d’empreintes, comme ça. Je n’avais encore jamais vu ça et ce n’était pas si mal en fait, là, ce dernier se trouve installé n’importe comment, forçant à faire une manipulation supplémentaire à l’utilisateur.
Sur la tranche droite, c’est là que se trouvent les autres boutons traditionnels, à savoir le bouton de verrouillage / déverrouillage, ainsi que les boutons de réglage du volume. Ils ne sont pas sous la forme de deux boutons séparés et sont sur la droite, c’est à l’opposé de ma configuration préférée, mais ça n’est pas grave.
Le bouton de verrouillage / déverrouillage n’embarque du coup pas de capteur d’empreintes digitales, mais un simple petit liseré rouge, pas forcément très utile mais esthétique.
Au niveau de la tranche inférieure du Murena One, se trouvent le microphone, le haut-parleur pour l’écoute musicale, ainsi que le connecteur USB-C pour la recharge ou le transfert de données via OTG.
Sur la tranche supérieure, se trouve un émetteur infrarouge, d’une discrétion absolue, ou pas en fait, clairement visible et assez peu travaillé, contrairement à ce que peuvent faire Xiaomi, Samsung ou Huawei. C’est dommage. Cependant, c’est tout, même pas de connecteur Jack 3,5 mm sur ce smartphone, c’est dommage.
A l’arrière en revanche, un module qui ressemble excessivement à ce que proposait realme il y a encore quelques mois. Parlons avant tout du dos, qui est en noir brillant ici, autrement appelé aimant à traces de doigts, tellement elles y sont visibles. Une nouvelle fois, c’est dommage. Un dos mat aurait été un petit plus clairement appréciable, ici, il est fort regrettable de voir toutes ces tractes de doigts ingrates.
Sur la partie supérieure gauche, se trouve le module photo. Ce dernier ressemble vraiment à celui d’un smartphone realme. On y retrouve quatre capteurs, indispensables pour faire de magnifiques photos sur un smartphone à 300 euros comme chacun le sait. Plus sérieusement, ces capteurs ne servent pas tous à grand chose.
Certes, on y retrouve un modèle de 48 MP comme capteur principal, ce qui est bien. Cependant, le constructeur n’indique pas grand chose sur l’appareil photo de son smartphone. Au premier regard, on peut constater un grand-angle de 8 MP et un capteur macro de 5 MP, absolument pas utile du tout, sur aucun smartphone d’ailleurs.
Le gros avantage toutefois, c’est l’absence totale de marque présente sur le smartphone. Pas de logo, ni de nom de la marque mentionné. C’est assez déroutant quand on en a l’habitude, mais ça n’est pas si dérangeant que ça. C’est même un petit avantage, au même titre que la discrétion absolue des mentions légales.
Pour faire fonctionner ce smartphone, on retrouve à l’intérieur, un processeur 8 cœurs, comme dans une très large majorité de smartphones de nos jours, pour ne pas dire l’intégralité des appareils. Ici, le SoC est un modèle MediaTek Helio P60, un processeur relativement performant, mais qui n’envoie pas non plus des foudres de guerre.
Sa cadence est de 2,1 GHz, c’est un modèle relativement entrée de gamme mais qui fonctionne correctement.
Côté RAM, c’est un total de 4 Go de RAM en LPDDR4X qui sont installés, ce qui reste relativement léger, mais ça n’est pas non plus mauvais. Disons que de nos jours, si l’on souhaite un smartphone parfaitement fluide sous Android, il faudrait dans les 6 Go de mémoire vive. Concernant le stockage, on dispose de 128 Go de stockage flash, extensible jusqu’à 128 Go avec une carte micro-SD.
Il ne faut donc pas être trop gourmand, on ne pourra pas stocker 300 Go de photos sur une carte micro-SD. C’est comme ça, un peu dommage certes, mais il en va ainsi. De toute manière, une personne qui achèterait ce smartphone ne serait pas un photographe en herbe non plus. Enfin, concernant le GPU, c’est un ARM Mali G72, un modèle également correct, bien que sans grande prétention.
Au niveau des performances CPU, ce n’est pas exceptionnel, les performances du Murena One sont assez faibles, surtout en single-core, même s’il rattrape un peu le retard en multi-core. Cependant, ce n'(est clairement pas au niveau d’autres smartphones parfois un peu plus chers, mais généralement dans les mêmes gammes tarifaires.
En effet, face à deux concurrents que sont le Nokia G60 et le realme 9 5G, il est dommage de voir que les performances sont vraiment à la traine. Les performances sont inférieures dans tous les cas de figure, sur le score global de PerformanceTest, mais surtout sur Antutu. En effet, ici, le smartphone offre un score deux fois moins élevé que ses concurrents …
Dans tous les cas, vous l’aurez compris, les performances de ce Murena One sont vraiment faibles sur la partie CPU, mais certainement pas que !
Le  Murena One dispose de 4 Go de RAM en LPDDR4X. Ce n’est pas énorme certes, ce qui est un peu dommage par ailleurs, mais c’est correct pour un smartphone entrée de gamme. Avec ceci, un total de 128 Go de stockage en UFS 2.2 et bien évidemment, avec la possibilité d’étendre ce stockage.
En effet, le Murena One accepte les cartes micro-SD jusqu’à 128 Go, ce qui est un bon point positif. Cependant, il aurait pu accepter de plus grosses cartes si l’on veut être tatillon. Mais, en réalité, je me demande bien honnêtement qui va aller faire des photos à en remplier une carte SD avec ce smartphone. Au vu de ses performances, pas grand monde ne remplira de carte micro-SD de 128 Go.
Les débits de la RAM sont mauvais, bien en-dessous de ce que peuvent faire les concurrents. C’est tristement décevant, même si les débits de ma RAM n’influent pas énormément dans le confort d’utilisation d’un smartphone, du double au simple, ça commence à se faire ressentir. De même que pour les latences très élevées.
C’est en revanche correct sur les débits de la puce de stockage, faisant mieux que le realme 9 5G qui est clairement à la traine sur ce point. Ici, on dépasse les 300 Mo/s en lecture et surtout on dépasse les 200 Mo/s en écriture, ce qui n’est pas mauvais.
Le GPU ARM Mali G72 est bien faiblard pour un smartphone de cette catégorie. En effet, il est dommage d’équiper un smartphone de cette gamme d’un GPU vraiment entrée de gamme à pas cher.
Cela se ressent sur les performances qui ne sont pas du tout au rendez-vous. Une nouvelle fois, le Murena One fait à peine la moitié du nombre de points de ses concurrents, ce qui est clairement regrettable avec 3DMark notamment.
Concernant le benchmark réalisé sur Antutu, c’est une nouvelle fois la moitié des points des autres smartphones qui sont marqués ici, c’est encore et toujours regrettable. Ce smartphone est tout simplement mauvais en termes de performances, car le prix est trop élevé et que les performances sont trop faibles. Pour un smartphone à 130€, ça aurait été correct, mais pas pour un smartphone à plus de 200 euros.
Le Murena One est doté d’une dalle de 6,53 pouces, ce qui est assez correct au vu de la taille du smartphone. En effet, il n’est pas toujours utile d’aller dans la course aux plus grands écrans, surtout que ça n’est pas systématiquement le plus pratique.
Ici, le Murena One se dote donc d’une dalle de taille correcte. Cependant, le ratio d’affichage est du 19,5:9 et non pas du 20:9, comme le font maintenant la plus grande majorité des smartphones. Ce qui donne une résolution de 2242 x 1080 pixels, quelque chose de correct mais on aurait pu attendre un peu mieux sur du 20:9.
écran du Murena one
Le tout, offrant une densité de pixels de 395 DPI. C’est très correct, largement au-dessus des 326 DPI au delà desquels l’œil humain ne distingue plus les pixels.
Au niveau de la dalle, c’est un modèle IPS LCD, assez classique sur un smartphone de cette catégorie. C’est en effet bien pratique mais il est un peu dommage de ne pas avoir eu l’audace de mettre une dalle OLED.
Globalement, si ce n’est pas une dalle OLED, l’écran reste beau et les couleurs très correctes. Il est plaisant de voir de si belles couleurs et une dalle travaillée sur un smartphone qui semble tout de même assez cheap en soi, ne nous mentons pas.
Le Murena One dispose de réglages assez concis, ce n’est pas un Sony Xperia 1 IV en termes de réglages de luminosité et de colorimétrie, mais ça suffit pour un smartphone de cette catégorie.
On y retrouve le mode sombre, le mode éclairage nocturne, qui jaunit l’écran pour réduire la quantité de lumière bleue, la luminosité adaptative, qui est une évidence mais qui n’est pas activée par défaut ici, c’est assez original.
Il est possible également d’activer un mode lecture, permettant d’afficher les couleurs en noir et blanc. Ce dernier facilite le confort de lecture et évite ainsi de trop larges gammes de couleurs. Il est également possible de régler les tons de vert, rouge et bleu.
Il est possible dans le reste des paramètres, de sélectionner ce que l’on affiche sur l’écran de verrouillage, ou encore d’activer l’économiseur d’écran. Ce dernier est semblable à un mode Always-On Display, mais qui ne s’active que lorsque l’appareil est en charge. Forcément, inutile de l’activer quand le smartphone n’est pas branché. C’est un appareil avec une dalle IPS LCD et pas une dalle OLED ou AMOLED.
Le Murena One se dote de quatre capteurs photo. C’est vrai que c’était absolument indispensable sur un smartphone aux finitions aussi hasardeuses et aux performances aussi médiocres, de mettre quatre capteurs … Peut-être que deux capteurs corrects et de bonne qualité auraient été un choix plus intéressant. Mais non, ce n’est pas ce choix que le constructeur a fait.
C’est bien dommage une nouvelle fois, si bien que je ne compte plus le nombre de fois où j’ai employé ce mot dans mon test. Les capteur proposent des résolutions de 48 MP pour le capteur principal, 8 MP pour le grand-angle, 5 MP pour le capteur macro et 2 MP pour le capteur de profondeur pour le mode portrait.
Test Murena One : Avis complet et détaillé - Smartphone Android - Charles Tech
Je ne peux que saluer le fait de proposer un capteur macro 5 MP et non pas un 2 MP, mais utiliser le capteur grand-angle pour ce travail fonctionnait également aussi bien. De plus, le capteur de profondeur de 2 MP n’a clairement aucune utilité, ce n’est pas un capteur qui sert à quoi que ça soit, qui peut être fait avec un autre capteur du smartphone.
Voici les différentes caractéristiques des capteurs photo du Murena One :
Ensuite que dire, sur l’interface et la navigation … C’est nul. Ici, pas de différent mode de prise de vue, non non, il faut simplement changer de capteur, et deviner par conséquent, quel capteur sert à quoi. Alors on retrouve le capteur principal avec sa résolution de 48 MP, le capteur grand-angle avec sa résolution de 8 MP, ainsi que le capteur macro et ses 5 MP.
Pour identifier chacun, on se rapproche de l’élément et on voit si c’est le capteur macro, on voit si on a un effet fisheye et on peut en deviner le capteur grand-angle, sinon, c’est le capteur principal de 48 MP. Globalement, le capteur 0 est le capteur principal, le capteur 2 est le macro et le capteur 3 est le grand-angle.
Tant de simplicité dans un seul smartphone, ça n’était encore jamais arrivé mais je dois avouer que j’apprécie … Il est toutefois possible d’installer des applications tierces pour prendre des photos, ce qui n’est pas l’idée de base, mais ici, vu l’appli en question, ça semble indispensable. Qu’à cela ne tienne, nous avons tout de même utilisé l’application de base pour prendre des photos.
Le point positif, c’est que le smartphone peut prendre des photos. Le point négatif, c’est la qualité des photos prises, clairement, ces dernières sont d’une qualité absolument honteuse pour un appareil à un tel tarif.
Les couleurs n’ont aucun dynamisme, tout semble plat, mort, sans intérêt, inerte, c’est dommage une nouvelle fois. Alors que certains smartphones gèrent nettement mieux la balance des blancs et les différents tons de couleurs, surtout quand il fait sombre, ici, il n’en est absolument et strictement rien.
Lorsque l’on ose zoomer quelque peu sur les photos, on trouve tout de suite un amas de pixels les uns sur les autres, les photos sont toutes pixelisées, floues, pas claires, bref, ce n’est pas agréable, bien loin de là.
Pour les utilisateurs qui aiment la prise de risques, on peut zoomer avec le Murena One. En revanche, je ne sais pas si c’est une bonne idée, car déjà que les photos prises en x1 ne sont pas exceptionnelles, bien loin de là, mais alors les photos zoomées, sont forcément encore plus de piètre qualité.
On peut zoomer jusqu’à x4 pour prendre des photos plus proches, mais ce n’est forcément pas une bonne idée, car la qualité s’en verra toujours plus dégradée. Bref, vous l’aurez bien compris, les photos, ce n’est certainement pas le fort de ce smartphone, de près comme de loin.
e/OS est l’interface de ce Murena One. Au moins, prononcé à l’anglaise, c’est très original et ça ne ressemble absolument à rien de connu … A part à l’OS d’un constructeur américain qui fait des smartphones avec des pommes croquées sur l’arrière. Enfin, me semble-t-il, je ne voudrai pas commettre d’impair en me trompant, mais selon ce que j’ai entendu, à une lettre près, ça se rapproche pas mal !
Mais passons sur le nom et attaquons-nous aux fonctionnalités. Déjà, le smartphone tourne sous Android 11, qui est ici une version modifiée pour se passer totalement de Google et de ses services. Ce, pour apporter plus de vie privée à l’utilisateur et ne pas donner toutes ses informations à Google. Ce que je trouve intéressant dans l’idée.
Même si personnellement, Apple doit plus en savoir sur ma personne que moi-même, je peux comprendre que certaines personnes ne souhaitent pas donner toutes leurs informations à des entreprises. Cependant, ici, les choses sont plutôt bien faites, en effet, on retrouve une application pour presque tout ce dont on a besoin.
En effet, le Murena One se dote d’un explorateur de fichiers, d’un magasin d’applications, d’une application de cartographie, mais également d’une appli de notes, de rappels, et d’un navigateur. Mais ce dernier, utilise le moteur de recherche ecloud.global, évidemment pas de Google installé par défaut ici, bien que l’on peut utiliser Google si on le souhaite.
Ce n’est pas tout à fait comme un smartphone Huawei en revanche, sur lesquels on ne retrouve pas les applications de Google et sur lesquels il est relativement complexe de les installer, bien que pas impossible. Ici, le Murena One permet d’installer tout ce dont on a besoin, comme YouTube notamment, mais d’autres applications aussi, gratuitement et simplement.
Les options du smartphone sont très axées sur la vie privée et la sécurité, ce qui n’est pas une mauvaise chose. En effet, le système d’exploitation bloque des trackers permettant d’éviter les suivis un peu trop proches de certains sites ou de certaines applications. C’est un avantage, vos données ne seront pas ensuite revendues pour des placements publicitaires.
Le Murena One est doté d’un seul et unique haut-parleur pour l’écoute musicale, c’est celui sur la tranche inférieure du smartphone. Pour être assez rapide et en venir directement au but, on en a testé des smartphones, et clairement, pour le prix, on a déjà entendu nettement meilleur comme son.
C’est franchement dommage de ne pas avoir un son de bonne qualité ici, c’est même de très mauvaise qualité, si bien que le son en devient agressif sur les tons aigus un peu trop prononcés. C’est désagréable, le qualité audio est clairement médiocre et c’est fort regrettable.
Malgré-tout, le son du smartphone est relativement puissant, mais il est vraiment dommage que ce dernier ne soit pas bon. Car projeter loin, un son de mauvaise qualité, ce n’est pas forcément une bonne idée pour vos oreilles. Alors qu’une qualité audio supérieure aurait été nettement plus agréable !
Un smartphone qui sort en 2022 au prix de 350€ environ et qui n’est pas compatible 5G, ça reste assez dommage. Certes, ce n’est pas une obligation non plus, mais c’est à croire que c’est le smartphone des anti-Google et des anti 5G !
Murena One
Je ne pense pas que ça soit l’idée derrière cet appareil, mais le fait qu’il ne soit pas doté de la dernière génération d’internet mobile reste dommage. Il n’est donc pas possible de profiter des forfaits 5G mais au moins, vous pouvez rester chez Free en toute tranquillité, c’est un avantage tarifaire ! Peu importe qu’il y ai de la mauvaise 4G, ça fonctionnera correctement.
Voici les bandes cellulaires avec lesquelles le Murena One est compatible :
Pour le reste de la connectivité, c’est toujours tout aussi décevant, pas de Wi-Fi 6 mais encore, ça peut se comprendre au vu du prix du smartphone, pour faire quelques concessions. Mais pas non plus de Bluetooth récent, on reste ici sur un bon vieux Bluetooth 4.2, assez décevant pour un smartphone dans cette gamme de prix. Sans demander du Bluetooth 5.3, une version 5.0 minimum aurait été quelque chose de logique.
Sur la connectique physique, pas de port Jack 3,5 mm sur ce smartphone que l’on peut avec toute la légitimité du monde, qualifier de modèle entrée de gamme. Ce n’est pas si dommage que ça non plus, rien de très grave car je n’utilise pas d’écouteurs en Jack, mais ça peut toujours être pratique.
Si le Murena One propose un capteur d’empreintes digitales sur le côté, il ne propose toutefois pas de reconnaissance faciale pour le déverrouiller. C’est un petit atout pour la sécurité ou alors que le constructeur n’a pas réussi à implémenter le système, je ne saurai pas.
Dans tous les cas, la reconnaissance faciale, c’est vraiment génial ! Dans le strict cadre d’un capteur 3D comme un Face ID sur un iPhone, ou bien des systèmes comme sur un Mate 50 Pro ou un Honor Magic 4 Pro. Le reste qui se contente de fonctionner avec la caméra frontale n’est pas souvent sécurisé et peut se débloquer à l’aide d’une simple photo.
Ici, on retrouve cependant le capteur d’empreintes digitales. Sur le Murena One, ce dernier est calé sur la gauche du smartphone, je ne saurais pas expliquer pourquoi. Il n’a visiblement pas pu être glissé dans le bouton latéral de verrouillage / déverrouillage du smartphone. C’est bien dommage car ça aurait été pratique ! Mais le capteur d’empreintes fonctionne correctement, c’est toujours ça.
L’autonomie du Murena One n’est pas mauvaise, c’est un des rares points où je pourrais en dire plus de bien que de mal. En effet, ce smartphone est doté d’une batterie d’une capacité de 4500 mAh, ce qui est tout à fait correct. On peut tenir pendant la journée avec sans aucun souci, comme on peut pousser à deux jours si l’on n’utilise pas trop son smartphone.
En revanche, pour les utilisateurs avec de gros besoins qui sont toute la journée sur leur smartphone, qui appellent beaucoup, … la journée semble ambitieuse, ce n’est certainement pas l’autonomie que vous pourrez avoir avec cet appareil, on parlera ici plutôt d’une petite journée, type qui commence à 7h mais se termine vers 17h ou 18h.
En effet, pour avoir fait un test intensif sur l’appareil avec du partage de connexion, quelques appels, des SMS en nombre et des messages sur des applications de messagerie instantanée, au bout d’un moment, il fatigue plus vite. Rien de choquant cependant ici.
Le Murena One est un smartphone vendu bien trop cher. Certes, il faut payer des développeurs qui ont construit un OS, à partir d’Android, mais différent de ce que Google propose de base. Déjà, il faut retirer tous les services de Google et remettre ses propres services à la place. Ce n’est pas le plus long, mais ça demande du travail. Cependant, ce n’est pas une raison pour faire un mauvais smartphone.
Capteur d’empreintes déporté, performances médiocres, qualité audio mauvaise, appareil photo incompréhensible par une personne lambda, heureusement que l’écran est là pour relever le niveau et offre un bon niveau de qualité, mais ça ne suffira sans doute pas.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





© Charles Tech 2017 – 2022 – Toute reproduction (même partielle) interdite sous peine de poursuites.
Removed from reading list
Connectez-vous



source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE