Safra s'associe à Plastic Omnium pour ses bus à hydrogène – La Tribune Occitanie Toulouse

Partager :
C’est un nouveau partenaire de premier choix pour Safra, le constructeur français de bus à hydrogène installé à Albi (Tarn). La société a annoncé, mercredi 21 septembre, un partenariat industriel avec le spécialiste des pièces plastiques Plastic Omnium, la mobilité hydrogène étant une voie de diversification pour ce dernier.
Lire aussiPourquoi Plastic Omnium accélère sa transformation en Tech Company

“Plastic Omnium fournira à Safra les réservoirs hydrogène haute pression de type IV (composés à 100% de matières plastiques et entourés de fibres carbone) qui équiperont la nouvelle flotte de bus hydrogène Hycity destinée aux collectivités”, précise Safra dans un communiqué commun avec Plastic Omnium.
Courant juin, l’industriel français a effectivement annoncé la commercialisation prochaine d’un nouveau bus à hydrogène sur le marché, du nom de Hycity, à destination des collectivités locales. Ce modèle aura deux versions. Un véhicule de 12 mètres de long et 2,55 mètres de large, avec une capacité de 100 à 120 personnes, et un autre de 16 mètres de long avec une capacité de 160 à 180 passagers.
Le bus à hydrogène du Français disposera, en plus de son système de batterie, de six réservoirs à hydrogène lui garantissant 350 kilomètres d’autonomie. Ce qui est largement suffisant pour une vacation d’une journée sur le réseau urbain sans avoir la nécessité de le recharger avant la fin du service. Les équipes commerciales de Safra comptent faire de cet argument un atout commercial dans leur prospection des grandes villes en particulier, bien que le prix restera sans doute un obstacle pour certaines.
“Nous avons étudié la question de nous équiper en bus à hydrogène sur Toulouse, mais les prix sont pharaoniques et bien trop lourd à porter pour une collectivité. Un bus à hydrogène est trois fois plus cher qu’un bus qui roule au gaz naturel. L’hydrogène est une filière d’avenir mais elle doit relever le chalenge du prix”, s’est récemment positionné Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et président de la Métropole, malgré sa promesse électorale de 2020 d’expérimenter ce nouveau type de bus.
Safra espère en partie répondre à cette question avec Hycity, qui vient remplacer son premier bus à hydrogène, Businova. En cinq années de production dans ses ateliers du Tarn, Safra en aura livré 23 exemplaires à des communes comme Versailles (Yvelines), Auxerre (Yonne), Le Mans (Sarthe), tout en y ajoutant les bus destinés à l’aéroport Toulouse-Blagnac pour le projet HyPort. Mais sa production a été arrêtée en janvier dernier pour concentrer les équipes sur le développement du nouveau modèle.
Lire aussiLa station à hydrogène de l’aéroport de Toulouse en service dès mars 2022

“Le premier bus à hydrogène de Safra a été réalisé à une époque où la filière hydrogène commençait à se mettre en place. À l’époque, de nombreux éléments étaient encore peu matures dans des véhicules complexes. Il n’y avait pas de gros point noir sur l’exploitation du Businova, mais il y avait tout de même un problème de fiabilité liée surtout à une sur-sécurisation des systèmes. Aujourd’hui désormais, de nombreux composants sont devenus de série et cette maturité doit nous permettre de produire ce bus Hycity de manière beaucoup plus simple et en volume”, justifiait à La Tribune en juin dernier Eric Baleviez, le directeur commercial et marketing de Safra.
Lire aussiAvec son nouveau bus à hydrogène, Safra espère enfin voir son activité décoller

La production d’un Businova était tellement complexe qu’il fallait neuf à dix mois pour sortir un véhicule complet de l’atelier. Cela résultait d’un choix stratégique de Safra à l’époque qui voulait développer le maximum de pièces en interne pour ses bus à hydrogène. Ce temps-là est révolu. Désormais, l’industriel albigeois mise sur des sous-traitants experts sur certains éléments, comme Plastic Omnium et ses réservoirs à hydrogène, pour gagner en compétitivité, fiabilité et temps. “Plastic Omnium pourra s’appuyer sur ses capacités de production en place et accompagnera également Safra dans la mise sur le marché de ses produits en déployant l’assistance technique nécessaire au suivi et à la maintenance après-vente“, est d’ailleurs précisé par les deux parties.
Ce partenariat est le troisième majeur de ce type pour son bus Hycity, au niveau industriel. Pour son nouveau modèle, Safra a renouvelé sa coopération avec Symbio, une joint-venture de Faurecia et Michelin, qui équipera les bus d’une batterie nouvelle génération. Enfin, l’allemand ZF, leader européen de la transmission de mouvement, va fournir un essieu standard motorisé à l’électrique pour le bus de Safra, dont deux prototypes sont attendus d’ici la fin de l’année 2022 et une mise sur le marché en 2023.
Nous avons à cœur de développer des partenariats industriels forts et de long terme pour soutenir le développement de la filière hydrogène”, ajoute Stéphane Prin, le directeur général de Safra, qui confirme cette nouvelle stratégie en interne d’externalisation.
Le développement du bus à hydrogène 2.0 de Safra et la concrétisation de ses partenariats ont été rendus possible en grande partie grâce à l’ouverture de capital opérée en 2021, pour une vingtaine de millions d’euros. C’est le fonds d’investissement gérés par Aqua Asset Management, une société de gestion dédiée aux investissements dans la transition écologique, qui a été retenu par la société tarnaise pour l’accompagner dans son développement.
Safra emploie actuellement pas moins de 200 personnes, mais elle voit grand pour la suite. Le constructeur de bus à hydrogène ambitionne “de créer 400 emplois supplémentaires et d’augmenter ses capacités production à plus de 200 véhicules par an d’ici 2025“.
Pour autant, la société n’oublie pas ses origines, elle qui existe depuis 1955 et qui a fait sa réputation dans le domaine de la rénovation des matériels de transport de personnes. Elle bénéficie d’une subvention du conseil régional d’Occitanie pour développer la technologie du rétrofit en transformant des autocars roulant au diesel en autocars à hydrogène.
Dans ce cadre, Safra a conclu un partenariat industriel de long terme avec Plastic Omnium, qui, outre les réservoirs hydrogène, fournira les systèmes de pile à combustible, le cœur de la motorisation hydrogène”, précise le communiqué commun.
Sur la commande de 15 autocars confiée à Safra, le premier véhicule “rétrofité” doit être livré à la collectivité locale début 2023. Cette livraison devrait également marquer le lancement de la commercialisation de cette technologie pour le constructeur français.
Partager :
Du lundi au vendredi, à 19h, recevez l’essentiel de l’actualité de
Toulouse et sa région
Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.
Pensez à vérifier vos courriers indésirables.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune
Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter Occitanie – Toulouse
Sujets les + lus
|
Sujets les + commentés
1
revue T Mecachrome, nouveau géant des pièces aéronautiques, devient actionnaire majoritaire de Rossi Aero
2
revue T Aérien : « Hors Air France, la consolidation des autres compagnies françaises est inévitable » (Pascal de Izaguirre, Corsair, Fnam)
3
revue T À Scopelec, le début d'une semaine décisive pour ses 2.500 salariés
4
revue T Comment l'industrie aéronautique s'engage dans une décroissance énergétique. Enquête
5
revue T Suppression de la CVAE : « une mauvaise idée » pour le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc
1
revue T Sécheresse : la Haute-Garonne se prépare à un fleuve à moitié à sec dès 2035 (4)
2
revue T Production de foie gras arrêtée dans le Sud-Ouest : quelles conséquences économiques ? (4)
3
revue T Comment l'industrie aéronautique s'engage dans une décroissance énergétique. Enquête (3)
4
revue T Future autoroute entre Toulouse et Castres : ce qu'il faut savoir (2)
5
revue T Suppression de la CVAE : « une mauvaise idée » pour le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (2)
Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.
Startemploi

source
https://netsolution.fr/gestion-de-la-production/

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE