Rhapsodie pour un premier ministre | La Presse – La Presse

Consulter lapresse.ca
Liens utiles
PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE
Justin Trudeau à Londres le 18 septembre
Is this the real life ? Is this just fantasy ? — Bohemian Rhapsody, Queen, 1975
Faut-il être choqué du fait que Justin Trudeau se soit amusé à chanter Bohemian Rhapsody, du groupe Queen, l’avant-veille des funérailles de la reine Élisabeth II, à Londres ? Suivant les allégeances partisanes, on répondra par l’affirmative ou la négative à cette question.
Ceux qui disent qu’« il n’y a rien là » arguent que le premier ministre ne faisait rien d’autre que se détendre au milieu d’un voyage où son horaire était très chargé. Ceux qui disent que M. Trudeau aurait dû s’abstenir jugent qu’un tel comportement était inapproprié au milieu d’un deuil mondial.
Pour ma part, j’estime en effet que le chef libéral aurait dû tourner sa langue sept fois avant de chanter. Avant d’expliquer mon point de vue sur cette petite affaire, il me faut rappeler que je dois énormément à M. Trudeau. En effet, c’est lui qui m’a nommé au Sénat en 2016. À la suite d’une décision irréfléchie, j’ai démissionné de la Chambre haute trois ans plus tard. Mais cela ne change rien à la reconnaissance que je ressens à l’égard du premier ministre.
On le sait, M. Trudeau a un côté acteur ; cela l’a généralement bien servi, mais il arrive qu’on ait des doutes sur la sincérité des émotions qu’il exprime.
Lorsque Élisabeth II est morte, le premier ministre, ému, a dit que la reine était « une de [ses] personnes préférées au monde » et qu’« elle [lui] manquera énormément ». De toute évidence, la souveraine avait été une précieuse mentore. « J’ai beaucoup de mal à accepter que la dernière fois que je l’ai vue soit la dernière fois », a-t-il ajouté. Bref, M. Trudeau était en deuil. Et c’est comme personne endeuillée, pour exprimer la tristesse de tout un peuple, que le premier ministre s’est rendu dans la capitale anglaise.
Comment réconcilier la petite fête tenue dans le hall de l’hôtel avec la peine qu’exprimait M. Trudeau quelques jours plus tôt ? Comment accorder la participation enthousiaste du premier ministre à cette séance de karaoké avec le rôle officiel qu’il devait jouer à Londres ? C’est là que le bât blesse.
Bien sûr, il n’est pas facile de résister à la tentation lorsqu’on est accompagné par Gregory Charles, dont l’immense talent n’a d’égal que l’enthousiasme. N’empêche, il aurait été beaucoup plus approprié de chanter God Save the Queen, que M. Charles compte sûrement dans son inépuisable répertoire. On rit, mais justement, ça n’est pas drôle du tout. N’oublions pas : le deuil canadien devait être tellement profond qu’une journée de congé avait été décrétée pour tous les employés fédéraux !
M. Trudeau doit beaucoup de son succès en politique à son humanité. Dans le cas présent, pourtant, il a manqué de jugement en faisant naître des doutes sur l’authenticité de son deuil. En tout temps, et certainement dans tout lieu public comme un hall d’hôtel, le premier ministre représente le Canada (ici, un pays endeuillé…). On s’étonne qu’il lui arrive encore de l’oublier.
Bien sûr, à l’échelle des crises qui secouent le monde, cet incident est microscopique. Mais c’est justement parce que la planète se porte si mal – mort d’Élisabeth II, guerre en Ukraine, menace nucléaire, changements climatiques, crise économique – qu’on s’attendait à plus sérieux et de dignité de la part de notre premier ministre.
Les signataires s’adressent aux chefs des partis politiques provinciaux.
« Le changement arrive, que vous l’aimiez ou non. » C’est par ces mots que Greta Thunberg concluait son discours devant une mer humaine d’un demi-million de personnes à Montréal, il y a trois ans presque jour pour jour.
Le cours Éthique et culture religieuse (ECR) aura eu une durée de vie de 15 ans. Très rapidement dans sa mise en œuvre, il aura eu à essuyer des critiques, notamment parce qu’il mettait sur un piédestal les religions. On se rappellera que le professeur Georges Leroux, l’un des principaux concepteurs du cours, écrivait que le volet culture religieuse demandait un « respect absolu des religions ».
Nos collaborateurs posent un bref regard sur le deuxième et dernier débat des chefs de la campagne électorale
Les Canadiens sont prêts à passer aux véhicules électriques, mais les multinationales automobiles ralentissent la transition.
Les campagnes électorales sont de formidables occasions de réfléchir collectivement à nos aspirations pour l’avenir. Et si on parlait de tourisme.
Mesdames et messieurs les candidats aux élections provinciales du 3 octobre prochain, nous sommes des hommes et femmes d’affaires et dirigeons et développons des entreprises dont nous avons la responsabilité. Nous sommes très préoccupés par la crise des changements climatiques.
Parlons de ce qui pourrait être qualifié de radical et d’extrémiste dans le cadre de l’actuelle campagne électorale. Le Parti conservateur du Québec (PCQ) d’Éric Duhaime ? Vraiment ? Attendez… Il y a mieux que ça.
Si une chose ressort des premières semaines de cette campagne électorale plutôt tranquille, c’est la curieuse réticence de la Coalition avenir Québec (CAQ) et de ses représentants à débattre. Vers la mi-août, juste avant le déclenchement des élections, j’avais été frappé d’apprendre que François Legault refusait l’invitation des jeunes de l’Institut du Nouveau Monde à débattre en compagnie des autres chefs.
Entrepreneurs, donneurs d’ordres dans l’espace public et responsables de chantiers, je vous lance un cri du cœur : RAMASSEZ-VOUS ! Ma ville, notre métropole, porte d’entrée au Québec et au Canada n’est pas un dépotoir.
Pour régler la crise du logement, il faudra des investissements à la fois dans les infrastructures physiques et dans celles qu’on pourrait qualifier de sociales. C’est un exercice difficile, mais nous en sommes capables.
Alors que la campagne électorale est bien enclenchée, nous, maires et mairesses du Québec, attendons avec impatience de connaître l’identité de la prochaine personne qui occupera le poste de ministre des Transports du Québec.
Cet article propose de répondre à deux questions que se posent les électeurs attentifs aux sondages. D’une part, y a-t-il une différence entre les estimations des deux principales firmes qui publient des sondages en ce moment ? D’autre part, est-ce qu’on peut penser qu’il y a du mouvement dans les intentions de vote ?
« On lui donne une bonne ride ? » À défaut d’espérer gagner la circonscription qu’il visitait au jour 2 de la campagne et de s’exprimer correctement en français, François Legault a dit au candidat caquiste qui affronte Pascal Bérubé dans Matane-Matapédia qu’il fallait à tout le moins lui en donner pour son argent.
L’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre le 20 septembre sous le signe de la guerre en Ukraine. Un premier coup d’œil peut laisser croire que la communauté internationale est scindée entre les partisans de l’Ukraine, menés par les États-Unis, et ceux de la Russie, discrètement appuyés par la Chine.
Les Canadiens dépensent plus de 2 milliards de dollars par année pour se procurer de l’alcool. De plus, selon l’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues de 2019, les trois quarts des Canadiens âgés de 15 ans et plus ont consommé de l’alcool au cours de la dernière année.
Nos applications
Contact
Services
Archives
Suivez La Presse
Légal
© La Presse Inc. Tous droits réservés.
Conditions d’utilisation| Politique de confidentialité| Registre de publicité électorale| Code de conduite

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE