Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

Résultats d'essais Comment « gérer les couverts sans labour ni chimie » ? – Terre-net

Pour le dernier jeudi « couverts » organisé le 23 septembre, les équipes d’Agro-Transfert ont présenté leurs résultats de recherche sur la gestion des couverts sans labour ni chimie. Et avant même de choisir la technique appropriée, « il y a aussi le choix de la période de destruction qui est important », précise Romain Crignon, chargé de projet. Retour sur les pistes identifiées.
Couverts végétaux et méthodes de destructionUne fois qu’on a choisi la date, on peut discuter de la manière dont on va détruire le couvert. Une décision à raisonner notamment selon la fenêtre climatique disponible, le développement du couvert et le choix des espèces. (©Alain Van de Kerckhove et Agro-Transfert)
Avec le projet « Multifonctionnalité des couverts d’interculture » (2015-2020), Agro-Transfert et ses partenaires1 entendent « favoriser la généralisation de couverts d’interculture performants », indique Gaëtan Leborgne, conseiller de la chambre d’agriculture de l’Aisne. Organisation, semis, matériel, services rendus, destruction… : de multiples thématiques ont été passées en revue, via des expérimentations au champ, des expérimentations virtuelles, de la bibliographie, etc.
On met souvent en avant « l’impact de la date d’implantation, favoriser plutôt des dates d’implantation précoces pour maximiser les services rendus par les cultures intermédiaires ». Mais la « grande variabilité » de dates de destruction possibles en fonction des terroirs et des pratiques des agriculteurs peut également jouer, indique Romain Crignon. 
Avec une destruction précoce des couverts, on peut, en effet, mettre en avant le fait de « sécuriser la destruction (conditions météo et de portance plus sûres), de laisser plus de temps aux résidus de se décomposer… selon les travaux de Thorup-Kristensen (2003). À l’inverse, une destruction tardive va permettre d’augmenter la biomasse produite et les quantités d’éléments minéraux absorbés/fixés et d’éviter les pertes d’azote issu de la minéralisation du couvert ». Des essais réalisés à Verneuil-sur-Serre (Aisne) ont montré aussi une « meilleure stabilité structurale du sol avec une destruction tardive d’un couvert (avril) avant maïs, plutôt qu’une destruction précoce (décembre) », ajoute Romain Crignon. 
Couverts et azoteCinq modalités de couverts ont été testées avec une destruction soit en novembre, soit en mars. (©Agro-Transfert)
Parmi les autres éléments de choix : la mise à disposition de l’azote pour la culture suivante. Et là, le type de couvert rentre aussi en compte : « l’effet de la date de destruction sera d’autant plus positif que le couvert est productif et qu’il conserve un C/N faible » (voir image ci-dessus). 
Une fois qu’on a choisi la date, on peut ensuite discuter de la manière dont on va détruire le couvert. Une décision à raisonner notamment selon la fenêtre climatique disponible (exemple ici pour la station de Saint-Quentin dans l’Aisne), le développement du couvert et le choix des espèces
« Avec les débats autour du glyphosate, beaucoup de questions se posent quant à la dépendance des systèmes sans labour, voire sans travail du sol, à cette molécule. Plusieurs agriculteurs cherchent notamment à réduire leur consommation liée à la destruction des couverts », indiquent les experts Agro-Transfert. On distingue alors deux étapes avec les techniques de destruction alternatives : « la destruction des parties aériennes du couvert (ou des repousses de céréales et d’adventices), puis celle du pivot ou du plateau de tallage ».  
Raisonner son mode de destruction(©Agro-Transfert)
Pour la partie aérienne, le broyage des couverts reste la technique la plus utilisée, mais certains agriculteurs y voient « une intervention supplémentaire parfois longue et coûteuse ». Agro-Transfert et ses partenaires ont alors lancé une traque aux innovations pour trouver d’autres alternatives sans recours à la chimie, ni au labour. Parmi les pratiques identifiées, « la récolte du couvert constitue un bon moyen de le maîtriser » : il peut être valorisé pour l’alimentation animale ou la méthanisation. « Mais l’exportation des parties aériennes peut influencer les services écosystémiques rendus, du fait de l’export de la matière organiques et des éléments minéraux contenus ». 
Autre solution sinon : le pâturage des couverts. Il existe, par exemple, des échanges entre agriculteurs et éleveurs, qui témoignent « d’un partenariat gagnant-gagnant. L’action des moutons est semblable à “un broyeur à l’avant et un épandeur à l’arrière” ». « Les restes de couverts piétinés par les moutons forment un paillage qui réduit les levées d’adventices dans l’hiver », selon un agriculteur. En contrepartie de la mise à disposition de la parcelle, l’éleveur fournit des semences de couverts.
« La destruction des racines, collets et plateaux de tallage des végétaux du couvert et des adventices dans le couvert ensuite pose, généralement, plus de problèmes car « le risque de repousse ou de repiquage est important ». Afin de maximiser les résultats, beaucoup d’agriculteurs préfèrent attendre le gel pour réaliser l’intervention mécanique. 
Différents outils arrivent aussi sur le marché à cet effet. Agro-Transfert et ses partenaires ont choisi d’en étudier quatre en particulier dans le cadre du projet. Les outils ont tous été  testés dans les mêmes conditions en novembre 2020.
Retrouvez les principaux résultats obtenus dans le tableau suivant : 
Scalpeur équipé d’un cultivateur rotatif
-Largeur de travail : de 2,4 à 6,2 m
-Puissance nécessaire : 40 cv/m

Déchaumeur rotatif auto-animé
-Vitesse d’avancement : 8 à 12 km/h
-Largeur de travail : 1,6 à 6 m
-Puissance nécessaire  : 40 cv/m 
En conclusion de ces tests, « l’outil parfait n’existe pas, reconnaît Aymeric Lepage de la chambre d’agriculture de l’Aisne. Le choix va dépendre de plusieurs critères, dont la biomasse du couvert, les coûts de chantiers, les objectifs de l’agriculteur… » . 
Pour en savoir plus, retrouvez l’ensemble des résultats avec cette vidéo Agro-Transfert (cliquez sur le curseur pour lancer la lecture) :


1 : Ceresia, Chambres d’agriculture, UniLaSalle, Inrae, Arvalis, Coop de France Hauts-de-France, Fredon Picardie et Bio en Hauts-de-France.
© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net
Réussir son colza : quelle stratégie cet automne ?
Les estimations de rendements en tournesol par département
Trois manières d'insérer la cameline dans les rotations
« La production de maïs grain la plus faible depuis 1990 » selon Agreste
Des outils complémentaires pour redynamiser les microorganismes du sol
Le marché des biomatériaux tire la production de chanvre
Chargement des commentaires
18:30 Le climat rassure en Europe de l’Ouest
17:46 Moins d’export que prévu, mais davantage d’alimentation animale
17:43 Réussir son colza : quelle stratégie cet automne ?
16:34 La nomination de V. Metrich-Hecquet à la tête de l'ONF validée par le Parlement
14:29 Le colza de retour sous les 600 €/t
14:26 Le blé creuse ses pertes sur Euronext
13:32 Les estimations de rendements en tournesol par département
Les nouvelles modalités de l’assurance récolte pour 2023 vous incitent-elles à vous assurer l’an prochain ?
Céréales à paille Les résultats d'essais variétés par région mis à jour
Appel à témoignages Avec la flambée des prix des engrais, quelle est votre stratégie ?
Innov-Agri Les machines qu'il ne fallait pas rater à Ondes !
Exportations de céréales Où vont les céréales ukrainiennes ? La Russie désigne l'UE, l'Ukraine rétorque
Innov-agri Sud-Ouest La 7e génération du 700 Vario trône sur le stand Fendt !
Sécheresse et changement climatique Les Chambres lancent un plan massif d’adaptation et visent 100 000 agriculteurs
Sécheresse et gestion de l'eau Le député Julien Bayou (EELV) encourage la destruction des réserves d’eau
Carte interactive sécheresse 78 départements en crise
Avances Pac, dérogations Face à la sécheresse, Marc Fesneau annonce des premières mesures
Sécheresse et changement climatique Les Chambres lancent un plan massif d’adaptation et visent 100 000 agriculteurs
Sécheresse Des agriculteurs manifestent dans l'Oise contre l'obligation de semer les Cipan
Conséquences de la sécheresse La Coordination rurale alerte sur les baisses de production à venir
Weather Market Le climat rassure en Europe de l’Ouest
Weather Market Les conditions de semis s'améliorent aux US et en France
Weather Market La France et les USA reçoivent des pluies favorables
Weather Market Les conditions climatiques rassurent en France et aux US
Weather Market Les cultures françaises en souffrance face au climat sec et aride
Weather Market Les cultures françaises souffrent d'un été sec et excessivement chaud
Trouver une nouvelle machine
Actualités
Forums
Marchés
Newsletters
Météo
Machinisme
Cultures
Élevage
Nous contacterPublicitéM’abonner PROMentions légalesPolitique de confidentialitéConditions générales de venteAudience certifiée par l’OJDMes consentements
© Terre-net Média 2022, MEDIA DATA SERVICES – Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAIS
SAS au capital de 1.500.000 € – 829 606 599 RCS Beauvais – N°CPPAP : 0324 W 92243

source

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE