Quelle gestion de la fertilisation azotée des blés adopter en ACS ? – Terre-net

De plus en plus d’agriculteurs engagés dans des systèmes en agriculture de conservation des sols (ACS) se détournent des conseils de fractionnement de l’azote sur blé pour apporter la totalité de l’azote ou presque entre tallage et épi 1 cm. Ces pratiques préoccupent l’aval des filières, qui s’inquiète notamment des conséquences sur la qualité des récoltes. Pour acquérir de nouvelles références pour la gestion de l’azote dans ces systèmes, Arvalis met en place un réseau d’essais national spécifique. Zoom sur l’essai bourguignon.
Blé en ACSArvalis a mis en place un essai en Côte-d’Or (à Gémeaux) chez un agriculteur qui pratique le semis direct sous couvert sur son exploitation. (©Arvalis-Institut du végétal)
Dans les systèmes ACS, ou SDSC (semis direct sous couvert), le recours important aux couverts végétaux et la suppression du travail du sol sont susceptibles de modifier la dynamique de l’azote dans le sol par rapport aux itinéraires d’implantation classiques.
Tout d’abord, réduire le travail du sol ralentit la minéralisation. Sans travail du sol, le profil est moins oxygéné, ce qui freine la minéralisation des matières organiques et la libération d’azote minéral. En général, les cultures démarrent moins vite en système ACS. Ce phénomène peut être intensifié par la présence de résidus à la surface du sol. Ces derniers ont un niveau de C/N élevé qui entraîne le développement d’une activité biologique de décomposition. Or, pour se développer, ces micro-organismes vont immobiliser des quantités d’azote non négligeables.
Par ailleurs, dans un sol non travaillé, l’organisation de sa structure est différente et peut jouer un rôle dans la conservation de l’azote dans le profil. Le concept de lame drainante, qui correspond à la descente de la solution du sol sous la pression de la pluviométrie automnale, ne fonctionne pas de la même manière dans des sols non travaillés : leur structure est organisée en réseaux de galerie, passages racinaires et fissures connectés entre eux, avec une orientation verticale et sur toute la profondeur du profil. Cette architecture permet d’absorber de plus grandes quantités d’eau et de ne pas entraîner la solution du sol et donc l’azote, qui sont protégés dans la microporosité du sol.
Au final, en système ACS, le sol peut donc se retrouver avec moins d’azote (par le ralentissement de la minéralisation), mais il le conserve probablement mieux dans le temps. Ce phénomène est amplifié par la présence de couverts végétaux.
Les systèmes ACS reposent en effet souvent sur l’implantation de cultures intermédiaires pièges à nitrate (Cipan) qui vont puiser le surplus d’azote dans le sol après la récolte de la culture principale. Cependant, l’ensemble de l’azote absorbé ne sera pas restitué sur la culture suivante, mais relargué sur plusieurs mois. La vitesse de relargage est dépendante du C/N de la matière organique : plus ce rapport est faible (plantes jeunes, légumineuses et majorité de dicotylédones), plus vite les résidus se décomposeront. Inversement, plus les plantes sont développées et ligneuses (graminées, tiges de moutarde), plus les éléments seront stockés et restitués lentement.
L’agriculture de conservation des sols modifie donc plusieurs paramètres au niveau de la fourniture en azote du sol. Son impact va évoluer dans le temps. Dans un premier temps, le système passe par une phase d’accumulation : l’azote n’est pas perdu mais stocké, et il risque d’être moins disponible. Par la suite, le bilan entre les entrées et les sorties commence à s’équilibrer. Enfin, la conservation de l’ensemble de l’azote augmente progressivement le volume stocké dans la matière organique facilement minéralisable. Cela se traduit par une augmentation des fournitures en azote du sol.
Comme les références utilisées actuellement pour la gestion de l’azote sur blé proviennent uniquement d’essais conduits dans les systèmes « classiques », Arvalis met en place un réseau d’essais sur blé tendre et blé dur pour évaluer l’impact des systèmes ACS sur la cinétique de fournitures d’azote par le sol et sur la valorisation des apports d’engrais par la culture. Il s’agit en premier lieu d’identifier les pratiques de fractionnement des apports d’azote les plus adaptées aux systèmes ACS. 
Le second objectif est d’acquérir des références sur la cinétique de minéralisation de l’azote dans ces systèmes. Ce qui pourra améliorer le paramétrage des outils de pilotage de la fertilisation azotée dans ces contextes spécifiques.
Enfin, il sera intéressant d’étudier l’intérêt d’apporter des micro-organismes sur des résidus de végétaux abondants pour accélérer leur dégradation.
Concrètement, Arvalis a mis en place un essai en Côte-d’Or (à Gémeaux) chez un agriculteur qui pratique le semis direct sous couvert sur son exploitation. L’essai est implanté dans une parcelle en sol argilocalcaire superficiel. La variété de blé tendre d’hiver Complice y a été semée à 325 grains/m² le 16 octobre 2021 par l’agriculteur avec le matériel adapté. Le précédent est un lin de printemps récolté fin septembre 2021, lui-même précédé d’un seigle implanté comme culture intermédiaire à vocation énergétique (Cive) récolté fin mai 2021.

Tous les apports d’azote seront réalisés avec de l’ammonitrate 33,5. Plusieurs modalités de fractionnement vont être étudiées : toute ou une grande partie de la dose sera apportée précocement en sortie d’hiver, impasse au tallage avec report soit à épi 1 cm ou DFE (Dernière feuille Etalée) selon l’état de nutrition du blé juste avant épi 1 cm, et une modalité « DFE renforcée » avec un peu plus d’azote en fin de cycle.
Tout au long de la campagne, des mesures de biomasses et d’azote absorbé par le blé seront réalisées pour suivre son état de nutrition azotée, ainsi que des mesures d’azote du sol à certains stades-clés. Les composantes de rendement, le rendement et la teneur en protéines des grains seront également mesurés. 
Ce réseau d’essai en microparcelles nous permettra d’obtenir des éléments de réponses pour gérer au mieux et différemment la fertilisation azotée dans ce type de système.
© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net
Quelles sont les variétés de céréales à paille les plus utilisées en France ?
36 % des agriculteurs ont récolté plus de 40 q/ha de colza
Vos reportages et témoignages d'agriculteurs préférés de la campagne 2021-22
Protéines végétales : des complémentarités entre céréaliers et éleveurs voisins
La sécheresse est un « coup de massue » pour les producteurs de maïs
Les rendements sont hétérogènes mais la qualité est au rendez-vous
Chargement des commentaires
mar. La MSA verse ce mardi 16 août l'allocation de rentrée scolaire
mar. Quelle évolution du prix des terres en 2021 en Occitanie ?
mar. Le colza plie dans le sillage du soja
mar. Une météo plus favorable provoque le retrait du blé et du maïs
mar. Le point sur le bail rural verbal
mar. De nouvelles perturbations arrivent ce mardi
mar. Les pluies et l’USDA provoquent le retrait de Chicago
Quel frein voyez-vous à la diversification de votre assolement ?
Carte interactive sécheresse 62 départements en crise
Data moisson 2022 Agreste met à jour ses estimations de rendements en colza par département
Data moisson 2022 Les estimations de rendements en blé tendre d'Agreste par département
Dans les Landes La sécheresse est un « coup de massue » pour les producteurs de maïs
Nouveauté moissonneuse-batteuse Cabine, puissance, automatismes … Claas fait évoluer sa gamme Lexion
Rapport USDA L'Ukraine et la Russie sur le devant de la scène pour le maïs et le blé
Sécheresse En Nouvelle-Aquitaine, des tournesols carbonisés et des agriculteurs inquiets
Carte interactive sécheresse 62 départements en crise
Marchés des fertilisants Peut-on se passer des engrais azotés de synthèse ?
Biodiversité fonctionnelle L'importance de l'étude du paysage pour la durabilité des systèmes agricoles
Double activité La SCEA Poullain (78) délègue la gestion de son exploitation à Agridomaine
Sécheresse La FNSEA appelle à une mobilisation accrue des pouvoirs publics
Weather Market Les cultures françaises en souffrance face au climat sec et aride
Weather Market Les cultures françaises souffrent d'un été sec et excessivement chaud
Weather Market Le maïs français sous la menace de la canicule
Weather Market Le maïs français menacé par la vague de chaleur
Weather Market Un nouvel épisode caniculaire est anticipé en France
Weather Market Les US subissent une nouvelle vague de chaleur
Trouver une nouvelle machine
Actualités
Forums
Marchés
Newsletters
Météo
Machinisme
Cultures
Élevage
Nous contacterPublicitéM’abonner PROMentions légalesPolitique de confidentialitéConditions générales de venteAudience certifiée par l’OJDMes consentements
© Terre-net Média 2022, MEDIA DATA SERVICES – Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAIS
SAS au capital de 1.500.000 € – 829 606 599 RCS Beauvais – N°CPPAP : 0324 W 92243

source

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE