Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

Prononcé le 18 octobre 2022 – Christophe Béchu 18102022 Grève dans les raffineries | vie-publique.fr – Vie publique.fr

Intervenant(s) :
Mots-clés :
Prononcé le
LOUIS DE RAGUENEL
Bonjour Christophe BECHU et bienvenu sur Europe1.
CHRISTOPHE BECHU
Bonjour.
LOUIS DE RAGUENEL
Depuis hier Emmanuel MACRON et tous les ministres disent : on fait le maximum pour débloquer les dépôts de carburant. Ça veut dire quoi concrètement ” faire le maximum ” ?
CHRISTOPHE BECHU
Faire le maximum, ça veut dire réquisitionner à chaque fois que c’est nécessaire, et faire le maximum ça veut dire désormais se pencher sur la chaîne logistique pour faire en sorte, dès lors qu’il y a des réquisitions à l’intérieur des raffineries, que les camions puissent accéder jusqu’aux stations-service. Et c’est une opération logistique qui est complexe et qui conduit à des situations, à la minute où on se parle, qui sont globalement en amélioration mais avec de vrais écarts en fonction des territoires et des files d’attente qui sont encore trop longues et des gênes sur lesquelles il faut qu’on continue à travailler.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors vous parliez justement de réquisitions. Pour toute la France depuis le début de cette crise, il y a eu treize réquisitions pour rouvrir donc les dépôts de carburant. Vous avez dénoncé une tentative de radicalisation, pourquoi ne pas faire plus de réquisitions pour libérer tous les dépôts de carburant ?
CHRISTOPHE BECHU
Toutes ces réquisitions, elles sont encadrées par la justice et vous remarquerez qu’à chaque fois que les réquisitions voulues, lancées par le gouvernement ont été attaquées, nous avons gagné en justice les référés parce que les juges ont considéré que c’étaient des réquisitions qui étaient proportionnées. La ligne du gouvernement, c’est le dialogue oui, le blocage non. On a donc laissé un temps pour le dialogue social, on a ensuite fait en sorte d’attendre que des accords majoritaires soient signés dans les entreprises, et là où ces accords majoritaires sont signés nous réquisitionnons quand des minoritaires bloquent un accord majoritaire, et c’est ce qui se passe depuis quelques jours.
LOUIS DE RAGUENEL
Justement hier Bruno LE MAIRE, le ministre de l’Economie, dit : maintenant le temps dit des discussions est terminé. Vous venez de rappeler que les treize réquisitions que vous avez faites ont obtenu une validation de la justice. Vous auriez pu en faire plus parce que les Français n’en peuvent plus de ne pas pouvoir faire leur plein d’essence.
CHRISTOPHE BECHU
Mais il y en aura sans doute une quatorzième, une quinzième, une seizième, autant que nécessaire pour qu’on assure un retour à la normale avec, encore une fois, un examen qui se fait territoire par territoire puisque c’est au préfet de lancer des réquisitions sur son territoire, sur la base des indisponibilités ou des difficultés qui peuvent exister de manière effective. Et donc je vous assure qu’on est totalement déterminés à faire en sorte que cette situation revienne le plus vite possible à la normale, sans déployer un arsenal qui serait contraire au droit. C’est très exactement notre ligne.
LOUIS DE RAGUENEL
Oui, mais pour les Français qui n’arrivent pas à faire le plein, est-ce que ça pose un problème, une question d’autorité de l’Etat ?
CHRISTOPHE BECHU
Je pense, ou en tout cas je comprends est celui qui a peur de ne pas pouvoir faire son plein soit plus qu’irrité par cette situation. Je veux rappeler pourquoi on en est là. On en est là parce qu’une minorité syndicale décide à la fois de ne pas respecter des accords majoritaires, qui ont pourtant abouti à l’issue de négociations à des hausses conséquentes de salaires, et qu’il y a une stratégie- je dirais presque politique – de jonction de convergence des luttes, avec la marche de dimanche et les appels à la journée d’aujourd’hui, et je comprends que beaucoup de Français ne sont pas dupes de ce qui est une tentative de détourner le dialogue social pour en faire autre chose.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors vous avez sous votre tutelle le ministère des Transports. Pour les Français qui veulent partir en vacances pour fêter la Toussaint, qui vont peut-être prendre le train ou la voiture, qu’est-ce que vous pouvez leur dire ? Est-ce qu’ils pourront prendre le train ce week-end ? Est-ce qu’ils pourront faire un plein d’essence pour partir en vacances ?
CHRISTOPHE BECHU
Le gouvernement est totalement mobilisé pour que ce soit le cas. Nous n’avons pas de raison de penser qu’on aura une situation qui sera dégradée à la fin de la semaine : au contraire, tous les indicateurs vont vers une amélioration pour les différents modes de transport.
LOUIS DE RAGUENEL
On vient d’entendre vos propos sur ce que vous dites des grévistes. Vous parlez un peu d’un détournement de jus de la mobilisation sociale. Qu’est-ce que vous dites aujourd’hui à tous ceux qui sont en grève ? Il y a le secteur pétrolier, le nucléaire, la SNCF. Qu’est-ce que vous leur dites aujourd’hui ?
CHRISTOPHE BECHU
Je dis que je comprends évidemment qu’un certain nombre de salariés puissent exprimer des attentes d’amélioration de pouvoir d’achat. Mais je leur dis dans le même temps : nous sommes le gouvernement en Europe qui a le plus protégé ses habitants en termes d’inflation. Les hausses sur le gaz ou sur l’électricité ont été absorbées par la puissance publique, les coûts à la pompe ont été diminués par des politiques de ristourne et nous avons l’inflation la moins élevée d’Europe. Qu’il y ait des demandes de négociations salariales dans les entreprises, je le comprends ; qu’il y ait des grèves préventives ou des grèves pour aller mettre la pression dans un contexte qui est déjà compliqué, à la fois par une situation géopolitique liée à la guerre en Ukraine, par la situation économique au sens large, je pense qu’il faut être prudent. Et encore une fois, le temps du dialogue ce n’est pas le temps du blocage, et dans un certain nombre d’entreprises sur lequel aujourd’hui des mots d’ordre de grève ont été lancés, on est davantage dans une forme de grève préventive que dans une culture du dialogue.
LOUIS DE RAGUENEL
Mais du coup aujourd’hui, le pays est complètement bloqué et on ne sait pas combien de temps ça va durer. Vous avez des estimations ? Vous savez est-ce que les préavis de grève vont être reconduits dans les prochains jours ?
CHRISTOPHE BECHU
On ne peut pas dire que le pays soit complètement bloqué. On peut dire qu’on a aujourd’hui des tensions, des limitations de déplacement…
LOUIS DE RAGUENEL
Un TER sur 2 qui circule, pareil pour les Transilien, pareil à peu près pour les Intercités, beaucoup de Français n’arrivent pas à faire le plein en Ile-de-France, dans la région Centre Val-de-Loire, en Rhône-Alpes. Enfin, pour les Français qui nous écoute…
CHRISTOPHE BECHU
On a des situations de galère, on a des situations de tension, on a des situations de gêne, on n’a pas une situation de blocage total. Il ne faut pas non plus laisser penser que, dans les entreprises dont vous avez parlé, 100% des salariés sont grévistes. C’est loin d’être le cas. Beaucoup d’organisations syndicales ne se sont pas jointes au mot d’ordre de grève et préfèrent être dans une culture du dialogue et de la négociation. J’appelle de mes voeux qu’on ait à la fois une situation qui revienne le plus vite possible à la normale mais aussi qu’on n’ait pas cette culture de la grève, qu’on ait d’abord cette culture de la négociation.
LOUIS DE RAGUENEL
Et du coup ce que vous dites, en fait, c’est que la CGT a pris en otage tout le mouvement. Puisqu’on voit bien, les dépôts pétroliers de TOTAL sont encore bloqués notamment par la CGT qui, pourtant, n’est pas forcément majoritaire dans ces entreprises.
CHRISTOPHE BECHU
Un syndicat minoritaire refuse de respecter des accords majoritaires signés par d’autres organisations syndicales. C’est quand même une curieuse conception du dialogue paritaire.
LOUIS DE RAGUENEL
C’est illicite pour vous ?
CHRISTOPHE BECHU
En tout cas, je ne peux pas me prononcer sur le caractère illicite puisque ce serait exprimer une opinion juridique sur quelque chose qui est en train de se passer. Mais je pense que comme beaucoup de Français, il y a un jugement sévère sur une forme de détournement d’un droit d’action syndicale pour en faire autre chose. Quand on a obtenu des augmentations salariales qui sont conséquentes, quand le dialogue social a débouché sur un accord à l’échelle de l’entreprise entre des représentants syndicaux élus et la direction, on a aucune raison de rester dans une grève qui se poursuit au-delà de ces accords et de ces négociations.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors un des révélateurs de cette crise, c’est que les Français sont très attachés à leur voiture thermique, aussi une grande partie de l’économie du quotidien est liée aux carburants. Vous êtes donc ministre de la Transition écologique. Les Français veulent-ils réellement une transition écologique ?
CHRISTOPHE BECHU
On peut être attaché à sa voiture par et avoir pleinement conscience qu’on ne peut pas continuer à vivre comme on vit pour laisser notre planète habitable. L’urgence climatique aujourd’hui, plus personne ne la discute et la transition écologique ce n’est par un choix esthétique : c’est une nécessité si on veut laisser aux générations qui arrivent un mode de vie qui soit agréable comme celui qu’on a connu. La transition écologique c’est agir pour le climat, ce n’est pas agir contre la liberté. Ce n’est pas à agir contre le portefeuille. On peut prendre des décisions qui sont bonnes pour le climat, bonnes pour la santé et bonnes pour le portefeuille. À terme, c’est bien le chemin dans lequel nous sommes. Ce qui est compliqué dans une transition, c’est que vous basculez d’un état à l’autre, et que cette bascule elle entraîne un changement d’habitudes.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors Christophe BECHU, vous venez de remporter un arbitrage : c’est le passage du Fonds vert de 1,5 milliard à 2 milliards d’euros. Rappelons-le, un fonds qui permet aux maires de piocher des crédits très facilement pour planter des arbres, rénover des bâtiments, passer au LED mais il va quand même falloir établir des critères. C’est quoi ? C’est la règle du premier arrivé, premier servi ? Parce que 2 milliards c’est à la fois beaucoup et puis ce n’est pas beaucoup par rapport aux besoins du pays.
CHRISTOPHE BECHU
C’est beaucoup parce qu’on part de presque rien sur cette ligne d’appui aux collectivités locales en termes de soutien à des politiques qui sont bonnes pour le climat, et c’est peu parce qu’on se rend bien compte que les besoins sont gigantesques. Mais on parle d’une somme pour la seule année 2023. Et avec ces 2 milliards que nous allons mettre à la main des préfets pour qu’on ait une consommation qui puisse être rapide, pour que les appréciations des dossiers se fassent au plus près du terrain, on va effectivement dépolluer des friches, débitumer une cour d’école, faire en sorte de créer des îlots de fraîcheur, faciliter la rénovation des lampadaires pour diminuer le niveau de consommation électrique. Bref, multiplier les gestes qui sont bons pour le climat mais qui seront aussi bons pour la santé, pour la qualité de vie des habitants. Une transition qui profite à tout le monde.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors justement, vous parlez de cette transition et souvent vous déplorez que l’écologie, Christophe BECHU, soit trop associée à la gauche. C’est quoi une vision écologique de droite ou alors une vision écologique Macroniste ? C’est des éoliennes partout ? En tout cas, c’est ce que les gens voient aujourd’hui.
CHRISTOPHE BECHU
Si l’écologie c’est l’apanage d’un parti et d’un camp, on ne réussira pas la transition écologique. L’écologie c’est l’affaire de tous, et ce n’est pas réservé à ceux qui sont de gauche ou qui sont écologistes, qu’on a d’ailleurs beaucoup entendus depuis quelques semaines sur des sujets qui n’ont rien à voir avec l’écologie et qui ont multiplié les petites phrases, les petits buzz qui, au final, font du mal à la cause de la transition écologique. Donc pour moi l’écologie c’est le concret, c’est le quotidien, c’est la façon dont on va précisément faire en sorte de prendre soin du climat…
LOUIS DE RAGUENEL
Mais ça, la gauche le dit également, les écologistes le disent également aussi.
CHRISTOPHE BECHU
Il y a une écologie d’interdiction et de punition. Et moi quand j’entends les propositions qui sont faites par les gens de la Nupes, j’entends des interdictions, j’entends des taxations, j’entends des punitions, je n’entends pas d’incitations. On parle du fonds vert, c’est-à-dire aider à aller vers un monde dans lequel on aura moins de carbone, mais surtout dans lequel on respirera mieux, dans lequel on vivra mieux. La transition vers l’électrique, elle s’appuie sur la chance que nous avons d’avoir des centrales nucléaires que nous allons relancer pour pouvoir préserver une production d’électricité qui soit décarbonée. Ça, ce sont des choses qui sont concrètes, c’est l’écologie du quotidien.
LOUIS DE RAGUENEL
Alors Christophe BECHU, depuis votre arrivée au gouvernement globalement on vous voit et on vous entend assez peu, en tout cas dans les médias, c’est difficile. Même en privé, j’ai vu ça dans un article dans un journal du soir, vous connaissez avoir raté votre rentrée sur un plan politique.
CHRISTOPHE BECHU
Alors je suis heureux que vous m’interrogiez sur le sujet parce que la transition pour moi, elle ne se fait pas sur les plateaux de télé ou dans les stations radio.
LOUIS DE RAGUENEL
Mais il faut convaincre, il faut expliquer aux Français ce que vous faites.
CHRISTOPHE BECHU
Oui, mais une parole elle doit servir à annoncer ce que vous faites, elle ne doit pas servir à être le commentateur de ce qui se passe. Et j’ai bien compris que précisément parce que je ne venais pas de ce sérail écologiste, il y a eu le tir de barrage sur quelqu’un qui n’était que maire de grande ville et qui n’avait pas participé à des manifestations avec des activistes. Le sujet de cette transition écologique, c’est comment on embarque tout le monde, ce n’est pas comment on utilise l’écologie pour réhabiliter la lutte des classes ou pour lancer la guerre contre les riches. Comment on fait en sorte que ça aille mieux dans ce pays à la fois pour le climat et pour le pouvoir d’achat ? On est en plein milieu du Salon de l’automobile avec des annonces hier sur des relocalisations de construction de véhicules électriques en France, avec des primes qui vont être majorées. La voiture électrique à terme, c’est à la fois la possibilité de sortir de notre dépense au pétrole, c’est bon pour le climat, c’est bon pour les emplois si on les relocalise ici et c’est bon pour notre souveraineté parce que ça nous conduira à ne plus dépendre de pays qui ne sont pas tous des démocraties et qui nous fournissent des énergies fossiles avec toutes les difficultés qui vont avec.
LOUIS DE RAGUENEL
Christophe BECHU, je rappelle que vous êtes le proche d’Edouard PHILIPPE le mieux placé au gouvernement. Vous êtes secrétaire général d’Horizons donc, le parti de l’ancien Premier ministre. Est-ce qu’au quotidien ça ne vous pose pas un problème de loyauté ? C’est-à-dire que vous êtes à la fois proche d’Edouard PHILIPPE et vous êtes ministre d’un gouvernement d’Emmanuel MACRON.
CHRISTOPHE BECHU
La question ne s’est jamais posée parce que, vous savez, quand on est un au gouvernement de la France, le sujet ça n’est pas le parti auquel on appartient : c’est la mission qu’on doit remplir au service du pays. Et dans les circonstances que nous connaissons, à la fois liées à l’Ukraine, à l’inflation, à l’urgence d’agir sur le plan climatique, à aucun moment on ne se questionne autour de la table du conseil des ministres sur qui vient d’où, ce qu’il a fait. La seule question, c’est celle de la solidarité gouvernementale et de l’efficacité des décisions que nous prenons.
LOUIS DE RAGUENEL
Nous avons appris ce matin, c’est une information Europe 1, la suspecte mise en cause donc dans le meurtre de la petite Lola, 12 ans, qui a été assassinée vendredi soir, donc la suspecte qui aujourd’hui est en détention provisoire faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, c’est-à-dire une expulsion qui avait été émise le 21 août 2022. Rappelons que cette suspecte est d’origine algérienne, elle n’avait donc pas été expulsée, elle ne s’était pas rendue à sa convocation en vue de son expulsion. Qu’est-ce que ça dit de l’autorité de l’Etat ?
CHRISTOPHE BECHU
D’abord cette affaire elle suscite une immense émotion, compte tenu à la fois des circonstances, du drame de la mise en scène. Pour le reste, le sujet il est brûlant. La justice est en ce moment en train d’essayer de démêler tout ça est-ce que je souhaite, c’est laisser le temps à ce travail de la justice de se faire.
LOUIS DE RAGUENEL
Il n’y a pas eu une erreur de ce point de vue-là ? Parce que les Français qui nous écoutent doivent se dire : mais si elle avait été expulsée, la petite Lola aujourd’hui serait sans doute en vie.
CHRISTOPHE BECHU
Encore une fois, il y a forcément un temps d’émotion dans lequel on peut les uns et les autres faire des raccourcis. Il faut d’abord que la police et la justice fassent leur travail. Maintenant en parallèle, ce qui est extrêmement clair c’est que des textes sont en préparation pour que, sur les sujets d’immigration, la fermeté en matière de prise de décision soit beaucoup plus effective. Vous savez, c’est en train de se discuter au Sénat et ça va l’être bientôt à l’Assemblée.
LOUIS DE RAGUENEL
Dernière question Christophe BECHU, quand est-ce que le gouvernement va utiliser le 49-3 ? Ce soir ?
CHRISTOPHE BECHU
La Première ministre décidera du moment opportun.
LOUIS DE RAGUENEL
Demain matin ?
CHRISTOPHE BECHU
Les débats sont censés se terminer demain.
LOUIS DE RAGUENEL
On attend de passer la grève ?
CHRISTOPHE BECHU
Les débats sont censés se terminer demain. Il y aura un usage probable du 49-3 dans les prochains jours.
LOUIS DE RAGUENEL
Merci beaucoup Christophe BECHU. Bonne journée à vous ainsi qu’à nos auditeurs.

Source : Service d’information du Gouvernement, le 19 octobre 2022
Thématiques :
En renseignant votre adresse électronique, vous acceptez de recevoir nos actualités par courriel. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription ou en nous contactant.
Suivez nous
sur les réseaux sociaux
République
Française
Vie-publique.fr est un site gratuit d’information qui donne des clés pour comprendre les politiques publiques et les grands débats qui animent la société.
Il est édité par la Direction de l’information légale et administrative.
Sauf mention contraire, tous les textes de ce site sont sous licence etalab-2.0

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE