Pourquoi l'accès à l'internet doit être considéré comme un droit humain fondamental L'ONU a appelé à un accès universel à Internet d'ici 2030. – Global Citizen

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




Bienvenue à nouveau !
Connectez-vous pour passer à l’action.
Pas encore un Global Citizen ? Inscrivez-vous
Mot de passe oublié ?
Merci de vous être inscrit en tant qu’un Global Citizen. Afin de créer votre compte, veuillez nous fournir votre adresse e-mail. Vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité pour savoir comment nous protégeons et utilisons les informations que vous nous fournissez. Si aucune adresse e-mail n’est associée à votre compte Facebook, vous devrez y remédier avant de pouvoir vous inscrire.
Ce compte a été désactivé.
Contactez-nous à l’adresse contact@globalcitizen.org si vous souhaitez réactiver votre compte.
Lorsque le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a souligné l’effort mondial nécessaire afin de se remettre sur la voie de la réalisation des Objectifs mondiaux dans son rapport de 2021, il a notamment évoqué la nécessité d’un accès universel à l’internet.
« Le moment est venu de renouveler le contrat social entre les gouvernements et leur population ainsi qu’au sein des sociétés », a-t-il déclaré. « [Le contrat devrait] inclure des dispositions de gouvernance actualisées pour fournir de meilleurs biens publics et ouvrir une nouvelle ère de protection sociale universelle, de couverture santé, d’éducation, de compétences, de travail décent et de logement, ainsi que l’accès universel à internet d’ici 2030 en tant que droit humain fondamental. »
Reconnaître l’accès à internet comme un droit humain fait suite à une annonce de l’ONU en 2016 selon laquelle « les mesures visant à empêcher ou à perturber intentionnellement l’accès à l’information en ligne ou sa diffusion (sont) une violation du droit international des droits humains. »

Les Nations Unies ont alors noté que l’accès à l’internet devait être basé sur une approche fondée sur les droits humains et que internet devait « être ouvert, accessible et enrichi par la participation de multiples parties prenantes ».

En 2020, alors que les pays mettaient en œuvre des mesures strictes pour lutter contre la COVID-19, la vie s’est déplacée en ligne, et Internet est devenu le seul moyen pour des millions de personnes dans le monde de poursuivre leur éducation et leur travail. Internet a également été une ressource capitale pour obtenir et partager des informations de santé publique essentielles au sujet de la pandémie, ce qui en fait un élément essentiel de l’accès au droit fondamental à la santé.

Cela prouve que l’accès à internet est à la fois un moyen de profiter d’autres droits humains, tout en devenant de plus en plus un droit fondamental en soi.

Felicia Anthonio est responsable de la campagne #KeepItOn au sein d’une organisation appelée Access Now, qui œuvre à la défense et à l’extension des droits numériques dans le monde.

La campagne #KeepItOn a été lancée en 2016 pour lutter contre les coupures d’internet dans le monde. Aujourd’hui, le mouvement travaille avec 280 organisations à travers 105 pays dans sa lutte afin de garantir l’accès à internet.

Internet et les plateformes de réseaux sociaux sont devenus des éléments essentiels de l’espace civique, et peuvent parfois être plus ouverts et accessibles que l’espace civique physique réel dans les pays où les possibilités de protester, de s’organiser et de s’exprimer librement sont réduites. Et c’est pour cette raison qu’Internet fait parfois l’objet de restrictions.

#KeepItOn a été créé après le blocage d’internet par l’Égypte pendant le printemps arabe, qui a été un signal d’alarme majeur pour les militants du monde entier – d’autres perturbations ont eu lieu par la suite. Depuis lors, la société civile est devenue plus consciente de l’utilisation accrue des coupures d’internet par les autorités gouvernementales et étatiques.

« Lorsque la campagne a été lancée, c’était en réponse à l’utilisation croissante de la loi par les gouvernements et autres autorités pour réprimer toute dissidence », a déclaré Felicia Anthonio à Global Citizen. « Lorsque vous regardez la façon dont les coupures d’internet se produisent, vous pouvez voir clairement qu’elles violent les droits fondamentaux des personnes. Elles nuisent également aux activités politiques et sociales comme les manifestations, car elles empêchent les gens de se coordonner et de se mobiliser pour protester contre les politiques qui leur sont inacceptables. »

Elle ajoute que ces fermetures ont également des conséquences économiques, car les gens comptent sur internet pour faire du business, et donc pour avoir un revenu et subvenir aux besoins de leur famille.

Selon Felicia Anthonio, les blocages d’Internet ont souvent un impact plus important sur les communautés déjà vulnérables.

Une partie du travail d’Access Now et d’autres organisations de ce type vise à combler le fossé numérique entre les différents pays et communautés, car les coupures ont tendance à creuser ce fossé.

Anthonio explique qu’il existe un fossé entre les femmes et les hommes en matière d’accès à l’internet et que, par conséquent, les perturbations de l’accès à l’internet ont également un impact différent selon le genre. Les coupures sont également plus susceptibles d’affecter les personnes et les communautés les plus pauvres, et les personnes handicapées sont confrontées à des obstacles supplémentaires pour accéder à internet et ses outils

Avec les organisations de la société civile qui surveillent l’accès à internet en tant que moyen de liberté d’expression, certaines tendances notables ont été observées. Anthonio nous fait savoir qu’entre 2018 et 2019, il y a eu une augmentation des coupures recensées avec 196 incidents en 2018 et 213 en 2019. Elle note que les chiffres ont diminué à 159 en 2020, mais ont augmenté en 2021 avec 182 coupures enregistrées.

Felicia Anthonio note qu’il existe des cas de coupures prolongées d’internet, par exemple dans des pays comme le Pakistan, en particulier dans ses zones tribales sous administration fédérale (FATA), où l’internet a été interrompu en 2016 et rétabli en 2021.

« Nous avons effectivement reçu des récits de personnes expliquant qu’elles devaient se rendre dans d’autres régions du Pakistan pour pouvoir accéder à l’internet, des étudiants se sont plaints de la façon dont ils étaient laissés pour compte parce qu’ils ne pouvaient pas participer à l’espace numérique », a-t-elle déclaré.

Koketso Moeti est le directeur exécutif d’une organisation de la société civile appelée Amandla Mobi en Afrique du Sud. Moeti explique qu’elle travaille à « transformer chaque téléphone portable en un outil permettant de favoriser la démocratie ».

L’organisation mène des campagnes qui visent à donner du pouvoir aux personnes noires, en se concentrant plus particulièrement sur les femmes noires ayant de faibles revenus.

« Nous rassemblons notre communauté pour prendre des mesures ciblées, coordonnées et stratégiques sur les enjeux qui ont un impact sur les femmes noires à faible revenu », a-t-elle déclaré à Global Citizen. « Nous sommes très clairs sur le fait que si les femmes noires à faible revenu avancent, c’est toute la société qui avance. »

En Afrique du Sud, les téléphones mobiles et les données mobiles sont le principal moyen d’accéder à l’internet et aux services en ligne, le déploiement du haut débit ayant été lent et limité aux quartiers favorisés.

Cependant, l’Afrique du Sud a des coûts de données mobiles parmi les plus élevés d’Afrique et, en 2022, elle se classait 148e sur 228 pays pour le prix global des données. Cela a un impact important sur un pays qui présente les niveaux d’inégalité les plus élevés au monde, avec une population majoritairement pauvre.

En 2016, Amandla Mobi a lancé une pétition pour dénoncer les coûts élevés des données mobiles en Afrique du Sud, affirmant que l’accès à Internet a changé le monde, mais a exclu les pauvres – ceux-là mêmes qui bénéficieraient le plus de l’accès à l’information, à l’éducation, aux emplois et aux revenus qu’Internet a débloqués.

« Notre position est que non seulement les données sont trop chères dans ce pays, mais que si vous êtes un consommateur à faible revenu, vous payez de manières disproportionnées pour l’internet », a déclaré Moeti. « Si vous êtes un utilisateur à faible revenu, vous êtes beaucoup plus susceptible d’utiliser des forfaits de données plus petits. Vous êtes également beaucoup plus susceptible de tomber dans les tarifs hors forfait. »

Koketso Moeti explique que dans les deux cas, les coûts des données finissent par être tellement plus élevés que les coûts pour un utilisateur qui est en mesure d’obtenir un téléphone contractuel avec des données – elle a dit que leurs frais seraient jusqu’à 11 fois moins chers qu’un consommateur à faible revenu.

Selon Koketso Moeti, cet impact disproportionné sur les personnes les plus pauvres a plusieurs conséquences.

À titre d’exemple, elle souligne que dans l’une des provinces d’Afrique du Sud, le centre économique de Gauteng, le processus d’inscription à l’école pour les classes de première à huitième année a été transféré en ligne. Cela crée une discrimination quant à l’accès aux placements dans les meilleures écoles.

Elle ajoute également qu’un certain nombre d’institutions, y compris certaines institutions publiques, publient strictement des offres d’emploi en ligne, ce qui crée le même problème d’accès – ce qui signifie que les gens passent à côté d’opportunités de travail.

« L’internet joue un rôle essentiel dans toute une série de situations. Mais comme nous l’avons également vu, le recours de plus en plus fréquent aux appareils et technologies numériques a permis de développer de nouvelles formes de participation politique, étendant l’espace civique au-delà du domaine physique, ce qui signifie que certaines personnes en sont exclues », a-t-elle déclaré.

Pour Koketso Moeti, en plus d’une réduction du coût élevé des données mobiles, l’avenir passe par un accès de base universel à l’internet pour tous.

« Nous croyons en un accès de base universel qui ne soit pas trop dépendant des intérêts privés », a-t-elle déclaré. « Les données ont donc été une porte d’entrée pour savoir comment nous travaillons vers un accès de base universel ».

Nous avons tous un rôle à jouer pour protéger Internet, qui est un élément essentiel de la démocratie, selon Anthonio.

« Je pense que nous avons tous une responsabilité, que votre gouvernement ait ou non déjà fermé Internet auparavant, il est important pour vous d’être conscient que cela se produit, et de savoir comment cela affecte négativement les gens », a déclaré Anthonio. « En outre, nous devrions commencer à parler du rôle d’internet – ou du rôle de l’accès à internet – pendant les élections… L’accès à internet facilite la participation des citoyens pendant les élections et il est important de sensibiliser le public aux questions de droits numériques. »

Soutenir le travail d’organisations comme Access Now est une autre façon pour les gens de contribuer à rendre l’internet libre et ouvert à tous.

Pour Moeti, même si la réalisation de l’accès de base universel est encore loin, elle pense que l’indignation et la participation du public – comme celles qui ont conduit à une certaine réduction des prix des données mobiles en Afrique du Sud grâce à #DataMustFall – seront essentielles.

« Nous ne devons pas oublier que les processus qui ont été entrepris – le changement de réglementation, la commission d’enquête sur les coûts des données, etc. – ont été le résultat de l’indignation du public et de la mobilisation des gens qui ont dit : « Trop, c’est trop » », a-t-elle déclaré. « Nous l’avons vu à plusieurs reprises. Rien n’aurait été fait par un régulateur sans que nous disions que c’est possible, et que c’est mauvais à cause de ceci, et de cela, et de cela… Je pense qu’il existe un potentiel [pour un accès de base universel à l’internet], si nous en faisons un enjeu. »

Cet article fait partie d’une série consacrée à la défense du plaidoyer et des espaces civiques, rendue possible grâce au financement de la Fondation Ford.

Global Citizen Explains
Exiger l’équité

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE