Ouragan Fiona: Pluie et vents violents en République dominicaine, dégâts «catastrophiques» à Porto Rico – Arabnews fr

https://arab.news/wre8p
NAGUA: L’ouragan Fiona a frappé lundi la République dominicaine après avoir causé des inondations et des dégâts “catastrophiques” à Porto Rico, son voisin des Caraïbes où il a privé les habitants d’électricité et continuait de provoquer de fortes précipitations.
Plusieurs routes ont été inondées ou coupées par des chutes d’arbres ou de poteaux électriques dans les alentours de la station balnéaire de Punta Cana, dans l’est de la République dominicaine, où l’alimentation en électricité a été interrompue, selon des journalistes de l’AFP.
Depuis lundi matin, 789 personnes ont été contraintes à quitter leurs foyers pour aller vers des “zones sûres”, a déclaré à la presse le général Juan Méndez García, directeur du Centre des opérations d’urgence.
Les vents soufflaient jusqu’à 150 km/h et Fiona devrait encore se renforcer “au cours des deux prochains jours” pour devenir un ouragan de catégorie 3 mardi (sur l’échelle de Saffir-Simpson allant jusqu’à 5), selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami.
Fiona se dirige à présent vers les îles Turques-et-Caïques.
L’ouragan, qui a touché terre en République dominicaine tôt lundi, “est passé à toute vitesse”, a dit Vicente Lopez, qui s’occupe de la plage de Bibijagua à Punta Cana, en signalant des commerces détruits.
De forts vents balayaient également la ville de Nagua, dans le nord, a constaté l’AFP.
Des vidéos publiées par la presse locale montraient des habitants de la ville côtière de Higüey (est) de l’eau jusqu’à la taille, tentant de mettre des effets personnels à l’abri.
État d’urgence
À Porto Rico, où l’ouragan était d’abord passé et où une alerte à la tempête tropicale restait en vigueur, “les dégâts sur l’infrastructure (…) et les maisons ont été catastrophiques”, a dit le gouverneur de Porto Rico, Pedro Pierluisi, lors d’une conférence de presse.
Fiona a provoqué des glissements de terrain, fait tomber des arbres et des lignes électriques, rendu des routes impraticables et emporté un pont dans la ville d’Utuado.
Un homme est mort “calciné” en mettant du carburant dans un générateur allumé, selon les autorités.
“Malheureusement, nous attendons davantage de pluie sur toute l’île aujourd’hui et demain”, a dit le gouverneur de Porto Rico, exhortant la population à ne pas s’aventurer dans les rues.
“Dans beaucoup de régions, qui n’avaient jamais eu d’inondations, il y a eu une accumulation d’eau sans précédent”, “plus que ce que nous avons vu pendant l’ouragan Maria”, a expliqué M. Pierluisi.
Plus de 800 000 personnes, selon les autorités, se sont également retrouvées sans service d’eau potable. “Nous sommes sans électricité et sans eau”, a déclaré à l’AFP Elena Santiago, anesthésiste à l’hôpital d’Aibonito (centre).
Le passage de Fiona “a été violent”, a-t-elle expliqué. “L’hôpital fonctionne grâce à un générateur, nous ne traitons que les urgences”.
“Une cinquantaine” de personnes doivent être relogées, a indiqué à l’AFP une source proche des autorités, sous couvert d’anonymat.
De son côté, la préfecture a précisé lundi soir que le “retour progressif” de la distribution d’eau se poursuivait, grâce notamment à la mise à disposition de deux citernes de la réserve nationale à Basse-Terre et de onze citernes supplémentaires en cours d’acheminement par le régiment du service militaire adapté (RSMA).
Le Syndicat mixte de gestion de l’eau et de l’assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG) avait estimé dimanche que près de 151 000 abonnés étaient affectés par des manques d’eau du fait du passage de la tempête Fiona dans la nuit de vendredi à samedi. Il soulignait alors que, dans plusieurs zones de l’archipel, “de gros travaux” seraient nécessaires ou que les infrastructures n’étaient alors pas encore accessibles.
“Une distribution de bouteilles d’eau minérale sera assurée par la Croix-Rouge”, a affirmé lundi la préfecture, précisant par ailleurs qu'”une centaine d’abonnés” étaient toujours privés d’électricité et que 340 usagers ne disposaient pas de ligne fixe à cause d’antennes endommagées.
“Onze antennes mobiles sont encore hors service”, a-t-elle relevé.
Le réseau routier a également souffert: trois routes départementales restaient impraticables lundi en Basse-Terre et le pont de Rivière des Pères, reliant Basse-Terre à Baillif, a été fermé lundi à la circulation à cause “d’importantes dégradations structurelles”.
Coupure de courant
Ancienne colonie espagnole, Porto Rico, qui est devenu territoire américain à la fin du 19e siècle avant d’acquérir un statut spécial d'”Etat libre associé” dans les années 1950, connaît de graves problèmes d’infrastructures depuis plusieurs années.
L’île a été dévastée en 2017 par les ouragans Irma et Maria, qui avaient sérieusement endommagé son réseau électrique. Celui-ci a ensuite été privatisé en juin 2021 avec pour but affiché de résoudre le problème des coupures de courant. L’île a cependant connu une panne générale en avril 2022.
L’ensemble du territoire de Porto Rico, qui compte plus de trois millions d’habitants, a été privé d’électricité à l’approche de l’ouragan. Lundi, le courant avait été rétabli pour 100 000 personnes, selon le gouverneur.
Dimanche, Fiona était passé du statut de tempête tropicale à celui d’ouragan de catégorie 1, au bas de l’échelle de Saffir-Simpson, et s’était abattu sur la côte sud-ouest de Porto Rico.
Le président américain Joe Biden a déclaré l’état d’urgence. Il s’est entretenu lundi avec le gouverneur de l’île et a indiqué que le nombre de membres du personnel fédéral oeuvrant déjà à aider le territoire et s’élevant actuellement à plus de 300 allait augmenter “de manière conséquente”.
Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente.
Fiona avait déjà causé de sérieux dégâts lors de son passage en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi. Par endroits, l’eau était montée de plus de 1,5 mètre. Un homme y était mort, emporté avec sa maison par les flots d’une rivière en crue.
https://arab.news/mhpaq
BALTIMORE: Une juge américaine a annulé lundi la condamnation d’un homme détenu depuis 23 ans pour un meurtre qu’il a toujours nié, un dossier au cœur du podcast au succès planétaire “Serial”.
Adnan Syed, 42 ans, avait été condamné à la réclusion à perpétuité en 2000 pour le meurtre de son ancienne petite amie Hae Min Lee à Baltimore, sur la côte est des Etats-Unis.
Dans un revirement inattendu, la procureure de la ville, Marilyn Mosby, avait déposé la semaine dernière une requête en annulation de ce verdict, en expliquant avoir des doutes sur la culpabilité d’Adnan Syed, et avait demandé sa remise en liberté.
Mme Mosby avait expliqué avoir découvert l’existence de “deux suspects alternatifs”, une information cruciale mal exploitée à l’époque et qui, surtout, n’avait pas été communiquée à la défense avant le procès.
Lundi, une magistrate a donc validé la demande de la procureure, lors d’une audience dans une salle bondée d’un tribunal de Baltimore. “Dans l’intérêt de la justice et de l’équité, la motion est acceptée et l’accusé va être libéré” et équipé d’un bracelet électronique, a déclaré la juge Melissa Phinn.
Des agents ont alors retiré les entraves d’Adnan Syed, tandis qu’une partie de la salle applaudissait avant d’être rappelée à l’ordre. La barbe fournie, et la tête couverte d’un calot, il n’a pas manifesté de réaction.
“Il a du mal à croire que c’est bien vrai” et “veut désormais passer du temps avec sa famille”, a confié son avocate Erica Suter devant le palais de justice, tandis que son client s’engouffrait dans une voiture sans faire de déclaration.
«Trompé»
La procureure Marilyn Mosby a, elle, insisté, sur le fait que la justice n’avait “pas encore déclaré Adnan Syed innocent” et qu’elle attendrait les résultats d’analyse ADN complémentaires avant de décider d’abandonner les poursuites contre lui ou d’organiser un nouveau procès.
Elle a 30 jours pour le faire. Quelle que soit sa décision, elle a promis de continuer l’enquête “pour assurer que la famille de Hae Min Lee connaisse avec certitude le coupable”.
Pendant l’audience, le frère de la jeune femme, Young Lee, a pris la parole par téléphone pour expliquer son désarroi. Disant “vivre un cauchemar qui ne s’arrête jamais”, il a confié se sentir “trompé” par les procureurs qui ont soutenu pendant des années tenir le bon coupable, avant de finalement changer d’avis.
L’affaire avait débuté en février 1999, quand la police avait retrouvé le corps de Hae Min Lee, 18 ans, à demi-enseveli dans un bois de Baltimore. Arrêté à l’âge de 17 ans, Adnan Syed avait été condamné à la prison à vie un an plus tard.
Selon l’accusation, il n’avait pas supporté qu’elle le quitte pour un autre et l’avait étranglée. Lui a toujours clamé son innocence, se disant victime de préjugés anti-musulmans.
En 2014, une équipe de journalistes avait mené une contre-enquête, racontée en douze épisodes dans la première saison de “Serial”. Précurseur de l’ère des podcasts, ce feuilleton radio a, selon ses producteurs, été téléchargé plus de 300 millions de fois. Il a également inspiré un documentaire sur la chaîne HBO.
Alibi
L’enquête des journalistes de “Serial” avait montré que l’avocate d’Adnan Syed avait négligé une expertise de téléphonie mobile favorable à l’accusé, ainsi que le témoignage d’une jeune fille qui lui offrait un alibi potentiel.
Leur travail avait entraîné une réouverture du dossier et, en mars 2018, une cour d’appel du Maryland avait ordonné un nouveau procès, estimant que l’avocate avait apporté une “aide inefficace” à son client.
En mars 2019, la Cour suprême du Maryland avait reconnu que l’avocate avait eu tort de ne pas présenter certains éléments, mais elle avait estimé qu'”étant donné la totalité des preuves”, le verdict n’aurait pas été différent si elle les avait inclus. Elle avait donc refusé l’organisation d’un nouveau procès.
La défense d’Adnan Syed s’était alors tournée vers la Cour suprême des Etats-Unis. En 2019, celle-ci avait refusé d’intervenir, ce qui avait semblé mettre un terme à ses espoirs de libération.
Mais la procureure de Baltimore, qui dispose d’un service dédié à la correction des erreurs judiciaires, a rouvert une nouvelle fois le dossier, provoquant finalement ce dernier renversement judiciaire.
Un nouvel épisode de “Serial” sera diffusé mardi matin, a annoncé lundi le podcast sur son compte Twitter.
https://arab.news/cccvj
NEW YORK: Aujourd’hui, 222 millions de jeunes vivant dans des régions touchées par des guerres et des catastrophes – en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud – n’ont pas accès à une éducation ininterrompue ou de qualité.
Selon l’analyse d’Éducation sans délai (Education Cannot Wait), le fonds mondial des Nations unies pour l’éducation dans les situations d’urgence et de crise prolongée, 78,2 millions de ces enfants ne sont pas scolarisés et 119,6 millions n’atteignent pas les niveaux de compétence minimums en lecture et en mathématiques, bien qu’ils soient scolarisés.
Face à ce sombre tableau, une «Déclaration de la jeunesse sur la transformation de l’éducation» a été présentée à Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, le 16 septembre, premier jour du Sommet sur la transformation de l’éducation, baptisé «Journée de mobilisation».
Le document expose 25 principes, objectifs et exigences visant à créer et à garantir un système éducatif pleinement accessible et inclusif.
La déclaration est le résultat de vastes processus de consultation impliquant près de 500 000 jeunes de plus de 170 pays et territoires. Ils ont contribué par le biais de plus de 20 enquêtes en personne et en ligne et de campagnes sur les réseaux sociaux.
«Nous affirmons la nécessité d’une approche intersectionnelle, intersectorielle et transversale fondée sur les principes des droits de l’homme, du développement durable, de l’égalité des sexes, de la justice climatique, de l’inclusion, de l’équité, de l’égalité et de la solidarité dans toutes les actions visant à transformer l’éducation et ses systèmes aux niveaux mondial, régional, national, local et communautaire», indique la déclaration.
S’adressant aux signataires du document, Leonardo Garnier, conseiller spécial du Sommet sur la transformation de l’éducation, a déclaré: «Vous nous dites à nous, autorités, experts, adultes, ou plutôt boomers, d’arrêter d’être condescendants, d’arrêter de jouer aux plus malins, d’arrêter de prétendre que nous avons toutes les réponses alors que la vérité est que nous n’avons même pas répondu aux questions.»
«Pour tout cela, je vous félicite vraiment et je vous remercie car vous préservez l’espoir.»
Guterres a décrit le défi en des termes encore plus précis. «Le problème est que les systèmes d’éducation que nous avons dans le monde ne sont pas adaptés», a-t-il affirmé.
«Nous avons besoin de l’éducation comme facteur pour nous préparer à l’avenir et non au passé, pour apprendre à apprendre et pour préparer des sociétés fondées sur la coopération et la solidarité, au lieu de sociétés fondées sur une compétitivité aveugle entre les gens.»
 «Ce sommet est une occasion importante d’introduire une vision claire de la nature transformatrice de ce que nous devons faire en matière d’éducation et votre déclaration est un outil très important pour nous faire avancer dans la bonne direction»? A6T6IL AJOUT2;
Le premier jour du sommet, qui a débuté juste avant la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies, a vu s’exprimer les ministres de l’Éducation d’un grand nombre de pays, dont le Canada, l’Équateur, la Sierra Leone, le Portugal et le Chili.
Parmi les autres intervenants figuraient des dirigeants et des délégués de la jeunesse, ainsi que des responsables d’organisations non gouvernementales dédiées à l’éducation. Parmi les jeunes délégués, la Saoudienne Amani Alkhiami a abordé la transformation en cours dans le Royaume dans le cadre du plan de réforme Vision 2030 du prince héritier Mohammed ben Salmane.
«En Arabie saoudite, les jeunes représentent environ les deux tiers de la population du pays. Ces jeunes sont nés avec le numérique, ils évoluent rapidement et ont plus de possibilités et de moyens que jamais», a-t-elle déclaré.
«En Arabie saoudite, dans le cadre de l’ambitieuse Vision 2030, nous nous développons, nous nous transformons et nous repoussons les limites du possible, rapidement, tout en collaborant avec des pays du monde entier sur des questions telles que le développement et la durabilité, la sécurité et l’éducation pour une formation continue.»
«Cette transformation n’est pas momentanée, mais continue, ce qui signifie que nous avons besoin de solutions agiles et innovantes, conçues pour répondre aux besoins de chaque génération.»
Le Dr Hamad ben Mohammed al-Sheikh, ministre saoudien de l’Éducation, a assisté à la deuxième journée du sommet, baptisée «Journée des solutions», et est intervenu lors d’une session de haut niveau intitulée «Écosystèmes éducatifs efficaces: solutions pour le contenu numérique ouvert».
Il a souligné l’importance des ressources numériques ouvertes pour soutenir les étudiants, les enseignants et les parents.
https://arab.news/bvzbe
NATIONS UNIES: Les défaillances de l’école participent aux divisions de la communauté internationale, s’est inquiété lundi le secrétaire général de l’ONU lors d’un sommet sur l’éducation qui ouvre une semaine de diplomatie de haut niveau dans un monde en crise.
“L’éducation traverse une crise profonde. Au lieu de nous rapprocher, l’éducation est en train de devenir une source de grandes divisions”, a déclaré Antonio Guterres, appelant les gouvernements à investir dans des systèmes éducatifs qui aujourd’hui “creusent souvent les inégalités au lieu de les réduire”.
Quelque 90 chefs d’Etat et de gouvernement avaient initialement confirmé leur présence à ce sommet en prélude à la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.
Mais après la mort d’Elizabeth II le 8 septembre, nombre d’entre eux étaient lundi à Londres pour les funérailles de la reine. Une cinquantaine de dirigeants étaient malgré tout présents à New York lundi pour ce sommet sur l’éducation, selon les organisateurs.
Appel aux talibans
Le secrétaire général de l’ONU a saisi cette occasion pour lancer un appel aux talibans qui ont repris le pouvoir en Afghanistan en août 2021.
“Levez immédiatement toutes les restrictions qui entravent l’accès des filles à l’enseignement secondaire”, a-t-il déclaré. “L’éducation des filles est l’un des meilleurs moyens d’assurer la paix, la sécurité et le développement durable et ce, partout dans le monde”.
“Les talibans effacent lentement nos existences de la société”, a renchéri la jeune Afghane Somaya Faruqi, qui faisait partie d’un groupe d’étudiantes en robotique évacuées d’Afghanistan il y a un an.
“Vous ne devez pas oublier ceux qui sont laissés pour compte, qui n’ont pas la chance d’aller à l’école”, a-t-elle lancé à la tribune.
Au-delà de l’éducation, Antonio Guterres a de nouveau appelé à l’unité face aux multiples crises que le monde doit affronter, du réchauffement climatique à la pandémie de Covid-19, sans oublier les conflits.
“Si nous sommes unis, l’humanité surmontera tous les périls. Mettons-nous au travail. Remettons notre monde sur la bonne voie”, a-t-il martelé, alors que cette Assemblée générale risque de mettre en lumière les divisions profondes de la communauté internationale.
À partir de mardi, quelque 150 dirigeants vont défiler à la tribune de l’Assemblée générale.
Ukraine et Iran
Après deux années de réunions au moins en partie virtuelles, c’est le retour cette année aux discours en personne, à l’exception du président ukrainien Volodymyr Zelensky à qui les Etats membres ont donné une autorisation spéciale d’envoyer un message vidéo, malgré l’opposition de la Russie.
L’invasion de l’Ukraine par la Russie et ses conséquences notamment sur la sécurité alimentaire mondiale seront au coeur de cette semaine de haut niveau, avec notamment un Conseil de sécurité jeudi au niveau des ministres des Affaires étrangères.
La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, qui présidera cette réunion, a rencontré lundi son homologue russe Serguei Lavrov, avec qui elle a discuté de la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par l’armée russe.
“Le temps est compté pour établir une zone de sécurité” autour de la centrale qui a subi des dommages lors de bombardements, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.
Le dossier nucléaire iranien a aussi sa place en haut des préoccupations, alors que le président Ebrahim Raisi sera pour la première fois présent à une Assemblée générale.
Dans une interview diffusée dimanche sur la chaîne américaine CBS, il a réclamé des “garanties” de la part des Etats-Unis. “Nous ne pouvons pas faire confiance aux Américains en raison de leur comportement passé”, a-t-il insisté, en référence à la dénonciation par Donald Trump de l’accord de 2015 visant à garantir le caractère civil du programme nucléaire iranien.
Mais l’administration Biden souligne qu’il est impossible de s’engager sur les actes d’un futur président.
“Il n’y aura pas de meilleure offre pour l’Iran”, a assuré Catherine Colonna, n’excluant pas la possibilité que le président Emmanuel Macron rencontre son homologue iranien à New York.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE