Négocier avec les Houthis, une cause perdue selon le dirigeant yéménite – Arabnews fr

https://arab.news/97x5u
LONDRES: Le président du Conseil présidentiel du Yémen a souligné l’inutilité de la diplomatie face à la milice Houthi soutenue par l’Iran.
S’adressant à l’Assemblée générale des Nations unies jeudi, Rachad Mohammed al-Alimi a déclaré que la diplomatie ne fonctionne qu’avec des «régimes légitimes» et que persister à l’utiliser avec des «milices terroristes» sape les fondements de l’ONU en tant qu’institution.
«Pour la huitième année consécutive, un dirigeant yéménite parle de la destruction au Yémen, parle de la pire souffrance dans le monde en ce moment», a-t-il révélé.
«Nous perdons tellement de personnes à cause de cette guerre. Avec chaque année qui passe sans une riposte vigoureuse, les milices et les groupes terroristes qui attaquent notre république se renforcent, devenant de plus en plus dangereux. Ils ne sont pas seulement une menace régionale mais une menace transnationale.
«Je suis ici pour partager à nouveau cette histoire et le mal que le peuple du Yémen a enduré. N’y a-t-il pas un moyen efficace de remédier à cela, de permettre aux Yéménites de mener une vie normale?»
Al-Alimi a affirmé que les Houthis et leurs alliés ont à plusieurs reprises ignoré les engagements pris dans le cadre des traités, notamment l’accord de Stockholm de 2018 et la trêve conclue à Sanaa il y a deux mois.
Il a exprimé sa gratitude pour la position unifiée de la communauté internationale sur la situation au Yémen, et a souligné qu’il n’y avait «aucune excuse» aux agressions des Houthis.
«L’ONU exige que les principes de paix soient respectés, ce qui signifie que nous avons besoin de modes alternatifs de contestation et de dissuasion de ce qui se passe au Yémen», a-t-il ajouté.
«Les partenaires saoudiens et émiratis ont contribué à protéger notre peuple en accueillant des réfugiés yéménites et en soutenant le gouvernement technocratique mis en place aux côtés du Conseil présidentiel.»
Soulignant la menace que les Houthis font peser sur la communauté internationale, Al-Alimi a évoqué le problème du pétrolier FSO Safer au large des côtes yéménites, qui, selon lui, est utilisé afin d’exercer des pressions sur son gouvernement.
Le gouvernement yéménite a acquis le navire de fabrication japonaise dans les années 1980 pour l’utiliser comme plate-forme de stockage offshore pour environ 3 millions de barils de pétrole.
Après avoir pris le contrôle des ports de l’ouest de la mer Rouge, notamment Ras Issa, à seulement 6 km de l’endroit où le Safer est amarré, les Houthis ont également pris le contrôle du navire lui-même, et des rapports indiquent qu’ils avaient miné les eaux.
Cependant, le navire, abandonné depuis, n’a pas fait l’objet de l’entretien nécessaire pour éviter une fuite qui pourrait potentiellement provoquer une marée noire pire que celle survenue au large de la côte sud des États-Unis en 2010.
Alors que l’ONU négocie depuis des années avec les Houthis pour tenter de faire évaluer l’état du pétrolier par des experts, les retards et les faux-fuyants du groupe se succèdent.
Al-Alimi a averti que le fait de ne pas s’occuper du navire, qui a été décrit comme une «bombe à retardement», représente une menace évidente pour la liberté de navigation.
«Ces milices menacent la navigation internationale, l’approvisionnement en énergie, et génèrent une situation dans laquelle vous avez 20 millions de personnes qui souffrent de la famine», a-t-il conclu.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/2az8b
LONDRES: Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a adressé vendredi une réprimande cinglante à la communauté internationale pour avoir laissé Israël poursuivre la destruction de son pays.
S’adressant à l’Assemblée générale des Nations unies, il a qualifié la colonisation des terres palestiniennes par Israël de «tache sur l’humanité tout entière» et a demandé les raisons pour lesquelles la communauté internationale avait fait de la Palestine une «exception» en permettant à Israël d’agir en toute impunité.
«Je vous affirme au nom du peuple palestinien que notre confiance dans la réalisation d’une paix fondée sur la justice est en train de régresser. Voulez-vous étouffer l’espoir que nous avons ?», a demandé Abbas.
Il a indiqué: «Israël a décidé de ne pas être notre partenaire dans le processus de paix et a sapé toute tentative de trouver la paix en déployant des politiques qui détruisent la solution à deux États, parce qu’il ne croit pas à la paix mais à l’imposition forcée d’un statu quo.»
Abbas a décrit la relation entre Israël et les Palestiniens comme celle d’un «État occupant et d’un peuple occupé».  
Bien qu’il ait passé beaucoup de temps à détailler les divers abus israéliens contre les Palestiniens, c’est le manque de volonté de la communauté internationale de tenir Israël pour responsable qui a fait l’objet de ses critiques les plus acerbes.
«Combien de temps devrons-nous attendre pour nos terres ? Devons-nous attendre un siècle, deux siècles ? Pourquoi sommes-nous les seuls à rester sous occupation ?», a-t-il demandé.
«Pourquoi Israël n’est-il pas tenu de rendre des comptes pour ses violations du droit international ? Qui fait cela ? Vous, l’ONU, vous permettez cela, et en plus, vous êtes l’organe le plus puissant de l’ONU. Pourquoi ces deux poids deux mesures ? Pourquoi ne nous traitent-ils pas de la même manière ?», s’est-il interrogé.
Abbas a signalé qu’Israël a jusqu’à présent commis plus de 50 massacres contre les Palestiniens. En outre, il s’est demandé comment l’ONU, une institution fondée pour faire respecter le droit international, permettait à Israël de commettre des crimes contre l’humanité.
«La communauté internationale doit demander à Israël des comptes et nous lui réclamons de le faire», a-t-il insisté.
Abbas a soutenu: «Des pays comme les États-Unis prétendent faire respecter le droit international et protéger les droits de l’homme, tout en apportant parallèlement un soutien illimité à Israël et en le protégeant de toute responsabilité — un comportement qui a permis à l’occupant de poursuivre ses politiques hostiles.»
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/n3szt
TÉHÉRAN : Téhéran était le théâtre vendredi soir de nouvelles manifestations de colère après une semaine de protestations déclenchées par la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des moeurs, et dont la répression a fait au moins 17 morts.
Des vidéos vérifiées par l’AFP publiées sur les réseaux sociaux montrent un homme en uniforme militaire en train de tirer en direction de manifestants, dont le nombre restait inconnu, dans la région de Shahre Rey, dans le sud de la capitale iranienne.
D’autres images encore montrent des manifestants en train de courir devant l’hôtel Park Royal situé dans le nord de Téhéran, dans une rue livrée à des scènes de chaos et à plusieurs incendies localisés dans les rues. Au moins huit coups de feu dont l’origine est indéterminée sont entendus.
Mahsa Amini, âgée 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour “port de vêtements inappropriés” par la police des moeurs chargée de faire respecter le code vestimentaire de la République islamique. Son décès, trois jours plus tard à l’hôpital, a entraîné des manifestations nocturnes dans les principales villes d’Iran parmi lesquelles la capitale Téhéran.
Un média d’Etat a fait état jeudi de la mort de 17 personnes dans ces manifestations. Mais le bilan risque d’être bien plus lourd, l’ONG d’opposition Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état vendredi d’au moins 50 morts dans la répression par les forces de sécurité des manifestations qui, selon cette source, ont eu lieu dans environ 80 villes depuis une semaine.
Dans plusieurs villes iraniennes, des manifestants ont affronté les forces de sécurité, incendié des véhicules de police et scandé des slogans hostiles au pouvoir, selon des médias et des militants.
La police a arrêté un nombre indéterminé de personnes, ont rapporté des médias iraniens. Parmi elles, figurent le militant Majid Tavakoli et la journaliste Nilufar Hamedi, selon leur entourage.
Les images les plus virales sur les réseaux sociaux sont celles où l’on voit des Iraniennes brûler leur foulard. En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et n’ont pas le droit de porter des manteaux courts ou serrés.
Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a promis jeudi une enquête sur le décès de la jeune femme, tout en précisant que le médecin-légiste n’avait pas fait état d’abus de la part de la police, ce que contestent les manifestants.
Face aux protestataires, qualifiés de “contre-révolutionnaires”, “émeutiers” ou “comploteurs”, les autorités ont riposté en organisant leurs propres manifestations après la prière du vendredi.
A l’appel d’un organisme chargé d’organiser des manifestations officielles, des milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes d’Iran, notamment à Téhéran, Qom (nord) ou Ispahan (centre).
A Téhéran, des centaines de personnes parmi lesquelles des femmes en tchador ont manifesté avec des drapeaux de la République islamique, des pancartes de soutien et de remerciements aux forces de l’ordre, selon la télévision d’Etat.
“Mort aux comploteurs”, “Prôner la fin du voile, c’est la politique des Américains”, pouvait-on entendre comme slogans.
Louant les “efforts et les sacrifices de la police”, les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, ont de leur côté assuré que la récente “conspiration de l’ennemi” serait “vouée à l’échec”.
Les autorités avaient fait état jeudi de la mort de cinq membres des forces de l’ordre.
Alors qu’à l’étranger des ONG ont dénoncé une répression “brutale” des manifestations en Iran, les connexions internet y sont toujours très perturbées vendredi, avec le blocage de WhatsApp et Instagram, tandis que Washington a annoncé des mesures “pour soutenir l’accès des Iraniens à la libre circulation de l’information”.
Vendredi, Washington a annoncé la levée de certaines interdictions de commerce avec l’Iran, afin de permettre aux entreprises technologiques de fournir des plateformes et services permettant aux Iraniens d’accéder à internet.
Cette annonce intervient quelques jours après que le propriétaire de SpaceX, Elon Musk, a déclaré qu’il comptait demander une exemption aux sanctions contre l’Iran auprès de l’administration américaine afin d’y proposer les services de connexion à internet via sa constellation de satellites Starlink.
Ces mesures prévoient d’autoriser “les entreprises technologiques à offrir au peuple iranien plus d’options de plateformes et services extérieurs sécurisés”, a annoncé le département américain au Trésor dans un communiqué.
NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d’internet à travers le monde, a estimé vendredi que les restrictions touchant internet en Iran s’assimilent “à un schéma de perturbations semblable à un couvre-feu”.
L’accès aux “plateformes en ligne demeure restreint et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs”, a indiqué Netblocks ajoutant que l’internet mobile était “interrompu pour un troisième jour (ce) vendredi”.
https://arab.news/2esyp
ONU, États-Unis: Jeudi, la journaliste chevronnée Christiane Amanpour a déclaré qu’une interview avec le président iranien, Ebrahim Raïssi, avait été annulée après qu’il a insisté pour qu’elle porte le voile, objet d’importantes protestations dans cet État dirigé par les religieux.
Mme Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN qui présente également une émission sur la chaîne publique américaine PBS, raconte qu’elle était prête pour l’interview mercredi en marge de l’Assemblée générale de l’ONU lorsqu’un assistant a insisté pour qu’elle couvre ses cheveux.
«J’ai refusé poliment. Nous sommes à New York, où il n’y a pas de loi ou de tradition concernant le voile», a tweeté Mme Amanpour, qui est née en Grande-Bretagne d’un père iranien. «J’ai fait remarquer qu’aucun autre président iranien ne m’a imposé cela lors de mes entretiens avec eux en dehors de l’Iran», précise-t-elle.
«J’ai donc dit que je ne pouvais pas accepter cette condition inattendue et sans précédent.» La journaliste a partagé une photo d’elle-même – sans voile – assise devant la chaise vide où M. Raïssi devait être assis, expliquant que «l’interview n’a pas eu lieu». «Alors que les manifestations se poursuivent en Iran et que des personnes sont tuées, cela aurait été un moment important pour parler avec le président Raïssi», a expliqué la journaliste.
Un religieux intransigeant, assistant de M. Raïssi, a indiqué à Mme Amanpour qu’il insistait sur le port du voile en raison de «la situation en Iran», ajoute-t-elle. Depuis près d’une semaine, l’Iran est en proie à des manifestations à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs qui veille à la mise en œuvre des règles imposées par les religieux sur la façon dont les femmes s’habillent.
Selon une organisation non gouvernementale, au moins 31 civils iraniens ont été tués lors de la répression des manifestations, au cours desquelles on a vu des femmes brûler leur voile.
 
(Avec agences)
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 

source



A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE