Massacré chez sa petite-amie: le meurtre de Julien Videlaine aux assises – Arabnews fr

https://arab.news/n383w
LILLE : Il est soupçonné d’avoir massacré le petit-ami de sa fille, après avoir surpris un rendez-vous amoureux: un franco-kurde de 52 ans comparaît lundi devant les assises de l’Oise pour le meurtre de Julien Videlaine, tué à coups de couteau en 2014.
Prévu en mars, le procès avait été renvoyé en raison d’une «difficulté déontologique»: l’un des deux avocats de la défense se trouvait être le conjoint de l’avocate de la fille de l’accusé, à la fois partie civile et témoin clé du drame. Le couple d’avocats s’est depuis retiré.
Les parents et la sœur de Julien Videlaine «sont impatients que ce procès se tienne enfin, et comptent sur chacun des protagonistes pour qu’aucun nouvel évènement ne vienne l’empêcher», commente aujourd’hui leur avocate, Me Justine Devred.
Le 24 juillet 2014, vers 19H00, les secours appelés dans un pavillon de Nogent-sur-Oise découvrent le jeune homme de 20 ans mort dans la salle de bains, nu et recroquevillé dans une mare de sang.
Il présente une vingtaine de plaies profondes infligées à l’arme blanche, notamment au front, aux poumons et au cœur.
En état de choc et blessée à la main, Nuzan, 19 ans, accuse immédiatement son père, Muhittin Ulug.
– Extradition –
Elle explique avoir profité d’une absence de sa famille, son père étant supposé rentrer tard, pour inviter Julien, qu’elle fréquente depuis près de deux ans.
Ses parents, d’origine kurde, désapprouvent sa relation avec ce Français aux origines kabyles, mécanicien dans l’armée, dit-elle aux enquêteurs. Elle assure qu’un an auparavant, ils l’ont privée de son téléphone pour les séparer, son père la menaçant même de la tuer.
Ce 24 juillet, le couple se retrouve donc secrètement et prend un bain à l’étage, avant d’entendre du bruit au rez-de-chaussée.
Selon son récit, Nuzan regarde sous la porte et voit son père devant l’entrée de sa chambre, où se trouvent les vêtements de Julien.
Muhittin Ulug lui aurait alors crié de le retrouver en bas. Mais caché sur le palier, il aurait, à sa sortie, poignardé sauvagement Julien, malgré ses supplications. Elle affirme avoir tenté de s’interposer.
Très vite, la justice ouvre une information judiciaire pour meurtre. Mais le suspect a déjà fui, via l’Allemagne, vers la Turquie.
Les parents de Julien se battront pendant quatre ans pour obtenir son arrestation. Ils seront reçus par l’entourage de François Hollande puis d’Emmanuel Macron, les ministères de la Justice et des Affaires étrangères, et l’ambassadeur de Turquie.
«Il fallait un vrai courage politique, pour faire admettre au gouvernement turc qu’il fallait aller chercher cet homme d’origine kurde, dans l’est, près de la frontière syrienne», analyse Me Devred.
Interpellé en mai 2018, Muhittin Ulug est finalement extradé et mis en examen en octobre 2019.
– Revirement de la fille –
Il avoue au juge le meurtre de Julien mais nie avoir eu conscience qu’il s’agissait de l’ami de Nuzan. Il aurait vu en arrivant une fenêtre ouverte, entendu des cris à l’étage, et attaqué cet homme, croyant qu’il agressait sa fille, assure-t-il.
Cette dernière change alors de version: son père ne contrôlait pas ses relations et n’avait jamais entendu parler de Julien, assure-t-elle. Elle précise avoir menti sur plusieurs détails au début de l’enquête, en colère et sous le choc.
«Il s’est écoulé cinq ans, pendant lesquels cette jeune femme, qui avait pris ses distances» et «s’était réfugiée dans un foyer à Paris sous une autre identité», semble être «revenue progressivement dans le giron familial», regrette Me Devred.
Mais «le traditionalisme, voire le fondamentalisme» de l’accusé ressort du dossier, estime l’avocate.
Dans un reportage de l’émission «Sept à Huit», diffusé au cours de l’instruction, un neveu de l’accusé chargeait la jeune fille: «C’est elle la cause, pas mon oncle», disait-il, évoquant un «grand manque de respect», tout en admettant «qu’aucun acte ne mérite la mort».
Contacté par l’AFP, l’avocat de l’accusé, Me Frank Berton, était injoignable dans l’immédiat. L’avocate de Nuzan n’a elle pas souhaité s’exprimer avant l’audience. Le verdict est attendu le 22 septembre.
https://arab.news/5j438
LYON : La ville et la métropole de Lyon vont éteindre les éclairages des bâtiments publics vendredi soir, pour l’équinoxe, dans le cadre d’une nuit d’action contre la pollution lumineuse impliquant plus de 300 communes en France et en Suisse, ont indiqué les organisateurs.
Côté français, plus de 30 000 points lumineux seront éteints et plus de 1 000 armoires d’éclairage coupées dans une trentaine de communes, selon le communiqué des organisateurs de l’opération “La nuit est belle”.
La plupart des bâtiments et des sites de la métropole seront éteints à partir de 21H vendredi à 6H du matin samedi tout comme 370 sites patrimoniaux de la ville de Lyon, selon un communiqué de Lyon Métropole.
L’éclairage des rues sera maintenu et les habitants sont invités à éteindre les lumières chez eux. Les communes associées proposent des animations type découverte de la faune nocturne ou repas aux chandelles.
L’événement a été lancé en septembre 2019 dans le Grand Genève à l’initiative de la Société Astronomique et du Muséum d’histoire naturelle de Genève. Objectif: sensibiliser le public aux effets de l’éclairage nocturne sur la santé humaine, sur les rythmes biologiques de la faune et de la flore mais aussi sur la surconsommation d’énergie.
Depuis leur élection en 2020, les écologistes de la métropole et de la ville de Lyon travaillent sur un plan de réduction de l’éclairage urbain.
Une enquête publique sur le règlement local de publicité (RLP), visant notamment à restreindre les affichages lumineux dans les 59 communes de la métropole, a été lancée lundi pour un mois. En discussion depuis décembre 2021, ce règlement qui vise à “limiter la pollution visuelle et nocturne” et “développer la sobriété énergétique des dispositifs lumineux”, doit être adopté début 2023.
L’éclairage public représente 18% de la consommation d’énergie des communes, soit 37% de leur facture d’électricité, selon des chiffres de l’Agence française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) cités par les organisateurs de “La nuit est belle”.
Adapter les installations pourrait permettre environ 40% d’économie sur les dépenses d’éclairage public, selon la même source.
https://arab.news/vuxfa
PARIS : La paléo-climatologue Valérie Masson-Delmotte a estimé que le secteur du sport doit “monter en puissance” afin de prendre en compte les “transformations profondes” qu’entraîne le réchauffement climatique, jeudi lors du festival ‘Demain le sport’.
“Le changement climatique touche le sport. Beaucoup d’événements ont été annulés cet été avec la chaleur extrême”, rappelle la scientifique, membre du GIEC, et directrice de recherche au  Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives).
“Et donc la question pour le sport comme pour tous c’est soit des transformations subies, c’est-à-dire des événements (climatiques) qui s’intensifient dans un climat qui se réchauffe, et là on n’est pas prêt. Soit des transformations choisies, avec une pratique sportive qui anticipe sur les calendriers, les infrastructures, pour permettre d’être résilient finalement avec le climat qui se réchauffe”, assure-t-elle.
En juillet 2021, la fondation WWF avait publié un rapport sur les conséquences du réchauffement climatique, estimant que les Français pourraient perdre “jusqu’à deux mois d’activité par an dans un monde à +4 degrés”.
“Il y a besoin de faire monter l’exigence sur de meilleures pratiques, comme mesurer les émissions de gaz à effet de serre sur un grand événement, c’est plusieurs millions tonnes de CO2 (infrastructures, hébergement, transport)”, explique-t-elle.
“On voit que c’est le début, que les pratiques commencent à évoluer, mais qu’il y a besoin de mieux mobiliser. Il y a des enjeux à enclencher des transformations profondes dans ces secteurs. Mais il y a besoin que le sport monte en puissance, monte en compétence sur ces sujets”, a-t-elle dit.
https://arab.news/zsh4a
PARIS : La rentrée scolaire a-t-elle été “bonne” comme l’a affirmé Pap Ndiaye ? Trois semaines après le retour en classe et malgré un recrutement exceptionnel de contractuels, des professeurs manquent à l’appel, alimentant le mécontentement des personnels et des parents.
“La rentrée s’est bien passée, elle a été bonne”, répète le ministre de l’Éducation nationale depuis le 1er septembre concédant toutefois des “absences frictionnelles” et des “problèmes à régler”.
Sur le terrain, des collèges et lycées de toutes les académies signalent des heures non assurées, regrettant que la promesse du ministre d’un enseignant devant chaque classe à la rentrée n’a pas été tenue.
“Dans plus de la moitié des établissements du second degré de l’académie de Paris, il manque au moins un enseignant”, assure Ghislaine Morvan-Dubois, présidente de la FCPE locale.
Selon une enquête du premier syndicat de chefs d’établissement, le SNPDEN-Unsa, 62 % des collèges et lycées ont déclaré manquer d’au moins un enseignant entre le 1er et 8 septembre. Avec d’importantes disparités entre les académies : si 88 % des établissements de l’académie de Limoges disaient avoir tous leurs enseignants, ce n’était le cas que de 23 % de ceux de l’académie de Créteil, ou encore de 14,6 % dans celle de Grenoble.
“Nous n’avons pas fait de nouvelle enquête mais la situation de manque de professeurs est loin d’être réglée: il y a toujours des établissements qui restent avec des professeurs manquants”, affirme Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du SNPDEN-Unsa.
“Si déjà nous ne sommes pas capables de boucler les affectations définitives à trois semaines de la rentrée, on peut s’inquiéter sur les besoins de remplaçants à venir, ce n’est pas rassurant pour le reste de l’année scolaire”, fait-il valoir.
“Il n’y aura pas d’affectation prochaine dans certains endroits car il n’y a pas de vivier de remplaçants. Il faudrait donc que le ministère l’admette et que l’on mette cartes sur table pour faire avancer cette situation”, complète le chef d’établissement.
Sollicitée pour dresser un bilan des absences d’enseignants, la rue de Grenelle n’a pas donné suite.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE