Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

L'Ontario dépose un projet de loi pour éviter la grève des travailleuses et travailleurs de – News 24

La province prévoit de déposer lundi une loi de retour au travail pour les 55 000 travailleurs de l’éducation de l’Ontario.
Cette mesure préventive intervient alors que le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les concierges, les éducateurs de la petite enfance, les aides-enseignants et le personnel de l’administration scolaire des conseils scolaires publics, catholiques, anglophones et francophones de la province, a annoncé dimanche matin que ses membres se mettraient en grève à compter du vendredi 4 novembre si une entente contractuelle avec le gouvernement de l’Ontario n’était pas conclue.
Les travailleurs sont sans convention collective depuis le 31 août et malgré plusieurs séries de pourparlers, une nouvelle doit encore être négociée.
Entre autres choses, le SCFP demande une augmentation salariale annuelle de 3,25 $/heure (11,7 %), des éducatrices et éducateurs de la petite enfance dans chaque classe de maternelle, cinq jours supplémentaires payés avant le début de l’année scolaire, 30 minutes de temps de préparation quotidien payé, une augmentation en heures supplémentaires et un investissement de 100 millions de dollars dans la création de nouveaux emplois.
La dernière offre de la province, proposée lors d’une séance de médiation d’urgence dimanche après-midi, est un accord de quatre ans qui comprend une augmentation annuelle de 2,5 % pour les travailleurs qui gagnent moins de 43 000 $ et une augmentation de salaire annuelle de 1,5 % pour ceux qui gagnent plus. Cela représente une augmentation par rapport à leur offre initiale d’une augmentation annuelle de 2% pour les travailleurs qui gagnent moins de 40 000 $ et d’une augmentation de 1,25% autrement.
À la suite de la réunion de dimanche, le ministre de l’Éducation de l’Ontario, Stephen Lecce, a déclaré que le SCFP n’avait pas accepté leur offre « plus généreuse » et avait toujours l’intention de faire la grève à partir de vendredi.
Il a ensuite indiqué qu’ils n’avaient “pas d’autre choix que d’introduire une législation (aujourd’hui), qui garantira que les élèves restent en classe pour rattraper leur retard d’apprentissage”.
Selon le bureau de Lecce, le contrat qui sera imposé sera de quatre ans.
La loi de retour au travail, qui devrait être adoptée d’ici jeudi pour empêcher une grève, sera présentée à Queen’s Park à 13 h aujourd’hui.
Laura Walton, une aide-enseignante de Belleville qui est présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP, a qualifié la menace de législation de la province de « gifle pour tous les travailleurs ».
« Aujourd’hui, les principaux négociateurs du gouvernement Ford m’ont convoqué à une réunion. Nous sommes allés à la réunion optimistes que ce gouvernement reconnaîtrait et respecterait notre droit de négocier », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse dimanche soir. « Au lieu de cela, ils nous ont donné un ultimatum. Ils ont menacé d’introduire une législation pour dicter les termes de notre prochain contrat dès demain.
Walton dit que le SCFP est prêt à retourner à la table de négociation lundi pour poursuivre les pourparlers avec la province.
«Nous sommes ici, comme nous le sommes depuis cinq mois, et nous sommes prêts à obtenir une entente négociée qui réponde aux besoins des étudiants et des travailleurs de première ligne», a-t-elle déclaré, ajoutant un, le moins de tous les travailleurs de l’éducation eux-mêmes, veut une grève, mais ajoute qu’ils ont besoin et méritent une augmentation de salaire significative.
L’Association des conseils scolaires publics de l’Ontario (OPSBA), qui représente les conseils scolaires de district publics anglophones et les autorités scolaires publiques de tout l’Ontario, a déclaré que sa « priorité absolue est de négocier une convention collective équitable, entièrement financée et dans le meilleur intérêt de nos étudiants.”

Quatre grands groupes de parents en Ontario se sont réunis pour apporter leur soutien aux 55 000 travailleurs de l’éducation de la province, même s’ils se mettent en grève vendredi.
York Communities for Public Education, Ontario Parent Action Network, Ontario Autism Coalition et Fix Our Schools ont récemment co-rédigé une lettre au premier ministre Doug Ford et au ministre de l’Éducation Stephen Lecce pour soutenir les demandes de négociation des travailleurs de l’éducation.
« Je sais que les travailleurs de l’éducation se battent pour améliorer les écoles publiques pour tous nos enfants. Ils négocient pour atteindre nos objectifs communs pour des communautés scolaires saines et prospères et pour un salaire et des conditions de travail décents », indique la lettre.
« Si les travailleurs de l’éducation sont contraints de mener des actions syndicales, y compris des grèves, afin d’atteindre nos objectifs communs, nous soutiendrons les travailleurs de l’éducation. »
Déjà signée par plus de 3 000 parents, la lettre demande au gouvernement provincial de nommer un éducateur de la petite enfance désigné dans chaque classe de maternelle, d’embaucher plus d’aides-enseignants, de DECE, de travailleurs auprès des enfants et des jeunes, etc. pour « mieux répondre aux besoins des élèves » et s’assurer qu’il y a suffisamment d’employés de bureau « pour gérer les écoles en toute sécurité et sans heurts ».
Il souhaite également que toutes les bibliothèques scolaires restent ouvertes aux étudiants, que des normes de nettoyage plus saines et des garanties d’entretien et de réparation soient traitées, et une augmentation significative des salaires des travailleurs de l’éducation “afin de maintenir les salaires au-dessus du seuil de pauvreté, en particulier sous les pressions inflationnistes actuelles”.
« Les parents veulent la même chose que les travailleurs de l’éducation : des enfants qui grandissent, apprennent et s’épanouissent dans des écoles sûres et saines, ce qui signifie que nous avons besoin de plus de travailleurs de l’éducation dans chaque école, avec des salaires décents. Ford et Lecce doivent cesser de forcer les enfants à quitter l’école en refusant de répondre aux demandes très raisonnables des travailleurs de l’éducation », a déclaré Jessica Lyons, une mère torontoise de trois enfants du primaire, dans un communiqué de presse du 31 octobre.
Shameela Shakeel, mère de quatre enfants dans la région de York, a accepté.
« Les parents demandent au premier ministre Ford d’écouter les parents et les travailleurs de l’éducation, au lieu de forcer les travailleurs à faire la grève. Cette crise a été créée par Ford, et il devrait la résoudre maintenant, en concluant un contrat équitable avec les travailleurs de l’éducation », a-t-elle déclaré dans le communiqué.

Le SCFP a légalement signifié son premier avis de négocier le 3 juin, le lendemain des élections provinciales.
Au début d’octobre, le SCFP a annoncé que ses membres avaient voté à 96,5 % en faveur d’un arrêt de travail si une entente contractuelle ne pouvait être conclue avec le gouvernement provincial.
Le syndicat a ensuite demandé au ministère du Travail de l’Ontario d’accorder ce qu’on appelle un rapport de non-commission, ce qui signifie qu’une commission de conciliation ne sera pas nommée. Ce feu vert, qui a permis aux travailleurs de quitter légalement le travail dans 17 jours (3 novembre), a été donné le 17 octobre. Un préavis de cinq jours doit être donné avant que le syndicat puisse déclencher une grève.
La semaine dernière, des négociations médiatisées ont commencé entre les deux parties, mais ont échoué après seulement deux jours.
Les cinq principaux syndicats de l’éducation de l’Ontario sont actuellement en pleine négociation avec la province après l’expiration de leurs contrats le 31 août.
Toutes les actualités du site n’expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d’un éditeur humain.
S’il y a une plainte concernant une actualité ou si vous souhaitez la supprimer ou la corriger, n’hésitez pas à nous contacter.

source



A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE