Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

Les socialistes aux urnes pour le congrès « le plus important depuis … – MSN

Si le premier secrétaire sortant, Olivier Faure, est le favori, les oppositions, moins favorables à la Nupes, croient en leurs chances
Il se passe quelque chose au Parti socialiste (PS). Les militantes et militants votent jeudi pour choisir entre trois textes d’orientation – les anciennes « motions » – en vue du congrès de Marseille, à la fin du mois. Olivier Faure, premier secrétaire depuis 2018, remet également son poste en jeu. Celui qui est devenu, à la création de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), une nouvelle star de la gauche unie, pense pouvoir tirer les bénéfices de l’alliance. Car après les 1,7 % d’Anne Hidalgo à la présidentielle, c’est bien cette union avec Europe-Ecologie – Les Verts (EELV), le Parti communiste (PCF) et surtout la France insoumise (LFI) qui a permis aux socialistes de sauver plus d’une trentaine de sièges à l’Assemblée nationale.
Après trois mois de campagne interne, les opposants et opposantes à la direction sortante pensent néanmoins l’avoir fait vaciller. « Ça a été dur pour Faure, et d’ailleurs il reconnaît lui-même qu’il est fatigué à l’issue de la campagne », décrit un cadre local du PS, soutien de Nicolas Mayer-Rossignol. Le maire de Rouen, candidat du texte Refondations, prétend porter une « troisième voie » entre les pro-Nupes d’Olivier Faure et les anti-Nupes rassemblés autour de la candidature d’Hélène Geoffroy. « La dynamique nous a dépassés, affirme Lamia El Aaraje, conseillère de Paris et tête d’affiche de Refondations. On est d’ailleurs les seuls dans ce congrès à avoir une dynamique. » « On a réussi à donner quelque chose aux militants qui voulaient sortir du pour ou contre la Nupes », assure un soutien.
La liste – qui se voit désormais comme la seule capable de « challenger » Olivier Faure – concentre ses attaques sur « l’absence de bilan de la direction sortante ». « Moi, je demande toujours aux militants que je rencontre s’ils connaissent la position du parti sur le nucléaire, l’assurance chômage… Les gens savent qu’on n’a pas de position », cingle Lamia El Aaraje. Refondations souffre toutefois d’un double discours au sujet de la Nupes : si en privé certains se verraient bien larguer les amarres, ils prétendent publiquement vouloir simplement renégocier l’accord. « Le p’tet bien que oui, p’tet bien que non, ça ne fait pas une position politique », raille Stéphane Troussel, le président de la Seine-Saint-Denis et soutien d’Olivier Faure.
« Pour la première fois depuis cinquante ans, le congrès porte sur une vraie divergence stratégique, croit le député Arthur Delaporte, lui aussi soutien d’Olivier Faure. Un choix simple qui détermine l’avenir du parti, on ne vote pas seulement pour une équipe. Là-dessus, la position du ni-ni est difficile à tenir… Soit on reconnaît le cadre actuel, même si on estime qu’il faut le retravailler, soit on propose autre chose. » Autre chose, c’est ce que propose Hélène Geoffroy. Elle était la seule opposante à Olivier Faure au congrès de 2021, avec son courant Debout les socialistes. Son objectif désormais :
suspendre la Nupes. « Le cœur du débat, ce sont les alliances. Je ne veux pas d’un PS inféodé à LFI, je ne veux pas que le parti disparaisse », explique l’ancienne secrétaire d’Etat de François Hollande, qui rassemble aussi les nostalgiques de l’ancien président.
Côté Faure, on la joue serein, on ne croit pas que les lignes aient tellement bougé pendant la campagne. « Si le débat est plus vif à l’approche du vote c’est bon signe ! Je préfère ça que pas de débat », affirme Stéphane Troussel. Pour faire passer la pilule de l’alliance avec LFI, qui ne plaît pas à tout le monde, les pro-Faure assurent que, eux aussi, veulent revoir les modalités de l’accord. La direction sortante se voit bien jeudi soir « à 50 % voire un peu au-dessus », dit prudemment un soutien, qui remarque que sur un scrutin à 20.000 votants tout bouge vite.
Des estimations qui ne font évidemment pas l’unanimité parmi les opposants. Chez Refondations, les plus optimistes le voient même sous les 45 %. Un score qui, selon Stéphane Troussel, ne le mettrait pas en danger puisqu’à ses yeux, l’essentiel est d’être devant, même loin devant. « Faure ne sera pas mort à moins de 50 %, mais il devra composer, croit le cadre local pro-Refondations interrogé plus haut. Il proposera des choses à Nicolas Mayer-Rossignol. C’est un fin tacticien, il fait ça depuis vingt-cinq ans… » Lui, pense que les socialistes seront « légitimistes » et rééliront Faure. Même en étant son opposant, il doit reconnaître que depuis les législatives, le PS a regagné un peu de vigueur.
La situation s’est brusquement tendue à l’approche du vote, le camp Mayer-Rossignol ayant notamment accusé le camp Faure de triche. Mais de l’avis de plusieurs, ce congrès a du positif et a remobilisé une partie des militants et militantes. « J’ai jamais autant bossé sur un congrès ! J’ai lu, j’ai un carnet de notes rempli… », s’enthousiasme le même cadre. Certains pensent même qu’il pourrait y avoir plus de 20.000 votants et votantes, loin des grands jours mais mieux que rien. Logique, « c’est vraiment un congrès qui permettra de dire quelle est la ligne du parti, et ça n’était plus arrivé depuis longtemps », abonde Hélène Geoffroy. C’est sans doute vrai : parce qu’il s’est effectivement enfin passé quelque chose au PS pour la première fois depuis presque dix ans. Ce quelque chose, qu’on l’aime ou pas, c’est précisément la Nupes.

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE