Les limites de l'évaluation des compétences à l'école – Le Figaro

Rubriques et services du Figaro

Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Pour la plupart des parents d’élèves, le «livret personnel de compétences» est un objet pédagogique non identifié. C’est pourtant ce document qui doit, à terme, remplacer le bulletin de notes.
Pour la plupart des parents d’élèves, le «livret personnel de compétences» est un objet pédagogique non identifié. C’est pourtant ce document qui doit, à terme, remplacer le bulletin de notes, puisque l’idée du «socle commun» est d’évaluer les compétences des élèves dans des domaines identifiés par les «piliers» du socle et selon trois «paliers» en fin de CE1, de CM2 et de 3e. Ainsi, en fin de CM2, un élève devra valider la compétence «Résoudre un problème mettant en jeu une situation de proportionnalité» ou la compétence «Avoir conscience de la dignité de la personne humaine et en tirer les conséquences au quotidien».
Pour Claire Kepper, chargée des questions pédagogiques au SE-Unsa, l’enseignement par compétences permet de «mettre fin à la fonction traditionnelle de l’école, qui est de classer». Mais pour elle, si enseignants et parents ne s’y retrouvent pas, c’est parce qu’il s’agit «à la fois d’un outil de communication avec les parents et d’un outil professionnel d’évaluation.» Bref, le précédent gouvernement s’est arrêté au milieu du gué, au lieu de mettre en place un système qui «montre aux élèves ce qu’ils ont acquis en termes de connaissances, de capacités et d’attitudes». En effet, seuls certains établissements (ou certaines classes au sein d’un établissement) franchissent aujourd’hui le pas et suppriment les notes pour les remplacer par des validations d’acquis, pour des résultats contrastés.
Jean-Rémi Girard est professeur de français et il relate depuis des années sur son blog, dans des notes teintées d’humour et d’ironie, l’arrivée des compétences dans les classes. Il est devenu récemment secrétaire national du Snalc, chargé de la pédagogie. «La logique du socle n’est pas absurde, analyse-t-il. La scolarité obligatoire est censée apporter à chaque élève les bases pour s’en sortir dans la vie, pour être un citoyen: aller voter, trouver un emploi…»
Le souci est la mise en œuvre et l’usine à gaz qui en résulte. «Quiconque se penche sur le livret de compétence s’aperçoit qu’on oublie vite les connaissances pour s’intéresser aux attitudes.» Les fameux savoir-être, désormais rejoints par les «savoir-devenir». «Est-ce que l’école a à se mêler de ce que l’élève a dans la tête?», interroge Jean-Rémi Girard. «Doit-on considérer que “s’intégrer et coopérer dans un projet collectif”, compétence 9 du pilier 7, est un bien en soi? La création artistique, par exemple, est solitaire. De même, “faire preuve d’initiative” est une compétence qu’on devrait pouvoir discuter. Il y a des cas où c’est contre-productif qu’un jeune qui ne maîtrise pas les choses et ne les connaît pas prenne des initiatives. Tout cela relève du formatage.»
«Le résultat dans mon collège, déplore Agnès Gentil, professeur d’histoire-géographie, c’est qu’on valide à peu près tout. Après, bien sûr, des heures de réunion pour savoir si telle compétence relève de tel professeur ou de tel autre.» Quant aux élèves et aux parents, ils se raccrochent aux notes encore existantes pour se situer.
LIRE AUSSI:
» Les profs hostiles au soutien scolaire personnalisé
» Nouvelles tensions entre enseignement public et privé
» Les évaluations des écoliers de CE1 et CM2 en sursis
Paul Meirion
le
@ a b 1 “est-ce que le rôle de l’éducation est uniquement de garantir une introduction rapide dans le monde du travail ? ” Non, le rôle de l’école est de pourvoir à l’Instruction, l’Éducation étant le rôle des parents. Lorsqu’on passe y plus de 12 ans de sa vie, l’école doit au moins être capable d’assurer que soit appris ce que savaient nos ancêtres … en deux fois moins de temps. On peut d’ailleurs se poser la question inverse: Le rôle de l’école est-il de fournir ce qui peut être acquis après la période purement scolaire ? Les mêmes moyens d’enseignement seraient nettement plus productifs, à tous les niveaux, si l’école se résumait à ce qu’un préadulte sans expérience de la vie peut comprendre. Quand on ne travaille que 40 heures par semaine, il est possible de s’occuper à améliorer ses connaissances dans les domaines qu’on n’a pas abordés pendant la période purement scolaire. C’est purement une question d’offre: Si un futur bachelier s’intéresse à ce qu’il apprend, il y sera tout aussi intéressé plus tard. C’est aussi plus juste: Quelqu’un qui a été contraint de sortir du système scolaire aurait la possibilité de se former pendant sa trajectoire de vie. Rien n’empêche de prévoir qu’au lieu d’abaisser le nombre d’heures hebdomadaires, on puisse disposer des congés nécessaires pour continuer à apprendre.
PORTRAIT – À la tête de « la Maison des Maternelles », l’émission quotidienne – et consensuelle – de France 2, Agathe Lecaron s’efforce de répondre aux angoisses des parents.
DÉCRYPTAGE – La juridiction internationale enjoint à la justice française de réexaminer les demandes.
TÉMOIGNAGE – Astrid Hurault de Ligny, mère d’un enfant de quatre ans, regrette sa maternité qu’elle impute à son éducation, sa naïveté et à «la société».
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Les limites de l’évaluation des compétences à l’école

Partager via :
50 commentaires
50
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE