Les funérailles d'Elizabeth II, défi historique pour la police britannique – Arabnews fr

https://arab.news/mdrva
LONDRES : Avec chefs d’État et têtes couronnées, l’événement s’annonce comme “la plus grosse opération de maintien de l’ordre” de son Histoire : la police britannique se prépare pour ses premières funérailles nationales en près de 60 ans.
Les policiers ont ressorti de leurs archives les vieux protocoles pour les grandioses obsèques de la reine Elizabeth II, qui s’annoncent comme un casse-tête : accueillir les dirigeants des grandes puissances de la planète tout en canalisant des millions de visiteurs à Londres.
La date officielle de ces funérailles nationales, les premières depuis celles du Premier ministre Winston Churchill en 1965, n’est pas encore connue mais elles devraient avoir lieu autour du 19 septembre à l’abbaye de Westminster, au coeur de la capitale.
Avant la cérémonie, le corps sera exposé publiquement pendant quatre jours à Westminster Hall, la plus vieille section des Chambres du Parlement, après une procession dans les rues de Londres.
Parmi les personnalités attendues, les présidents américain Joe Biden et français Emmanuel Macron, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, ainsi que de nombreux dirigeants des ex-colonies britanniques.
Ce sera aussi le premier voyage à l’étranger de l’empereur du Japon Naruhito depuis son accession au trône en 2019 après l’abdication de son père.
“Ce sera sans doute l’opération policière et de maintien de l’ordre la plus importante jamais mise sur pied au Royaume-Uni”, indique Nick Aldworth, ancien coordinateur du contre-terrorisme dans la police nationale au journal The Independent.
“Il suffit d’une voiture, d’une personne qui veuille accomplir un acte de haine et alors là, non seulement vous avez un événement constitutionnel qui dérape, mais des blessés et des morts”, poursuit-il.
Il relève que la cérémonie se tiendra dans un contexte de “menace mondiale d’un niveau très différent” de celui des précédentes funérailles royales, comme celles de la reine-mère en 2002 ou encore celles de la princesse Diana cinq ans plus tôt.
Le Royaume-Uni a été frappé de plusieurs attentats ces dix dernières années, en particulier une série d’attaques sanglantes à Londres, Manchester et dans d’autres villes visées par des jihadistes.
Plan global
L’actuel niveau de menace nationale, établi par les services de sécurité du MI5 et prévu pour prendre en compte la probabilité d’un attentat au sens large, est “important”.
La Metropolitan Police de Londres a annoncé vendredi avoir commencé à déployer ses plans “maintes fois répétés” pour le deuil officiel national de 10 jours précédant les funérailles de la monarque ayant servi le plus longtemps son peuple, le temps de son règne de 70 ans.
“Nous allons nous assurer de la sécurité grâce à des patrouilles clairement identifiables”, a indiqué la police. “Le public verra également des agents postés à des endroits clés, notamment dans les transports, les parcs royaux et à l’extérieur des résidences royales à Londres”.
La “Met” travaillera main dans la main avec la police des transports, en charge du réseau national, ainsi que la police de la City, qui s’occupe de la sécurité dans ce quartier des affaires londonien.
“Le plan policier global” sera particulièrement visible à Westminster ainsi qu’aux alentours, ce qui inclue le Parlement, l’abbaye et le palais de Buckingham, a précisé Stuart Cundy, commissaire adjoint à la Met.
Signe, déjà, que la capitale commence à se blinder, de nombreuses rues étaient fermées samedi pour la proclamation officielle du nouveau roi, coup d’envoi du règne de Charles III, et beaucoup de policiers déployés dans les rues.
Mais certains s’inquiètent de la capacité de la Met à faire face à des foules immenses à l’approche des funérailles, avec trois matches de la Premier League actuellement programmés la semaine prochaine dans la capitale et d’autres matches ailleurs.
Selon la presse britannique, ces derniers pourraient être annulés faute de moyens policiers suffisants, la plupart des forces de l’ordre devant se concentrer dans la capitale.
Tous les matches de foot ont été annulés cette semaine afin de rendre hommage à la reine, bien que d’autres événements sportifs aient, eux, été maintenus.
https://arab.news/wtwcn
JAKARTA: Un séisme de magnitude 7,6 a frappé l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée dimanche, provoquant des dégâts sur des bâtiments près de la ville de Madang et dans l’intérieur du pays, selon des habitants.
L’Institut américain d’études géologiques (USGS), qui avait initialement émis une alerte au tsunami, l’a rapidement levée. L’USGS a toutefois signalé qu’il pourrait y avoir “des fluctuations mineures du niveau de la mer dans certaines zones côtières”.
Des habitants de Madang ont dit à l’AFP avoir ressenti de “très fortes secousses”, affirmant que des bâtiments avaient été endommagés.
Le tremblement de terre s’est produit à une profondeur de 61 kilomètres, à environ 67 kilomètres de la ville de Kainantu, a indiqué l’USGS.
La Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui comprend la partie orientale de l’île de Nouvelle-Guinée et de nombreuses autres îles, se trouve sur la “ceinture de feu du Pacifique”, qui est un point chaud pour l’activité sismique en raison de la friction entre les plaques tectoniques.
En février 2018, un séisme de magnitude 7,5 avait frappé la région accidentée des hauts plateaux du pays, déclenchant des glissements de terrain, enterrant des maisons et tuant au moins 125 personnes.
Samedi, une série de secousses sismiques avait frappé la province indonésienne de Papouasie, située sur la partie occidentiale de l’île de Nouvelle-Guinée, sans faire de victimes ou dégâts.
En 2004, un séisme de magnitude 9,1 en Indonésie avait déclenché un tsunami qui avait fait 220.000 morts dans la région, dont environ 170.000 en Indonésie.
https://arab.news/2zsqe
NAIROBI: L’Union africaine a annoncé samedi avoir prolongé le mandat de l’envoyé spécial dans la Corne de l’Afrique, Olusegun Obasanjo, chargé de poursuivre les efforts de paix en Éthiopie alors que les combats ont repris fin août.
Cette décision intervient malgré le rejet par les rebelles tigréens de la médiation d’Obasanjo visant à mettre fin à la guerre qui les oppose depuis fin 2020 aux forces gouvernementales.
“Je lui ai réitéré ma pleine confiance et l’ai encouragé à poursuivre son engagement auprès des deux parties et des acteurs internationaux pour œuvrer à la paix et à la réconciliation en Éthiopie et dans la région”, a déclaré sur Twitter Moussa Faki Mahamat, chef de la Commission de l’Union africaine, après sa rencontre avec M. Obasanjo.
Plusieurs efforts diplomatiques sont en cours pour trouver une résolution pacifique au conflit après que la reprise des combats dans le nord de l’Éthiopie le mois dernier a brisé une trêve établie en mars.
Le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed a insisté sur le fait que toute discussion avec les rebelles doit être menée sous les auspices de l’Union africaine, dont le siège est à Addis-Abeba.
Mais le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a dénoncé de son côté la “proximité” d’Obasanjo, ancien président nigérian, avec le dirigeant éthiopien.
M. Faki a également rencontré le nouvel émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, en visite à Addis Abeba ces derniers jous, et ils ont “convenu de la nécessité pour les partenaires internationaux de soutenir le processus mené par l’UA avec les parties pour mettre fin au conflit en Éthiopie”, a-t-il précisé.
Des combats ont éclaté sur plusieurs fronts dans le nord de l’Éthiopie, suscitant l’inquiétude de la communauté internationale et entraînant l’arrêt de l’acheminement de l’aide humanitaire vers le Tigré.
Le chef du TPLF, Debretsion Gebremichael, a proposé en début de semaine une trêve sous condition dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.
Selon lui, la trêve dépend notamment “d’un accès humanitaire sans entrave” et du retour de services essentiels dans la région du Tigré, touchée par de graves pénuries alimentaires et privée d’électricité, de communications et de services bancaires.
M. Debretsion a également demandé le retrait des forces érythréennes de l’ensemble du territoire éthiopien et du Tigré. Le gouvernement éthiopien n’a pas commenté publiquement la demande du TPLF.
https://arab.news/72yy7
KIEV: Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a critiqué samedi la neutralité de l’Inde face à l’invasion russe de l’Ukraine accusant ce pays de “bénéficier” des “sacrifices” ukrainiens et occidentaux.
“Tu ne peux pas être neutre et prétendre que rien ne s’est passé quand en gros tu tires des bénéfices de nos sacrifices”, a-t-il estimé lors du forum international Yalta European Strategy (YES) à Kiev.
Depuis le début de son invasion de l’Ukraine qui lui a ont valu une série de sanctions occidentales dont des embargos sur le pétrole russe, Moscou est devenu le premier fournisseur de brut de New Delhi.
Les raffineurs indiens bénéficient de rabais importants sur fond de l’envolée de prix de l’essence en Europe.
“L’Inde n’a la possibilité d’acheter du pétrole russe à un très bas prix réglant ainsi ses problèmes domestiques que parce que quelqu’un meurt en Ukraine et que quelqu’un en Europe applique des sanctions”, a déclaré M. Kouleba.
“Je pense que l’Inde nous est redevable”, a-t-il poursuivi.
Interrogé sur les relations de Kiev avec la Chine, qui n’a non plus condamné l’invasion russe, le ministre a dit souhaiter un dialogue plus actif avec Pékin.
“Ce n’est pas que nous n’avons pas de contacts du tout, mais nous aimerions en entendre davantage de leur part”, a fait valoir le ministre.
“Chaque fois que des responsables chinois disent quelque chose qui va à l’encontre de l’intérêt national de l’Ukraine, nous n’hésitons pas à réagir. Mais en principe, nous ne voyons pas que la Chine aide la Russie (…) et c’est déjà une bonne chose”, a-t-il conclu.

source
https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE