Les ballons d'eau – Une histoire hypersensible | Un bouquet d'émotions – La Presse

Consulter lapresse.ca
Liens utiles
PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE
L’autrice Sarah Degonse et sa fille Charlie
« Trop sensible. » « Trop à fleur de peau. » « Trop susceptible. » « Trop tout. » Ces reproches, Sarah Degonse les a entendus maintes et maintes fois lorsqu’elle était petite. « Je me sentais différente parce que je ne réagissais pas comme les autres », raconte l’autrice. Dans la vingtaine, elle a découvert pourquoi : elle est hypersensible. Inspirée par son passé, mais aussi par le présent de sa fille Charlie, elle a écrit le livre jeunesse Les ballons d’eau – Une histoire hypersensible.
La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, dit-on. Lorsque Sarah Degonse a remarqué que sa fille Charlie semblait être une enfant hypersensible, elle a cherché un album pour en discuter avec elle.
« Comme beaucoup de parents, on se sert souvent des livres pour ouvrir le dialogue sur des sujets qui nous touchent : l’intimidation, la différence, l’acceptation de soi… L’hypersensibilité, c’est un défi quotidien pour bien du monde. Ce n’est pas toujours facile de gérer ce trop-plein d’émotions. Je voulais trouver un livre pour qu’on puisse ouvrir le dialogue. Pour lui dire : “Regarde, la petite fille ou le petit garçon vit la même chose que toi. Comment te sens-tu ? Est-ce que tu te reconnais ?” », explique celle qui travaille dans le milieu de l’édition jeunesse.
Conclusion des recherches ? « Je ne trouvais absolument rien. »
L’autrice a donc pris la plume et a écrit un album inspiré de ce qu’elle a vécu enfant et de ce que vit sa fille actuellement. L’héroïne est d’ailleurs elle aussi prénommée Charlie.
Tout comme la fillette de 8 ans, la Charlie dessinée par l’illustratrice Élodie Duhameau est parfois submergée par les émotions. Certains jours, elle pique des colères. À d’autres moments, elle se sent anxieuse ou peureuse. Souvent, elle explose de joie.
Dans le livre, toutes ces émotions, Sarah Degonse les compare à des ballons.
ILLUSTRATIONS ÉLODIE DUHAMEAU, FOURNIES PAR LA MAISON D’ÉDITION
Extrait des Ballons d’eau – Une histoire hypersensible
« Quand le projet est né, Charlie avait 6 ans. J’essayais de lui trouver des comparaisons à son niveau. Les ballons, ça me paraissait assez compréhensible. Parce que quand tu vis une émotion qui est le fun, que tu aimes, tu la vis et elle s’envole. Mais quand elle est moins le fun, elle reste. Et elle peut rester longtemps. » Comme un ballon rempli d’eau.
« Quand il y a trop d’agitation ou trop de bruit autour de moi […], mes ballons se mettent à éclater tous en même temps, comme un feu d’artifice ! », peut-on lire, par exemple, dans l’album.
« Des parents m’ont écrit pour me dire que leurs enfants parlaient maintenant de ballons pour exprimer leurs émotions. Ça, ç’a été le plus beau compliment que j’ai reçu par rapport à mon livre », confie l’autrice. Celle-ci est d’ailleurs persuadée que cette histoire rejoindra aussi les jeunes non hypersensibles, car, au fond, « n’importe qui peut être dépassé par ses émotions ».
Dans sa jeunesse, Sarah Degonse a beaucoup souffert du regard des autres. Pour elle, il était primordial d’aborder cet aspect dans Les ballons d’eau. « Souvent, les hypersensibles sont confrontés au jugement des personnes qui ne le sont pas. […] Les gens ne comprennent pas pourquoi on “exagère”. Je mets des guillemets, parce qu’on n’exagère pas. C’est ce qu’on ressent », confie celle qui vit « tout de manière intense ». « Les bonnes choses comme les mauvaises. »
La mère de deux enfants espère que son album contribuera à changer « l’image très négative qui colle à l’hypersensibilité ». « Oui, ce sont des défis, mais il y a de belles choses qui en découlent », soutient-elle, en avançant que ces personnes sont souvent reconnues pour être créatives et empathiques.
PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE
Sarah Degonse
« Je pense sincèrement que mon hypersensibilité joue sur ma manière d’être avec mes amis, avec mon amoureux, avec mes enfants, au travail. […] Je veux en faire une force et je veux que Charlie en fasse une force. »
« C’est un peu comme si j’avais un superpouvoir ! », affirme d’ailleurs l’héroïne à la fin de l’histoire.
Pour rédiger Les ballons d’eau, Sarah Degonse s’est basée sur sa propre expérience. « Je ne suis pas une professionnelle. […] C’est juste une hypersensible qui écrit avec le cœur d’une maman sur sa fille hypersensible. C’est mon ressenti de l’hypersensibilité. »
Les ballons d’eau – Une histoire hypersensible
Texte de Sarah Degonse, illustrations d’Élodie Duhameau
Éditions La Bagnole
Dès 4 ans
Étrange roman que voilà. Mystérieux. Opaque. Obscure. Quoique savoureux globalement. Même si on ne comprend pas tout par longs bouts.
Pour qui ne cohabite pas avec l’anxiété, il peut être difficile d’imaginer l’ampleur des tentacules et la force de cet indésirable colocataire. Pour ceux qui le connaissent trop bien, il y a ce sentiment de solitude. Dans Stresse pas, minou !, 11 femmes à la plume aiguisée s’ouvrent sur ce mal qui s’invite dans leur vie sans jamais y être invité.
Actualités, nouveautés, rencontres d’auteurs, entrevues… La Presse vous informe de ce qui se passe dans le monde des livres.
Lise Tremblay revient à la nouvelle, genre qui lui avait valu plusieurs honneurs pour La Héronnière, dont le Prix des libraires en 2004. Dans Rang de la Dérive, l’autrice de La sœur de Judith explore en cinq récits un seul sujet : des femmes au début de la soixantaine qui, après une rupture amoureuse, doivent apprendre à se reconstruire.
« C’est à Niagara que j’ai contracté à trois ans la maladie de la mort et je ne m’en suis jamais remise », écrit Catherine Mavrikakis dans un nouveau roman qui éclaire l’ensemble de son œuvre, dont la mort a toujours été le personnage principal et chez qui sa seule ombre anéantit toute possibilité de sérénité.
Que reste-t-il quand quelqu’un disparaît ? Qu’est-ce qui arrive à ceux et celles qui restent ? C’est la question que se pose Dominique Fortier dans Quand viendra l’aube, livre délicat et personnel qui arrive six mois après son précédent, Les ombres blanches, et qui en est un peu l’autre facette.
Inclus dans une biographie non autorisée, les échanges entre l’animateur et son ex-conjointe jettent une lumière sombre sur les derniers jours de celui qui a mis fin à ses jours en juin 2018.
Le bédéiste Riad Sattouf en a fait l’annonce sur son compte Instagram. Le 6e et dernier tome de sa populaire série L’Arabe du futur sortira en France le 1er décembre.
Écrire son autobiographie à seulement 34 ans ? L’offre a pris l’ingénieure en aérospatiale Farah Alibay de court. Elle a saisi l’occasion pour parler de son expérience à la NASA, mais surtout pour raconter que derrière sa réussite se cache un parcours parsemé d’embûches… et d’alliés précieux.
On ne pouvait pas faire autrement. Le lieu de rendez-vous donné à Marie-Josée Gauvin pour cette entrevue s’est imposé de lui-même : coin De Bleury et Sainte-Catherine Ouest, à Montréal, bien sûr. Là où pendant des années, les VJ de MusiquePlus ont fait leurs interventions en direct. Là où la jeune Marie-Josée Gauvin rêvait de travailler un jour.
Comme des animaux, le premier roman d’Eve Lemieux, nous a fait découvrir une nouvelle voix littéraire québécoise percutante, crue, exposant sans tabou une génération exaltée et désabusée en perte de repères.
Elles ont 9, 10 ou 11 ans, et le camp Forevermore leur promettait un séjour hors du commun sur la côte Ouest. Mais l’expérience qu’elles vont vivre n’a rien à voir avec la promesse d’un lieu qui a gravé les souvenirs de centaines de filles avant elles…
Une fille meurtrie, un père au crépuscule de sa vie. Une relation ratée qu’on tente de réparer avant qu’il ne soit trop tard. Le roman de Gaëlle Josse est douloureux et beau.
Yasmina Khadra a travaillé trois ans sur Les vertueux. Le résultat est là : une fresque magnifique sur l’Algérie. Un des meilleurs romans de l’écrivain algérien qui pourrait bien, un jour, être adapté au cinéma, comme l’ont déjà été quatre de ses livres.
Oh, il y en aura toujours pour lever le museau sur Musso, et les allergiques à la littérature populaire passeront sans doute leur chemin avant même d’avoir entamé le moindre chapitre.
Avec Sauf quand je suis un aréna, un premier livre drôle, tourbillonnant et tendrement dingo, Frédérique Marseille atterrit un triple axel romanesque. Rencontre avec cette propriétaire de centre d’escalade à l’heure de son coming out littéraire.
Nos applications
Contact
Services
Archives
Suivez La Presse
Légal
© La Presse Inc. Tous droits réservés.
Conditions d’utilisation| Politique de confidentialité| Registre de publicité électorale| Code de conduite

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE