Le projet de méthaniseur « Terre avenir » à Saint-Jean-de-Bournay était un beau projet – Terre Dauphinoise

Des freins financiers et climatiques ont contraint les porteurs du projet d’unité de méthanisation de Saint-Jean-de-Bournay à ne pas le mener à son terme. Retour sur leur décision et ses enseignements.
Ils avaient tout fait « comme il faut ». Preuve en est : ils avaient obtenu toutes les autorisations nécessaires. Mais cela n’a pas suffi. Les dix agriculteurs engagés dans le projet de construction de méthaniseur dénommé « Terre avenir » (1), dans la commune de Saint-Jean-de-Bournay depuis 2017, ont renoncé à sa mise en œuvre en septembre 2021.
Lancé avec envie suite à une étude de potentialités proposée par la Communauté de communes Bièvre-Isère, ce projet d’unité de méthanisation devait redonner des perspectives aux agriculteurs et aux exploitations du territoire. Il devait leur permettre de valoriser les ressources de leurs fermes, d’être autonomes en matière d’intrants et leur apporter de la plus-value.
Contexte économique et financier différent
Sans aboutir, le recours porté au projet par une association environnementale de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (2) a retardé de six mois son processus de déploiement.
Pendant cette période, le contexte économique et financier dans lequel le projet avait été monté a – beaucoup – évolué.
L’inflation a fait grimper les coûts, les banques n’ont pas voulu surenchérir les prêts accordés, et les agriculteurs n’ont pas eu les capacités de trésorerie suffisantes pour atteindre le niveau que les établissements bancaires souhaitaient pour lever cette dette.
Une décision difficile
Le projet a aussi subi le changement climatique.
Imaginé sur la valorisation des cultures intermédiaires, les agriculteurs ont craint que leurs rendements ne soient pas suffisants.
Tous ces éléments mis bout à bout ont eu raison du projet qu’ils avaient imaginé. Leur cahier des charges était établi et dans une conduite de projet rigoureuse et appliquée, ils ont préféré renoncer plutôt que partir dans un projet qui n’était plus le leur.
La décision d’arrêter son développement n’a pas été facile à prendre. Mais les acteurs du projet l’ont bien vu : « l’énergie qu’on peut mettre dans un projet ne suffit pas. Son intérêt non plus. Au bout du compte, la finance reste maîtresse du jeu », déplorent-ils, amers.
Projet collectif porteur
Pour autant, leur expérience est riche d’enseignements et, même si pour Nicolas Coicaud, éleveur laitier et céréalier à Saint-Jean-de-Bournay qui a porté le projet, la déception est encore grande, il l’assure : « Nous avons un métier qui nous apprend à rebondir, à prendre du recul. Il ne faut rien regretter. Ce que nous avons fait, nous l’avons bien fait ».
L’agriculteur sort de cette aventure avec la satisfaction de s’être investi dans un projet collectif porteur pour le territoire.
Il considère aussi qu’il a eu de la chance de côtoyer de nombreuses personnes, issues du monde agricole ou d’autres corps de métier, avec des problématiques et des points de vue différents. « J’ai rencontré de belles personnes, et ça, c’est intéressant », souligne-t-il, avec le recul.
Bien accompagnés
La mise en œuvre d’un tel projet n’est pas évidente. Nicolas Coicaud l’a expérimenté.
« Nous évoluons dans un autre environnement. Le volet administratif est très conséquent et nous devons presque nous comporter comme des industriels », précise-t-il.
Pour parvenir à leur objectif, les exploitants avaient pourtant fait de leur mieux pour qu’il aboutisse dans les meilleures conditions.
Ainsi, ils se sont regroupés en nombre suffisant pour atteindre la taille nécessaire et se sont fait accompagner par des personnes et des structures compétentes sur les plans technique, administratif et financier.
Ils ont aussi toujours œuvré pour élaborer leur projet, de façon à limiter les impacts négatifs qu’il aurait pu entraîner auprès du voisinage.
« Les réunions publiques ont été l’occasion pour les riverains d’exprimer leurs craintes. C’est vrai qu’au départ, il y en avait. Et c’est normal. Mais elles avaient été levées petit à petit », se souvient Nicolas Coicaud.
Aujourd’hui, il n’y a pas d’autre projet en cours de réflexion dans le territoire. Mais les ressources restent présentes.

Isabelle Brenguier
(1) Projet collectif basé sur les effluents d’élevages et les cultures intermédiaires
(2) Remettant en cause les vertus des unités de méthanisation pour le territoire, l’association « Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs Plus » a porté des recours contre les ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) de trois projets d’unités de méthanisation de la Communauté de communes Bièvre-Isère : « La Côte Biogaz », « Agri méthabièvre » et « Terre avenir ».
 
Pour faire face aux conditions économiques de plus en plus versatiles, les porteurs de projet d’unités de méthanisation devront s’ouvrir et faire preuve d’adaptabilité.
Très investi aux côtés des agriculteurs impliqués dans le projet « Terre avenir » à Saint-Jean-de-Bournay, Jean-Paul Sauzet, conseiller énergie et climat à la Chambre d’agriculture de l’Isère, regrette aussi qu’il n’ait pu voir le jour, à cause d’un concours de circonstances défavorable, alors qu’en termes de compétences et de moyens, le projet ne manquait de rien.
Aujourd’hui, son expérience du sujet lui fait penser que « nous sommes peut-être à un point de bascule dans la mise en œuvre de ces projets. C’est-à-dire que, pour des questions de disponibilité, de capacité d’auto-financement, de compétences et de savoir-faire, nous atteignons les limites des portages de projets de méthanisation uniquement par des agriculteurs. Sans doute, il conviendra d’imaginer d’autres formes de maîtrises d’ouvrages au sein desquelles les exploitants travailleront avec d’autres partenaires tels que par exemple, des collectivités locales qui pourront jouer un rôle dans l’émergence des projets, leur développement ou leur financement », avance-t-il. D’autant que, en raison de leurs obligations en matière de biodéchets et de valorisation de l’énergie, elles ont aussi des intérêts à se lancer dans ce type d’opérations.
Agilité et adaptabilité
Le contexte économique et financier est de plus en plus instable. Les données d’un jour permettant à un modèle économique d’être suffisant pour voir le jour, ne tiennent plus dans le temps. Cela, il faut faire avec. « L’enjeu pour les nouveaux projets consiste donc à ce que leurs développeurs soient capables d’agilité, d’adaptabilité et de faire des compromis », précise le technicien. Mais aujourd’hui, à cause de l’inflation, tous les projets qui n’avaient pas vu le jour avant son emballement sont à l’arrêt. Pour autant, dans le contexte énergétique dans lequel nous évoluons, la méthanisation a encore toute sa place. Les acteurs de la filière en sont convaincus. « Mais il ne s’agit pas de faire de la méthanisation pour faire de la méthanisation. Il faut se demander à quelle fin servira la production de biogaz souhaitée pour le territoire », insiste-t-il
Dispositifs incitatifs
Selon Jean-Paul Sauzet, les perspectives perdureront si le gouvernement considérant l’importance du biométhane, met en place des dispositifs suffisamment incitatifs pour donner de vraies perspectives, et si de nouvelles formes de développement de projet – reposant sur davantage de partenariats – sont proposées.
Les bénéfices permis par la filière sont suffisamment nombreux pour qu’on puisse le croire.
Car il s’agit autant de production d’énergie, que de valorisation des déchets, d’emploi local, et même d’un nouveau rôle pour l’agriculture et les agriculteurs, remis au centre des besoins de la société, en situation de participer à la transition énergétique attendue. In fine, ce sujet ne traite que de questions d’avenir…
IB
 
 

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE