Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise – Arabnews fr

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




https://arab.news/522fg
DUBAI : Pour de nombreux Libanais, le passé peut être un sujet douloureux. Une guerre civile a détruit de larges pans du pays entre 1975 et 1990. La période d’après-guerre a été marquée par des conflits sectaires et le dysfonctionnement du gouvernement.
Mais malgré les traumatismes des dernières décennies, le Liban reste une terre d’une immense richesse culturelle, avec une histoire riche qui se reflète dans son patrimoine architectural, culturel et anthropologique.
C’est pourquoi le Beirut Museum of Art, ou BeMA, qui doit ouvrir en 2026, a été présenté comme une « lueur d’espoir » dans un pays en proie à la paralysie politique, au déclin économique et à une crise humanitaire de plus en plus grave.
Lorsque Sandra Abou Nader et Rita Nammour ont lancé le projet du musée, leur objectif était de présenter la grande diversité de l’art libanais et de fournir des installations pour l’éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence d’artistes.
« Elles ont réalisé qu’il y avait, en fait, très peu de visibilité pour la scène artistique libanaise, dans le pays et à l’étranger, et pour les artistes libanais, qu’ils soient modernes ou contemporains », a déclaré Juliana Khalaf, consultante en art du BeMA, à Arab News.
Environ 700 œuvres d’art seront exposées dans le nouveau lieu, provenant de la collection du ministère libanais de la culture, qui compte plus de 2 000 pièces, dont la plupart sont stockées depuis des décennies.
« Nous allons abriter cette très importante collection », a déclaré M. Khalaf. « Nous l’appelons la collection nationale et elle appartient au public. C’est notre rôle de la rendre, pour la toute première fois, accessible. Elle n’a jamais été vue auparavant. »
Les œuvres d’art, créées par plus de 200 artistes et datant de la fin du XIXe siècle à nos jours, racontent l’histoire de ce petit pays méditerranéen, de son époque de renaissance et d’indépendance à la période de la guerre civile et au-delà.
La collection comprend des œuvres de l’écrivain, poète et artiste visuel libano-américain Khalil Gibran et de son mentor, le maître influent de la fin de l’ère ottomane Daoud Corm, réputé pour ses portraits et ses natures mortes sophistiqués.
Des œuvres de pionniers du modernisme libanais tels que Helen Khal, Saloua Raouda Choucair et Saliba Douaihy figureront également dans la collection, de même que plusieurs artistes moins connus du XXe siècle, dont Espérance Ghorayeb, qui a créé plusieurs compositions abstraites rares dans les années 1970.
« La collection est un rappel du magnifique héritage que nous avons », a déclaré Khalaf. « Elle nous montre notre culture à travers les yeux de nos artistes ».
Parmi les priorités de l’équipe du BeMA, en partenariat avec l’Institut des sciences de la conservation de Cologne, figure la restauration de la collection, qui comprend plusieurs peintures et œuvres sur papier endommagées par la guerre, la négligence, un stockage inadéquat ou simplement l’écoulement du temps.
Le rassemblement des informations sur les artistes et leurs effets sur le patrimoine artistique du Liban est une autre priorité pour l’équipe du BeMA, et c’est une tâche qui s’est avérée difficile étant donné le manque de ressources publiées et de moyens pour les cataloguer.
 
La Journée internationale des musées, qui se tient chaque année le 18 mai ou autour de cette date, met en lumière un thème ou un problème spécifique auquel les musées sont confrontés au niveau international.
« Ce qui était surprenant, c’est le peu de recherche qui existe et tout ce que nous devons faire sur ce front, comme obtenir le bon équipement qui n’est pas actuellement disponible dans le pays pour archiver correctement les livres et les photographies », a déclaré Khalaf.
En 2018, l’équipe de BeMA a contacté WORKac, un cabinet d’architectes basé à New York, pour avoir des idées sur le nouveau lieu. Cofondé par Dan Wood et Amale Andraos, architecte d’origine libanaise et ancien doyen de la Graduate School of Architecture, Planning and Preservation de l’université Columbia, WORKac a conçu des musées en Californie, au Texas, à New York et en Floride.
Pour Andraos, qui a quitté le Liban à l’âge de trois ans, l’occasion de concevoir une maison pour le patrimoine artistique de Beyrouth est particulièrement spéciale.
« Je pense que c’est un projet très personnel pour toutes les personnes impliquées », a-t-elle déclaré à Arab News. « Tout le monde s’est dévoué cœur et âme à cette idée que Beyrouth avait vraiment besoin d’un musée pour abriter la collection nationale. »
« Personnellement, j’ai un grand attachement à Beyrouth, à son histoire, ainsi que sur le plan architectural, artistique et intellectuel. »
Compte tenu du passé troublé et de l’identité complexe du pays, Amale Andraos pense que la collection du musée sera utile pour aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre des traumatismes du passé.
« C’est une archive à laquelle nous devons retourner pour comprendre qui nous sommes et comment aller de l’avant », a-t-elle déclaré.
Après l’approbation du projet par les autorités municipales, la première pierre a été posée sur le site du nouveau musée en février. La phase initiale exige que Mme Andraos et son équipe examinent le site à la recherche de vestiges archéologiques.
Une fois terminé, le musée comprendra trois étages de galeries qui empruntent des éléments esthétiques au design urbain Art déco local. Il a été décrit comme un « musée ouvert » et un « jardin de sculptures vertical », en raison de sa façade cubique qui sera agrémentée d’éclats de verdure de haut en bas.
Mme Andraos admet qu’elle était initialement sceptique quant au projet. Le Liban est en proie à de multiples crises, dont un effondrement financier. Beyrouth, la capitale, ne s’est pas encore remise de l’explosion dévastatrice du port de la ville le 4 août 2020, lorsqu’un entrepôt rempli de nitrate d’ammonium hautement explosif a pris feu et explosé, rasant tout un quartier.
Tout cela, combiné aux dommages économiques supplémentaires causés par la pandémie de la COVID-19, a poussé des milliers de jeunes Libanais à partir à l’étranger à la recherche d’un travail et d’un répit dans cette litanie de crises qui semble interminable. 
Mais pour certains habitants du pays, c’est précisément à cause de ces problèmes qu’un musée célébrant les réalisations culturelles du Liban est nécessaire, peut-être maintenant plus que jamais.
« Lorsque j’ai récemment présenté le musée à un membre du conseil d’administration du BeMA, j’ai dit : « C’est probablement le pire moment pour construire un musée », et il a répondu : « C’est le moment le plus important pour construire un musée, car nous avons besoin de culture, d’éducation et d’idées », a déclaré Andraos.
« Quand les gens ont faim, c’est comme une bataille entre l’art et la nourriture – mais l’art est aussi une sorte de nourriture, d’une certaine manière, pour l’esprit et l’âme.
« Toutes les personnes impliquées y voient une lueur d’espoir et le pays a besoin de construire ses institutions. C’est presque comme une résistance à l’effondrement. Nous avons une histoire qui mérite d’être valorisée, relue, et une culture que nous devons préserver et sur laquelle nous devons nous appuyer. »
Cela ne veut pas dire que le projet a été accueilli par tous au début.
« Il n’y a pas de grande fréquentation publique des musées, c’est quelque chose qui doit vraiment être développé », a déclaré Khalaf. « À cet égard, les gens ont eu l’impression que c’était un projet inutile. »
« Mais maintenant que les gens voient que c’est un projet sérieux et qu’il se réalise, l’attitude a changé. Ils disent qu’il y a de quoi se réjouir. »
À ce jour, environ 70 % du financement du projet a été alloué et un appel public sera bientôt lancé pour combler le déficit éventuel. L’entrée au musée sera gratuite.
Situé dans le quartier résidentiel haut de gamme de Badaro, au cœur de Beyrouth, connu pour ses bâtiments du début du 20e siècle influencés par l’Art déco, le musée se trouvera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui séparait l’est et l’ouest de la capitale pendant la guerre civile.
Ce qui est bien maintenant, c’est que cela pourrait devenir le « mile des musées », car il y a le Musée national, le BeMA, le Musée Mim, et si vous allez plus loin, vous arriverez au Musée Sursock », a déclaré Khalaf.
« Cela change la perspective d’un Beyrouth déchiré par la guerre à un Beyrouth culturellement vivant. »
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/65dp2
LOS ANGELES: Steven Spielberg, Jennifer Lawrence et Harry Styles se rendront en personne à l’avant-première de leurs films respectifs au Festival international du film de Toronto en septembre, signant le retour en force des stars à la plus grande fête du 7e art en Amérique du Nord.
Après deux éditions à capacité réduite en raison de la pandémie, les cinéphiles attendent avec impatience le début du festival, le 8 septembre, et l’arrivée du réalisateur Steven Spielberg, qui présentera pour la première fois son film “The Fabelmans”, basé sur son enfance en Arizona, avec les acteurs Michelle Williams, Paul Dano et Seth Rogen.
Au programme aussi, l’avant-première du thriller “Glass Onion: Une histoire à couteaux tirés” de Rian Johnson produit par Netflix, où Daniel Craig reprendra le rôle du détective privé Benoit Blanc aux côtés d’un casting cinq étoiles composé d’Edward Norton, Ethan Hawke et Jada Pinkett Smith.
Peter Farrelly, dont le drame “Green Book : Sur les routes du sud” avait remporté l’Oscar en 2018 après avoir obtenu le prix du public à Toronto, présentera lui son nouveau film “The Greatest Beer Run Ever”.
Zac Efron y interprète un marin, ancien militaire, mis au défi d’apporter une bière à ses amis restés au front au Vietnam en 1967.
Le festival canadien, qui ne décerne pas de palme ou d’ours comme à Cannes ou à Berlin mais uniquement un prix du public, donne souvent le tempo aux récompenses hivernales à Hollywood.
L’année dernière, contrairement à d’autres festivals comme Venise et Cannes qui étaient presque revenus à leur version “normale”, le festival de Toronto avait opté pour un mélange de projections virtuelles et réelles, avec des capacités d’accueil restreintes dans les salles de cinéma.
Parmi les stars qui feront leur grand retour sur le tapis rouge canadien figurent l’actrice Jessica Chastain et Eddie Redmayne, à l’affiche de “The Good Nurse” et la superstar de la pop, Harry Styles, qui joue un policier gay dans les années 50 dans “My Policeman”.
Jennifer Lawrence viendra elle accompagner son film, sur une ancienne combattante qui tente de se réinsérer dans la vie civile à la Nouvelle-Orléans, quand Viola Davis viendra présenter le film épique “The Woman King”.
Ewan McGregor et Ethan Hawke seront présents pour l’avant-première mondiale de “Raymond & Ray”, Halle Berry, Morgan Freeman, Denzel Washington et Quincy Jones seront eux là pour “Sidney”, un documentaire sur Sidney Poitier, produit par Oprah Winfrey.
Le festival qui dure jusqu’au 18 septembre accueillera aussi l’avant-première de la comédie romantique gay “Bros” avec Billy Eichner, et de “A Jazzman’s Blues” réalisé par Tyler Perry.
https://arab.news/gww96
SAN FRANCISCO: Instagram va mettre sur pause des changements de configuration qui imitaient à sa jeune rivale, TikTok, après une campagne d’utilisateurs contre les nouvelles fonctionnalités.
Dans une interview à une newsletter jeudi, Adam Mosseri, le patron de l’application, a indiqué qu’Instagram allait arrêter un test, qui affichait les photos et vidéos en plein écran — comme TikTok.
La plateforme va aussi diminuer le nombre de contenus “recommandés” aux utilisateurs par son algorithme, au moins temporairement.
“Je suis content que nous ayons pris un risque — si nous n’échouons pas de temps en temps, c’est que nous ne sommes pas suffisamment audacieux”, a déclaré Adam Mosseri à la newsletter spécialisée Platformer.
L’application de photos et vidéos, qui appartient au géant des réseaux sociaux Meta (Facebook) a été chahutée cette semaine quand les célébrités Kim Kardashian et Kylie Jenner l’ont appelée à “redevenir Instagram” et à “cesser d’essayer d’être TikTok”, un message largement applaudi et relayé par des usagers.
Meta, comme Google sur YouTube, ont déjà copié le format de vidéos courtes et captivantes de TikTok, avec les “Reels” et les “Shorts”, respectivement.
Fin janvier, le groupe californien avait reconnu que certaines plateformes concurrentes nuisaient à sa croissance, notamment auprès des jeunes audiences.
“Les gens ont beaucoup de choix sur la façon dont ils veulent passer leur temps. Et des applis comme TikTok grandissent très vite”, avait souligné Mark Zuckerberg, le fondateur et patron de Meta.
Contrairement aux réseaux sociaux traditionnels, TikTok ne met pas en avant les contacts des utilisateurs. Son succès tient pour beaucoup à son algorithme qui choisit les vidéos des créateurs en fonction des goûts des personnes.
Mark Zuckerberg a confirmé cette orientation mercredi. Il a indiqué qu’actuellement, environ 15% des contenus vus par les usagers de Facebook et Instagram viennent de recommandations de l’algorithme.
“Ces chiffres devraient au moins doubler d’ici la fin de l’année”, a-t-il précisé.
Mais l’entreprise, qui n’a pas immédiatement réagi à une sollicitation de l’AFP, semble avoir finalement décidé d’avancer plus doucement.
“Nous avons besoin de prendre du recul (…) et de revenir avec une nouvelle formule”, a noté Adam Mosseri jeudi.
“Toutes ces angoisses vont s’apaiser”, a estimé mercredi Debra Aho Williamson, analyste d’Insider intelligence, au sujet de la fronde des usagers. “Mais cela montre bien qu’Instagram doit réussir son évolution, au risque de perdre certains de ses plus grands fans”.
“Sa base d’utilisateurs américains de Facebook croît à peine, et même si Instagram aide à faire avancer la barque, on commence à observer un ralentissement du côté des ados et jeunes adultes”, a-t-elle détaillé.
https://arab.news/jn6a7
PARIS: Des “aléas” mais un cap maintenu: la réouverture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée par un incendie en 2019, reste prévue pour 2024, malgré un “chantier extrêmement complexe”, a assuré jeudi la ministre française de la Culture, Rima Abdul Malak.
Dans une cathédrale emplie d’échafaudages et où s’affairent des artisans de tous corps de métiers, la ministre, dont c’était la première visite sur le site, s’est montrée rassurante.
“Nous sommes assez confiants, tous, collectivement, pour que l’année 2024 (…) soit l’année d’aboutissement d’une grande partie de ce chantier, en tout cas de l’ouverture de la cathédrale au culte et au public”, a-t-elle déclaré devant la presse.
La promesse d’une réouverture en 2024 avait été faite par le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, au soir du spectaculaire incendie qui, le 15 avril 2019, avait ravagé l’édifice, joyau de l’art gothique mondialement connu.
L’incendie, dont les causes n’ont toujours pas été établies avec certitude, avait provoqué l’effondrement de la charpente ravagée par les flammes, de la flèche datant du XIXe siècle, de l’horloge et d’une partie de la voûte.
La semaine dernière, le général Jean-Louis Georgelin, en charge de la restauration de la cathédrale, avait déclaré au journal Le Figaro qu’une réouverture en 2024 était “un objectif tendu, rigoureux et compliqué”, sans toutefois remettre en cause le calendrier initial.
“Je n’ai jamais dit que l’objectif était remis en cause”, a-t-il dit jeudi à la presse. “Pour le moment, rien, rien, rien ne permet de dire que l’objectif de 2024 ne sera pas tenu”, a-t-il insisté.
Le chantier titanesque a dû faire face, dès ses débuts, à de nombreux aléas: fermeture pendant plusieurs semaines en raison de la pollution au plomb répandue par l’incendie de la toiture, ralentissement dus au Covid-19, intempéries…
2023 pour la flèche 
En attendant 2024, l’année 2023 devrait être l’année où les Parisiens retrouveront la flèche de Notre-Dame, qui est actuellement en cours de reconstruction.
A la rentrée débutera la pose de l’échafaudage de 600 tonnes qui culminera à 100 mètres de hauteur. Le “tabouret” de la flèche – sa base – sera lui posé au premier semestre 2023. Objectif: que la flèche s’élève dans le ciel de Paris d’ici mi-2023.
D’un budget total de 850 millions d’euros, le chantier est actuellement dans sa deuxième phase, celle de la reconstruction, après une première période de sécurisation/consolidation qui a permis de stabiliser la cathédrale.
Si près de 150 millions d’euros ont été dépensés lors de la première phase, plus de 550 sont prévus pour la deuxième, a précisé le général Georgelin.
Les travaux de restauration intérieure ont commencé en mars 2022. C’est à cette période que les artisans d’art (tailleurs de pierre, restaurateurs de peintures murales et de sculptures…) ont rejoint le chantier.
En même temps, des opérations de restauration se déroulent partout en France, comme la restauration des 22 peintures de grand format datant des XVIIe et XVIIIe siècles.
Suivront une troisième phase de reconstruction extérieure de la cathédrale, puis l’aménagement du parvis.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE