Le Conseil recommande une approche européenne des … – europa.eu

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation possible sur le site web du Conseil. Certains cookies servent à compiler des statistiques agrégées concernant les visites sur le site web afin de nous aider à constamment améliorer ce dernier et à mieux répondre à vos besoins. D’autres cookies sont employés pour augmenter les performances et assurer la sécurité du site web.
Avec votre permission, nous ferons appel à des cookies AT Internet et Hotjar pour produire des données agrégées anonymes concernant les habitudes de navigation et le comportement des visiteurs sur notre site web. Nous exploiterons ces données pour améliorer votre expérience sur notre site web.
Pour plus d’informations sur ces cookies, ainsi que pour découvrir comment et pourquoi nous les utilisons et comment vous pouvez modifier vos paramètres, veuillez consulter notre page relative à la politique en matière de cookies.
Conseil européen
Conseil de l'Union européenne
Afin de renforcer l’apprentissage tout au long de la vie, le Conseil recommande aux États membres d’adopter une approche européenne des microcertifications et, en particulier, d’utiliser une définition commune à l’UE, des normes européennes et des principes clés pour la conception et la délivrance de microcertifications. Les microcertifications attestent les acquis d’apprentissage obtenus par un apprenant à la suite d’un petit volume d’apprentissage.
L’objectif est que les États membres, les parties prenantes et les prestataires (des établissements d’enseignement et de formation aux entreprises privées) développent et utilisent les microcertifications de manière cohérente. Ce nouvel outil permettrait aux citoyens de l’UE, confrontés à d’importants changements démographiques, sociétaux et économiques, de tirer parti des parcours d’apprentissage et professionnels personnalisés.
La recommandation contient, entre autres, les points suivants:
Les microcertifications permettent de certifier les acquis de petites expériences d’apprentissage sur mesure – par exemple un cours ou une formation de courte durée – et donc de soutenir l’acquisition ciblée et flexible de connaissances, d’aptitudes et de compétences. Cependant, l’absence de définition et de normes communes a, jusqu’à présent, limité leur adoption et risquait de compromettre leur potentiel. Par cette recommandation, l’UE souhaite contribuer à instaurer la confiance envers les microcertifications.
L’UE souhaite également que les microcertifications deviennent transférables. La personne qui a obtenu des microcertifications devrait être en mesure de les stocker dans un système de son choix et de les partager avec d’autres parties, dans son propre pays et au‑delà. Toutes les parties concernées devraient être en mesure de comprendre le contenu des microcertifications et de vérifier leur authenticité. Cela permettrait leur transférabilité entre les secteurs de l’éducation et de la formation et au sein de ceux‑ci, sur le marché du travail et entre les différents pays.
La pandémie de COVID‑19 ainsi que les transitions numérique et écologique ont accru la nécessité pour les citoyens d’acquérir les connaissances, les aptitudes et les compétences qui sont indispensables sur les marchés du travail en mutation d’aujourd’hui. D’une part, les entreprises sont confrontées au défi posé par une offre insuffisante de compétences appropriées. D’autre part, les travailleurs sont confrontés à des changements dans l’organisation du travail.
La Commission a publié cette proposition de recommandation du Conseil sur une approche européenne des microcertifications le 10 décembre 2021, parallèlement à une autre proposition relative aux comptes de formation individuels (qui a également été adoptée par le Conseil “Emploi, politique sociale, santé et consommateurs” du 16 juin). Ces deux propositions faisaient partie des douze actions phares annoncées dans la stratégie européenne en matière de compétences (juillet 2020). Les microcertifications et les comptes de formation individuels figurent également dans le plan d’action sur le socle européen des droits sociaux (mars 2021).
Les États membres sont invités à informer la Commission, d’ici décembre 2023, des mesures visant à soutenir les objectifs de la recommandation. La Commission devrait faire rapport au Conseil sur les progrès accomplis dans un délai de cinq ans à compter de la date d’adoption.
Si vous n’êtes pas journaliste, veuillez adresser votre demande au service Information au public.
Options d'abonnement
Une erreur à signaler sur cette page?
Nous voulons connaitre votre avis sur notre site web.
Cela nous aidera à améliorer votre expérience.
Merci de prendre quelques minutes pour répondre à l’enquête à la fin de votre visite.
À propos du secrétariat
Politiques internes
Contacts
S'abonner par courriel
S'inscrire pour recevoir nos alertes par courriel et SMS
À propos de ce site
Ce site est le site web officiel du Conseil de l’UE et du Conseil européen. Il est géré par le secrétariat général du Conseil, qui regroupe le personnel chargé d’assister le Conseil de l’UE et le Conseil européen.
Suivez-nous

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE