L'artillerie espagnole, clé de la mission de l'OTAN en Lettonie – Atalayar

https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros


Mardi, 9 août 2022
PUBLICIDAD
Iberdrola
ATALAYAR  –   Le capitaine responsable de la batterie d'artillerie de campagne de la mission eFP X (enhanced Forward Presence) en Lettonie, Luis Ventas, à la base militaire "Cid Campeador"
À 259 kilomètres de Madrid, dans la province de Burgos, se trouve la base militaire de Cid Campeador, où le 11e régiment d’artillerie de campagne travaille sans relâche pour remplir la mission du commandement d’artillerie de campagne auquel il appartient, qui est de se former et de s’équiper pour être utilisé en renfort de l’artillerie de campagne déterminée ou dans le cadre d’une organisation opérationnelle, comme dans ce cas, participer à une mission à l’étranger.
C’est précisément cette unité d’artillerie qui a récemment participé à la mission OTAN Enhanced Forward Presence-Latvia, une opération dans laquelle elle a été déployée pendant près de cinq mois avec pour objectif de contribuer à la défense et à la dissuasion dans un scénario défensif.
capitan-ventas
Tout juste rentrés de Lettonie, nous nous sommes entretenus avec le capitaine responsable de la batterie d’artillerie de campagne de la mission eFP X (enhanced Forward Presence) en Lettonie, Luis Ventas, qui nous a raconté le rôle de l’armée espagnole dans ce pays et a souligné la grande contribution de l’Espagne à la mission. Il a insisté sur la bonne image que le reste des armées ont de l’armée espagnole, après avoir déclaré que “la meilleure batterie qui était passée dans toutes les rotations était la batterie espagnole”
 Quelle est votre évaluation du travail effectué en Lettonie, et constitue-t-il une référence pour l’artillerie espagnole ?
C’est la première fois qu’une batterie d’artillerie équipée d’un obusier ATP de 155 mm et du radar de contre-batterie ARTHUR est déployée dans le cadre d’une mission de l’OTAN après avoir exécuté des actions de tir dans une zone d’opérations.

Il s’agit logiquement d’un pas en avant puisque désormais, l’artillerie de campagne a une mission spécifique à l’étranger, ce qui constitue une grande opportunité. L’artillerie de campagne rejoint le reste des unités espagnoles qui sont déployées à l’étranger. 
La mission vise à maintenir la dissuasion contre toute agression contre nos alliés baltes grâce à un déploiement défensif et répond à l’engagement de l’Alliance d’aider les pays alliés. Il y a quatre groupements tactiques dans les États baltes et en Pologne. Le Groupement tactique letton en particulier est le plus multinational, comprenant jusqu’à 11 nationalités, avec l’ajout récent de la Macédoine du Nord. L’Espagne y est la deuxième force la plus importante après le Canada.
L’Espagne a déployé trois unités et l’unité du génie, l’unité d’infanterie et nous, l’unité d’artillerie, avons fait preuve d’un haut niveau d’entraînement. Par conséquent, la mission en Lettonie signifie pour l’Espagne un pas en avant en termes de qualité depuis 2017 et pour l’artillerie de campagne depuis le 3 mars, date de notre déploiement.
capitan-ventas
 Quand vous parlez de déploiement, qu’avez-vous déployé exactement ?
La mission préalable à notre déploiement était un sous-groupement tactique mécanisé, qui est une unité d’infanterie composée d’une compagnie avec des véhicules Pizarro, des mortiers, des missiles antichars et une section de chars Leopard. Ce sous-groupe tactique mécanisé, qui est commandé par un capitaine, est très puissant et constitue probablement l’unité la plus performante de la région.
Il existe un autre sous-groupe italien, une autre société canadienne, etc., mais le sous-groupe espagnol est sans aucun doute le plus puissant. En revanche, l’unité de génie, qui n’est fournie que par l’Espagne, est composée d’une section de sapeurs, plus une section de Tchèques qui sont sous le commandement d’un capitaine espagnol. En outre, la mission a été renforcée depuis le mois de mars par l’ajout d’artillerie. 
 

De quoi est composée notre batterie ? 
Nous avons déployé six pièces, six obusiers M109 ATP sur chaînes de 155 mm avec une portée d’environ 20 km, bien qu’avec des munitions à portée étendue, ils atteindraient 30 km. La partie organique de la batterie est constituée de deux sections d’armement, avec trois pièces chacune. En outre, une section Plan avec des éléments de topographie et de reconnaissance, et une section Liaison avec des observateurs avancés, le radar Arthur et un poste de commandement qui servait de détachement de liaison avec l’unité que nous soutenions.
C’est une unité très puissante qui fournit d’extraordinaires capacités de groupement tactique. Il convient de souligner que nous avons déployé un radar Arthur pour la localisation des sources de feu et des trajectoires balistiques qui appartient organiquement au groupe d’artillerie d’information et de localisation II/63, également du commandement de l’artillerie de campagne, qui est basé à León et qui fournit une extraordinaire capacité d’alerte précoce aux troupes. Tactiquement, ce radar se déploie et lorsqu’un obus ennemi est lancé, le radar localise d’où il vient, détectant ainsi l’emplacement d’une batterie d’artillerie ou d’une section de mortier.
La batterie espagnole apporte sans aucun doute une valeur ajoutée à la mission de dissuasion et de défense, si nécessaire. 
capitan-ventas
Dans le cadre de cette mission, quels changements l’invasion russe de l’Ukraine a-t-elle entraînés, et comment l’avez-vous remarqué ?
Pour nous, la mission n’a pas changé du tout. La mission, depuis son lancement il y a cinq ans, était la dissuasion et la défense, et elle est restée la même. Logiquement, les familles étaient plus inquiètes en raison de la proximité relative. L’Espagne a fait un pas en avant en renforçant les capacités que nous avions déployées à la suite de l’engagement avec les pays de l’Alliance, mais la mission en tant que telle n’a pas changé du tout. 
Il n’y a pas eu de mouvement russe pour menacer la mission ?
Pas du tout. La mission n’a pas changé. La menace qui existait dès le début de la mission est restée la même pendant la crise ukrainienne. Nous avons continué à faire notre travail avant le début de la crise, pendant et à la fin de celle-ci.
Quel était votre travail au quotidien ?
Notre travail quotidien consistait à maintenir la formation et l’entraînement opérationnel qui a été réalisé, c’est-à-dire la formation en langue militaire, ainsi que le maintien des capacités qui ont été déployées. Nous avons également mené une formation avec d’autres pays afin de former une unité de combat qui contribuera à l’objectif de dissuasion de l’OTAN le long du flanc oriental. 
De plus, nous avons effectué des exercices et des manœuvres avec tous les pays qui composent le bataillon multinational dans lequel nous étions intégrés afin d’affiner nos procédures opérationnelles pour être prêts au combat à tout moment. Lorsque je suis arrivé, la première conversation que j’ai eue avec mon patron, qui était canadien, a été la suivante : “Je veux que la batterie soit prête au combat maintenant”. Ce sont les instructions que j’ai reçues. Une fois que nous avons reçu le matériel et que nous avons tout préparé sur le plan logistique, en moins de dix jours nous étions sur le terrain, prêts à nous intégrer au reste des unités, ce qui se fait par le biais d’exercices.
Nous avons effectué de nombreux exercices avec de nombreux pays, nous nous sommes déployés sur le champ de manœuvre et nous avons effectué de nombreux exercices de tir. Cela n’a pas changé du tout, car en Espagne nous utilisons les procédures de l’OTAN. La seule chose qui a changé est la langue : au lieu de parler espagnol, nous parlions anglais tout le temps. Les observateurs et les postes de commandement ont dû s’adapter à cela, et nous l’avons fait très rapidement. 
Il s’agit d’une mission qui relève davantage de l’article 5 de l’OTAN et dont les considérations sont plus pertinentes…
La mission lettone est en place depuis 2017, sous le nom de ” Enhanced Forward Presence “, ce qui signifie ” Présence avancée renforcée “, créée après les traités de Varsovie de 2016, avec l’objectif indiqué ci-dessus de dissuasion, elle ne peut donc pas être englobée dans une mission de l’article 5 de l’OTAN. 
Le 28 février 2022, nous avons reçu l’ordre de nous déployer, ce que nous avons fait le 3 mars avec les quinze premiers militaires. 
Nous étions plus proches du combat là-bas que nous ne le sommes ici, mais il s’agit d’être prêt pour cela. Notre travail est toujours le même ici qu’il l’était là-bas. La motivation était plus élevée car, logiquement, lorsque vous êtes appelé à court terme et que vous êtes déployé, vous êtes très motivé, mais la mission ne change pas. Notre objectif est d’être prêt au combat en permanence.
Par rapport à d’autres unités d’autres pays qui ont été déployées au même moment, il leur a fallu plus de deux fois plus de temps que nous pour être prêtes. Nous avons réussi à le faire en un temps record parce que nous avons une très bonne formation et que les gens sont très bien préparés, c’est une question de jour en jour.
 
capitan-ventas
Avec la guerre en Ukraine en toile de fond, quel rôle joue l’artillerie en tant que telle ?
Personnellement, ce n’est pas mon travail de suivre le conflit, donc je ne sais pas quel rôle l’artillerie y joue. Cependant, dans les combats conventionnels, l’artillerie de campagne est l’arme la plus puissante et la plus décisive dont disposent les armées. Avec l’artillerie, vous touchez des cibles et vous décidez de l’orientation du conflit. Elle joue donc certainement un rôle clé en Ukraine.
Les cibles et les coordonnées de tir sont-elles numérisées, et comment choisissez-vous le tir et la longueur ?
En Espagne, au sein de l’artillerie de campagne, nous disposons d’un système de commandement et de contrôle de l’appui-feu appelé TALOS, fabriqué en Espagne, qui non seulement résout le problème du calcul balistique mais gère également toutes les procédures établies dans la doctrine. Mais il ne s’agit pas seulement d’un système de calcul ; l’ensemble du processus de planification est utilisé. Dans cette mission, sur les onze nationalités présentes, la nôtre pouvait être considérée comme le meilleur système de commandement et de contrôle de l’appui-feu. 
Comment travaillez-vous avec ce système ?
Vous planifiez des cibles sur une carte, vous les frappez en différentes phases et, en appuyant sur un bouton, vous les envoyez ou les rafraîchissez aux postes de commandement de votre choix. Ainsi, tous les postes de commandement disposent de ces informations en temps réel, donc si une cible apparaît et qu’ils m’envoient une demande de tir, je peux la toucher instantanément, car le calcul des données est très précis. 
En outre, ce système est intégré, par le biais du protocole ASCA, à d’autres systèmes de commandement et de contrôle d’appui-feu de pays alliés, comme les États-Unis et le Canada, qui sont également déployés dans le cadre de la mission. Ainsi, l’échange automatique d’informations est désormais une réalité. L’Espagne a validé cette intégration lors de l’exercice Dynamic Front 2021, réalisé en Allemagne, où une batterie GALCA I/63, également de MACA, a réussi à respecter les jalons requis pour cette validation.
Les données sont également calculées à la main au même moment, afin de toujours effectuer une double vérification…
Je comprends que les nouvelles technologies soient un défi pour vous, car avec l’innovation et les nouvelles générations de systèmes, vous devez être à jour des dernières formations.
Dans l’armée, il y a un souci constant d’améliorer les procédures et l’évolution technologique afin d’être plus efficace avec les ressources dont nous disposons. Sur le plan technologique, nous nous concentrons sur l’utilisation constante du système de commandement et de contrôle de l’appui-feu. Le 11e régiment d’artillerie de campagne, en coordination très étroite avec le quartier général de la MACA, est chargé de centraliser tous les processus de développement et d’amélioration de TALOS. C’est pourquoi nous avons la chance de disposer d’un personnel militaire particulièrement dévoué au maintien de l’évolution du système au profit de la communauté de l’artillerie. C’est à la fois beau et exigeant, car on ne peut pas stagner. Les choses changent d’un mois à l’autre, et ce sont ces changements qui vous permettent de maintenir votre personnel informé et à jour.
 capitan-ventas
Comment fonctionne exactement l’artillerie ?
L’artillerie est l’arme d’appui au combat grâce à ses tirs indirects, pour lesquels elle doit connaître exactement les coordonnées de l’emplacement de ses obusiers ou pièces d’artillerie et les coordonnées de la cible qu’elle a l’intention de toucher. Dans le premier cas, il a besoin d’une équipe topographique pour relever les établissements avec la précision requise. Une fois ces données disponibles, et sachant où se trouve la cible parce qu’elle a été acquise avec les différents moyens d’acquisition de cible disponibles, le “problème balistique” est résolu et la cible peut être atteinte. Les mêmes moyens d’acquisition des cibles seront utilisés pour corriger les actions de feu entreprises, évaluer leur efficacité et analyser les effets obtenus. 
 
Quelle reconnaissance l’Espagne a-t-elle dans cette mission de l’OTAN ?
Heureusement pour nous, l’Espagne avait un très bon nom avant notre arrivée. Toutes les rotations précédentes en Lettonie avaient fait un excellent travail. Lorsque j’ai interrogé mes chefs et collègues, les Canadiens m’ont dit qu’ils étaient stupéfaits par le professionnalisme des soldats espagnols, tandis que les Slovaques ont déclaré que la meilleure batterie qui avait traversé toutes les rotations était la batterie espagnole. Je l’ai transmis à mon peuple car c’est une source de fierté. L’armée espagnole y a déployé de grandes capacités et la réputation de l’Espagne est très élevée.
En plus de l’entraînement, des compétitions tactiques y sont organisées et les records de participation appartiennent toujours à l’Espagne, et nous les gagnons normalement toujours. Pour donner un exemple, nous avons eu l’occasion de participer en Pologne, quinze jours avant notre arrivée en Espagne, en tant qu’observateurs avancés. J’ai envoyé une équipe de deux observateurs et ils ont obtenu la deuxième place de toute la compétition à laquelle vingt équipes ont participé. Mon peuple s’était à peine préparé à la compétition, alors que les Américains et les autres pays s’y préparaient depuis plusieurs mois. Je veux dire par là que notre niveau d’entraînement est déjà très élevé en Espagne et que lorsque nous arrivons en Lettonie, ils sont surpris de voir à quel point le soldat espagnol est performant.
En termes de ressources, je dois dire qu’à mon avis, l’Espagne dispose des capacités les plus puissantes avec le char Léopard, le Pizarro, les missiles antichars, les mortiers, les batteries d’artillerie… En fin de compte, l’Espagne a apporté en Lettonie des ressources qui sont au même niveau ou même supérieures à celles des autres pays.

La réalité de la situation actuelle après l’invasion russe de l’Ukraine permet de bien mieux évaluer ce que signifie avoir des forces armées compétentes, opérationnelles et efficaces. Vous sentez-vous plus valorisé en ce moment ?
Personne n’aime la guerre, mais la réalité est qu’à l’heure actuelle, la situation est ce qu’elle est et la menace existe. Dès 2016, il a été décidé de mettre en place les groupements tactiques. Il est clair que nous devons être là, et que personne ne peut le faire à notre place. Si l’Espagne veut assurer la coexistence pacifique ou la sécurité au quotidien, il est clair que la manière d’y parvenir est de respecter les engagements acquis avec nos alliés et de se déployer avec eux. La dissuasion est la clé dans cette situation.
Le colonel commandant de la brigade lettone nous disait à chaque fois qu’il faisait un discours : “Frères d’armes, je vous remercie que ma famille vive en liberté grâce à vous”. Nous ne contribuons pas seulement à la paix en Lettonie, de cette manière nous assurons également la paix en Espagne, car nous vivons dans un monde global.
Heureusement, nous, les militaires, nous sentons valorisés par notre société.
capitan-ventas
Dans d’autres missions, comme au Liban, il y avait une congrégation civile-militaire parallèle qui apporte à la mission espagnole le soutien et l’affection de la population locale qui est aidée par les soldats espagnols. Avez-vous eu ce type d’expérience en Lettonie ?
La brigade lettone a un département qui s’occupe davantage de la coopération civilo-militaire que de la communication, et nous avions un département de communication très important au sein du groupement tactique, car pour les Lettons, ce qui était important, c’était que les gens sachent ce qui se faisait, qu’ils sachent que la Lettonie est maintenant un pays sûr grâce à l’OTAN et que les pays membres ont contribué à cette sécurité en envoyant des troupes et en effectuant des exercices.
En fait, toutes les quelques années, il y avait une sorte de journée portes ouvertes dans différentes villes de Lettonie où les soldats espagnols se rendaient. Par exemple, j’ai envoyé trois véhicules visiter ces villes, où des affiches ont été posées et des activités organisées avec des enfants pour que les gens puissent connaître la mission de l’OTAN.
À l’occasion du cinquième anniversaire de la mission, qui a eu lieu en juin, une exposition photographique a été organisée à Riga pendant plusieurs jours pour montrer tout ce que la mission a fait au cours des cinq dernières années. Partout où nous sommes allés, que ce soit en uniforme ou dans la rue, les gens étaient très accueillants.
Cette coopération civilo-militaire pour apporter de la nourriture à une école en Afrique, comme l’ont fait récemment les collègues de l’armée de l’air, par exemple, n’existe pas en Lettonie. Ce que nous faisons, c’est diffuser et communiquer ce que nous faisons dans la mission. 
Quelles ont été les relations avec les familles lors de cette mission ?
Pour nous, cela a été plus exigeant que difficile. Pour les familles, je pense que c’est encore plus vrai, car nous avons reçu l’ordre le 28 février et trois jours plus tard nous étions là. Tout le monde a été pris par surprise, mais nous savions que nous devions réagir rapidement pour nous conformer aux ordres que nous avions reçus.
Le jour où mon général m’a donné l’ordre à dix heures du matin, je suis arrivé à ma base à deux heures de l’après-midi et tout le monde était volontaire pour aller en Lettonie. D’ailleurs, nous ne savions rien d’autre, nous savions juste que nous allions faire ce pour quoi nous étions préparés. 
Les familles ont dit qu’il n’y avait pas de problème parce qu’elles comprennent que c’est notre travail et que c’est ce à quoi nous nous préparons, et tout le monde a répondu de manière spectaculaire. Je pense qu’une grande partie du succès de la mission est due au soutien des familles.
Personnellement, j’ai eu la chance que ma femme soit dans l’armée et qu’elle comprenne parfaitement la situation.
Le fait d’être sur place est difficile, parce que votre famille vous manque, mais c’est agréable parce que vous y prenez plaisir et que vous êtes concentré sur la mission. C’est difficile d’être ici parce que vous avez votre travail quotidien, vous vous occupez de la famille, les gens qui sont partis vous manquent et vous avez le temps de réfléchir. En Lettonie, j’appelais ma femme et ma fille à la fin de la journée, ce qui était très tard. Je prenais un dîner rapide et je les appelais, donc je me déconnectais de la mission trois minutes avant l’appel et j’allais me coucher. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. Ici, vous avez plus de temps pour ça. Mais grâce à l’effort des familles, nous avons pu accomplir la mission. 
capitan-ventas
Pour nous, journalistes, lorsque nous sommes dans une zone de conflit, nous voyons les risques et le danger, mais les familles ne les voient pas. En ce sens, le rôle des médias dans la diffusion d’informations précises et rigoureuses est important.
Oui, le rôle des médias dans les conflits actuels est de plus en plus important. Au début, il est vrai que vous ne voulez pas y penser, à cette partie du danger. En février, les actualités en Espagne ont principalement suivi le conflit en Ukraine et tous ceux qui y sont liés, malgré la grande distance entre l’Ukraine et la Lettonie.
Nous allions dans un pays sûr. Ce qui s’est passé, c’est que nous sommes partis à un moment où vous ne saviez pas comment la situation pouvait évoluer. 
La réalité en Lettonie était bien différente, car on ne pouvait absolument pas extrapoler ce qui se passait en Ukraine. Il est vrai que la Lettonie est frontalière de la Russie et que nous sommes là pour une raison, mais le conflit ukrainien était un peu loin. 
La visite de la ministre de la Défense, Margarita Robles, vous a apporté visibilité et sécurité.
Je comprends qu’il s’agissait, entre autres objectifs, de souligner l’engagement de l’Espagne en faveur de la paix avec ses alliés et, surtout, d’exprimer notre gratitude et notre soutien étroit à tous les membres de la mission de l’eFP en Lettonie.
Nous avons également eu la chance que la ministre puisse assister à notre premier exercice de tir réel dans le cadre du programme établi et ainsi constater sur le terrain notre capacité à contribuer à la dissuasion dans les pays baltes. Sa proximité a atteint chacun des artilleurs qui étaient là.
Auparavant, quelques jours après que nous ayons tous été en Lettonie, notre Premier ministre a également rendu visite au contingent espagnol en Lettonie. Au niveau international, nous avons reçu la visite du chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et du président du Canada, Justin Trudeau.
Nous accomplissons notre mission indépendamment de toute situation, mais logiquement, tout soutien est le bienvenu, mais les militaires travaillent toujours avec la satisfaction intime d’avoir fait leur devoir.
Comment se déroulent les rencontres avec la famille par la suite ?
Dans notre cas, malgré le déroulement de la mission en termes de rapidité de réaction, grâce aussi aux communications modernes et à la durée relativement courte de notre mission OTAN en Lettonie, la rencontre avec les familles après la mission a été idéale, car nous n’avons pas eu le temps de nous rendre compte de la séparation physique à laquelle nous étions exposés.
Les retrouvailles ont été émouvantes à tous points de vue, il ne pouvait en être autrement, et cela, ajouté à la coïncidence de la pause estivale, fera que ces mois de séparation s’effaceront bientôt.
Sur le plan professionnel, quel est votre prochain défi ?
Nous avons maintenant une période de repos et nous allons bientôt reprendre nos activités. En outre, nous devons réintégrer le calendrier des activités et des exercices auxquels participe notre groupe d’artillerie et nous avons beaucoup d’activités d’entraînement jusqu’à la fin de l’année.
Tout d’abord, quand nous reviendrons, nous referons toute l’unité quand nous nous rejoindrons tous. Nous avons du matériel qui est parti en Lettonie, nous devrons donc recevoir du matériel d’autres unités pour qu’il corresponde, ce sera donc un travail logistique important, et ensuite nous continuerons avec nos objectifs de formation et d’entraînement. 
Personnellement, j’espère rester dans mon poste de commandant de batterie pour le reste de mon année au régiment, et l’été prochain, en raison des exigences de mon profil de carrière, je devrai changer d’affectation. 

 
PUBLICIDAD
PUBLICIDAD
Pour les dirigeants méditerranéens et atlantiques, nous voulons être le pont de la communication, de l’information et de la compréhension entre les cultures.

source
https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE