L'art s'invite en psychiatrie – Le Journal Saint-François

Il y a 1 heure
Un débat civilisé et utile dans Soulanges
Il y a 3 heures
Une journée de la culture à Les Coteaux
Il y a 6 heures
VIDÉO – Programmation étoffée et prometteuse pour Valspec
2022-09-15
Trois garçons qui manquaient à l’appel sont retrouvés
2022-09-13
À 142 km/h sur la montée Bryson
2022-09-12
Une dame retrouvée sans vie sous un véhicule à Ormstown
2022-08-16
Québec annonce une campagne de vaccination massive
2022-07-17
COVID- 19 : augmentation de l’achalandage dans les cliniques de vaccination
2022-07-07
«Restons prudents, restons vigilants» – Christian Dubé
2022-09-22
Les Braves décimés par des Cobras trop forts
2022-09-22
La Grande Marche Pierre Lavoie se transporte au Parc des Îles de Saint-Timothée
2022-09-19
Des Griffons en or
Il y a 3 heures
Une journée de la culture à Les Coteaux
Il y a 5 heures
VIDÉO – Le personnificateur Jimmy Moore prend d’assaut le Cabaret Mado
Il y a 6 heures
VIDÉO – Programmation étoffée et prometteuse pour Valspec
2022-09-10
Choisir entre le lait et l’électricité ?
2022-08-15
Opinion : L’environnement : un enjeu primordial de la prochaine campagne électorale
2022-08-03
Recours collectif : la Cour supérieure ramène sur terre des avocats
Il y a 3 heures
1, 2, 3…dodo!
2022-08-17
Les différents types de solariums
2022-04-10
VIDÉO – Le nouveau modèle KIA EV6 100% électrique attire l’attention
2022-09-22
Comment personnaliser l’écran verrouillé de son iPhone avec iOS 16
2022-09-22
Comment identifier et supprimer les fichiers, photos et vidéos en double dans un ordinateur ou un téléphone
2022-09-21
Les principales nouveautés qu’apporte la mise à jour majeure 22H2 de Windows 11 sur notre ordinateur
2022-09-22
Le nouveau constructeur Aehra lève un peu le voile sur son futur VUS électrique
2022-09-22
Ford a maintenant 45 000 véhicules inachevés
2022-09-22
Plus de la moitié des véhicules neufs vendus aux États-Unis en 2030 seront électriques
pdayan-perez@gravitemedia.com
Les ateliers créatifs aident à développer des liens de confiance entre Maïlly Strauss-Fillion (à gauche) et l’intervenante Malyka Diallo (à droite). (Photo : Le Soleil – Denis Germain)
Communiquer aux autres nos pensées et émotions peut être un défi pour n’importe qui. Mais ça l’est encore plus si on vit avec des troubles de santé mentale. Des patients hospitalisés en psychiatrie à l’Hôpital Anna-Laberge à Châteauguay utilisent l’art pour se questionner et partager leur vécu. 
Que représente votre santé mentale à vous? Voici la question qui a été posée récemment aux usagers de l’unité de psychiatrie dans un atelier d’art thérapie. Leur tâche, c’était d’y répondre en illustrant leurs idées en peinture sur une tête de styromousse. Les résultats, exposés près de la cafétéria de l’hôpital, consistent en une douzaine de têtes coloriées, certaines portent aussi des mots et des objets.
L’œuvre de Maïlly Strauss-Fillion, qui est hospitalisée avec un diagnostic d’anorexie, représente une tête de femme aux cheveux bruns, les joues creuses et des cernes gris. Sous les oreilles, évidées à la cuillère et couvertes de peinture noire, on y voit des gouttes de sang. Une chaîne ensanglantée se dessine autour du cou.
«J’ai voulu exprimer où que ma vie m’a rendue, explique-t-elle. Puis, la souffrance que je ressentais à l’intérieur, j’ai essayé de la représenter à travers la tête. Pour les oreilles, j’étais beaucoup noire dans ma tête.»
L'art s'invite en psychiatrie - Le Journal Saint-François
Mme Strauss-Fillion pose avec son œuvre. (Photo : Le Soleil – Paula Dayan-Perez)
Les chaînes représentent sa maladie, puis l’aspect fatigué du visage «à quel point ça peut avoir un impact sur le physique». En regardant son œuvre, elle s’est rendu compte qu’elle n’aimerait pas retourner dans cet état, maintenant qu’elle va mieux.
Mme Strauss-Fillion aime faire deviner à ses visiteurs laquelle des œuvres est la sienne. 
«Souvent le monde est capable de deviner du premier coup, dit-elle. [Par la suite], je leur explique tout ce que j’ai fait sur la tête et tout ce que ça représente. Ça facilite de mettre des mots sur ma maladie pour les autres qui ne comprennent pas vraiment.»
Défaire les mécanismes d’exclusion
C’est Malyka Diallo, technicienne en éducation spécialisée à l’unité de psychiatrie, qui a eu l’idée de développer cette activité en voyant les têtes en styromousse dans un magasin Dollarama.
«L’art sert à extérioriser ce qu’on a à l’intérieur puis ce qu’on a de la difficulté à verbaliser», explique-t-elle. 
Les ateliers créatifs peuvent jouer plusieurs rôles dans le processus de rétablissement des patients. L’éducatrice s’en sert pour développer des liens de confiance avec eux et pour «adoucir un peu l’hospitalisation qui est souvent une situation critique».
Les deux dames se réjouissent que les œuvres soient exposées près de la cafétéria. Ça permet aux visiteurs, aux usagers et au personnel de l’hôpital de faire connaissance avec des personnes qui sont souvent invisibles ou incomprises. Ça aide à briser les tabous, qui peuvent être présents même chez les professionnels de la santé, soutient Mme Diallo.
«Ce sont des choses qu’on voit mettons dans le regard des gens, lever les yeux quand la personne arrive, ou avoir peur», explique-t-elle en soulignant que ça peut être aussi dans la façon de s’adresser aux patients.
L'art s'invite en psychiatrie - Le Journal Saint-François
Maïlly Strauss-Fillion trouve que l’art thérapie l’aide à trouver des mots sur sa maladie pour expliquer aux autres. (Photo : Le Soleil – Denis Germain)
Apporter du soin autrement
Les ateliers d’art-thérapie sont de plus en plus fréquents depuis l’arrivée de Mme Diallo au sein de l’unité de santé mentale en octobre 2021.
 
Son poste a été créé en période de pandémie pour augmenter le nombre de professionnels autour des patients, car ces derniers n’avaient pas le droit de sortir de l’unité, indique Karine Fouchet, gestionnaire de l’unité de santé mentale à l’hôpital de Châteauguay.
Pour l’instant, l’équipe fonctionne avec moins de la moitié du personnel requis en raison de la pénurie de main-d’œuvre. 
«Les patients vont peut-être se sentir un peu moins à l’écoute. Parfois ce sont plus les urgences qui vont être traitées en priorité, confie Mme Fouchet. [On aimerait] développer plus de sorties à l’extérieur avec les patients, apporter du soin, mais d’une autre façon que du biomédical. On aimerait les amener à se développer plus dans des groupes de paroles, dans des discussions.»
Mme Diallo est la seule éducatrice dans l’équipe. Une stagiaire devrait la rejoindre vers la fin septembre.
Un débat civilisé et utile dans Soulanges
2022-09-23
Contenu commandité
1, 2, 3…dodo!
2022-09-23
Actualités
Une journée de la culture à Les Coteaux
2022-09-23
culture
VIDÉO – Le personnificateur Jimmy Moore prend d’assaut le Cabaret Mado
2022-09-23

Inscription à l’infolettre

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE