Lapid appelle à user «de la force» si l'Iran se dote de l'arme nucléaire – Arabnews fr

https://arab.news/yexav
NATIONS UNIES: Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a exhorté jeudi à l’Assemblée générale de l’ONU la communauté internationale à user “de la force” si l’Iran développait l’arme nucléaire et réitéré son soutien à la création d’un Etat palestinien “pacifique”.
Israël mène ces derniers mois une intense offensive diplomatique pour tenter de convaincre les Etats-Unis et les principales puissances européennes (Royaume-Uni, France, Allemagne) de ne pas renouveler l’accord sur le programme nucléaire iranien (JCPOA) de 2015 dont l’administration Trump s’était désengagée.
Depuis une dizaine de jours, différents responsables ont suggéré que l’accord pourrait ne pas être renouvelé avant au moins la mi-novembre, un délai que le Premier ministre Lapid tente d’utiliser pour pousser les Occidentaux à imposer une approche plus dur dans leurs négociations.
“La seule manière d’empêcher l’Iran d’avoir l’arme nucléaire est de mettre une menace militaire crédible sur la table. Et là, et seulement là, il sera possible de négocier un accord plus long et plus solide avec eux”, a déclaré M. Lapid à la tribune de l’Assemblée générale.
“Il faut que cela soit clair pour l’Iran que s’il va de l’avant avec son programme nucléaire, le monde ne réagira pas avec des mots, mais usera de la force”, a ajouté M. Lapid.
Israël, qui considère l’Iran comme son ennemi numéro un, reproche aussi à Téhéran de financer le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien, deux mouvements armés basés aux frontières de l’Etat hébreu.
Malgré les “obstacles”, un “accord avec les Palestiniens, fondé sur deux Etats pour deux peuples, est la bonne chose à faire pour assurer la sécurité et l’économie d’Israël, et offrir un futur à nos enfants”, a ajouté M. Lapid, en pleine campagne pour les législatives du 1er novembre.
“Aujourd’hui encore, une grande majorité d’Israéliens soutiennent cette vision de la solution à deux Etats et je suis l’un d’eux. Nous n’avons qu’une condition: qu’un futur Etat palestinien soit pacifique”, a ajouté M. Lapid, dont le discours à l’ONU, qui avait fuité en Israël, était déjà critiqué par ses adversaires politiques.
Le président américain Joe Biden s’est félicité de ce soutien de M. Lapid à la solution des deux Etats parlant d’une décision “courageuse”.
“Je ne peux pas être plus d’accord”, a-t-il tweeté.
Dans son discours à l’ONU mercredi, le président Biden avait réitéré son soutien à la création d’un Etat palestinien mais sans donner d’indication sur une éventuelle initiative de paix.
Les négociations de paix israélo-palestiniennes sont au point mort depuis 2014. Et la stratégie actuelle du gouvernement Lapid est de tenter de soutenir l’économie palestinienne sans toutefois se lancer dans un nouveau processus de paix avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, âgé de 87 ans et qui doit prendre la parole vendredi à l’Assemblée générale.
https://arab.news/n3szt
TÉHÉRAN : Téhéran était le théâtre vendredi soir de nouvelles manifestations de colère après une semaine de protestations déclenchées par la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des moeurs, et dont la répression a fait au moins 17 morts.
Des vidéos vérifiées par l’AFP publiées sur les réseaux sociaux montrent un homme en uniforme militaire en train de tirer en direction de manifestants, dont le nombre restait inconnu, dans la région de Shahre Rey, dans le sud de la capitale iranienne.
D’autres images encore montrent des manifestants en train de courir devant l’hôtel Park Royal situé dans le nord de Téhéran, dans une rue livrée à des scènes de chaos et à plusieurs incendies localisés dans les rues. Au moins huit coups de feu dont l’origine est indéterminée sont entendus.
Mahsa Amini, âgée 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour “port de vêtements inappropriés” par la police des moeurs chargée de faire respecter le code vestimentaire de la République islamique. Son décès, trois jours plus tard à l’hôpital, a entraîné des manifestations nocturnes dans les principales villes d’Iran parmi lesquelles la capitale Téhéran.
Un média d’Etat a fait état jeudi de la mort de 17 personnes dans ces manifestations. Mais le bilan risque d’être bien plus lourd, l’ONG d’opposition Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état vendredi d’au moins 50 morts dans la répression par les forces de sécurité des manifestations qui, selon cette source, ont eu lieu dans environ 80 villes depuis une semaine.
Dans plusieurs villes iraniennes, des manifestants ont affronté les forces de sécurité, incendié des véhicules de police et scandé des slogans hostiles au pouvoir, selon des médias et des militants.
La police a arrêté un nombre indéterminé de personnes, ont rapporté des médias iraniens. Parmi elles, figurent le militant Majid Tavakoli et la journaliste Nilufar Hamedi, selon leur entourage.
Les images les plus virales sur les réseaux sociaux sont celles où l’on voit des Iraniennes brûler leur foulard. En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et n’ont pas le droit de porter des manteaux courts ou serrés.
Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a promis jeudi une enquête sur le décès de la jeune femme, tout en précisant que le médecin-légiste n’avait pas fait état d’abus de la part de la police, ce que contestent les manifestants.
Face aux protestataires, qualifiés de “contre-révolutionnaires”, “émeutiers” ou “comploteurs”, les autorités ont riposté en organisant leurs propres manifestations après la prière du vendredi.
A l’appel d’un organisme chargé d’organiser des manifestations officielles, des milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes d’Iran, notamment à Téhéran, Qom (nord) ou Ispahan (centre).
A Téhéran, des centaines de personnes parmi lesquelles des femmes en tchador ont manifesté avec des drapeaux de la République islamique, des pancartes de soutien et de remerciements aux forces de l’ordre, selon la télévision d’Etat.
“Mort aux comploteurs”, “Prôner la fin du voile, c’est la politique des Américains”, pouvait-on entendre comme slogans.
Louant les “efforts et les sacrifices de la police”, les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, ont de leur côté assuré que la récente “conspiration de l’ennemi” serait “vouée à l’échec”.
Les autorités avaient fait état jeudi de la mort de cinq membres des forces de l’ordre.
Alors qu’à l’étranger des ONG ont dénoncé une répression “brutale” des manifestations en Iran, les connexions internet y sont toujours très perturbées vendredi, avec le blocage de WhatsApp et Instagram, tandis que Washington a annoncé des mesures “pour soutenir l’accès des Iraniens à la libre circulation de l’information”.
Vendredi, Washington a annoncé la levée de certaines interdictions de commerce avec l’Iran, afin de permettre aux entreprises technologiques de fournir des plateformes et services permettant aux Iraniens d’accéder à internet.
Cette annonce intervient quelques jours après que le propriétaire de SpaceX, Elon Musk, a déclaré qu’il comptait demander une exemption aux sanctions contre l’Iran auprès de l’administration américaine afin d’y proposer les services de connexion à internet via sa constellation de satellites Starlink.
Ces mesures prévoient d’autoriser “les entreprises technologiques à offrir au peuple iranien plus d’options de plateformes et services extérieurs sécurisés”, a annoncé le département américain au Trésor dans un communiqué.
NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d’internet à travers le monde, a estimé vendredi que les restrictions touchant internet en Iran s’assimilent “à un schéma de perturbations semblable à un couvre-feu”.
L’accès aux “plateformes en ligne demeure restreint et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs”, a indiqué Netblocks ajoutant que l’internet mobile était “interrompu pour un troisième jour (ce) vendredi”.
https://arab.news/2esyp
ONU, États-Unis: Jeudi, la journaliste chevronnée Christiane Amanpour a déclaré qu’une interview avec le président iranien, Ebrahim Raïssi, avait été annulée après qu’il a insisté pour qu’elle porte le voile, objet d’importantes protestations dans cet État dirigé par les religieux.
Mme Amanpour, correspondante internationale en chef de CNN qui présente également une émission sur la chaîne publique américaine PBS, raconte qu’elle était prête pour l’interview mercredi en marge de l’Assemblée générale de l’ONU lorsqu’un assistant a insisté pour qu’elle couvre ses cheveux.
«J’ai refusé poliment. Nous sommes à New York, où il n’y a pas de loi ou de tradition concernant le voile», a tweeté Mme Amanpour, qui est née en Grande-Bretagne d’un père iranien. «J’ai fait remarquer qu’aucun autre président iranien ne m’a imposé cela lors de mes entretiens avec eux en dehors de l’Iran», précise-t-elle.
«J’ai donc dit que je ne pouvais pas accepter cette condition inattendue et sans précédent.» La journaliste a partagé une photo d’elle-même – sans voile – assise devant la chaise vide où M. Raïssi devait être assis, expliquant que «l’interview n’a pas eu lieu». «Alors que les manifestations se poursuivent en Iran et que des personnes sont tuées, cela aurait été un moment important pour parler avec le président Raïssi», a expliqué la journaliste.
Un religieux intransigeant, assistant de M. Raïssi, a indiqué à Mme Amanpour qu’il insistait sur le port du voile en raison de «la situation en Iran», ajoute-t-elle. Depuis près d’une semaine, l’Iran est en proie à des manifestations à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs qui veille à la mise en œuvre des règles imposées par les religieux sur la façon dont les femmes s’habillent.
Selon une organisation non gouvernementale, au moins 31 civils iraniens ont été tués lors de la répression des manifestations, au cours desquelles on a vu des femmes brûler leur voile.
 
(Avec agences)
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 
https://arab.news/j4v6f
RABAT: La justice marocaine a condamné le baron de la drogue français Sofiane Hambli à 20 ans de prison ferme notamment pour “trafic international de drogue”, “blanchiment d’argent” et “séquestration”, a-t-on appris vendredi auprès d’une source judiciaire.
“La chambre criminelle de Rabat a condamné jeudi soir Sofiane Hambli à 20 ans de prison ferme pour des crimes commis au niveau national”, a indiqué à l’AFP une source judiciaire marocaine, confirmant une information du site d’information Hespress.
Arrêté le 22 octobre 2021 au Maroc après sept mois de cavale, ce trafiquant de haut vol était poursuivi notamment pour “trafic international de drogue”, “blanchiment d’argent”, “constitution d’une bande criminelle organisée”, “séquestration”.
Il est détenu à la prison de Salé 2, près de la capitale Rabat, “sous haute sécurité compte tenu de sa dangerosité”, précise Hespress.
Ce Français d’origine algérienne de 46 ans est le personnage-clé du scandale de l’importation en France de sept tonnes de cannabis en 2015, qui avait abouti à l’éviction de l’ex-patron de la lutte antidrogue, François Thierry.
Surnommé “La chimère”, il est également soupçonné d’avoir perçu 2,5 millions d’euros pour la logistique d’un projet d’importation de quatre tonnes de cannabis, des accusations qu’il avait démenties via son avocat Hugues Vigier.
Placé en détention en novembre 2020 dans ce dossier puis libéré sous contrôle judiciaire en mars 2021 après une décision favorable de la Cour de cassation, le trafiquant de drogue s’était vu notifier peu après un mandat de dépôt par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.
Ne s’étant pas présenté à la justice et la police ne l’ayant pas retrouvé, Sofiane Hambli était depuis considéré en cavale et Interpol avait émis un mandat d’arrêt international à son encontre, via une notice rouge, à la demande des autorités françaises.
Né à Mulhouse (est de la France), le trafiquant au lourd casier judiciaire est coutumier de la cavale. Il avait notamment été interpellé en 2004 en Espagne après son évasion l’année précédente de la prison de Metz.
En 2009, c’est encore en Espagne qu’il avait été arrêté alors qu’un tribunal français l’avait condamné par défaut à 18 ans de prison.

source



A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE