La Pologne va demander à Berlin son accord pour livrer des chars Leopard à l'Ukraine – RTS.ch

Retrouvez-nous sur :
– Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a indiqué lundi que son pays allait demander l’accord de Berlin pour livrer à l’Ukraine des chars d’assaut Leopard, de fabrication allemande.
– De son côté, la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock avait affirmé dimanche dans une interview que l’Allemagne était prête à autoriser la Pologne à livrer des chars Leopard, à l’Ukraine, qui les réclame avec insistance.
– La Russie a annoncé lundi l’expulsion de l’ambassadeur estonien, dénonçant la “russophobie totale” de Tallinn, après l’expulsion plus tôt en janvier de 21 diplomates russes et autres employés de l’ambassade russe.
– Sur le terrain, les séparatistes prorusses ont annoncé lundi la capture de deux villages, Krasnopolivka et Dvouretchié, situés près de Soledar.
Suivi assuré par RTSinfo
14h25
Près de 700 enfants ukrainiens scolarisés en Valais
13h10
Sous la menace des tirs russes
12h50
Coalition allemande divisée au sujet des chars Leopard
11h45
La Pologne va demander à Berlin son accord pour livrer des chars Leopard à l'Ukraine
10h20
La Russie expulse l'ambassadeur estonien et dénonce la "russophobie" de Tallinn
10h00
Un responsable russe à Soledar, deux villages capturés par les Russes
09h00
Quand touristes russes et ukrainiens fraternisent sur les plages indiennes
08h30
Divergence en Allemagne sur la livraison de chars à l'Ukraine
08h00
Les centre commerciaux russes se réinventent face aux sanctions
07h30
La Russie envoie un navire armé de missiles hypersoniques pour des manoeuvres
03h00
180'000 morts ou blessés côté armée russe en un an, estime la Norvège
01h00
L'Allemagne est prête à autoriser la Pologne à livrer des chars Leopard, selon Annalena Baerbock
00h00
Retour sur les événements du week-end
Près d’un an après le début du conflit en Ukraine, quelque 700 enfants ont été intégrés au sein de l’école valaisanne. Un défi pour les enseignants, les établissements et le département, ont souligné ceux-ci lundi lors d’un point presse à Fully (VS).
Près de la moitié de ces élèves fréquentent l’école primaire, un cinquième le cycle d’orientation et près d’un tiers les classes d’accueil et d’intégration (SCAI) du Service de la formation professionnelle (SFOP).
Les élèves sont en général intégrés dans les classes ordinaires et bénéficient de périodes de soutien pour l’apprentissage de la langue d’accueil, qui est l’objectif prioritaire. En fonction des besoins, l’ouverture de groupes allophones, avec des moments d’intégration à des classes régulières, peut être organisé, précise le Département de l’économie et de la formation.
>> Voir le reportage du 12h45 à Fully:
Dans l’est de l’Ukraine, de nombreux villages libérés lors de l’offensive menée par l’armée de Kiev l’automne dernier vivent toujours sous la menace russe.
La ligne de front a certes été repoussée mais pas suffisamment loin, par conséquent ces territoires et les civils encore présents sont continuellement à portée de l’artillerie de Moscou.
>> Ecouter le reportage au Donbass d’Omar Ouahmane dans le 12h30:

Bakhmout, ville du Donbass désertée par sa population. [DIMITAR DILKOFF - AFP]DIMITAR DILKOFF – AFP

Des villages repris par l’armée ukrainienne dans l’est du pays restent sous la menace russe / Le 12h30 / 1 min. / aujourd’hui à 12:36


L’Allemagne se retrouve lundi sous une pression accrue pour la livraison de ses chars Leopard à l’Ukraine, qui les réclame avec insistance, après que la cheffe de la diplomatie Annalena Baerbock a estimé son pays prêt à le faire, malgré la réticence du chancelier Olaf Scholz à se prononcer sur la question.
“La décision (…) dépend de beaucoup de facteurs et est prise à la chancellerie”, a souligné le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, dans un entretien à la télévision allemande ARD, diffusé peu de temps après l’interview de la cheffe de la diplomatie.
>> Voir le sujet du 12h45
La crainte d’une escalade militaire avec Moscou et les réticences de Berlin à assumer un leadership dans le camp occidental conduisent, selon des analystes, l’Allemagne à hésiter sur l’envoi de ces armes réclamées par Kiev.
Ce n’est pas la première fois que les ministres Verts du gouvernement, en particulier Annalena Baerbock, affichent une ligne plus volontariste que le chancelier sur le sujet du soutien militaire à l’Ukraine.
Plusieurs figures des écologistes ont réclamé avec insistance, ces dernières semaines, qu’Olaf Scholz approuve les livraisons de tanks à Kiev.
Chez les libéraux, autre partenaire de la coalition allemande, les dents grincent également. Il aurait été “au moins juste de donner le feu vert aux partenaires” pour des livraisons de Leopard provenant de leurs stocks, a déploré la libérale Marie-Agnes Strack-Zimmermann à propos des discussions de Ramstein.
“L’histoire nous regarde et l’Allemagne vient malheureusement d’échouer”, a jugé la présidente de la commission de la défense du Bundestag.
Et dans l’opposition, les conservateurs regrettent les atermoiements du chancelier. Selon le vice-président du groupe parlementaire CDU/CSU, Johann Wadephul (CDU), “l’industrie allemande peut livrer presque immédiatement près de 200 chars de type Leopard 1”.
>> Ecouter le sujet du 12h30:
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a indiqué lundi que son pays allait demander l’accord de Berlin pour livrer à l’Ukraine des chars d’assaut Leopard, de fabrication allemande.
“Nous allons demander un tel accord mais c’est une question secondaire”, a déclaré aux journalistes Mateusz Morawiecki. “Même si nous n’obtenons pas leur accord, nous donnerons nos chars à l’Ukraine”, a-t-il ajouté, rappelant que son pays cherchait à créer une “coalition” de pays prêts à livrer des chars aux Ukrainiens.
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. [EPA/Jakub Kaczmarczyk - Keystone]Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. [EPA/Jakub Kaczmarczyk – Keystone]
La Russie a annoncé lundi l’expulsion de l’ambassadeur estonien, dénonçant la “russophobie totale” de Tallinn, après l’expulsion plus tôt en janvier de 21 diplomates russes et autres employés de l’ambassade russe.
“L’ambassadeur de la République d’Estonie doit quitter la Russie le 7 février 2023”, a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, qui indique abaisser le niveau des relations diplomatiques au niveau des chargés d’affaires.
Un dirigeant de l’occupation russe de l’est de l’Ukraine, Denis Pouchiline, s’est affiché à Soledar, ville dont Moscou a revendiqué la capture il y a plus d’une semaine, et dont Kiev n’a jusqu’ici pas reconnu la perte.
“J’ai visité Soledar (…) Il fallait comprendre s’il y avait nécessité d’y déployer des points d’aide humanitaire”, a indiqué dimanche soir Denis Pouchiline sur Telegram, accompagnant son message d’une vidéo le montrant au milieu d’immeubles à la façade noircie et aux vitres soufflées.
Selon Denis Pouchiline, “il reste très peu d’habitants” dans cette ville de quelque 11’000 âmes avant la guerre, située au nord de Bakhmout.
Les séparatistes ont par ailleurs annoncé lundi la capture de deux villages, Krasnopolivka et Dvouretchié, situés près de Soledar.
“Le 23 janvier 2023, les forces armées russes ont libéré Krasnopolivka et Dvouretchié”, dans la région de Donetsk, a indiqué sur Telegram “l’état-major” de ce bastion des séparatistes prorusses, au sujet de ces localités proches de Bakhmout, épicentre des combats entre forces russes et ukrainiennes depuis des mois.
Goa, en Inde, est un Etat balnéaire réputé pour ses magnifiques plages ensoleillées. Cette destination touristique attire aussi, depuis quelques mois, de nombreux Russes: des hommes qui fuient leur pays pour ne pas avoir à combattre en Ukraine.
L’Inde délivre très facilement des visas et à Goa les réfugiés russes fraternisent avec les Ukrainiens sur place; ils font même la fête pour oublier la guerre.
>> Ecouter le reportage dans Tout un monde:
L’Allemagne est plus que jamais au coeur du débat sur les livraisons d’armes à l’Ukraine. Elle n’a toujours pas autorisé la livraison de chars lourds à Kiev. Sur le champ de bataille ces équipements pourraient avoir un impact significatif.
Depuis des semaines, le président ukrainien Volodymyr Zelensky en réclame à ses alliés occidentaux. La pression monte sur Berlin. La Pologne et la Finlande ont proposé de livrer des chars Léopard qu’ils possèdent mais ils ont besoin de l’agrément officiel de Berlin pour une réexportation. Or, il y a des divergences au sein du gouvernement qui n’a toujours pas pris de décision formelle.
>> Ecouter le point de situation dans Tout un monde:
En Russie, les centres commerciaux traversent une période de mutation inconnue jusqu’alors en raison des sanctions économiques et de la guerre en Ukraine. Pour survivre, ils cherchent de nouveaux moyens pour attirer la clientèle. Les galeries commerciales situées en ville, souvent à la sortie des stations de métro, tentent de tirer leur épingle du jeu.
“Les emplacements qui se libèrent maintenant sont très activement recherchés par les distributeurs russes. C’est pour eux une chance assez grande d’atteindre le marché en s’implantant dans des centres commerciaux qu’ils convoitaient auparavant sans pouvoir y accéder. Le verdict est simple. Les centres commerciaux super-régionaux meurent mais les centres commerciaux d’arrondissement se sentent très bien”, explique dans La Matinale Alina, patronne d’une chaîne de fitness qu’elle développe dans des locaux de cinémas multiplex.
>> Le reportage de La Matinale:

Les centre commerciaux russes se réinventent face aux sanctions. (Image d'illustration) [Oleg Petrasyuk - EPA]Oleg Petrasyuk – EPA

Les centres commerciaux russes se réinventent pour attirer la clientèle / La Matinale / 2 min. / aujourd’hui à 06:24


Un navire russe équipé de missiles de croisière hypersonique de nouvelle génération prendra part en février à des exercices communs avec les marines chinoise et sud-africaine, a indiqué lundi l’agence de presse officielle russe TASS, confirmant officielle la participation du Gorchkov à ces manoeuvres.
Le bâtiment de guerre Gortchkov est équipé de missiles Zircon capables, selon la Russie, de voler à une vitesse supérieure à neuf fois celle du son, avec une portée de plus de 1000 kilomètres.
Citant une source non-identifiée au ministère russe de la Défense, l’agence TASS a déclaré que le Gorchkov allait “se rendre au point de soutien logistique à Tartous en Syrie, et prendre ensuite part à des exercices maritimes conjoints avec les marines chinoise et sud-africaine”.
L’armée sud-africaine avait annoncé jeudi que les manoeuvres, prévues du 17 au 27 février près de la ville portuaire de Durban, étaient destinées à “renforcer les relations déjà fleurissantes entre l’Afrique du Sud, la Russie et la Chine”.
Il s’agit du deuxième cycle d’exercices conjoints impliquant les trois pays, après celui organisé en 2019. Le Gortchkov a effectué ce mois-ci des exercices en mer de Norvège à la demande de Vladimir Poutine, une manière pour le président russe d’envoyer aux Occidentaux le signal que Moscou ne ferait pas machine arrière dans la guerre en Ukraine.
En bientôt un an d’affrontements, la guerre en Ukraine a fait près de 180’000 morts ou blessés dans les rangs de l’armée russe, selon des estimations données dimanche par le chef de l’armée norvégienne. Côté ukrainien, le spécialiste a dénombré quelque 100’000 morts ou blessés, sans compter 30’000 civils tués.
“Les pertes russes commencent à approcher environ 180’000 soldats morts ou blessés”, a affirmé le chef d’état-major norvégien Eirik Kristoffersen dans une interview à la chaîne TV2, sans préciser l’origine de ces chiffres.
La Norvège, pays riverain de la Russie, est membre de l’Otan depuis sa fondation en 1949. “Les pertes ukrainiennes sont probablement au-delà des 100’000 morts ou blessés. De plus l’Ukraine a environ 30’000 civils qui sont morts dans cette guerre affreuse”, a ajouté le général norvégien. La Russie et l’Ukraine n’ont pas donné de bilans fiables de leurs pertes depuis des mois.
En novembre, le chef de l’armée américaine Mark Milley avait affirmé que l’armée russe avait subi des pertes de plus de 100’000 morts ou blessés, avec un bilan “probablement” similaire côté ukrainien. Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante.
L’Allemagne est prête à autoriser la Pologne à livrer des chars Leopard, à l’Ukraine, qui les réclame avec insistance, a affirmé dimanche la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, renforçant la pression sur le chancelier Olaf Scholz, toujours réticent à se prononcer sur la question.
“Si on nous posait la question, nous ne nous opposerions pas” à la livraison à Kiev de ces chars de fabrication allemande, a déclaré la ministre écologiste, qui gouverne en coalition avec les sociaux-démocrates d’Olaf Scholz et les libéraux.
“Pour l’instant, la question n’a pas été posée” par la Pologne, tenue de faire une demande officielle à Berlin, a précisé la ministre, interviewée à Paris sur la chaîne française LCI.

Contenu externe
Ce contenu externe ne peut pas être affiché car il est susceptible d’utiliser des cookies. Pour voir ce contenu vous devez autoriser les cookies.

La décision finale appartient néanmoins au chancelier Olaf Scholz, qui a jusqu’à présent refusé de se prononcer sur la question de ces livraisons indirectes, tout comme sur celle de fournir directement des Leopard issus des stocks allemands.
“La décision (…) dépend de beaucoup de facteurs et est prise à la chancellerie”, a souligné le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, dans un entretien à la télévision allemande ARD, diffusé peu de temps après l’interview de la cheffe de la diplomatie.
Boris Pistorius, social-démocrate comme le chancelier Olaf Scholz, n’y était toutefois pas interrogé sur les déclarations d’ Annalena Baerbock.
La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock. [AP Photo/Peter Dejong - Keystone]La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock. [AP Photo/Peter Dejong – Keystone]
>> Retrouvez le détail des événements du week-end:
La Pologne et les pays baltes pressent l’Allemagne d’envoyer des chars en Ukraine

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE