La nouvelle fusée de la Nasa en place pour son décollage vers la Lune dans 12 jours – Arabnews fr

https://arab.news/6uzd3
WASHINGTON : Le grand jour approche pour la Nasa: la nouvelle fusée géante américaine SLS est arrivée mercredi matin sur son aire de lancement, à Cap Canaveral en Floride, avant son décollage vers la Lune prévu dans douze jours.
Cette mission marquera le tout premier vol du grand programme américain de retour sur la Lune, baptisé Artémis.
Artémis 1 se fera sans astronautes à bord, car son but est de tester la fusée et la capsule à son sommet afin de s’assurer qu’elles pourront bien transporter un équipage en toute sécurité vers la Lune, dès 2024.
La fusée, appelée SLS (pour Space Launch System), est en développement depuis plus d’une décennie et deviendra lorsqu’elle aura décollé la plus puissante du monde. Elle mesure 98 mètres de haut.
Elle a été installée sur le légendaire complexe de tir 39B après un trajet de 10 heures durant la nuit, depuis le bâtiment d’assemblage.
“A nous tous qui levons le nez vers la Lune, en rêvant du jour où l’humanité retournera sur la surface lunaire, les amis, nous y sommes, nous y retournons”, a déclaré au début du mois Bill Nelson, le patron de la Nasa, lors d’une conférence de presse.
La capsule Orion va être propulsée jusqu’à la Lune, et même 64.000 km au-delà, s’aventurant plus loin que tout autre vaisseau spatial habitable avant elle.
A son retour dans l’atmosphère terrestre, le bouclier thermique devra supporter une vitesse de près de 40.000 km/h et une température moitié aussi chaude que la surface du Soleil.
Le décollage doit avoir lieu le 29 août à 08H33 heure locale. Si la météo n’est pas coopérative, les dates de repli sont le 2 ou 5 septembre.
La mission doit durer 42 jours au total, jusqu’à un retour dans l’océan Pacifique, où le vaisseau sera récupéré grâce à un bateau de la marine américaine.
En 2024, la mission Artémis 2 emportera des astronautes jusqu’en orbite autour de la Lune, sans y atterrir. Cet honneur sera réservé à l’équipage d’Artémis 3, mission prévue au plus tôt en 2025.
La dernière fois que des hommes se sont rendus sur la Lune remonte à Apollo 17, en 1972.
Alors que le programme Apollo n’avait permis qu’à des hommes blancs de marcher sur la Lune, le programme Artémis compte lui y envoyer la première femme et la première personne de couleur.
Le but est de faire de la Lune une base arrière où seront développées les technologies nécessaires pour envoyer des humains sur Mars.
https://arab.news/v5zp6
SÉOUL : La Corée du Nord a tiré deux missiles de croisière mercredi, a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense, mettant fin à un mois d’accalmie dans sa série record d’essais d’armements cette année.
“La Corée du Nord a tiré d’Onchon, dans la province de Pyongan du Sud, deux missiles de croisière en direction de la Mer Jaune”, a déclaré à l’AFP un responsable du ministère.
“Les autorités militaires américaines et sud-coréennes analysent les détails tels que la distance de vol”, a-t-il ajouté.
La Corée du Nord n’a testé aucun missile de croisière depuis janvier, a précisé l’agence de presse Yonhap.
Ce type de missile n’est pas interdit par les sanctions actuelles des Nations unies.
Le précédent essai d’un armement par Pyongyang remonte au 10 juillet, avec ce qui semblait être des lance-roquettes multiples.
Offre de Séoul
La Corée du Nord a procédé depuis janvier à une série d’essais d’armements, dont certains en contravention avec les sanctions en vigueur, notamment le tir d’un missile balistique intercontinental pour la première fois depuis 2017.
Séoul et Washington estiment aussi que le régime de Kim Jong Un pourrait bientôt réaliser un septième essai nucléaire.
Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol avait annoncé lundi qu’il proposerait à la Corée du Nord un “plan audacieux” d’aides massives – alimentation, énergie, modernisation des infrastructures – en échange d’une renonciation aux armes nucléaires.
Cependant, les experts considèrent que les chances de voir le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un accepter cette offre sont extrêmement faibles dans la mesure où la Corée du Nord, qui investit une grande partie de son PIB dans son programme d’armement, a depuis longtemps fait savoir qu’elle n’accepterait pas un tel marché.
Exercices communs
Les derniers essais de tirs de missiles de croisière de la Corée du Nord interviennent après que les forces militaires sud-coréennes et américaines ont entamé en début de semaine des manoeuvres préliminaires avant le début de leur exercice annuel combiné Ulchi Freedom Shield (UFS).
Ces manoeuvres exaspèrent Pyongyang, qui les considère comme la répétition d’une invasion.
Dans un communiqué commun, les deux armées ont dit avoir notamment discuté du “volume et de l’échelle accrus des tests de missiles de la RPDC (République populaire démocratique de Corée, nom officiel de la Corée du Nord) au cours de l’année écoulée”.
“Ayant cela à l’esprit et considérant l’évolution de la menace créée par la RPDC, les dirigeants des deux (pays) se sont engagés à développer l’envergure et l’échelle des exercices militaires et des entraînements communs”, selon le communiqué des armées américaine et sud-coréenne.
Ce programme commencera par les manoeuvres “Ulchi Freedom Shield la semaine prochaine (…) afin de renforcer la préparation commune” aux opérations militaires des deux armées, ont-elles ajouté.
Les années précédentes, les exercices américano-sud-coréens ont été réduits à cause de la pandémie de Covid-19 et pendant une période de tentatives avortées de recourir à la diplomatie pour ouvrir des discussions avec la Corée du Nord.
La semaine dernière, ce pays a menacé d’exercer des représailles “mortelles” contre la Corée du Sud, qu’elle tient pour responsable d’une récente poussée du Covid-19 sur son territoire.
Le régime de Kim Jong Un, qui a poursuivi ses essais de missiles tout en combattant l’envolée du variant Omicron, a récemment proclamé avoir remporté “la victoire” contre l’épidémie et allégé les restrictions.
https://arab.news/cjffq
TOKYO : Un ancien haut responsable de l’organisation des Jeux olympiques de Tokyo et trois autres hommes ont été arrêtés mercredi au Japon dans le cadre d’une enquête sur d’éventuels pots-de-vin, ont annoncé des procureurs nippons.
Haruyuki Takahashi, 78 ans, qui faisait partie du comité d’organisation des JO tenus l’an dernier, est soupçonné d’avoir reçu en 2017 l’équivalent de plus de 320 000 euros de la part d’Aoki Holdings, une chaîne japonaise de magasins de costumes d’affaires, après la signature d’un contrat entre sa société de conseil et ce groupe, devenu en 2018 partenaire officiel des Jeux.
Ceux-ci devaient être organisés en 2020 mais avaient été reportés à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.
M. Takahashi a été arrêté en même temps que le président d’Aoki Holdings, Hironori Aoki, 83 ans, et deux autres responsables de cette firme, selon des documents du parquet de Tokyo consultés par l’AFP.
M. Takahashi est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin “en sachant qu’il s’agissait d’argent de remerciement pour le traitement bénéfique et préférentiel” qu’il accordait à Aoki Holdings.
Selon les procureurs, M. Takahashi a fait transférer un total de 51 millions de yens sur le compte bancaire d’une société qu’il dirige, via une cinquantaine de virements entre octobre 2017 et mars 2022.
Dans un communiqué publié mercredi, Aoki Holdings a présenté ses excuses pour le “tort gigantesque” provoqué par ces interpellations et affirmé “prendre l’affaire au sérieux”.
“Nous continuerons de coopérer pleinement aux enquêtes menées par les autorités”, a ajouté le groupe.
Le mois dernier, la police avait effectué des perquisitions aux domiciles de MM. Takahashi et Aoki, ainsi que dans les anciens bureaux du comité d’organisation de Tokyo-2020 aujourd’hui dissous.
Ancien cadre dirigeant du géant publicitaire japonais Dentsu, M. Takahashi n’était pas censé accepter de l’argent ou des cadeaux en rapport avec son rôle de membre du conseil d’administration de Tokyo-2020 depuis 2014. Il a cependant nié tout conflit d’intérêts dans la transaction avec Aoki Holdings.
Des soupçons de corruption flottent par ailleurs de longue date sur les conditions de l’attribution des JO-2020. En mars 2019, le président du Comité olympique japonais Tsunekazu Takeda avait démissionné quelques mois après avoir été mis en examen par la justice française.
M. Takeda est soupçonné d’avoir rémunéré Black Tidings, une société basée à Singapour et qualifiée de “coquille vide” par les enquêteurs français, avant et après la désignation de la capitale japonaise par le Comité international olympique (CIO).
https://arab.news/y9e8d
WASHINGTON: L’armée américaine a annoncé mercredi avoir tué dans une frappe aérienne 13 miliciens du groupe islamiste shebab qui s’attaquaient à des soldats des forces régulières somaliennes dans une zone reculée de ce pays de la Corne de l’Afrique.
La frappe a été menée dimanche près de Teedaan, à environ 300 km au nord de la capitale Mogadiscio, alors que des shebab affiliés à Al-Qaïda étaient en train d’attaquer des soldats somaliens, a indiqué le commandement militaire américain en Afrique (Africom) dans un communiqué.
“Selon l’évaluation initiale du commandement, la frappe a tué 13 terroristes shebab et aucun civil n’a été blessé ou tué”, assure le communiqué.
Cette nouvelle frappe est la deuxième en moins d’une semaine dans cette zone proche de la frontière éthiopienne.
La semaine dernière, l’armée américaine avait annoncé avoir tué quatre miliciens shebab dans la même région, près de Beledweyne. Elle avait là aussi précisé être intervenue en soutien à l’armée somalienne, qui venait d’être attaquée par les islamistes.
Les shebab mènent une insurrection contre l’Etat somalien depuis plus de dix ans. Chassés des principales villes du pays, dont Mogadiscio en 2011, ils restent implantés dans de vastes zones rurales. Ces derniers mois, ils ont intensifié leurs attaques.
En mai, le président américain Joe Biden a décidé de rétablir une présence militaire en Somalie pour y combattre les shebab, approuvant une demande du Pentagone qui jugeait trop risqué et peu efficace le système de rotations décidé par Donald Trump à la fin de son mandat.

source

https://infoimo.blogspot.com/2022/07/exemples-de-pieces-2-euro-commemoratives.html

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE