La Guadeloupe confrontée aux dégâts de la tempête Fiona – Arabnews fr

https://arab.news/vdbwz
POINTE-À-PITRE:Le ministre délégué aux Outre-mer Jean-François Carenco, arrivé mercredi en Guadeloupe, a promis un arrêté de catastrophe naturelle “avant samedi” et une aide d’urgence, entre autres pour potabiliser l’eau des rivières, quatre jours après le passage de la tempête Fiona qui fait subir de sérieux dégâts à l’île et tué une personne.
A Pointe-à-Pitre, M. Carenco a assuré devant la presse être venu “en signe du soutien du gouvernement” et pour exprimer “publiquement l’affection de la Nation au moment où la Guadeloupe souffre”.
La tempête tropicale Fiona, devenue depuis un ouragan de catégorie 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson, a éprouvé la Guadeloupe pendant le weekend, avec des vents violents, des pluies diluviennes et des inondations qui ont fait un mort.
Le président du département, Guy Losbar, a appelé dans un communiqué à un “grand plan de reconstruction” de la Guadeloupe, chiffré à “plus d’un milliard d’euros”.
Mercredi, près de 60 000 clients (particuliers ou entreprises) y étaient toujours privés d’eau en raison des dégâts importants sur des installations du réseau. Tel le Centre Hospitalier de Basse-Terre, qui a fait savoir que cela compromettait son bon fonctionnement et la continuité des soins.
“De très gros travaux sont à prévoir” pour la remise en service du réseau d’eau, a indiqué le Syndicat Mixte de Gestion de l’Eau et de l’Assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG), évoquant au minimum “plusieurs semaines” avant un retour à la normale.
Un avion et 40 renforts apportant “une machine capable de potabiliser l’eau des rivières” doivent arriver mercredi soir en Guadeloupe afin de pallier les manques dans les zones les plus touchées, a annoncé M. Carenco.
Le ministre a également promis que l’arrêté de catastrophe naturelle serait publié “avant samedi”.
Le dispositif Orsec (Organisation de la réponse de sécurité civile) Eau potable a été mis en œuvre “dès la fin de l’événement et reste mobilisé”, a par ailleurs assuré le ministre dans un courrier adressé au député de Guadeloupe Olivier Serra, qui avait réclamé le déclenchement de ce dispositif.
En Guadeloupe, de nombreux militants demandent de longue date l’instauration de ce plan de manière durable, du fait de la situation critique des réseaux d’eaux sur l’île, vétustes et qui n’assurent pas la distribution en eau potable pour tous.
«Plus rien»
La visite ministérielle s’est poursuivie dans la commune de Goyave. Partout la boue est encore là. Sur les murs, parfois sur un mètre de haut dans les maisons, dépouillées. Les débris ont été sortis dans la rue, où des pelleteuses déblaient la boue et les détritus.
Dans certains endroits, le débordement des égouts, mêlé à la boue, répand une odeur pestilentielle. Partout les habitants s’hébergent, s’entraident, en attendant des solutions plus durables, dont personne ne sait quand elles arriveront.
La commune n’a pas fini de recenser les dégâts. Le maire Ferdy Louisy évoque 200 logements et plus de 1.000 personnes sinistrés pour la zone de logements sociaux de l’Aiguille.
“Je dormais, je me suis réveillée dans le noir quand le compteur a disjoncté et je me suis aperçue que j’avais de l’eau à la taille” raconte au ministre Julie Di Omede, 52 ans.
“Je n’ai pas les moyens de racheter tout ce que j’ai perdu : mon frigo, mon matelas, la nourriture, mes vêtements. Je n’ai même plus mes papiers”, poursuit-t-elle.
Plus loin, Lydie Loudac, 64 ans, raconte avoir manqué de se faire emporter par les flots déchaînés. Un homme, le pantalon encore boueux, s’inquiète lui pour les enfants, très nombreux dans la cité.
“Ils n’ont plus rien, plus de livres d’école, plus de fournitures scolaires, et puis, ils n’ont plus d’école”, affirme Yohan Fetama, 38 ans.
Les élus tentent de rassurer : “On a recensé avec le rectorat les besoins, on collecte des dons, ça s’organise”.
Le réseau routier de l’archipel a souffert du passage de la tempête. “Une quinzaine de ponts sont fragilisés”, a indiqué le préfet, Alexandre Rochatte, lors du même point presse.
Mercredi, à Capesterre-Belle-Eau (sud-est de l’île de Basse-Terre), commune touristique ayant été très affectée par les crues des rivières, le maire a pris des arrêtés pour interdire le passage par certains ponts “compte tenu du risque d’effondrement”.
https://arab.news/8snjg
BASSE-TERRE: Après le passage de la tempête Fiona, l’eau et la boue sont montées à hauteur d’homme dans les maisons de Basse-Terre en Guadeloupe, dont les sinistrés ont reçu jeudi la visite du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco.
Venu témoigner du “soutien du gouvernement” aux sinistrés de Fiona, le ministre était, comme le reste de la délégation, chaussé de hautes bottes de pluie, pour progresser dans la boue ayant envahi les maisons du quartier de Rivière des Pères.
Ninette Lacroix, 65 ans, retraitée, a pu raconter son expérience au ministre quand il est entré dans la maison familiale où vit son père et sa sœur.
“Il s’attendaient à avoir la mer, des vagues”, explique-t-elle, en montrant l’autre côté la route en contrebas derrière laquelle s’étend la mer des Caraïbes. “Mais avec la boue de la rivière aussi haute, ils ont dû rester en équilibre sur un lit”.
Les habitants expliquent compter sur le fonds de solidarité Outre-mer, censée indemniser les sinistrés non assurées.
Mais le maire de la ville, André Atallah, soulève un problème: “Le fonds d’aide au relogement ne concerne pas les propriétaires”. “Or les gens d’ici sont très souvent non assurés, certes, mais propriétaires. On va voir si on peut avoir une dérogation à ce décret”, indique-t-il.
“Difficile d’établir une somme de besoins encore, on n’a pas vraiment fini d’évaluer les dégâts”, souligne quant à elle Victoire Jasmin, sénatrice de la Guadeloupe venue visiter avec le ministre les sinistrés, alors que le président du département, Guy Losbar, a appelé à un “grand plan de reconstruction” de la Guadeloupe, chiffré à “plus d’un milliard d’euros”.
Une commission d’experts a notamment été dépêchée pour évaluer les dégâts portés aux ponts et routes de l’île. Un peu partout sur les routes de montagne, des glissements de terrain ont eu lieu.
Dans l’immédiat, des collectes de vêtements, de serpillères, de fournitures scolaires et de denrées alimentaires sont organisées par des associations ou les communes.
La tempête tropicale Fiona, devenue un ouragan de catégorie 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson, a éprouvé la Guadeloupe pendant le week-end, avec des vents violents, des pluies diluviennes et des inondations qui ont fait un mort.
“C’est ici que la maison a été emportée”, s’écrient plusieurs riverains lorsque le convoi ministériel passe devant ce qui reste de la maison: une plateforme carrelée recouverte de boue.
“Est-ce qu’on peut faire silence une minute pour se recueillir ici ?”, demande Jean-François Carenco à l’assistance, devant la maison où l’homme est mort.
Un arrêté de catastrophe naturelle doit être publié cette semaine, selon le ministre.
https://arab.news/nyuyf
PARIS: La France ne tient pas ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, des secteurs importants continuant à trop émettre de CO2 et les puits de carbone ne fonctionnant pas aussi bien qu’attendu, selon le dernier Observatoire climat-énergie dévoilé jeudi.
Cet observatoire annuel est conçu par le Réseau action climat (RAC) avec d’autres partenaires, dont l’agence de la transition écologique, l’Ademe.
Il compare les émissions nationales aux objectifs qui ont été définis par la France dans le cadre de ses feuilles de route, la stratégie nationale bas carbone (SNBC) et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).
Le pays vise zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici à 2050, c’est-à-dire qu’à cet horizon les émissions résiduelles doivent être compensées par les absorptions par les puits de carbone.
L’année 2021 s’est traduite par un rebond des émissions brutes (sans tenir compte de l’absorption) de gaz à effet de serre, avec la reprise partielle de l’activité économique. Mais la France respecte malgré tout la trajectoire qu’elle s’est fixée pour cet indicateur brut, note l’observatoire.
“On est dans la trajectoire”, a ainsi relevé le ministère de la Transition écologique, rappelant une baisse de 23% des émissions françaises par rapport à 1990. La France s’est engagée à les réduire de 40% d’ici 2030, une ambition qui doit être renforcée pour tenir compte de nouveaux objectifs européens (-55%).
En revanche, pour les émissions nettes (incluant l’absorption par les forêts et sols), “la part indicative annuelle du budget carbone est quant à elle dépassée de 20,4 millions de tonnes équivalent CO2, compte tenu de la dégradation depuis plusieurs années du puits forestier”, note l’observatoire.
Le pays a ainsi émis l’an dernier 404,4 millions de tonnes équivalent CO2 (MtCO2e) nettes pour un objectif de 384 millions de tonnes nettes.
C’est sur le secteur des forêts et sols, qui doivent servir de puits de carbone, que l’écart est le plus important entre l’objectif fixé et ce qui s’est passé en réalité.
Cet objectif d’absorption a été “surévalué”, a estimé Zélie Victor, responsable de la transition énergétique au Réseau action climat. L’absorption de CO2, qui reste difficile à calculer, est mise à mal par l’artificialisation des sols, la sécheresse ou les incendies.
“Ça nous rappelle surtout qu’il va falloir avant tout miser sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et pas seulement sur leur absorption et mieux prendre en compte aussi le développement et la préservation des forêts et des sols”, a souligné Zélie Victor.
Sur cette question des puits de carbone, le ministère de la Transition écologique a reconnu une situation “plus inquiétante en raison de la sécheresse, des différentes maladies qui ont touché nos forêts, etc.” Sans compter les incendies de cet été qui pourraient avoir un impact cette année.
Par activité, le secteur des transports reste le plus émetteur, avec 30,1% des émissions nationales, suivi par l’agriculture (19,4%) et l’industrie (18,6 %).
Les transports et le bâtiments ont respecté leur “budget carbone” en 2021, selon l’observatoire, ces deux secteurs ayant profité respectivement de restrictions de circulation et d’une météo douce. Agriculture et industrie se sont en revanche écartées de leurs trajectoires.
Enfin, dans le secteur crucial de l’énergie, la sortie des fossiles reste “difficile” tandis que le pays accuse “un retard marqué sur les énergies renouvelables et la baisse de consommation énergétique”, pointe l’observatoire.
Le président Emmanuel Macron a justement jugé jeudi que la France devait accélérer non seulement sur le nucléaire, mais aussi sur l’éolien et le solaire.
https://arab.news/phh7r
GUIDEL: Élisabeth Borne a appelé la majorité à “parler d’une seule voix”, même si les “différences” en son sein sont “légitimes”, jeudi lors des journées parlementaires du MoDem où elle n’a qu’à peine mentionné la question des retraites, qui divise les deux alliés sur la méthode.
“Nous formons une majorité unie. Et nous ne réussirons que si nos trois groupes parlementaires font bloc”, a déclaré la Première ministre devant les parlementaires du MoDem et le président du parti, François Bayrou, réunis à Guidel (Morbihan).
Mme Borne a juste redit vouloir “agir pour (le) système de retraites”, alors que M. Bayrou a mis en garde contre le “passage en force” que constituerait à ses yeux une réforme via un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale, piste évoquée par Emmanuel Macron et sérieusement étudiée par le gouvernement.
“Notre majorité est forte parce qu’elle est riche de trois groupes, de trois sensibilités (Renaissance, le MoDem et Horizons, NDLR). Nous devons toutes les entendre, les écouter. Nous devons agir en confiance, tout se dire entre nous, utiliser les nombreux espaces de dialogue que nous avons construits avant de pouvoir parler d’une seule voix, en étant solidaires de nos décisions collectives”, a également déclaré Mme Borne.
“Cela ne veut pas dire que nous serions d’accord tous sur tout, que nos différences ne seraient pas légitimes. Ce n’est pas du tout ma conviction. Ma conviction, c’est que dans la période que nous traversons, nous devons être exigeants envers nous-mêmes sur notre méthode de dialogue pour ne pas prêter le flanc aux attaques de tous ceux qui veulent faire de nos différences de culture ou d’approche, des obstacles insurmontables à notre action collective”, a-t-elle développé.
“On ne dialogue pas avec des idées arrêtées et des projets ficelés. Nous devons entendre les arguments des uns et des autres. Accepter les débats sereins, les débats d’idées. Et le cas échéant, modifier, amender”, a insisté la Première ministre.
Devant la presse, le président du MoDem François Bayrou a salué des “ouvertures”, “entre les lignes”, de la Première ministre, après avoir plaidé devant ses militants pour que la majorité soit “capable de débattre ensemble des problèmes les plus brûlants”.
Les retraites, “c’est une réforme de société. Ca ne peut pas se régler par un artifice parlementaire”, “une réforme à l’improviste, subreptice”. “Je ne crois pas que ça puisse se faire” par un amendement au PLFSS, a insisté le maire de Pau.
Le chef de file des députés MoDem, Jean-Paul Mattei, a salué la “capacité d’écoute” de la cheffe du gouvernement. “Ce n’est pas parce que sur un sujet ou un autre nous avons des différences de sensibilités que nous n’allons pas vous soutenir”, a insisté le député des Pyrénées-Atlantiques.
Privée de majorité absolue à l’Assemblée, Elisabeth Borne a par ailleurs prédit une session parlementaire qui ne sera “pas de tout repos” et ironisé sur les déboires de LFI à propos des violences faites aux femmes. La France insoumise “veut semer le chaos partout, au Parlement comme dans la rue. Mais en ce moment, c’est d’abord le chaos chez eux”.
Elle a également fustigé “les fondamentaux” de la cheffe de file des députés RN Marine Le Pen, “le simplisme et l’outrance”.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE