Pièces complète 2 euro commémorative et accessoires protection pièces

La France lance un « réarmement aérien d'urgence » pour mieux lutter contre les incendies – La Tribune.fr

Partager :
Plus jamais ça. « Pour beaucoup d’entre vous, cet été fut une saison en enfer. L’enfer des flammes, de la fatigue, de la désolation », a rappelé vendredi Emmanuel Macron, qui recevait à l’Élysée plus de 350 représentants des forces mobilisées lors de la campagne menée contre les feux de forêts de l’été 2022 pour les remercier, de leur engagement au cours de cette saison très éprouvante. Ainsi, cet été, près de 72.000 hectares de forêts ont été détruits par les flammes, dont plus de 30.000 hectares dans la Gironde. « C’est 5 à 6 fois plus qu’une saison traditionnelle », précise-t-on à l’Élysée. Une année exceptionnelle « même s’il y a eu dans le passé, d’autres années, notamment au moment de la sécheresse de 1976, où il y a des feux aussi importants », reconnaît-on à l’Élysée.
« Si d’habitude, nous avons des feux de forêt principalement concentrés sur le bassin méditerranéen, cette année, nous avons eu des feux très intenses en Gironde, dans les Landes, dans le Jura, en Bretagne et dans le Maine-et-Loire, donc dans des secteurs où habituellement, il n’y a pas des feux d’une aussi grande intensité », a-t-on rappelé à l’Élysée.
Pour le président, il est temps de « penser une stratégie nouvelle », pour lutter contre un fléau qui s’annonce durable en raison du réchauffement climatique. « Cela préfigure d’étés à venir, qui seront potentiellement extrêmement difficiles même si à l’horizon auquel on se situe, il est extrêmement difficile de faire des prévisions en se disant que ce sera l’ensemble des étés », explique-t-on à l’Élysée. Cette stratégie repose sur trois piliers : mieux prévenir les incendies, réussir à lutter plus efficacement en renforçant les moyens de lutte contre l’incendie, et, enfin, reboiser et gérer durablement les forêts françaises.
Face à cette situation exceptionnelle, l’État a donc décidé de lancer un « réarmement aérien d’urgence » pour renforcer les capacités de la Sécurité civile en souffrance comme l’a récemment pointé la Cour des comptesCet effort représente un investissement de 250 millions d’euros. « Nous allons investir massivement pour que d’ici à la fin du quinquennat ces 12 Canadair soient remplacés et que leur nombre soit porté jusqu’à 16 », a annoncé le Chef de l’État. La France dispose déjà d’une des flottes les plus importantes avec la Grèce même si « les flottes d’hélicoptères et de Canadair ont vieilli, leur maintenance est plus coûteuse et plusieurs appareils ont été détruits lors d’accidents aériens », comme l’a rappelé la Cour des Comptes.
Cette impulsion présidentielle « permettra de lancer des commandes dès cette année », a-t-il soulignéDeux de ces Canadair seront financés par le mécanisme de protection civile de l’Union européenne (rescEU). En outre, en matière d’hélicoptères lourds, la France va louer « dès l’année prochaine dix hélicoptères » (des SuperPuma), contre deux au début de l’été dernier loués à RTE, a-t-il ajouté tout en indiquant que la sécurité civile allait « également en acquérir deux pour qu’ils s’intègrent durablement à la flotte nationale ».
C’est bien mais c’est loin de l’enveloppe financière évaluée par la Cour des Comptes, qui dans un référé rendu public début octobre, avait alors estimé que le renouvellement de la flotte de la sécurité civile (avions et hélicoptères) s’élèverait à plus de 1,3 milliard d’euros. En outre, il semblerait que l’achat de deux Canadair financés par l’Union européenne évoqué par Emmanuel Macron ait déjà été lancé par la direction générale de la sécurité civile et de gestion des crises (DGSCGC), dont le budget a augmenté de 40 % depuis 2017. « La DGSCGC saisit des opportunités ponctuelles pour tenter de compenser l’attrition de ses flottes. (…) Le programme européen RescEU 2 a été mobilisé pour l’acquisition de deux Canadair », a constaté la Cour des Comptes.
Acheter des Canadair ne serait pas aussi simple que cela comme l’a expliqué Emmanuel Macron. « La question n’est pas tant d’en acheter que d’en produire. Aussi seule une commande massive permettra de rouvrir les lignes de production et de pallier nos besoins », a expliqué le Chef de l’État. C’est vrai mais pas complètement. Fin mars, De Havilland Canada, qui a acquis le programme Canadair en 2016 et envisage un retour à la production depuis 2019, a lancé le programme DHC-515 Firefighter (anciennement connu sous le nom de Canadair CL-515), un nouvel avion biturpropulseur amphibie. Pour lancer cette nouvelle version du fameux Canadair (35 millions d’euros), le constructeur a annoncé avoir signé des lettres d’intention pour la vente de 22 appareils. Il prévoit les premières livraisons du DHC-515 au milieu de la décennie.
Dans ce cadre, Emmanuel Macron va lancer « une revue européenne pour essayer de mobiliser le maximum de commandes européennes et donner du volume de production » à De Havilland Canada pour qu’il rouvre « une chaîne d’excellence » et pérennise in fine sa chaîne de production. « Il y a un besoin européen qui est évident de disposer d’une vraie flotte qui puisse répondre à toutes les attentes des pays européens », souligne-t-on à l’Élysée.
Par ailleurs, Emmanuel Macron souhaite tester l’A400M, l’avion de transport militaire, dans une version de bombardier d’eau. « Nous devons aller vite sur les campagnes de tests à l’image de ce que font nos amis espagnols, qui ont été à l’avant-garde sur ce sujet », a souhaité le Chef de l’État. Cet été, Airbus a réalisé une campagne d’essais en vol en Espagne de l’A400M équipé d’un prototype de kit amovible pour la lutte contre les incendies. Réalisés de jour, ces essais ont consisté à larguer jusqu’à 20 tonnes d’eau à partir du réservoir actuel en moins de dix secondes, à basse altitude (150 pieds / 45 mètres) et faible vitesse (125 nœuds / 230 km/h).
Enfin, Emmanuel Macron souhaite garder « des marges de manœuvre pour avancer sur des expérimentations de matériels innovants ». A quoi pense-t-il ? Aux drones autonomes, aux systèmes de détection par imagerie satellite, au signalement de départ en temps réel avec des dispositifs d’intelligence artificielle. Pour autant, l’utilisation des drones pour surveiller les départs de feux dans les zones à risques est évoquée depuis une bonne dizaine d’années mais aucune stratégie de déploiement n’a été confirmée par des expériences ou expérimentations locales. La détection des feux par satellite n’est possible qu’avec une constellation ayant un taux de revisite important (programme Copernicus).
Partager :
Du lundi au vendredi, à 13h, recevez l’essentiel de l’actualité des
secteurs de l’industrie et des services
Dernière étape : confirmez votre inscription dans l’email que vous venez de recevoir.
Pensez à vérifier vos courriers indésirables.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune
Un e-mail contenant vos informations de connexion a été envoyé.
À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter Industrie & Services
Sujets les + lus
|
Sujets les + commentés
1
Le piège allemand se referme sur l’exportation française d’armement
2
Le gâchis chinois
3
revue T SCAF : et si Dassault Aviation et Airbus trouvaient un accord à la surprise générale
4
revue T Énergie : la France veut lancer son propre projet de réacteur à fusion nucléaire
5
revue T L'Europe reconstitue ses stocks de gaz grâce au GNL…russe, en toute légalité
1
La Pologne bascule dans le nucléaire et choisit l'américain Westinghouse plutôt qu'EDF pour la construction (39)
2
Le piège allemand se referme sur l’exportation française d’armement (37)
3
revue T Énergie : la France veut lancer son propre projet de réacteur à fusion nucléaire (37)
4
La vente des véhicules neufs à moteur thermique sera bien interdite en Europe dès 2035 (31)
5
Retenues d'eau pour l'agriculture : des milliers de personnes manifestent contre les "bassines" dans les Deux-Sèvres (29)
Pour être alerté par email d’une réaction à ce commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous :
Pour être alerté par email d’une réaction à ce commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous :
Pour être alerté par email d’une réaction à ce commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous :
Pour être alerté par email d’une réaction à ce commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous :
Pour être alerté par email d’une réaction à ce commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous :
Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.
Avec
La Tribune.fr,
prenez les bonnes décisions

source
https://netsolution.fr/gestion-de-la-production/

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE