Invasion russe: Kiev critique la neutralité de l'Inde – Arabnews fr

https://arab.news/72yy7
KIEV: Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a critiqué samedi la neutralité de l’Inde face à l’invasion russe de l’Ukraine accusant ce pays de “bénéficier” des “sacrifices” ukrainiens et occidentaux.
“Tu ne peux pas être neutre et prétendre que rien ne s’est passé quand en gros tu tires des bénéfices de nos sacrifices”, a-t-il estimé lors du forum international Yalta European Strategy (YES) à Kiev.
Depuis le début de son invasion de l’Ukraine qui lui a ont valu une série de sanctions occidentales dont des embargos sur le pétrole russe, Moscou est devenu le premier fournisseur de brut de New Delhi.
Les raffineurs indiens bénéficient de rabais importants sur fond de l’envolée de prix de l’essence en Europe.
“L’Inde n’a la possibilité d’acheter du pétrole russe à un très bas prix réglant ainsi ses problèmes domestiques que parce que quelqu’un meurt en Ukraine et que quelqu’un en Europe applique des sanctions”, a déclaré M. Kouleba.
“Je pense que l’Inde nous est redevable”, a-t-il poursuivi.
Interrogé sur les relations de Kiev avec la Chine, qui n’a non plus condamné l’invasion russe, le ministre a dit souhaiter un dialogue plus actif avec Pékin.
“Ce n’est pas que nous n’avons pas de contacts du tout, mais nous aimerions en entendre davantage de leur part”, a fait valoir le ministre.
“Chaque fois que des responsables chinois disent quelque chose qui va à l’encontre de l’intérêt national de l’Ukraine, nous n’hésitons pas à réagir. Mais en principe, nous ne voyons pas que la Chine aide la Russie (…) et c’est déjà une bonne chose”, a-t-il conclu.
https://arab.news/8d66y
BARCELONE: Fragilisés par des divisions internes, les partisans  de l’indépendance de la Catalogne ont rendez-vous dimanche dans les rues de Barcelone pour leur traditionnelle manifestation du 11 septembre, mais sans le président régional, critiqué par une partie du mouvement pour son dialogue avec Madrid.
“Nous sommes de retour pour gagner. Indépendance!”: c’est le slogan choisi par l’Assemblée nationale catalane (ANC), association à la pointe de la lutte pour l’indépendance de cette région du nord-est de l’Espagne, à l’occasion de l’édition 2022 de la “Diada”, fête régionale qui a souvent donné lieu depuis 10 ans à d’énormes manifestations.
Avec pour enjeu la relance d’un mouvement qui traverse une période de doute depuis l’échec de la tentative de sécession d’octobre 2017, quand le gouvernement régional de Carles Puigdemont avait proclamé l’indépendance après un référendum d’autodétermination déclaré illégal par Madrid.
“Nous avons fini d’attendre quoi que ce soit des partis, seuls le peuple et la société civile organisée pourront permettre d’accéder à l’indépendance”, estime dans son communiqué l’ANC, organisatrice de cette marche, qui a rassemblé jusqu’à 1,8 million de personnes en 2014.
Pour cette influente association, très critique vis-à-vis des négociations engagées avec Madrid par le gouvernement de Pere Aragonès, un indépendantiste modéré, le mouvement séparatiste demeure en position de force, du fait notamment de la majorité qu’il détient au Parlement catalan.
Une telle situation ne peut être “gâchée dans des négociations avec l’Etat espagnol et des rixes internes”, insiste l’ANC dans son manifeste.
En conflit avec les organisateurs, M. Aragonès a annoncé qu’il n’assisterait pas à la manifestation. L’an dernier, il avait été la cible de sifflets d’une partie des 108.000 manifestants qui, selon la police, avaient fait le déplacement — le deuxième chiffre le plus faible depuis dix ans.
“Ma présence là-bas” pourrait être “utilisée à l’encontre du gouvernement que je préside”, a-t-il déclaré mercredi.
Les membres du gouvernement régional issus de son parti, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), seront eux aussi absents du défilé. En revanche, ceux de Junts per Catalunya (JxC, Ensemble pour la Catalogne), partenaire de ERC au sein de la coalition indépendantiste, mais qui défend une ligne dure vis-à-vis de Madrid, seront là.
Le contexte a changé
Fini le temps où cette marche paralysait Barcelone: cinq ans après la crise de 2017, qui avait conduit Madrid à mettre sous tutelle la région et à arrêter les leaders séparatistes n’ayant pas fui à l’étranger, le mouvement indépendantiste peine à retrouver de l’allant.
En cause, les divergences sur la stratégie à adopter. ERC a, en effet, choisi de dialoguer avec le gouvernement du socialiste Pedro Sánchez, qu’il soutient au Congrès des députés à Madrid. Une ligne maintenue malgré le scandale de l’espionnage de plusieurs dirigeants séparatistes par les services de renseignements espagnols qui a éclaté au printemps.
Cette approche est contestée par les plus radicaux, qui prônent la sécession unilatérale et s’impatientent face à l’absence de réponses concrètes à leurs demandes.
“Nous ne comprenons pas pourquoi le président du gouvernement de Catalogne accepte de se faire prendre en photo avec le gouvernement de Madrid, mais pas avec des centaines de milliers de Catalanes et de Catalans qui demandent l’indépendance”, a lancé l’ANC après avoir appris que M. Aragonès ne viendrait pas à la “Diada”.
La décision du président régional intervient à un moment particulièrement délicat.
“Le contexte a radicalement changé avec la pandémie et maintenant avec la guerre en Ukraine”, explique Ana Sofía Cardenal, professeure de Sciences politiques à l’Université ouverte de Catalogne (UOC).
“Les attentes des citoyens, même ceux qui sont pour l’indépendance, sont différentes”: ils veulent “que les politiques résolvent les problèmes” concrets du quotidien, comme l’inflation, souligne-t-elle.
Le nombre de manifestants dans les rues de Barcelone constituera une indication sur le rapport de forces au sein du mouvement indépendantiste.
https://arab.news/wtwcn
JAKARTA: Un séisme de magnitude 7,6 a frappé l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée dimanche, provoquant des dégâts sur des bâtiments près de la ville de Madang et dans l’intérieur du pays, selon des habitants.
L’Institut américain d’études géologiques (USGS), qui avait initialement émis une alerte au tsunami, l’a rapidement levée. L’USGS a toutefois signalé qu’il pourrait y avoir “des fluctuations mineures du niveau de la mer dans certaines zones côtières”.
Des habitants de Madang ont dit à l’AFP avoir ressenti de “très fortes secousses”, affirmant que des bâtiments avaient été endommagés.
Le tremblement de terre s’est produit à une profondeur de 61 kilomètres, à environ 67 kilomètres de la ville de Kainantu, a indiqué l’USGS.
La Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui comprend la partie orientale de l’île de Nouvelle-Guinée et de nombreuses autres îles, se trouve sur la “ceinture de feu du Pacifique”, qui est un point chaud pour l’activité sismique en raison de la friction entre les plaques tectoniques.
En février 2018, un séisme de magnitude 7,5 avait frappé la région accidentée des hauts plateaux du pays, déclenchant des glissements de terrain, enterrant des maisons et tuant au moins 125 personnes.
Samedi, une série de secousses sismiques avait frappé la province indonésienne de Papouasie, située sur la partie occidentiale de l’île de Nouvelle-Guinée, sans faire de victimes ou dégâts.
En 2004, un séisme de magnitude 9,1 en Indonésie avait déclenché un tsunami qui avait fait 220.000 morts dans la région, dont environ 170.000 en Indonésie.
https://arab.news/2zsqe
NAIROBI: L’Union africaine a annoncé samedi avoir prolongé le mandat de l’envoyé spécial dans la Corne de l’Afrique, Olusegun Obasanjo, chargé de poursuivre les efforts de paix en Éthiopie alors que les combats ont repris fin août.
Cette décision intervient malgré le rejet par les rebelles tigréens de la médiation d’Obasanjo visant à mettre fin à la guerre qui les oppose depuis fin 2020 aux forces gouvernementales.
“Je lui ai réitéré ma pleine confiance et l’ai encouragé à poursuivre son engagement auprès des deux parties et des acteurs internationaux pour œuvrer à la paix et à la réconciliation en Éthiopie et dans la région”, a déclaré sur Twitter Moussa Faki Mahamat, chef de la Commission de l’Union africaine, après sa rencontre avec M. Obasanjo.
Plusieurs efforts diplomatiques sont en cours pour trouver une résolution pacifique au conflit après que la reprise des combats dans le nord de l’Éthiopie le mois dernier a brisé une trêve établie en mars.
Le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed a insisté sur le fait que toute discussion avec les rebelles doit être menée sous les auspices de l’Union africaine, dont le siège est à Addis-Abeba.
Mais le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a dénoncé de son côté la “proximité” d’Obasanjo, ancien président nigérian, avec le dirigeant éthiopien.
M. Faki a également rencontré le nouvel émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, en visite à Addis Abeba ces derniers jous, et ils ont “convenu de la nécessité pour les partenaires internationaux de soutenir le processus mené par l’UA avec les parties pour mettre fin au conflit en Éthiopie”, a-t-il précisé.
Des combats ont éclaté sur plusieurs fronts dans le nord de l’Éthiopie, suscitant l’inquiétude de la communauté internationale et entraînant l’arrêt de l’acheminement de l’aide humanitaire vers le Tigré.
Le chef du TPLF, Debretsion Gebremichael, a proposé en début de semaine une trêve sous condition dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.
Selon lui, la trêve dépend notamment “d’un accès humanitaire sans entrave” et du retour de services essentiels dans la région du Tigré, touchée par de graves pénuries alimentaires et privée d’électricité, de communications et de services bancaires.
M. Debretsion a également demandé le retrait des forces érythréennes de l’ensemble du territoire éthiopien et du Tigré. Le gouvernement éthiopien n’a pas commenté publiquement la demande du TPLF.

source
https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE