IATA : l'aérien de nouveau rentable dès 2023 ? | Tunisie Tribune – Tunisie-Tribune

Tunisie Tribune (IATA) – L’Association du transport aérien international (IATA) s’attend à un retour à la rentabilité de l’industrie aérienne mondiale en 2023, avec un « petit » profit net de 4,7 milliards de dollars alors que les compagnies aériennes continuent cette année de réduire les pertes résultant des effets de la pandémie de Covid-19 sur leurs activités.
En 2023 selon l’association représentant plus de 300 compagnies aériennes assurant 83% du trafic mondial, ces compagnies devraient afficher un petit bénéfice net de 4,7 milliards de dollars, soit une marge bénéficiaire nette de 0,6%. Il s’agirait du premier bénéfice de l’industrie à l’échelle mondiale depuis 2019, quand elle affichait 26,4 milliards de dollars (marge bénéficiaire nette de 3,1%). Cette année en revanche, les pertes nettes des compagnies aériennes devraient s’élever à 6,9 milliards de dollars (une amélioration par rapport à la perte de 9,7 milliards de dollars pour 2022 dans les perspectives de juin de l’IATA). « C’est nettement mieux que les pertes de 42,0 milliards de dollars et 137,7 milliards de dollars qui ont été réalisées en 2021 et 2020 respectivement », souligne l’IATA. Ajoutant que cette amélioration attendue intervient malgré les incertitudes économiques croissantes alors que la croissance du PIB mondial ralentit à 1,3% (contre 2,9% en 2022).
« La résilience a été la marque de fabrique des compagnies aériennes dans la crise du COVID-19. Alors que nous nous tournons vers 2023, la reprise financière prendra forme avec un premier bénéfice de l’industrie depuis 2019. C’est une grande réussite compte tenu de l’ampleur des dommages financiers et économiques causés par les restrictions imposées par le gouvernement en cas de pandémie », souligne dans un communiqué Willie Walsh, CEO de l’IATA. « Mais un bénéfice de 4,7 milliards de dollars sur des revenus de l’industrie de 779 milliards de dollars illustre également qu’il y a beaucoup plus de chemin à parcourir pour mettre l’industrie mondiale sur une base financière solide. De nombreuses compagnies aériennes sont suffisamment rentables pour attirer les capitaux nécessaires pour faire avancer l’industrie à mesure qu’elle se décarbone. Mais beaucoup d’autres luttent pour diverses raisons. Ceux-ci incluent une réglementation onéreuse, des coûts élevés, des politiques gouvernementales incohérentes, une infrastructure inefficace et une chaîne de valeur où les avantages de connecter le monde ne sont pas équitablement répartis ».
Malgré les incertitudes économiques, il existe « de nombreuses raisons d’être optimiste pour 2023 ». La baisse de l’inflation des prix du pétrole et la poursuite de la demande refoulée devraient aider à maîtriser les coûts alors que la forte tendance à la croissance se poursuit. Dans le même temps, avec des marges aussi minces, « même un changement insignifiant de l’une de ces variables a le potentiel de faire basculer la balance en territoire négatif. La vigilance et la flexibilité seront essentielles », prévient Willie Walsh.
Le principal moteur de ce retour à la rentabilité sera l’activité passagers, qui devrait générer des revenus de 522 milliards de dollars et atteindre 85,5% des niveaux de 2019 au cours de l’année prochaine et dépasser la barre des quatre milliards pour la première fois depuis 2019 (4,2 milliards de voyageurs attendus). Les gains d’efficacité des compagnies aériennes devraient porter les coefficients d’occupation moyens à 81,0%, un peu en dessous des 82,6% atteints en 2019. Les marchés du fret devraient subir une « pression accrue » en 2023, avec 149,4 milliards de dollars de revenus soit 52 milliards de dollars de moins qu’en 2022 (mais toujours 48,6 milliards de dollars de plus qu’en 2019).
La performance financière de toutes les régions continue de s’améliorer depuis l’ampleur des pertes liées à la pandémie observée en 2020. L’Amérique du Nord est la seule région à retrouver la rentabilité en 2022 selon les estimations de l’IATA, et deux autres régions la rejoindront l’année prochaine, l’Europe et le Moyen-Orient, tandis que l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie-Pacifique resteront dans le rouge.
Les compagnies aériennes en Afrique devraient enregistrer une perte de 638 millions de dollars en 2022, se réduisant à une perte de 213 millions de dollars en 2023. La croissance de la demande de passagers de 27,4% devrait dépasser la croissance de la capacité de 21,9%. Au cours de l’année, la région devrait répondre à 86,3% des niveaux de demande d’avant la pandémie, avec 83,9% de la capacité d’avant la crise. L’Afrique « est particulièrement exposée aux vents contraires macroéconomiques qui ont accru la vulnérabilité de plusieurs économies et rendu la connectivité plus complexe ».
En Amérique du Nord, les transporteurs devraient réaliser des bénéfices de 9,9 milliards de dollars en 2022 et de 11,4 milliards de dollars en 2023. En 2023, la croissance de la demande de passagers de 6,4% devrait dépasser la croissance de la capacité de 5,5%. Au cours de l’année, la région devrait répondre à 97,2% des niveaux de demande d’avant la crise avec 98,9% de la capacité d’avant la crise. Les compagnies de la région « ont bénéficié de restrictions de voyage moins nombreuses et de plus courte durée que de nombreux autres pays et régions. Cela a stimulé le grand marché intérieur américain, ainsi que les voyages internationaux, notamment outre-Atlantique ».
Les transporteurs du Moyen-Orient devraient enregistrer une perte de 1,1 milliard de dollars en 2022 et un bénéfice de 268 millions de dollars en 2023. En 2023, la croissance de la demande de passagers de 23,4% devrait dépasser la croissance de la capacité de 21,2%. Au cours de l’année, la région devrait répondre à 97,8% des niveaux de demande d’avant la crise avec 94,5% de la capacité d’avant la crise. La région a selon l’IATA « bénéficié d’un certain degré de réacheminement résultant de la guerre en Ukraine, et plus encore de la demande refoulée de voyages utilisant les vastes réseaux mondiaux de la région lors de la réouverture des marchés des voyages internationaux ».
En Amérique latine, les compagnies aériennes devraient enregistrer une perte de 2,0 milliards de dollars en 2022, pour tomber à 795 millions de dollars en 2023. En 2023, la croissance de la demande de passagers de 9,3% devrait dépasser la croissance de la capacité de 6,3%. Au cours de l’année, la région devrait répondre à 95,6% des niveaux de demande d’avant la crise avec 94,2% de la capacité d’avant la crise. L’Amérique latine « a fait preuve de dynamisme au cours de l’année, en grande partie grâce au fait que de nombreux pays ont commencé à lever leurs restrictions de voyage liées à la Covid-19 depuis le milieu de l’année ».
Enfin en Asie-Pacifique, les transporteurs devraient enregistrer une perte de 10,0 milliards de dollars en 2022, se rétrécissant à une perte de 6,6 milliards de dollars en 2023. En 2023, la croissance de la demande de passagers de 59,8% devrait dépasser la croissance de la capacité de 47,8%. Au cours de l’année, la région devrait répondre à 70,8% des niveaux de demande d’avant la crise avec 75,5% de la capacité d’avant la crise. L’Asie-Pacifique « est considérablement freinée par l’impact des politiques chinoises zéro COVID sur les voyages et les pertes de la région sont largement faussées par les performances des compagnies aériennes chinoises qui subissent le plein impact de cette politique sur les marchés nationaux et internationaux. En adoptant une vision prudente de l’assouplissement progressif des restrictions en Chine au cours du second semestre 2023, nous nous attendons néanmoins à ce que la forte demande refoulée alimente un rebond rapide à la suite de telles mesures. Les performances de la région sont considérablement stimulées par les marchés rentables du fret aérien, dont elle est le principal acteur », conclut l’IATA.
En 2022, les revenus globaux devraient augmenter de 43,6% par rapport à 2021, pour atteindre environ 727 milliards de dollars. L’amélioration des perspectives « découle en grande partie de l’amélioration des rendements et de la maîtrise des coûts face à la hausse des prix du carburant ». Les rendements passagers devraient augmenter de 8,4% (contre 5,6% anticipés en juin). Propulsés par cette force, les revenus passagers devraient atteindre 438 milliards de dollars, contre 239 milliards de dollars en 2021. Les revenus du fret aérien ont joué un rôle clé dans la réduction des pertes avec des revenus qui devraient atteindre 201,4 milliards de dollars. Il s’agit d’une amélioration par rapport aux prévisions de juin, largement inchangées par rapport à 2021, et plus du double des 100,8 milliards de dollars gagnés en 2019.
Le fait que les compagnies aériennes aient pu réduire leurs pertes en 2022, face à la hausse des coûts, aux pénuries de main-d’œuvre, aux grèves, aux perturbations opérationnelles dans de nombreux hubs clés et à l’incertitude économique croissante « en dit long sur le désir et le besoin de connectivité des gens. Certains marchés clés comme la Chine maintenant les restrictions plus longtemps que prévu, le nombre de passagers a été quelque peu en deçà des attentes. Nous terminerons l’année à environ 70% des volumes de passagers de 2019. Mais avec l’amélioration des rendements dans les activités de fret et de passagers, les compagnies aériennes atteindront le seuil de la rentabilité », résume Willie Walsh. « Et, ce qui est encourageant, il y a beaucoup d’emplois et la majorité des gens sont confiants de voyager même avec des perspectives économiques incertaines ».

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE