Halimata Fofana, autrice de À l’ombre de la cité Rimbaud, brise le tabou de l’excision – Madmoizelle

Son roman est paru en librairies le 24 août. Il raconte l’excision que l’autrice a subi alors qu’elle était âgée de cinq ans. Un ouvrage à travers lequel elle veut poursuivre son combat pour visibiliser le fléau de l’excision en France.
Dans À l’ombre de la cité Rimbaud, l’écrivaine imagine la trajectoire de Maya, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte. À propos de ce personnage fictif victime d’une excision à 6 ans lors d’un voyage au Mali, Halimata Fofana confie : « Chez Maya, il y a une partie de moi. Mais il y a aussi une partie de toutes ces femmes que j’ai rencontrées qui ont écrit et qui ont subi la même chose. »
Halimata Fofana. Il y a plusieurs années de cela, lorsque j’avais une trentaine d’années. Je vivais au Canada, une société dans laquelle j’avais la sensation qu’on était moins dans le jugement et où les femmes sont très présentes. Elles gèrent des sociétés importantes et jouent un vrai rôle en politique. C’est pourquoi je me suis sentie beaucoup plus libre d’en parler. J’ai donc commencé à le faire dans un centre de femmes à Gatineau, où j’ai pu m’exprimer librement.
La petite Maya cherche à ressembler aux autres. C’est sans doute pour cela qu’elle se rend compte que quelque chose ne va pas. Et comme c’est une petite fille très réceptive, très observatrice, elle comprend qu’elle n’aurait pas dû subir ça. Cela est d’autant plus frappant pour elle qu’on n’en parle pas, on ne lui en parle pas, dans sa famille tout comme dans la société.
La relation qu’une mère peut avoir avec sa fille m’interpelle beaucoup. Je suis particulièrement fascinée par Médée, cette figure si extrême de mère qui finit par tuer ses enfants pour se venger de son mari. La mère de Maya, je trouve que c’est un peu Médée. Elle sacrifie ses filles pour le devoir comme elle-même a été sacrifiée. Dans le livre, la figure maternelle est dure et brutale, c’est pourquoi il m’a semblé important de montrer son humanité. Je trouvais important que Maya se réconcilie, qu’elle parte sans être en colère. Et de manière implicite, la mère donne sa bénédiction pour que Maya parte.
À l’époque comme aujourd’hui, je suis frappée par le fait que les féministes que je vois ou que j’entends ne parlent pas de l’excision. Alors que la liberté première pour une femme me semble être de garder un corps intègre.
Pour moi, la littérature est d’abord un lieu de beauté. Quand on lit, il y a une telle proximité avec l’auteur. C’est un contact presque physique, une rencontre. Je trouve ça très beau. La littérature s’apprécie, se déguste, vous permet de voyager et de vous nourrir. Vous apprenez à penser à travers elle. Vous vivez une palette d’émotions tellement large à travers la littérature !
Je n’ai jamais eu aucun contact avec les mouvements féministes. Ils ne m’ont pas guéri dans quoi que ce soit. À l’époque comme aujourd’hui, je suis frappée par le fait que les féministes que je vois ou que j’entends ne parlent pas de l’excision. Alors que la liberté première pour une femme me semble être de garder un corps intègre. Pourtant, c’est une problématique encore présente dans la société française et occidentale de manière générale.
Le soutien, ça a été Céline Dion, que j’aime profondément. Céline qui m’a apporté. Là, on est encore dans la beauté à travers sa voix qui est d’une beauté. Comme dit Maya, et c’est ce que je pense, la voix de Céline est la preuve ultime que Dieu existe. Elle porte du réconfort, de l’espoir et de l’espérance. Donc mon rêve ultime, c’est de la rencontrer.
Elles sont à des années-lumière de ce qu’il faudrait faire. Je ne dis pas que rien n’est fait, mais ces choses faites d’en haut n’arrivent pas jusqu’à nos familles. Des choses sont faites, mais je ne suis pas sûre qu’elles correspondent au public ? Pour toucher les gens, il faut comprendre comment ils fonctionnent, quelles sont ses valeurs. Je pense que pour faire bouger les choses, il faut casser le monde dans lequel vivent ses femmes. Qu’elles rencontrent, discutent avec des personnes différentes d’elles. Sans forcément parler d’excision : il s’agit par exemple de parler de leurs enfants, ou encore des cours d’alphabétisation. Ce sont de petites choses pour que les femmes se sentent valorisées et sentent qu’elles sont des individus à part entière. C’est comme ça qu’on ouvre une nouvelle porte.
À l’ombre de la cité Rimbaud, Halimata Fofana, éditions du Rocher, 16,90€ les 232 pages.
À lire aussi : La rentrée littéraire féministe : 5 romans bouleversants à ne pas manquer
Crédit de l’image à la Une : © Franck Crusiaux
Il n’y a pas encore de commentaire sur cet article.
Contenu relatif
3 romans pour (re)découvrir des figures féminines mythiques
17 mai 2021
Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création
« Il faut à tout prix dédramatiser le regret de maternité »
10 oct 2021
Dystopie, féminisme, afrofuturisme : Laura Nsafou raconte son dernier roman Nos jours brûlés
20 nov 2021
Rollers, dépression et coming out : voici les BD qui ont marqué notre année 2021
02 jan 2022
Il y a aura un nouveau roman de Virginie Despentes à la rentrée littéraire et on a déjà hâte
28 avr 2022
Plus de contenus Livres
Critique : « pardon Virginie, mais je ne suis pas à fond sur Cher Connard »
10 sep 2022
Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création
Rentrée littéraire : 3 premiers romans à lire d’urgence
07 sep 2022
La rentrée littéraire féministe : 5 romans bouleversants à ne pas manquer
04 sep 2022
Ce livre jeunesse autour d’une sirène noire qui apprend à aimer ses cheveux va inspirer petits et grands
03 sep 2022
En écriture : avec Élise Nebout, cofondatrice de l’école Les Mots
28 août 2022
La rentrée littéraire en lutte : 5 pépites féministes et LGBT à ne pas manquer
27 août 2022
Rentrée littéraire : trois romans incontournables
23 août 2022
En écriture : avec l’autrice Sandrine Roudeix
21 août 2022
En écriture : avec l’autrice Sophie Pointurier
14 août 2022
Pourquoi il faut lire Dans Ton Cul, œuvre de Valérie Solanas aussi drôle que grinçante et radicale
07 août 2022
La pop culture s’écrit au féminin
Être artiste et metteuse en scène de cabaret, c’est un « grand écart », raconte Clara Brajtman
10 sep 2022
Pourquoi la série A League Of Their Own tape dans le mille en matière de représentation lesbienne
10 sep 2022
4 films et séries sur la reine Elizabeth II
09 sep 2022
The Handmaid’s Tale : la saison 6 de la série sera la dernière
09 sep 2022
Tout ce que l’on sait sur la saison 5 de The Crown
09 sep 2022
France.tv Slash dévoile la bande-annonce de Chair Tendre, sa série très attendue sur une ado intersexe
09 sep 2022
Le meilleur et le pire des mèmes autour d’Elizabeth II
08 sep 2022
L’interview Premières fois de Yungblud
Zac Efron, en dépression à cause de l’intensité de la préparation physique pour le film Baywatch
08 sep 2022
Deux mamans lesbiennes dans Peppa Pig et les homophobes grognent à tout-va
08 sep 2022
Call My by Your Name : le réalisateur Luca Guadagnino évoque à nouveau la possibilité d’une suite
08 sep 2022
Le réalisateur Ulrich Seidl a-t-il violenté des enfants pour le tournage de son film sur la pédophilie ?
07 sep 2022
La rencontre entre Jordan Peele et l’Étrange Noël de monsieur Jack ? C’est la bande-annonce de Wendell and Wild
07 sep 2022
Meghan Markle lance un podcast, qui cartonne avec Serena Williams, Mariah Carey et Mindy Kaling
07 sep 2022
« Au cinéma, on a peu de personnages féminins intéressants parce que drôles » : entretien avec l’équipe de Tout le monde aime Jeanne
07 sep 2022
Après les révélations sur le chanteur d’Arcade Fire, Feist renonce à assurer la première partie du groupe
07 sep 2022
Oliver Sim (The xx) révèle être séropositif au VIH dans un clip réalisé par Yann Gonzalez (et dispo sur Mubi)
07 sep 2022
Barack Obama remporte l’Emmy Award du meilleur narrateur pour son docu Netflix
06 sep 2022
Florence Pugh quasi absente et Harry Styles qui crache : tout comprendre du drama autour de Don’t Worry Darling
06 sep 2022
Timothée Chalamet a porté un dos-nu à la Mostra de Venise, et tout est chamboulé
05 sep 2022
Tendances
© 2022 Madmoizelle

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE