Hackfeminismes pour affronter la domination coloniale, capitaliste et hétéropatriarcale sur internet – PRESSENZA – International News Agency

Qu’est-ce que le hackfeminisme ? Quel est l’impact des réseaux 5G sur les femmes et les diversités ? Comment décoloniser et dépatriarcaliser une technologie construite par des hommes blancs du Nord ? Comment aborder la prise en charge des femmes, des enfants et des diversités sur le net ? Que sont les futurotopias ? Comment soutenir les infrastructures communautaires et féministes ?
Par Loreto Bravo, Anais Córdova-Páez et Tatiana Avendaño pour Internet Ciudadana
Ces thèmes et bien d’autres ont été développés lors du webinaire « Hackféminismes utopiques », organisé par l’espace Internet Ciudadana dans le cadre du cycle « Tendances et alternatives de l’ère numérique ».
Loreto Bravo du Mexique, du programme d’accompagnement en sécurité numérique du Digital Defenders Partnership, Anais Córdova-Páez de l’organisation Taller de Comunicación Mujer, en charge du programme Navegando Libres por la Red et la Colombienne Tatiana Avendaño, philosophe transhackféministe, raver, praticienne de la sécurité numérique et apprentie de la télépathie et de la voyance, ont été invitées à s’exprimer sur ces sujets.
Loreto Bravo a expliqué comment les entreprises nous vendent l’idée d’une hyperconnectivité par le biais des réseaux de cinquième génération (5G) et de l’Internet des objets, franchissant la frontière entre personnel et intime et envahissant nos corps et nos esprits.
En ce qui concerne le corps des femmes, « cela est inquiétant car cela permet aux hommes, qui développent et commercialisent en grande partie ces technologies, d’accéder à de nouvelles ‘données’, en alimentant leurs algorithmes avec les émotions, les états psychologiques et les biorythmes des femmes, avec le potentiel de devenir un mécanisme de contrôle et de manipulation des états psycho-émotionnels et corporels », a-t-elle déclaré.
Elle a ajouté qu’« un défi important que nous avons en tant que société est de comprendre que les entreprises qui dominent la conception et le développement des technologies numériques qui construisent aujourd’hui cette nouvelle réalité sont directement liées à une logique coloniale, capitaliste et hétéropatriarcale ».
Pour faire face à cette situation, la hacker et communicante populaire propose d’introduire une approche psychosociale dans l’analyse de ces phénomènes qui nous aide à comprendre comment « les arguments scientifiques et la rationalité positiviste jouent un rôle fondamental dans la prolifération et la légitimation des technologies numériques » tandis que « les mécanismes de normalisation sont directement liés à la dynamique du pouvoir au sein de la société ».
Enfin, elle nous a exhortés à « oser réfléchir, à partir de la logique de la vie en communauté, aux technologies qui nous permettent d’exercer la liberté de nous défendre, de nous protéger et d’avancer collectivement ».
Pour sa part, Anais Córdova-Páez a exprimé que « la violence de genre dans la sphère numérique est une forme de discrimination, de harcèlement, d’exploitation, d’abus et d’agression qui se produit à travers l’utilisation des réseaux sociaux, du courrier électronique, des téléphones portables et de tout autre moyen au sein des technologies de l’information et de la communication (TIC), ce qui entraîne différentes affectations aux niveaux physique, psychologique, sexuel et économique ».
Elle a également indiqué que cette violence touche principalement les femmes, les enfants, les adolescents et les personnes LGBTI en raison de la reproduction des relations de pouvoir qui se produisent dans des contextes d’inégalité sociale.
Córdova-Páez, qui coordonne l’accompagnement numérique des victimes de violence sexiste au sein de l’organisation Taller de Comunicación Mujer, a fait référence au lien https://www.navegandolibres.org/ pour accéder aux types de violence qui ont été typés.
Elle a également abordé la question de l’écart entre les genres dans le domaine des technologies en Équateur, qui est représenté par une femme sur dix.
« Nous voulons atténuer la violence par un accompagnement féministe des agressions qui se produisent à travers les technologies, c’est pourquoi nous recherchons un internet plus équitable, un internet féministe », a-t-elle déclaré.
Elle a ajouté que « les technologies devraient être des espaces confortables et sûrs que nous pouvons habiter. En outre, les technologies doivent être fabriquées, conçues par nous, sur la base de nos besoins, en d’autres termes, la technologie féministe ».
Pour conclure, elle a affirmé que « depuis que nous sommes petits, nous avons entendu des phrases telles que les femmes ne sont pas douées pour les machines, les hommes sont doués pour les mathématiques, etc… Ce type de stéréotypes de genre doit cesser, en se rappelant l’histoire des femmes, des technologies et en se demandant comment nous allons construire d’autres façons d’habiter la technologie ».
À son tour, Tatiana Avendaño a dévoilé la signification du transhackféminisme : trans, en tant que référence à la transformation, à la transgression et au caractère éphémère ; hack, dans le sens de produire quelque chose de nouveau, de retourner quelque chose pour l’utiliser d’une manière différente. « Nous pouvons et savons comment pirater non seulement la technologie, mais aussi les corps, les lois, les choses, les marchés, les modèles de comportement », a-t-elle déclaré.
Elle a élargi la perspective en soulignant que « le corps des femmes n’est pas le seul à être exploité, la marginalisation et l’exploitation de la vie s’exercent sur d’autres corps, d’autres êtres vivants et sur la terre. En d’autres termes, le désir de possession et de contrôle opère sur la totalité de la vie ».
À travers le concept de futurotopias, elle incite à la recherche « d’imaginaires libérateurs et de la spéculation qui nous permet de préfigurer les types de technologies, de technosciences et d’infrastructures nécessaires pour (ré)imaginer et rechercher des transformations systémiques ».
Les Futurotopias, a-t-elle dit, sont une invitation à confronter avec des pratiques et des imaginaires spéculatifs, des politiques décroissantes et féministes, des actions joyeuses et une tendresse radicale, « un monde qui semble aller de mal en pis, où les options, les imaginaires et les futurs qui nous sont proposés oscillent de plus en plus entre cynisme et dystopie ».
Ce sont des outils politiques qui « historiquement ont permis aux féminismes d’imaginer le monde dans lequel nous souhaitons vivre, car les référents actuels sont épuisés et chargés de patriarcat », a-t-elle conclu.
Dans la continuité des débats et actions de sensibilisation à la démocratisation de l’internet menés par l’espace latino-américain-caribéen Internet Ciudadana, la modératrice de l’événement Blanca Diego (Lola Mora Producciones) a invité les participants à accompagner le processus des Journées « Utopies ou dystopies. Les peuples d’Amérique latine à l’ère du numérique ».
L’objectif des Journées est de renforcer un processus latino-américain visant à approfondir la compréhension du contexte des nouvelles sociétés numérisées et de promouvoir des rencontres et des dialogues entre différents secteurs et organisations impliqués dans les luttes dans ce domaine, afin d’identifier des stratégies communes.
Son objectif est d’interconnecter les luttes partielles, sectorielles ou locales entre elles et avec d’autres luttes régionales ou mondiales, afin d’identifier conjointement des stratégies pour acquérir une force collective et attaquer le problème à ses points névralgiques, y compris les revendications populaires et les propositions de politiques publiques pour freiner le pouvoir excessif des entreprises numériques.
 
Source : https://al.internetsocialforum.net/2020/09/23/1439/
Rédaction France
News publiées par le Bureau de Pressenza en France

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

J’accepte que Pressenza IPA m’informe tous les jours par e-mail sur les contenus des news publiées ainsi que sur d’autres informations et activités d’intérêt. Mes données seront utilisées exclusivement à cette fin. Les données ne seront transmises à des tiers que si cela est nécessaire à la réalisation de cet objectif. Je peux révoquer mon autorisation à tout moment par e-mail à info@pressenza.com ou en utilisant le lien contenu dans l’e-mail. Vous trouverez des précisions à ce sujet dans les informations relatives à la protection des données.
Soutenez le journalisme pour la paix et la non-violence avec un don
Pressenza
Est une agence de presse internationale dédiée aux informations concernant la paix et la non-violence avec des bureaux à Athènes, Barcelone, Berlin, Bordeaux, Bruxelles, Budapest, Buenos Aires, Florence, Madrid, Manille, Mar del Plata, Milan, Montréal, Munich, Lima, Londres, New York, Palerme, Paris, Porto, Quito, Rome, Santiago, Sao Paulo, Turin, Valence et Vienne.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE