Grève : les « Gilets jaunes » de la SNCF – Le Point

Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
La mobilisation prévue ce week-end à la SNCF n’est pas imputable aux syndicats, mais à un mouvement informel de contrôleurs assez… incontrôlable.
Temps de lecture : 4 min
Pour une fois, les syndicats n’y sont presque pour rien. La CGT, Sud Rail, la CFDT ou encore l’Unsa ne sont pas à l’origine de la grève qui paralyse une partie du réseau grandes lignes (TGV et Intercités) ce week-end, et peut-être ceux de Noël et du jour de l’an. Ils se sont raccrochés à un mouvement informel des ASCT (les Agents du service commercial train, c’est-à-dire les contrôleurs), né d’abord sur une page Facebook réunissant quelque 3 000 d’entre eux, selon Le Monde. « Ce sont les Gilets jaunes de la SNCF ! » observe Gilles Dansart, expert du secteur ferroviaire et responsable de la lettre spécialisée Mobilettre.
Les contrôleurs se sentent délaissés. Les conducteurs de train bénéficient depuis cette année du statut d’agent de maîtrise, pas eux. Ils disent aussi souffrir d’un manque de considération, de moyens, d’argent, et pestent contre les conditions de vie auxquelles ils sont soumis, dont de nombreuses nuits hors de chez eux (une dizaine par mois)… « Les contrôleurs sont en première ligne dans les trains. Ils subissent les conséquences des désagréments que vivent les voyageurs, comme les toilettes bouchées ou l’absence de clim », explique Didier Mathis, le secrétaire général de l’Unsa Ferroviaire.
À LIRE AUSSICoignard – Après Total, la SNCF : le concept délirant de « grève préventive »
Mais les contrôleurs ont court-circuité les organisations syndicales, pourtant puissantes à la SNCF. Depuis la réforme Macron de 2020 créant un unique Comité social et économique, les cheminots sont, disent les syndicats, moins en contact avec leurs représentants du personnel, noyés dans cette nouvelle structure. De plus, la SNCF est désormais organisée en filiales (SNCF Réseau, SNCF Gare et Connexion, SNCF Voyageurs…), qui morcelle aussi les forces syndicales.
Enfin, les syndicats de cheminots semblent de plus en plus inadaptés. La CGT, premier syndicat de la SNCF, est très centralisée et n’associe pas assez les militants ; l’Unsa représente surtout les cadres ; FO ne dispose que de quelques bastions… Les contrôleurs se sont donc organisés eux-mêmes, afin de défendre leur propre corporation. C’est la première fois depuis 1986 qu’un tel mouvement informel naît au sein de l’entreprise ferroviaire. À l’époque, les cheminots du fret, pour l’essentiel, s’étaient battus contre la réforme « Radio sol train », qui remplaçait un deuxième conducteur par une liaison radio.
Le problème, c’est qu’on ne peut pas revendiquer n’importe comment au sein d’une entreprise. Il s’agit d’être organisé, et représentatif des salariés. Les contrôleurs ont donc pris langue avec les syndicats, afin qu’ils défendent leurs revendications auprès de la direction. Sud Rail et la CFDT, qui correspondent le plus à leur mode d’action, les ont pris sous leur aile. Le 2 novembre, les deux syndicats ont déposé un préavis de grève pour les week-ends du 2 au 5 décembre, du 23 au 26 puis du 30 au 2 janvier ; l’Unsa et la CGT les ont ensuite rejoints.
Au préalable, il a fallu que ces syndicats négocient avec… les contrôleurs. C’est le travers des actions spontanées : leurs leaders ne sont pas forcément rompus à l’art de la négociation ni aux subtilités d’une entreprise comme la SNCF. « Il y avait à boire et à manger dans leurs revendications, il a fallu trier ! » se souvient, un peu effaré, un leader syndical. Les contrôleurs voulaient par exemple que la SNCF leur verse un intéressement à la hauteur de celui octroyé à ses salariés par TotalEnergies, qui a engrangé de solides bénéfices grâce à l’envolée des prix de l’énergie… « Il a fallu leur faire comprendre que la SNCF, ce n’est pas exactement Total ! » témoigne un syndicaliste.
De façon assez paradoxale, Sud Rail ou la CGT ont donc dû calmer les ardeurs des contrôleurs. « Même la CGT est habituée à la culture de négociation, alors que ces grévistes disent : On veut obtenir ce qu’on revendique. Le problème, c’est que ce mouvement fait face à une direction d’entreprise dans le but d’obtenir quelque chose ; il ne mène pas un combat politique », explique Gilles Dansart.
À LIRE AUSSIÀ la SNCF, le solaire va bon train
Les grévistes en herbe n’ont pas non plus forcément le sens du timing. « Ils ont du mal à tout comprendre. D’abord, on leur a dit qu’il valait mieux attendre la négociation annuelle sur les salaires, qui démarre la deuxième semaine de décembre, parce qu’ils seraient mieux entendus s’ils pesaient avec les autres syndicats. Ils ont malgré tout négocié avec la direction, mais ils ont refusé une prime de 600 euros bruts annuels. Certains ne savaient même pas qu’elle pouvait être intégrée dans le calcul des retraites ! » râle le même syndicaliste.
Les discussions ont aussi porté sur la stratégie. Les syndicats de cheminots attendent l’arme au pied le contenu de la réforme des retraites, annoncé le 15 décembre. Les syndicats ont débattu pour savoir s’il fallait soutenir dès maintenant la grève des contrôleurs, ou attendre la fin du mois (voire le début de l’année prochaine) pour lancer un seul grand mouvement de masse. Les Gilets jaunes de la SNCF ont tranché ; ils n’ont pas voulu attendre. Et les voyageurs de la SNCF en subissent les conséquences dès ce week-end, et peut-être durant les fêtes.
Newsletter économie
Chaque jeudi, recevez le meilleur de l’actualité économique, et recevez en avant-première les exclusivités du Point.

Newsletter économie

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction du Point vous conseille
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

En France, on adore et on soutient nos cheminots qui font grève au moment le plus stratégique, dont bien entendu les départs en vacances… qui font des grèves d’anticipation, de prévention… pour obtenir plus… c’est vrai que drapeaux rouges, fumigènes rouges et barbecues saucisses merguez, cela sent bon la France…
mais on ne supporte pas que les médecins généralistes revendiquent unanimement pour la première fois, fassent une grève inédite…comment ? Ils ne travaillent pas ? Ils ne gagnent pas assez ? Ils veulent faire moins de 55 heures dans le pays où certains ne font même plus 35 heures ?
au moment où les transports collectifs sont plus que jamais nécessaires, cette nouvelle grève démontre qu’ils ne seront jamais fiables pour se déplacer et être à l’heure… qu’ils ne sont toujours pas au service du public mais au service d’intérêts corporatistes…
La France est un pays d’enfants gâtés, fracturé en de multiples intérêts corporatistes, qui ne sait même pas réfléchir un instant sur le bouleversement qui se déroule en ce moment dans le monde et qui risque de nous emporter
La SNCF n’a plus besoin de contrôleurs depuis belle lurette et tout le monde le sait que c’est possible avec les nouvelles technologies. Un le contrôle des billets peut se faire directement sur le quai et non dans le train. Deux la surveillance interne des rames pendant le trajet peur très bien se faire par un couplage de caméras vidéos incorporées dans les wagons et par l’utilisation d’un robot androïde qui se déplacerait sur place pour mieux évaluer la problématique. Trois : la sécurisation de contrôleurs humains imposent désormais non pas un mais deux ou trois contrôleurs dans chaque train et parfois plus quand le train comme les TGV à deux rames non communicantes. Le comportement des usagers mais parfois aussi des contrôleurs eux mêmes, paniqués ou méprisants, aggravent les risques de conflits dans leurs réactions sans forcément rétablir le calme. Il suffit de voir ce qui se passe quand une rame est bloquée pour des raisons diverses sur la voie. Le contrôleur, souvent débordé, parfois prisonnier, est souvent inutile pour gérer les stress des uns et des autres. La SNCF a beaucoup de retard dans ses usages, dans l’utilisation de ses ressources humaines et son fonctionnement interne. Évidement, les syndicats sont bloquants de cette modernisation mais les dirigeants sont eux mêmes aussi prisonniers, de par leurs traditions, de schémas fonctionnels désuets.
Remplaçons donc les contrôleurs râleurs n’aimant pas les voyageurs par des hôtesses accueillantes comme à Air France et autres compagnies.
L’info en continu
En kiosque
Quand la Chine s'éveille
Consultez les articles de la rubrique Économie, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
TF1-M6, la saga du PAFCHAPO :
Lettre des placements
Crise de l’énergie : tout savoir

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE