Gestion des adventices en ACS : quelles alternatives au glyphosate ? – Terre-net

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle




Dans le cadre du plan Ecophyto II, le projet SOLutionsACS a permis d’étudier différentes alternatives agronomiques au glyphosate en agriculture de conservation des sols, via des plateformes agriculteurs. Arrivées à la 3e campagne d’essais, les équipes estiment qu’il n’existe pas de solution miracle. Elles misent plutôt sur une combinaison de leviers alternatifs pour se passer du glyphosate sur le long terme.
Semis direct sous couvert végétalPas de solution miracle pour se passer du glyphosate en agriculture de conservation des sols, mais un panel de leviers agronomiques à combiner. (©Alain Van de Kerckhove)
« Quelles alternatives agronomiques au glyphosate dans la gestion des adventices en ACS ? », telle était la thématique du projet SOLutionsACS, porté par l’Apad* dans le cadre du plan Ecophyto II. Ce projet a été lancé en août 2019 et prend fin ce mois-ci, l’occasion pour les équipes de présenter leurs premières conclusions lors du webinaire de restitution le 12 mai dernier.
Des essais systèmes ont été mis en place lors des trois dernières campagnes, sur cinq plateformes chez des agriculteurs céréaliers, sans irrigation et avec des situations pédoclimatiques différentes. Objectif : « identifier les leviers les plus pertinents et durables pour gérer les adventices en ACS ». Aux côtés de la modalité de référence sans travail du sol et avec usage de glyphosate, les équipes ont alors testé sur chaque plateforme : 
À noter : « concernant la modalité de référence, les agriculteurs étaient libres d’utiliser la quantité de glyphosate qu’ils voulaient. En moyenne sur deux ans, la dose appliquée est de 2,4 l/ha/an pour une solution titrée à 360 g/l de glyphosate, soit 80 % de la dose maximale autorisée », précise Alicia Régis.
Parmi les résultats sur les deux dernières campagnes, les IFT totaux montrent « des résultats très proches » quelle que soit la modalité : « il n’y a pas d’augmentation ou de baisse significative d’utilisation des produits phytosanitaires. Le non-recours au glyphosate dans certaines modalités est “compensé” par l’utilisation d’autres solutions herbicides. Seulement deux plateformes obtiennent un IFT moindre (- 11 et – 7 %). Pour les deux cas, cela concerne la modalité scalpage ».
Sur le plan économique, c’est la modalité avec glyphosate qui a l’avantage. À côté, la modalité témoin obtient une marge brute inférieure de – 34 à – 82 %. Pour la modalité avec une dose réduite de glyphosate, la marge brute est réduite de 25 à 54 %, et pour la modalité scalpage : – 6 à – 18 %. 
Si la dose réduite de glyphosate et le scalpage présentent des résultats similaires à la référence concernant la densité totale d’adventices présentes après deux campagnes, Jacky Berland, agriculteur et membre du comité technique de l’Apad, note l’importance de « valider l’effet d’une dose réduite sur une plus longue période ».
En ce qui concerne le scalpage, qui obtient de bons résultats en moyenne, Alicia Régis souligne « une forte hétérogénéité de résultats ». Il faut préciser que les outils utilisés étaient différents selon les plateformes. En effet, les agriculteurs étant engagés en ACS ne disposent pas de matériel de scalpage. Pour les plateformes, ils ont testé avec le matériel qu’ils pouvaient avoir à disposition par leurs voisins… : déchaumeur à disques, outil à dents et socs à pattes d’oie, herse rotative, bêche roulante, etc. 
Pour Paul Robert, gérant de Novalis Terra, « cela peut être un outil très puissant, à utiliser de manière ponctuelle dans les situations qu’on ne peut pas rattraper. Cela ne doit pas être systématique. Dans le cas des graminées, il faut être précis dans l’application, avec des conditions climatiques adaptées et en fonction du type de sols aussi. 
Les équipes ont procédé à une évaluation multi-critères pour les différentes modalités testées. Après les IFT et la marge brute, il ressort ainsi que « les émissions de gaz à effet de serre relatifs à la consommation de carburant sont plus fortes pour les modalités dose réduite de glyphosate et scalpage, respectivement + 5 à 17 % et + 15 à 29 %. Le temps de travail est aussi plus important, respectivement + 9 à 22 % et + 13 à 25 %. En cause : un ou plusieurs passages d’outils supplémentaires avec des débits de chantiers plus ou moins importants en fonction du matériel présent sur chaque ferme ». 
Au vu des différents résultats collectés et des retours terrain, difficile encore d’envisager de se passer complètement du glyphosate en ACS. Il n’existe «  pas de solution miracle », pour François Mandin, président de l’Apad. Il envisage plutôt «  différents leviers à combiner et mettre en œuvre sur le long terme ». Parmi eux, la rotation est un « levier extrêmement fort », souligne Paul Robert. 
Certaines successions culturales ont montré des effets intéressants. Mais « 3 ans, c’est trop court pour en tirer des conclusions, estime Luc Pouit, agriculteur de la plateforme d’Indre-et-Loire. Aujourd’hui, on ne peut pas faire sans glyphosate, on a besoin de temps et de moyens supplémentaires ». Sur la plateforme du Jura, l’agriculteur Arnaud Breton observe, par exemple, que « le soja est une bonne culture si on souhaite “nettoyer” une parcelle ayant trop d’enherbement. Et au contraire, mieux vaut éviter le sorgho dans ce cas-là ». Pour Philippe Durand, installé dans les Deux-Sèvres, le soja a été plus problématique avec la sécheresse… 
Notre webinaire de clôture du Projet SOLutions ACS est disponible ici ??https://t.co/RxIGNCKPKQ Merci à nos partenaires et à tous les participants ! @Ecologie_Gouv @Agri_Gouv @OFBiodiversite @UniLaSalle_fr @PaulRobertAgro @INRAE_BFC_Dijon
« La génétique peut aider avec des variétés plus couvrantes, comme les variétés de blé anciens », indique Paul Robert. Les couverts végétaux ont également un rôle à jouer à ce niveau, en faisant concurrence aux adventices. « La technique reste toutefois aléatoire aujourd’hui en fonction de la climatologie », note Paul Robert. Pour Jacky Berland, il faut « considérer le couvert comme une culture à part entière, pour réussir à faire un bon tuilage entre les cultures ». Attention aussi au choix des espèces, pour éviter des problèmes ensuite dans la gestion pour la culture suivante. Si aucune suite n’est donnée pour le moment au projet SOLutionsACS, faute de financement, le projet SOL’ilfore déjà engagé (2021-2024) devrait permettre d’aller plus loin sur la question des couverts.
Retrouvez un résumé des leviers étudiés lors du projet SOLutionsACS (Source : Apad) : 
Stratégie de désherbage global
*Apad : Association pour une agriculture durable. 
Partenaires du projet SOLutionsACS : Ministère de la transition écologique et solidaire, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, Office français de la biodiversité, Inrae, Novalis Terra, et UniLaSalle. 
** Avec le terme de fertilisation optimisée, les équipes sous-entendent la mise en place de pratiques de fertilisation différentes, visant à rééquilibrer les équilibres nutritionnels.
© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net
Des leviers à actionner avant et au semis pour obtenir un colza robuste
Une moisson 2022 inhabituellement précoce, marquée par une cadence très intense
Manque d'eau en pommes de terre : pas d'irrigation, mais une bineuse !
Herbicides colza : gérer les graminées et limiter l'investissement au semis
En orge d'hiver, plus de 60 % des agriculteurs réalisent moins de 70 q/ha
+ 1 % : une légère hausse des surfaces en 2022
Chargement des commentaires
lun. Le colza en léger retrait sur Euronext
lun. Le blé et le maïs se redressent après les bombardements russes
lun. Retrouvez les premiers résultats des essais variétés de colza 2021/22
lun. Quelle évolution du prix des terres en Bretagne en 2021 ?
lun. Les nuages de retour sur le nord de la France
lun. Des leviers à actionner avant et au semis pour obtenir un colza robuste
sam. Sortir les céréales d'Ukraine : un processus complexe et coûteux
Actuellement, quel est votre taux de couverture de vos besoins en engrais azotés ?
Carte interactive sécheresse 78 départements soumis à des restrictions d'usage de l'eau
Avec Moisson Live Les résultats de la moisson 2022 directement issus du terrain
Chicago Les cours plongent après l'accord sur les exportations ukrainiennes
L'heure des premiers bilans Une moisson 2022 inhabituellement précoce, marquée par une cadence très intense
Reportage Quand soudain le champ s'embrase, tracteurs et lances à eau convergent
Tendances météo Les conditions sèches et chaudes vont-elles impacter les semis de colza ?
Agriculture biologique La politique de soutien au bio n’est pas à la hauteur, juge la Cour des comptes
Parmi les plus de 60 ans Seuls 25 % des agriculteurs prêts à céder leur exploitation
Carte interactive sécheresse 78 départements soumis à des restrictions d'usage de l'eau
Attractivité de l’emploi agricole La FNSEA sera sur le Tour de France pour promouvoir les métiers de l’agriculture
Intercultures Réussir ses couverts d'été
Interview de Serge Zaka en vidéo Quel pourrait être l'impact de la canicule de la semaine prochaine ?
Weather Market Le maïs français sous la menace de la canicule
Weather Market Le maïs français menacé par la vague de chaleur
Weather Market Un nouvel épisode caniculaire est anticipé en France
Weather Market Les US subissent une nouvelle vague de chaleur
Weather Market Le coup de chaud menace les cultures françaises et américaines
Weather Market Les orages provoquent de gros dégâts en France
Trouver une nouvelle machine
Actualités
Forums
Marchés
Newsletters
Météo
Machinisme
Cultures
Élevage
Nous contacterPublicitéM’abonner PROMentions légalesPolitique de confidentialitéConditions générales de venteAudience certifiée par l’OJDMes consentements
© Terre-net Média 2022, MEDIA DATA SERVICES – Avenue des Censives – TILLE BP 50333 60026 BEAUVAIS
SAS au capital de 1.500.000 € – 829 606 599 RCS Beauvais – N°CPPAP : 0324 W 92243

source

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE