Fernand Khnopff ou comment exprimer picturalement l'émotion qui se dégage d'une œuvre musicale – RTBF

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




La passion selon…
Lorsque l’on aborde une peinture qui met en scène la musique, il est nécessaire de se poser la question suivante : comment peut-on faire pour exprimer picturalement l’émotion qui peut se dégager d’une œuvre musicale ?
Pour commencer à donner un premier élément de réponse, prenons l’exemple de deux peintures qui peuvent sembler très proches, mais qui sont pourtant fondamentalement différentes. Il s’agit d’une part de La musique russe de James Ensor et d’autre part du tableau En écoutant Schumann de Fernand Khnopff. Les deux œuvres sont en effet proche dans le sujet, du moins si l’on se borne à l’Ekphrasis, à la description même de ce que l’on voit sur la toile. Qu’y voit-on ? ! Dans les deux, il s’agit de l’audition par une personne d’une œuvre interprétée par une pianiste, le tout prenant place dans un salon bourgeois. D’ailleurs, le sujet a semblé tellement proche à Ensor, que lorsque Khnopff présente sa toile peinte en 1883, Ensor accuse Khnopff de plagiat.
Pour comprendre la différence, il faut donc aller un peu plus loin dans l’analyse du tableau. Commençons par celui d’Ensor. On voit donc deux personnages, la pianiste, de dos et à sa droite, un homme assis, le visage de profil, regardant vers ce que l’on suppose être une fenêtre. La position de l’auditeur est en réalité ambiguë, car plus on y regarde, plus se renforce l’idée qu’il soit dans un moment de contemplation, de réflexion, et pas dans un moment d’écoute assidue. Or cette contemplation du seul personnage dont nous voyons le visage crée une distance avec le spectateur qui assiste, sans en faire partie, à une scène de la vie quotidienne bourgeoise. Mais, plus important encore, le centre du tableau n’est ni la pianiste, légèrement à gauche, ni l’auditeur, légèrement à droite, mais plutôt la main droite de la pianiste sur le clavier. La question se pose alors : quel est donc l’objet principal de ce tableau ?
La musique… et l’on pourrait penser qu’il s’agit de la musique pour elle-même. Le reste chez Ensor n’est que peinture. Chez Khnopff, par contre, la disposition est tout autre.
Dans En écoutant Schumann, le piano n’est visible que partiellement, à l’extrême gauche du tableau et, de la musicienne, on ne voit que la main. Par ce fait, on comprend que la musique, en elle-même, n’est plus tout à fait le centre du centre de l’œuvre.
De plus, par l’absence de l’instrumentiste, Khnopff nous dégage de ce sentiment de scène. La main est là pour nous indiquer que le piano émet un son. La production sonore, le fait de jouer de la musique, nous donne une clef de lecture et nous redirige vers l’auditrice. Car chez Knhopff, l’auditrice est le centre du tableau. Pour autant, la compréhension profonde de ce qui est dépeint sur la toile n’est possible que par la présence discrète de cette main au-dessus du clavier.
Le coup de génie de Khnopff ne réside pas uniquement en cela, mais également dans la manière dont est présentée l’auditrice. Assise, le coude posé sur l’accotoir, elle se tient le visage dans la main. Par ce geste, Khnopff semble vouloir nous cacher l’émotion de l’auditrice, mais en même temps, la position même du corps, nous en indique beaucoup plus qu’un visage sur son ressentiment, tout en nous offrant la possibilité de nous projeter, non pas dans ses pensées, mais dans ses émotions, dans son ressenti.
Si l’on ajoute à cette représentation le titre sans équivoque de l’œuvre, En écoutant Schumann, on comprend que ce qui est dépeint ici n’est pas une scène de la vie quotidienne, mais la représentation visuelle d’un élément fondamental de l’art musical du XIXe siècle, à savoir la transmission d’une émotion qui peut être à la fois universelle et individuelle par l’agencement temporel des sons. Et le plus génial dans tout cela, c’est qu’il réussit à faire ça, sans nous montrer ni l’instrumentiste, premier vecteur émotionnel, ni le visage de l’auditeur, second vecteur émotionnel.
Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement
Connaissez-vous réellement Fernand Khnopff ? Ses œuvres peuplent les galeries de nombreux musées en Belgique et de…

Copyright © 2022 RTBF

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE