Exotique, kitsch, encombrant… notre hit-parade des objets de la Braderie de Lille – La Voix du Nord

80 km d’étals (et même plus) ont été parcourus ce samedi. Et la rédaction est parvenue à établir un hit-parade redoutable des plus et des moins vendables, pour toutes les bonnes raisons qu’on vous livre ici.

collabo

« Le maréchal a dit, le maréchal a fait. Le maréchal tient ses promesses. » L’affiche de 1941, frappée d’une photo de Philippe Pétain, vante l’action du chef de la France de Vichy. Elle figure en bonne place sur l’étal d’un brocanteur de la façade de l’Esplanade. Certains badauds tiquent en passant. Un peu plus loin, des portraits de l’ancien maréchal, frappé d’indignité nationale à la Libération, sont à vendre sur le stand d’un autre professionnel. On se rassurera en se disant que ces produits sont destinés à des historiens travaillant sur la Collaboration et la propagande sous l’Occupation. C’est ça, n’est-ce pas ?

joconde

Le fameux sourire énigmatique est bien là. Mais l’artiste, pour une raison inexplicable, lui a ajouté un menton en galoche et un violent strabisme. Si Léonard de Vinci avait travaillé le fil de fer sculpté plutôt que la peinture à l’huile, le visage de l’art en eût peut-être été changé à jamais. Le seul avantage de cette Mona Lisa profanée, croisée sur le boulevard de la Liberté, par rapport à son modèle du Louvre : il n’est pas nécessaire de faire la queue derrière un bus de touristes japonais pour l’admirer.

encombrant

Achetées à des passionnés d’art médiéval, ces deux armures mesurent pas moins de 2,80 m et pèsent chacune 150 kilos. Boucliers, enseignes des Templiers, casques, boulonnées de partout, aucune chance de les enfiler, peu d’espoir de les transporter dans une voiture. Seriez-vous prêt à louer un camion pour faire l’acquisition de ces objets uniquement destinés à la décoration et pour lesquels leurs vendeurs en demandent… 2000 euros  ? La seule certitude : en les achetant, on se déleste d’une partie de son compte en banque, pour ne pas dire d’un bras…

karma

Eudes et Christèle, deux Normands à l’air pourtant sympas, ont voulu jouer un sale tour au frère d’Eudes : pour son mariage, ils ont acheté 40 euros dans une braderie cette cuillère et cette fourchette en inox, format gargantuesque, incasables, un cadeau pourri en somme, dont on ne sait que faire. C’était l’idée de la blague. Problème : ils l’ont oublié à la maison le jour J ! Ils se retrouvent donc à tout tenter pour s’en débarrasser, donc les ont embarqués sur leur stand de la Braderie, rue Delesalle. Ils étaient même prêts à les revendre à perte, histoire de payer leur pénitence et de se refaire un bon karma !

Jaguar

Attention, nid à microbes : cet énooorme jaguar en marbre et bronze, creux à l’intérieur, attire les mains des passants. Pendant les dix minutes passées sur ce stand, une vingtaine de personnes l’ont tripoté, caressé, malaxé… Postée en bord de rue, cette réplique maousse de l’insigne automobile Jaguar, de plus d’un mètre de large, attire les regards, les commentaires (« Si je gagne à l’EuroMillions, je l’achète et je le fixe sur ma Twingo »), et les mains des passants. Pour le reste, s’il est beaucoup touché, il n’est pas acheté  : Danièle, venue de Tournai, l’a récupéré lors d’une succession. Elle le cède pour 1200 €. Intéressés ? Un petit coup de lingette désinfectante ne sera pas de trop…

occitane

L’objet a connu son heure de gloire en 2021 et 2022. L’Occitane, rue Neuve, a mis en vente (15 € tout de même) ces trois magnifiques distributeurs de gel hydroalcoolique, avec pédale intégrée pour déclencher le mécanisme. Un pari sur l’avenir de la part de l’enseigne, qui pense qu’elle n’en aura plus d’usage. Comptez tout de même 15 € (gel non fourni). Du meilleur effet dans une entrée.

tuktuk
Fox

Une Lilloise a trouvé ce panneau publicitaire dans les parties communes de la cave de son immeuble. En échange de 10 € (rue de Denain), on peut se poser la question de savoir « Comment mettre Pamela Anderson dans son lit ? » C’est la manchette du magazine. Mais on n’a pas la réponse.

collier

Il est comme qui dirait imposant avec son énorme brillant et sa chaîne métallique épaisse. Ce bijou, déniché à Brighton au sud de l’Angleterre il y a deux ans, n’a jamais été porté par sa propriétaire. « J’avais eu un coup de cœur en boutique… Sauf que je suis petite et qu’au final, sur moi, ça faisait vraiment collier de chien », sourit-elle. Il a en tout cas plu à une acheteuse (pas dérangée par le style British ou animal) samedi matin.

nain

Il a fallu tirer les vers du nez à la propriétaire de ce nain de jardin (qui semblait presque gênée) pour qu’elle accepte de nous en dire quelques mots. Et si elle ne sait plus quand et à quelle occasion l’objet a pu se retrouver en sa possession, elle l’assure : « Il est resté plusieurs années à la cave ! » Il est à 20 € si ça vous tente, à Wazemmes.

LaitMagique

Carton plein. Brique de lait en carton plein même. Rue Delespaul, c’est un succès pour cet accessoire de déco que ne renierait par Gérard Majax (le même magicien invoqué pendant débat présidentiel). « Ah j’ai vu beaucoup de gens s’arrêter pour le prendre en photo ! », dit une dame du stand d’à-coté. En prime, l’objet tranche enfin le débat existentiel et clivant : le lait avant les céréales ou les céréales avant le lait ? Mais le tour de magie s’arrête là, aucun bradeux ne l’a encore fait disparaître du stand…

Diableàlouer

La palme de l’objet le moins divin est remportée par ce diable qui était à louer. Louer le diable, plutôt que Dieu, il n’y a qu’à la Braderie (où dans des conventions d’obédience sataniste) que l’on voit ça. Il se raconte que les seuls qui aient vraiment fait fortune pendant la ruée vers l’or étaient les marchands de pelles. On peut imaginer que, à la Braderie, les vendeurs de chariots et autres trucs à roulettes pourraient eux aussi s’enrichir. Vers 15 h, quand la drache est tombée, on aurait bien misé une pièce sur les vendeurs de parapluies aussi tiens.

CHOU (2)

Un petit cornet de choux, entre deux cornets de frites.. ? Pas question de zapper le dessert un jour de Braderie. Spécialisée dans le chou à la crème, Sonia B. ne pouvait rater cet événement qui confère une visibilité certaine à son activité. À l’angle de la rue d’Angleterre, les passants se montraient intéressés par le renouveau de ce classique qui colle bien avec l’esprit de cette Braderie qui donne dans le recyclage. Comme l’a affirmé la patronne : « Le chou, c’est un peu vieillot alors je voulais les remettre au goût du jour. »

CORTO (2)

Tomber sur le premier Corto Maltese de Hugo Pratt, format à l’italienne avec une jaquette marron quasiment neuve, publié chez Publicness en 1971, édition noir et blanc a de quoi faire sourciller tout amateur de bande dessinée. D’autant que le vendeur, déjà repéré à la braderie de Temploux (B), vous explique et démontre qu’il s’agit bien de l’édition originale, celle que l’on reconnaît à la grande tête de Corto et non à la petite imprimée à l’intérieur. Que du bonheur que de pouvoir approcher un tel ouvrage qui a marqué l’histoire de la BD. Avant que le regard ne se porte sur le prix, certes bradé mais à 600 euros tout de même au lieu de 1 200 euros. Les intéressés trouveront cette bande dessinée mythique au village de la place Roger-Salengro devenu le rendez-vous des gentilshommes de fortune.
© Rossel & Cie – 2022
Conditions générales d’utilisationConditions générales de ventePolitique de cookiesPolitique de Protection Vie privéeCharte des médiasDroits de reproduction

source
http://fragua.org/comment-acheter-ou-vendre-une-piece-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE