Enseignement technique : inspecteurs et enseignants seront formés sur la pédagogie active – Agence d'Information d'Afrique Centrale

S’abonner
Voir les offres
Newsletter
Contact

19-09-2022 18:30
Le gouvernement a décidé de fermer les établissements sanitaires privés exerçant leurs activités de manière illégale au Congo. A cet effet, l’inspection générale de la santé est passée à l’acte en déclarant la fermeture, à titre conservatoire, de quatre cliniques privées qui opèrent à Brazzaville.
La décision fait suite à un relâchement constaté au cours de ces dernières années en matière de contrôle de ces structures -qui pullulent à travers le territoire national après la libéralisation du secteur- censées offrir à la population des soins médicaux de qualité, conformément aux textes en vigueur.
L’être humain est sacré. L’ouverture d’un centre sanitaire privé et l’exercice de la profession de médecin ou de soignant sont assujettis à la loi. En raison de l’éloignement des hôpitaux publics et surtout de leur saturation, les malades affluent vers les cliniques privées ou ce qui en tient lieu, ignorant si ces structures sont animées par des personnels qualifiés.  
Il est évident, dans une certaine mesure, que ces officines apportent tant soit peu une réponse au manque de structures et de personnel dans certaines zones géographiques. Mais, à condition de disposer d’un matériel adéquat et d’éviter de devenir des lieux où les usagers se font extorquer de l’argent. Et pour garantir la qualité de ces structures, les services compétents ont le devoir de s’assurer que les mécanismes se passent comme il se doit.
Appelée à s’étendre vers les onze autres départements du pays, cette opération est censée mettre un terme au désordre observé depuis quelque temps dans un secteur aussi sensible que celui des soins médicaux. Pour réussir un tel pari, les inspecteurs de la santé doivent se mettre au travail sans état d’âme avec l’appui de la population.
 
Les Dépêches de Brazzaville
Les plus récents
Les plus lus
Abonnement Flux RSS
Abonnement média
Offre spéciale Entreprises
Quotidien et supplément du 6eme jour livrés, site web, toute l’information sur vos secteur d’activité et votre région.
A Brazzaville ou Pointe-Noire, à partir de 10 abonnements.
Abonnez-vous
Current Size: 100%
L’inspecteur général du ministère de l’Enseignement technique et professionnel, David Anga, a assisté, le 16 septembre à Brazzaville, à la présentation du projet Réseau d’éducation pour une Afrique leader (Real) par l’Association française action real et l’organisation non gouvernementale Pratic, axé sur la pédagogie active et participative.
Enseignement technique : inspecteurs et enseignants seront formés sur la pédagogie active - Agence d'Information d'Afrique CentraleLe projet consiste à proposer un programme de formation novateur pour outiller le personnel éducatif afin de lui permettre de sortir des pratiques traditionnelles pour répondre aux nouvelles demandes sociales en termes de compétences pédagogiques et numériques.
Au cours de la séance de présentation, les orateurs ont fait le bilan du projet et présenté les perspectives de la phase pilote des formations pédagogiques et numériques des enseignants du secteur public. Ils ont aussi annoncé les perspectives d’une nouvelle étape à portée nationale, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement technique.
En effet, les formations sont axées sur la pédagogie active et participative, l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement et sur l’intégration d’une approche d’égalité de genre, notamment des filles et garçons. « En pédagogie participative, le formateur favorise les interventions des apprenants, mais dans le cadre d’un scénario pédagogique qu’il a lui-même dirigé. En pédagogie active, le participant apprend de son travail et prend du recul, réfléchit sur les bonnes pratiques en contexte réel », a commenté un participant.
En dépit du niveau de scolarisation parmi les plus élevés d’Afrique centrale, la République du Congo souffre d’une dégradation préoccupante des taux de réussite scolaire. Le taux de redoublement est très élevé au lycée (27%) et celui de réussite au baccalauréat, après avoir atteint le maximum (53,7% en 2010), a baissé de moitié en 2013, selon le document de la Stratégie sectorielle de l’éducation, 2015-2025.
« Des matériels d’apprentissage adaptés sont primordiaux pour un apprentissage efficace, la formation des enseignants reste le facteur le plus important », a indiqué David Anga, se référant à une citation de l’Unesco. En 2019, le ministère de l’Enseignement technique, en collaboration avec l’association française Action Real, a mis en place une phase pilote du projet de formation de formateurs et d’enseignants nommé « Connexion Real », et ce, dans le respect de la stratégie sectorielle de l’éducation 2021-2030.
La phase pilote de 2020 à 2021 a permis de former déjà quatre-vingt-cinq enseignants et inspecteurs à la pédagogie active et participative, quatre-vingt-un en égalité de genre en milieu scolaire, soixante-dix-huit sur l’intégration pédagogique du numérique, dont trente-quatre ont obtenu une certification en compétences digitales ICDL grâce à la participation de l’association Action real et Pratic.
Le projet Real a accompagné les rédacteurs des programmes de l’Institut national de recherche et d’action pédagogiques  pour l’inclusion ou le renforcement de quatre matières : langues et cultures, éducation artistique, éducation à la santé et technologies de l’information et de la communication.
Action Real et Pratic ainsi que le ministère de l’Enseignement technique et professionnel lancent un appel aux partenaires techniques et financiers désirant établir une collaboration durable au service de l’éducation.
« Nous voulons à présent étendre cette initiative à l’échelle nationale afin de pouvoir faire bénéficier du programme de formation à cinq cents enseignants et inspecteurs et de permettre que de nouvelles pratiques pédagogiques et numériques puissent voir le jour dans les salles de classe au Congo. Ce programme de formation se déroulera dans cinq villes choisies stratégiquement par nos services: Brazzaville, Dolisie, Pointe-Noire, Owando et Ouesso », a indiqué David Anga, inspecteur général du ministère de l’Enseignement technique et professionnel.
Lire le quotidien

source

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE