En Finlande, des appels à stopper «l'insupportable» tourisme russe – Arabnews fr

https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros


https://arab.news/beknh
LAPPEENRANTA : Au poste frontière de Nuijamaa près de la ville finlandaise de Lappenranta, des cars de touristes russes affluent, certains pour profiter de l’été nordique, d’autres pour se rendre ailleurs en Europe.
Si le pays nordique a demandé son adhésion à l’Otan après l’invasion russe de l’Ukraine, il est le seul pays de l’UE frontalier de la Russie à encore délivrer des visas touristiques aux citoyens russes.
“Je voyage ici depuis douze ans”, explique à l’AFP Boris Sourovtsev, un habitant de Saint-Pétersbourg de 37 ans, alors qu’il attend de passer la frontière. “C’est un pays magnifique avec de la nature et des lacs”.
Après que l’Union européenne a fermé son espace aérien aux vols russes, la Finlande est aussi devenue un rare pays de transit pour les Russes souhaitant ensuite prendre l’avion pour d’autres destinations dans l’UE.
Avec la levée de restrictions Covid par les deux pays ces dernières semaines, le passage des Russes est devenu beaucoup plus simple, suscitant une frustration croissante côté finlandais.
Propositions au Parlement
“Ce n’est pas bien que les Russes puissent voyager librement en Finlande. Cela enlève toute la logique des sanctions”, dit Kirsi Iljin, une habitante de Lappenranta.
En solidarité avec l’Ukraine, le parti conservateur finlandais a proposé d’arrêter d’accorder de nouveaux visas touristiques aux Russes, avec un vaste soutien qui se dessine au Parlement.
“La situation est insupportable”, estime Jukka Kopra, un député du parti de la Coalition nationale. “Des Ukrainiens se font tuer, y compris des civils, des femmes et des enfants, et dans le même temps des Russes passent leurs vacances dans l’UE”, dit-il à l’AFP.
Aki Lindén, le responsable social-démocrate qui assure les fonctions de la Première ministre Sanna Marin pendant ses vacances, a exprimé son soutien.
“Personnellement, je pense que les restrictions doivent être renforcées”, dit-il à l’AFP.
La question est rendue compliquée par le nombre élevé de visas existants, près de 100 000.
“Des alternatives sont en cours d’examen”, selon le ministère finlandais des Affaires étrangères.
D’autres pays de l’espace Schengen frontaliers de la Russie – l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne – ont déjà pris des restrictions sur les visas russes.
Moscou “réagira très négativement” si Helsinki les imite, a affirmé mardi le porte-parole du Kremin Dmitri Peskov.
Voie de passage
Depuis que la Finlande a levé ses restrictions Covid à la frontière fin juin et que la Russie a allégé les siennes mi-juillet, le nombre de touristes russes passant en Finlande n’a cessé d’augmenter, bondissant de 125 000 en juin à plus de 185 000 en juillet.
Pour le seul mois de juillet, plus de 10 000 visas de tourisme ont été délivrés à des Russes, selon les médias finlandais.
Côté russe, les compagnies de cars de Saint-Pétersbourg disent tourner à plein régime avec Helsinki, d’autant que le train reliant les deux villes a été interrompu à cause des sanctions.
“Ces dernières semaines c’est systématiquement plein. Les gens veulent profiter d’un passage plus facile”, explique à l’AFP Sergueï Ivanov, de la compagnie Balt Car.
D’autant que les avions pour Istanbul ou Belgrade, autre voie d’accès encore possible pour l’Europe, atteignent des prix très élevés.
Si les Finlandais affichent une forte solidarité avec les Ukrainiens, les emplettes des Russes de passage sont ici une ressource importante pour les villes frontalières.
Des commerçants locaux envisagent d’un très mauvais oeil de voir redisparaître les touristes russes, à peine revenus après deux ans de Covid.
“C’est l’idée la plus absurde qui soit. Que gagnent-ils à isoler de simples citoyens russes?”, peste Mohamad Darwich, le patron de Laplandia Market, une enseigne située à quelques minutes de la frontière. “Ils provoquent un énorme problème pour les locaux et le business”.
Si l’histoire des deux pays a été lourde, les habitants des zones frontalières ont eu traditionnellement des contacts proches. Mais les choses ont changé avec le Covid puis la guerre.
Avec son visa de cinq ans en Finlande, Boris Sourovtsev, lui, avait l’habitude de visiter le pays jusqu’à dix fois par an. Mais il craint que cela touche à sa fin.
“J’en serais très triste et déçu. J’espère que la guerre va bientôt se terminer”, lâche-t-il.
https://arab.news/5e9nx
BARCELONE : Le parquet de Barcelone (nord-est de l’Espagne) a annoncé vendredi qu’il demanderait plus de huit ans de prison pour fraude fiscale contre la star colombienne Shakira, qui refuse tout accord et se dit prête à aller au procès.
Dans son acte d’accusation, que l’AFP a pu consulter, le parquet indique, par ailleurs, qu’il réclamera près de 24 millions d’euros d’amende à la chanteuse, accusée d’avoir soustrait 14,5 millions d’euros au fisc espagnol entre 2012 et 2014.
La justice doit maintenant décider de la tenue d’un procès et de sa date.
Shakira, qui clame son innocence, a fait savoir mercredi qu’elle refuserait de sceller un accord avec le parquet, disant préférer la tenue d’un procès à cette procédure de plaider-coupable.
Selon ses avocats, la possibilité de parvenir à un accord reste toutefois ouverte jusqu’à l’ouverture de l’audience devant un tribunal de Barcelone, alors que le renvoi formel en justice de la star, âgée de 45 ans, n’a pas encore été prononcé.
La chanteuse, qui dénonce une “violation totale de ses droits” et des “méthodes abusives” de la part du parquet, est “confiante dans le fait que la justice lui donnera raison”, avaient indiqué ses conseils mercredi dans un communiqué.
Le parquet de Barcelone accuse l’interprète des hits “Hips don’t lie”, “Waka Waka” ou “Loca” de ne pas avoir déclaré ses revenus à l’administration fiscale espagnole durant les années 2012, 2013 et 2014.
Selon l’accusation, Shakira vivait en Espagne depuis 2011, année où sa relation avec le footballeur du FC Barcelone Gerard Piqué a été rendue publique, mais avait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas, considérées comme un paradis fiscal, jusqu’en 2015. Le couple, qui a deux enfants, a annoncé sa séparation en juin.
Pour leur part, les avocats de Shakira estiment que jusqu’en 2014, la plus grande partie de ses revenus provenait de ses tournées internationales et qu’elle ne vivait pas plus de six mois par an en Espagne, condition requise pour établir sa résidence fiscale dans le pays.
Le parquet “s’obstine à réclamer l’argent récolté pendant mes tournées internationales et durant (l’émission) +The Voice+” aux Etats-Unis, à une période où “je n’étais pas encore résidente en Espagne”, a dénoncé la chanteuse dans le communiqué transmis mercredi par ses avocats.
Shakira fait, par ailleurs, valoir qu’elle a déjà versé 17,2 millions d’euros au fisc espagnol et qu’elle n’a donc “plus aucune dette à l’égard du Trésor public depuis de nombreuses années”.
Le nom de Shakira figure parmi ceux cités dans les Pandora Papers, une vaste enquête publiée fin 2021 par le Consortium international des journalistes d’investigation, accusant plusieurs centaines de personnalités d’avoir dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d’évasion fiscale.
https://arab.news/rj8wn
MALA ROGAN : Remorqué tranquillement par un tracteur comme s’il était stationné illégalement, le blindé de transport de troupes russe n’a plus l’air si intimidant, et est même paradé devant des Ukrainiens ravis, réunis pour célébrer cette prise.
Ce MT-LB des années 1970 a été abandonné fin mars par les forces russes après leur retrait du nord-est de l’Ukraine, à 30 kilomètres de la frontière entre les deux pays.
Le véhicule a été trouvé par le conducteur de tracteur Vitali Denyssenko, souriant, avec une étincelle malicieuse dans les yeux, lorsqu’il tire son trophée autour d’un champ du village de Mala Rogan.
“Nous avions besoin de deux tracteurs pour l’extraire, ce que nous avons pu faire après que les militaires ont déminé le champ”, raconte cet homme de 44 ans à un groupe de journalistes réunis pour couvrir le spectacle.
Des images de chars russes et d’autres véhicules militaires remorqués par des tracteurs ukrainiens font régulièrement le tour des réseaux sociaux, devenant un symbole de la résistance face à l’invasion lancée le 24 février.
Vitali Denyssenko a suivi l’exemple d’autres agriculteurs en faisant don de sa prise à l’armée ukrainienne.
“Nous ne pouvons pas l’utiliser. Qu’est-ce qu’on pourrait en faire? Le conduire à la discothèque du village?”, plaisante-t-il.
Les agriculteurs ukrainiens ont réquisitionné tant de véhicules russes dans les zones occupées puis abandonnées par les forces de Moscou que des blagues sur Internet ont commencé à les appeler la “cinquième plus grande armée” d’Europe.
Engouement
Leur courage est désormais célébré par la poste ukrainienne, présente jeudi à Mala Rogan pour lancer un nouveau timbre représentant un tracteur remorquant un char russe sous un ciel jaune.
Selon Tetyana Fomenko, directrice du magasin de collection de timbres du service postal régional de Kharkiv, il s’agit du quatrième timbre à thème militaire émis pendant la guerre. Cinq millions d’exemplaires doivent être mis en vente.
Si l’identité du premier Ukrainien ayant remorqué un char russe n’est pas connue, l’engouement s’est vraiment installé lorsque Viktor Kytchouk et ses amis ont pris un char T-80 soviétique le 1er mars à Slatyné, un village de quelque 6.000 habitants à une dizaine de kilomètres de la frontière russe.
“Nous avons trouvé beaucoup de véhicules et d’équipements dans notre village une fois qu’il a été libéré”, a déclaré  cet homme de 44 ans, se souvenant que les tirs d’obus pleuvaient alors qu’ils menaient leur audacieuse opération.
Une fois le char en leur possession, ils ont coupé tout le câblage, percé les optiques et dépecé le char pièce après pièce pour les emporter.
Viktor Kytchouk a envoyé une vidéo de lui et de ses amis chevauchant le char au chef militaire régional Volodymyr Oussov, qui l’a diffusé sur YouTube, où le clip est rapidement devenu viral avec quelque 350.000 vues.
Le service postal ukrainien aime les symboles de défiance face à l’armée russe. En avril, il a émis un timbre représentant un soldat faisant un doigt d’honneur au navire amiral de la flotte russe de la mer Noire.
Ce navire, le Moskva, a coulé après un incendie à bord qui a été causé, selon Kiev, par une frappe de missile ukrainien. La Russie assure de son côté que l’accident est dû à une explosion de munitions à bord.
Jeudi à Kiev, une énorme file d’attente s’est formée devant la poste centrale pour acquérir le dernier timbre à la mode, malgré les trois heures d’attente estimées.
“C’est ainsi que nous soutenons la lutte de notre peuple contre l’agresseur russe”, a déclaré Vitali, collectionneur de timbres de longue date de 60 ans.
Une partie de l’argent récolté par la vente de ces timbres doit aller aux forces armées ukrainiennes.
https://arab.news/ps6qc
KIEV : Au moins cinq personnes ont été tuées et sept autres blessées dans une frappe russe qui a touché un arrêt de bus dans la région de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine, a annoncé vendredi le gouverneur régional.
“Ils ont bombardé (…) à côté d’un arrêt de transport en commun. Douze personnes sont au sol”, a indiqué Vitaly Kim sur Telegram.
Evoquant d’abord quatre morts, il ensuite indiqué que le bilan se montait à cinq tués et sept blessés. Il a accusé les forces russes de “bombarder la ville pendant la journée, quand tout le monde est en train de vaquer à ses occupations”.
Au moins huit personnes ont été tuées et 19 autres blessées ces dernières 24 heures dans la région de Donetsk, dans l’Est, a de son côté indiqué la présidence ukrainienne dans son rapport matinal.
Dans celle de Kharkiv, dans le nord-est, au moins une personne a été tuée et sept autres blessées, selon la même source.
Le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, a pour sa part annoncé que les forces ukrainiennes avaient fait face à six assauts russes dans l’Est.
“Les groupes de reconnaissance de l’ennemi tentent de trouver des points faibles dans notre défense (..). Ils attaquent de différents côtés et ont eu recours à l’aviation à plusieurs reprises”, a-t-il indiqué sur Telegram.
L’armée ukrainienne a de son côté détruit une gare à Brylivka, village situé à 45 kilomètres au sud-est de la région occupée de Kherson dans le sud du pays, afin de compliquer les approvisionnements de l’armée russe, a affirmé sur Facebook le député local Serguiï Khlan.

source
https://netsolution.fr/piece-de-monnaie-commemorative-lettone-de-2-euros

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE