Emploi, retraite, pouvoir d’achat… ce qu’il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron – Capital.fr




C’était le Jour J pour l’interview du 14 juillet d’Emmanuel Macron, diffusée sur TF1 et France 2 : une tradition qui avait été délaissée par le chef de l’Etat depuis sa dernière en 2020. Après la parade militaire qui a eu lieu dans la matinée, Emmanuel Macron a répondu aux questions de Caroline Roux et d’Anne-Claire Coudray.
“Ayez l’espoir, cette volonté d’ambition et de respect de chacun. Nous allons y arriver !”, a conclu le chef de l’Etat.
Interrogé à propos de son surnom, Jupiter, le Président répond en souriant : “Je n’ai jamais revendiqué cette comparaison mythologique, c’est plus Vulcain, c’est-à-dire à la forge !”.
“Je crois à l’intelligence collective”, explique le Président interrogé à propos de la majorité relative à l’Assemblée nationale et à un possible blocage dans le vote des lois, l’article 2 du projet de loi Covid ayant été retoqué par les oppositions, décrit comme “un coup de chaud nocturne”. Le Président s’attend à “plus de compromis et de respect mutuel”, au sein de cette “démocratie vivante”.
Emmanuel Macron a rappelé que l’âge de départ légal obligatoire sera de 65 ans, “en décalant de 4 mois par an”. “Le coeur de la philosophie : nous devons travailler plus longtemps”, a-t-il précisé, soulignant que “nous avons l’un des modèles sociaux les plus généreux”.
“Ce système peut être financé par (1) l’impôt” – mais il n’y aura pas de hausse d’impôts, a promis le Président par (2) “la dette (mais nous avons augmenté la dette pendant la crise Covid)” et (3) “créer plus de richesses”. Une discussion aura lieu à la fin de l’été.
“On a ouvert des milliers d’emplois et des solutions”, s’est défendu Emmanuel Macron à propos des Uber Files et de ses relations avec Uber, lorsqu’il était ministre de l’Economie. “Oui, je le referai demain”, a-t-il martelé, ajoutant que la France avait ensuite oeuvré pour réguler ce type de plateformes au niveau européen.
Interrogé sur ces réformes relatives à la formation, Emmanuel Macron a souligné “qu’une série de réformes” seront faites “dans ce quinquennat : la réforme du lycée professionnel”, le renforcement de l’apprentissage – “Je veux qu’on passe le cap du million d’apprentis (contre 700.000 aujourd’hui)”, ainsi que la formation continue. Un texte sur la réforme du travail sera prêt dès cet été, a également promis le Président.
“Sur l’électricité, on va réformer le marché européen de l’électricité. On va négocier un changement du prix de l’électricité”, a expliqué Emmanuel Macron. Mais on va “cibler sur les gens qui ont le plus besoin”, comme ceux qui utilisent le plus la voiture pour travailler, “en fonction de l’évolution de la crise”. Et “on va investir l’argent public pour aider les classes modestes et moyennes à aller vers la transition énergétique”, comme pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride.
“Il faut également développer le renouvelable. Il faut aller plus vite pour développer l’éolien offshore, le solaire, pour nous permettre de nous passer des énergies fossiles”, a souligné le Président. “Le nucléaire est une solution durable”, a-t-il également ajouté.
Emmanuel Macron appelle à une mobilisation générale sur la consommation d’énergie, le Russie utilisant le gaz comme arme de guerre en coupant le robinet à l’Europe. Il faut continuer à “sécuriser des volumes de gaz” auprès d’autres pays, en diversifiant nos achats, a-t-il d’abord rappelé. Et “on doit rentrer collectivement dans une logique de sobriété”, a souligné le Président, appelant à consommer moins. Car on va “avoir besoin d’être solidaire avec les autres pays européens”, plus dépendants que nous au gaz russe. “On va construire un plan pour les administrations publics”, a précisé Emmanuel Macron.
Interrogé sur la guerre en Ukraine, le Président a expliqué que : “On peut se préparer à ce qu’elle dure”. “Cette guerre va durer”. ” L’été et le début de l’automne sera sans doute très dur”. “On veut stopper la guerre sans faire la guerre”, a ajouté le chef de l’Etat.
Interrogé sur la loi sur la programmation militaire, Emmanuel Macron a répondu : “Il faut regarder comment on évalue les nouvelles menaces”. “On a fait cet exercice il y a 5 ans. Mais on va réévaluer cette stratégie”, en particulier “sur le cyberespace, le maritime et l’espace”. Les menaces ont évolué, les nouveaux risques seront analysés. Dans tous les cas, “le budget de l’armée ne va pas diminuer”, a-t-il souligné.
Interrogé sur l’Ukraine, premier sujet de l’interview, Emmanuel Macron revient sur le défilé militaire et la présence de soldats français dans le conflit en Ukraine : “Nous avons une armée forte. Nous avons ajouté 26 milliards d’euros sur le budget passé”. La France “a les moyens d’aider l’Ukraine”. Mais “on doit réinvestir dans nos stocks et capacités et continuer d’avoir une armée forte”, a-t-il ajouté.
© Prisma Media – Groupe Vivendi 2022 Tous droits réservés

source



A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE