Diversité des cultures : Quel assolement pour accéder aux écorégimes ? – La France Agricole

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle




Première visite ?
Retrouvez toutes nos offres d’abonnement à partir de 149,90 €
Découvrez La France Agricole pendant
1 mois gratuitement et sans engagement (vous pourrez ainsi accéder à tout le contenu du site)
réservé aux abonnés
À partir de la campagne de 2023, la diversité des cultures dans l’assolement sera appréciée pour émarger au paiement des écorégimes.
Dans la nouvelle Pac qui s’appliquera au 1er janvier 2023 et jusqu’en 2027, les écorégimes ont été créés pour rémunérer des pratiques favorables à l’environnement (dotés d’un budget de 25 % des paiements directs). Ils auront un montant fixe sur tout le territoire, de 54 ou 76 €/ha selon l’exigence environnementale, versé sur tous les hectares admissibles de l’exploitation, quelle que soit la production et quel que soit le nombre de DPB (droit au paiement de base). Si les écorégimes restent volontaires, il sera difficile de s’en passer financièrement.
Pour y prétendre, il existe trois voies d’accès non cumulables entre elles : celle des « pratiques agricoles », celle de la « certification » (bio ou HVE) ou la voie « biodiversité » avec un pourcentage d’infrastructures agroécologiques (IAE). La présence de haies, sur 6 % des terres arables et sur 6 % de la SAU, pourra donner lieu à un bonus, autour de 7 €/ha, à condition d’entrer dans un schéma de « certification haie ». Ce bonus sera cumulable avec les voies des « pratiques » et de « certification ». La voie empruntée pour émarger aux écorégimes peut changer chaque année (par exemple, voie des « pratiques » en 2023 puis « certification » en 2024).
Toute la SAU sera engagée et il faudra respecter les exigences pour chacune des trois catégories de surfaces agricoles : terres arables, prairies permanentes (PP) et cultures pérennes (lire l’encadré ci-dessous). Ainsi, si une exploitation a des terres arables et des prairies permanentes, elle devra à la fois respecter la diversité des cultures et le maintien des PP. De plus, si elle peut prétendre, par exemple, au niveau standard pour les terres arables et au niveau supérieur pour les prairies permanentes, c’est le niveau inférieur qui l’emporte (toute l’exploitation recevra le paiement standard de 54 €/ha).

La diversité des cultures sera appréciée sur l’assolement 2023. Or cet assolement se raisonne tôt, dès le mois d’août 2022 pour les semis de colza qui seront déclarés à la Pac de 2023. Et même avant, avertit Carine Hardy, conseillère à la chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir : « Dès avril 2022, lors de la déclaration des 5 % de SIE (surface d’intérêt écologique), il faut prévoir la localisation des intercultures longues avant les cultures de printemps. Ce qui engagera sur l’assolement 2023. »
Selon leur importance dans l’assolement, les cultures sont créditées de points. Il faut 4 points pour prétendre au niveau standard de l’écorégime (54 €/ha) et 5 points ou plus pour le niveau supérieur (76 €/ha). La grille de notation avantage les fixatrices d’azote (légumineuses et protéagineux), les prairies temporaires et les jachères, en leur attribuant davantage de points. Ainsi, il suffit de 5 ha de légumineuses pour comptabiliser 2 points. À l’inverse les assolements blé-orge-colza apportent moins de points.
Les agriculteurs pourront être confrontés à des impasses dans leur rotation, après deux ou trois ans de protéagineux, en cas de sols pierreux ou de présence d’aphanomyces sur certaines parcelles, met en garde Carine Hardy. Il faudra alors envisager de la jachère ou une autre voie d’accès à l’écorégime.

Sophie Bergot

« Dans l’Eure-et-Loir, en 2020, 3 133 exploitations ont déclaré uniquement des terres arables. D’après nos simulations, 56 % d’entre elles accéderaient à l’écorégime par la voie des “pratiques”, 23 % avec 4 points et 33 % avec 5 points ou plus. Mais 44 % n’y accéderaient pas en l’état actuel de leur assolement et devraient donc le modifier (ou utiliser une autre voie). Pour comptabiliser les points d’un assolement, la chambre met à disposition une “calculette Pac” aux utilisateurs du logiciel “Mes Parcelles”. Ce calcul des points est proposé à tous les agriculteurs, avec une analyse des résultats en rendez-vous individuel ou en collectif avec un conseiller spécialisé en grandes cultures pour optimiser les voies d’accès à l’écorégime. »

Sur terres arables : diversification des cultures, avec des « points » attribués en fonction de l’assolement (4 points pour le niveau standard ; 5 et plus pour le supérieur).
• Sur prairies permanentes (PP) de plus de cinq ans : maintien d’un ratio de PP non labourées à l’échelle de l’exploitation (maintien à 80 % pour le niveau standard ; à 90 % pour le supérieur).
• Sur cultures pérennes (arboriculture, viticulture) : couverture végétale des inter-rangs en herbe ou mulch végétal (à 75 %, soit 3 rangs sur 4 pour le niveau standard ; 95 % pour le supérieur).
Cette page nécessite JavaScript pour être affichée.
JavaScript est activé par défaut dans votre navigateur, mais il semble avoir été désactivé.
Pour l’activer à nouveau, suivez ces instructions, puis actualisez cette page.

source

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE