Diction, visualisation, gestion des émotions… Six conseils pour réussir son grand oral du bac – Le Monde

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




Consulter
le journal
En Chine, le boycott du remboursement des prêts immobiliers inquiète le pouvoir
Amazon remonte les prix de son abonnement Prime en France de 43 % par an et de 17 % par mois
Quand le règlement de copropriété interdit le barbecue… et que la fumée des merguez irrite le voisin
Egalité femmes-hommes : « Pour bien agir contre les discriminations, il faut avoir une vision claire des stéréotypes de genre »
Les voyages en train sont-ils trop chers ?
Internats autochtones : après ses excuses, le Vatican appelé à « ouvrir ses archives »
L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ?
Bientôt des villes fournaises ? Pourquoi tout n’est pas perdu
En Tunisie, l’aventure périlleuse de Kaïs Saïed
« Les drogues de synthèse sont passées de milieux confidentiels à une utilisation plus large »
« Une chose est sûre, les Ukrainiens veulent désormais reconquérir l’Ukraine dans ses frontières de 1991 »
« L’addiction aux jeux vidéo entretenue par des algorithmes mérite l’attention du législateur »
« Destruction Babies », « Sundown », « Un été comme ça »… Les films à l’affiche cette semaine
L’écrivain Michel Schneider est mort
Sur Arte, « Coca-Cola, leader pollueur » interroge la responsabilité de l’entreprise dans la pollution plastique mondiale
Dans l’enquête sur le trafic d’antiquités au Louvre Abu Dhabi, la question centrale des commissions d’acquisition
« Les gens adorent regarder des Russes mourir frappés par des armes américaines. Ça me fait peur. Car dans ces cas-là, on devient comme eux : des barbares »
Luxe, calme et oligarques : en Sardaigne, la côte des Russes
S’aimer comme on se quitte : « J’ai toujours cru que j’aurais le temps de lui dire à quel point je l’aimais »
Trois idées pour cuisiner le melon autrement
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Cinq experts de la prise de parole en public livrent leurs conseils pour l’épreuve du « grand oral » du baccalauréat.
Par
Temps de Lecture 5 min.
LA LISTE DE LA MATINALE
Dédramatisation, exercice de visualisation, de diction, conscientisation de sa gestuelle, maîtrise de l’exposé : cinq experts de la prise de parole en public partagent leurs conseils pour réussir le jour de l’épreuve du grand oral. L’exercice, d’une durée totale de vingt minutes, se compose de trois phases. L’élève de terminale présente d’abord, en cinq minutes, un sujet préparé à l’avance. Puis, durant dix minutes, il répond aux interrogations du jury sur son exposé. Enfin, un temps d’échange de cinq minutes est prévu pour clore la parenthèse oratoire. Cette épreuve, notée sur 20 points, fait partie des cinq épreuves finales du bac et vise à former les élèves à « prendre la parole en public de façon claire et convaincante », selon le ministère de l’éducation nationale.
Dans son ouvrage La parole est un sport de combat (JC Lattès, 2017), l’avocat et professeur d’art oratoire Bertrand Périer définit le trac comme « la contrepartie de notre exigence ». En somme, rien de plus universel. Il révèle à ce propos une anecdote sur l’actrice Sarah Bernhardt. A une comédienne lui assurant n’avoir jamais expérimenté le trac de sa vie, la célébrité parisienne de la Belle Epoque réplique : « Ne vous inquiétez pas, cela viendra avec le talent ! »
Prendre la parole en public, a fortiori au cours d’un examen aussi symbolique que celui du baccalauréat, n’est pas une formalité. Néanmoins, le formateur et spécialiste de la pratique oratoire Olivier Jaoui invite les candidats à « dédramatiser l’exercice ». Dans son ouvrage Mission grand oral (Nathan), l’auteur rappelle qu’il ne faut pas percevoir le jury comme un ennemi. Ce dernier n’attend d’ailleurs pas de vous la perfection, en particulier sur la forme de l’expression orale : « Même s’il reste préférable de s’en passer, les tics de langage et les gestes parasites sont tolérés », rassure l’expert.
A faible intensité, le trac apparaît comme « une forme de respect pour les membres du jury », observe Olivier Jaoui. Au-delà d’un certain degré néanmoins, le stress paralyse. Voix tremblante, trous de mémoire, jambes qui chancellent peuvent ternir ce moment. Si les émotions vous submergent, le mieux à faire reste de les assumer. Verbalisez-les. N’hésitez pas à expliquer aux jurés : « Pardonnez-moi, je suis stressé, je vais reprendre… » Le jury se montrera compréhensif. Exprimer ses émotions, c’est aussi se les approprier et, ainsi, peut-être mieux les contrôler.
Afin d’éviter tout désagrément le jour J, il s’avère utile de s’exercer. Débattez, argumentez, développez vos idées lorsque vous en avez l’occasion, pourvu que l’environnement soit bienveillant. Les spécialistes d’art oratoire s’accordent sur l’outil qu’est la visualisation pour se préparer à l’échéance. L’exercice consiste à se poser dans un lieu calme, puis à visualiser son oral se dérouler favorablement pour vous. « La visualisation contribue à vous faire apprivoiser l’épreuve réelle afin qu’elle devienne familière », explique Martine Guillaud, coach dans la prise de parole en public.
Cyril Delhay, artisan du grand oral du bac et professeur d’art oratoire à Sciences Po Paris, affirme que ce sont les personnes timides et introverties qui obtiennent les progressions les plus spectaculaires en matière d’oralité. La raison ? Elles observent davantage les réactions. « Lorsque vous leur donnez les appuis pour parler, elles ont la parole juste. Pas celle qui tchatche, mais celle tissée dans l’écoute. C’est la meilleure des paroles », soutient le spécialiste, qui revendique avoir accompagné plus de 7 000 personnes dans l’amélioration de leur oralité.
Sauf aménagement spécifique, l’élève de terminale devra discourir debout, lors de la première partie de l’épreuve. Il pourra ensuite s’asseoir, s’il le souhaite, lors des deuxième et troisième temps de l’oral. « C’est un peu intimidant la première fois. Mais lorsque vous avez conscience de vos appuis, vous êtes plus tonique, cela devient plus simple », estime Cyril Delhay.
Olivier Jaoui préconise, lors de cette première phase de l’épreuve, de se « placer au centre de la pièce, à environ 2 mètres du jury ». Nul besoin de déambuler, tournez-vous vers le jury en tâchant de conserver le dos bien droit. Dans la même veine, à propos du langage corporel, gardez à l’esprit que sourire le jour J n’est pas superflu, notamment au moment de préciser les raisons qui vous ont poussé à vous intéresser au sujet choisi. Le regard est tout aussi fondamental. « Porter son regard vers le public, c’est lui rendre hommage, lui signifier que c’est pour lui qu’on parle », écrit Bertrand Périer, dans La parole est un sport de combat. Regardez les deux membres du jury de façon alternative : l’idée est que chacun se sente concerné.
Grattage de cheveux, de nez et tics gestuels en tout genre ne sont pas dramatiques mais à limiter si possible. Martine Guillaud conseille de s’exercer face caméra pour les repérer en se filmant. Au moment de l’épreuve, il est important de ne plus se préoccuper d’aucun tic, qu’il soit gestuel ou langagier. Concentrez-vous seulement sur le contenu de l’exposé et sur vos réponses.
Pour être entendu, encore faut-il être audible. Il importe d’abord de veiller à s’exprimer suffisamment fort. Le rythme ne doit être ni trop rapide ni trop lent. Le trac de l’oral peut conduire subrepticement à accélérer votre débit de parole. Envisagez donc de prononcer les mots moins vite qu’à l’accoutumée.
Songez aussi à bien articuler. Evitez de mâcher les syllabes, prononcez-les en intégralité, quitte à exagérer un brin lors de vos entraînements. Pour vous entraîner avant le grand jour, n’hésitez pas à vous frotter à quelques virelangues, ces phrases ludiques caractérisées par la rudesse de leur prononciation.
La respiration constitue l’un des aspects les plus essentiels d’une prise de parole réussie. Elle déteint sur l’élocution, les intonations, le rythme et même la gestion du stress. Il peut s’avérer utile de réaliser en amont de l’oral certains exercices afin de respirer de manière plus posée, plus calme. Par exemple : inspirer de l’air sur cinq secondes, expirer cet air sur la même durée et renouveler ce cycle pendant trois minutes.
Pensez à ponctuer votre allocution de quelques silences. Ces parenthèses aphoniques vous permettront d’une part de bien respirer et, d’autre part, d’apporter du rythme à votre prestation. « Le silence est la matière première de la parole », glisse Cyril Delhay.
Les spécialistes de la prise de parole en public affirment ici d’une même voix : nul besoin d’apprendre votre exposé par cœur. « Sinon, on perd en authenticité », explique Martine Guillaud. L’ossature des textes – c’est-à-dire le plan, les mots-clés et les enchaînements entre les parties – peut en revanche être apprise par cœur. Olivier Jaoui recommande de mémoriser l’introduction et la conclusion. Pour apprendre, il reste crucial de réviser régulièrement vos textes.
N’hésitez pas à anticiper les interrogations probables pour la troisième partie de l’épreuve, relative au projet d’orientation. Préparez très à l’avance vos réponses à des questions types. Par exemple : quel(s) lien(s) établissez-vous entre votre exposé et votre orientation ? De quelle façon vous êtes vous informé sur cette dernière ? Quels sont vos premiers vœux sur Parcoursup et pourquoi ces choix ?
Le sommeil a une incidence déterminante sur la capacité à mémoriser. Lors de l’endormissement, le cerveau trie les informations et décide de l’utilité ou non pour nous d’imprimer celles-ci dans nos souvenirs.
Avant même le jour de l’épreuve, il est utile de mener un rythme de vie sain. L’activité sportive, les contacts avec autrui et les nouveautés, si banales soient-elles (emprunter un chemin différent pour se rendre au lycée par exemple), sont autant de bonnes actions pour favoriser la mémorisation.
Afin d’être opérationnel le jour J, songez à vous coucher suffisamment tôt la veille. Pour vous dispenser de toute pression inutile, préparez votre tenue vestimentaire. « Evitez les tee-shirts [et] les survêtements », préconise Olivier Jaoui dans son ouvrage. Tâchez d’être élégant sans en faire trop – se vêtir d’un costume cravate ou d’un tailleur n’apparaît pas du tout nécessaire.
Florian Mestres
Contribuer
Dans la même rubrique
Édition du jour
Daté du mercredi 27 juillet
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE