Culture – Haute-Loire : Tamara Ivanda exprime ses joies et ses peines dans des teintes de bleu – La Montagne

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions




Publié le 10/04/2022 à 09h19
Eléonore Solé
En tournant la clé de son atelier à Sainte-Florine, avec quelques minutes d’avance, Tamara Ivanda s’excuse hâtivement de son retard. Le seuil de la porte franchi, son art déborde : ses toiles tapissent les murs, accrochées ou entassées au sol, les pots et autres pinceaux s’accumulent. Chaque recoin est rempli. Et, partout, les couleurs explosent.
« Je viens de m’acheter un grand chevalet pour la première fois de ma vie », commence-t-elle en désignant l’objet entreposé devant la porte. À 45 ans, cette peintre s’exprime mieux dans de grandes oeuvres. Immenses, parfois. Pour une exposition, Tamara devait créer sur deux mètres de longueur. « J’ai fait quatre mètres… Ils n’ont pas pu l’exposer. Mais je ne m’en suis pas rendue compte, j’ai oublié de couper le rouleau ! »
 
Culture - Haute-Loire : Tamara Ivanda exprime ses joies et ses peines dans des teintes de bleu - La MontagneAprès une période en bleu et orange, Tamara est entrée dans une envie de jaune… et de bleu.
 
Lorsqu’elle manie ses pinceaux, souvent imbibés d’acrylique ou de peinture à l’huile, cette maman de deux adolescents entre dans un état second. « C’est un moment méditatif », décrit-elle. Un instant où elle ressent une énergie indescriptible. « Ca vient de l’intérieur. J’arrive à le transcrire à travers la matière, et ça me coupe du monde extérieur. » Cette échappatoire lui octroie un sentiment de liberté, d’autant plus profond qu’elle se laisse submerger par ses émotions. 
Le regard posé sur une toile qui présente moins de courbes que ses voisines, elle commente : « Quand je vois que j’ai fait des piques, je suppose que j’étais en colère. » Ses yeux se posent sur une autre peinture, d’un bleu sombre mais au centre jaune rayonnant, comme une lumière au bout du tunnel. « J’ai fait des carrés, un cercle… Je ne sais pas pourquoi. » Mais ses divagations restent suffisamment contrôlées pour atteindre l’harmonie qui lui plaît.
 
Culture - Haute-Loire : Tamara Ivanda exprime ses joies et ses peines dans des teintes de bleu - La MontagneDe l’obscurité au soleil, cette toile résonne comme la lumière au bout du tunnel.
 
Fille d’une mère peintre et sculptrice, l’altiligérienne originaire de Bourges a toujours baigné dans l’art abstrait. Petite, elle rêve d’entrer aux Beaux-arts. Mais sans son bac, cette possibilité lui file entre les doigts… Officieusement, elle y suit tout de même des cours, mais ce souvenir garde un goût amer. « Pour une fois que j’étais sûre de ce que je voulais… »
L’artiste sort d’autres toiles d’une alcôve. Debout face à elles, elle analyse son propre travail. « J’aime bien aller vers… les taches, en fait. Des formes qui ne veulent pas dire quoi que ce soit, où on est libre d’imaginer ce que l’on veut. »
Son univers, toujours très coloré, évolue par période. Si elle souhaite s’envelopper de douceur, le blanc prédomine. Ces derniers temps, le bleu et le jaune couvrent beaucoup ses oeuvres. Elle y voit l’influence de ses racines, son père étant croate : « Tous les ans, je vais en Croatie. Je me dis que c’est la mer, le bleu, et le soleil en jaune. J’ai besoin de ces couleurs… Ca me réconforte. »
Assise sur une chaise, au milieu de son atelier, Tamara est dos au dessin de l’un de ses fils, suspendu à une corde à linge. Derrière son sourire accueillant, elle enfouit ses souffrances. Car, sept ans auparavant, elle subit un accident de scooter lors de vacances en Thaïlande. Le choc la plonge dans le coma durant dix heures.
 
Culture - Haute-Loire : Tamara Ivanda exprime ses joies et ses peines dans des teintes de bleu - La MontagneDerrière elle, le dessin d’un de ses fils trône suspendu à une corde à linge.
 
Quelques semaines après, de retour de voyage, elle est victime d’un AVC.
« Je suis restée très longtemps paralysée d’une partie du corps. Je ne pouvais plus parler ou tenir un pinceau, confie-t-elle, les larmes aux yeux. J’ai pas mal récupéré, même si j’ai des bugs, mais je n’ai plus les mêmes capacités qu’avant. » 
Tamara recommence à exposer en débutant par la Maison de Mandrin, à Brioude, et en ressort revigorée. « Je n’ai vu que des sourires ! » Étonnée, aussi, puisque certaines de ces peintures étaient imprégnées de sa peine. Ce qui n’a pas échappé à tous les visiteurs : « Un monsieur a écrit un texte sur une de mes toiles. Il a ressenti exactement ce que j’avais ressenti en la peignant. J’en ai pleuré… »
De ce moment sombre de sa vie, Tamara parvient à en tirer de belles choses. En particulier, elle se focalise mieux sur l’essentiel. « C’était comme une renaissance ! J’ai redécouvert l’air qui soufflait sur mon visage, ça paraît débile mais j’ai redécouvert la vie. » Un changement qu’elle observe aussi sur son art : plus épuré, moins cloisonné, dont les spirales s’ouvrent.
 
Culture - Haute-Loire : Tamara Ivanda exprime ses joies et ses peines dans des teintes de bleu - La MontagneChaque recoin est utilisé pour entreposer ses oeuvres.
 
Elle fouille dans ses oeuvres pour montrer ses dires. En leur faisant prendre vie, elle s’évade. « Je me sens moins seule, même si je suis face à moi-même, mais c’est un moment où j’oublie tout ça et où je vais de l’avant. »
Peu sûre d’elle, elle se raccroche à son énergie débordante : de la boxe pour se défouler, du qi gong pour se recentrer, de la danse pour s’exprimer… « J’aimerais mettre une toile par terre et peindre en y mêlant la danse », dit-elle avec les mains. 
Le Printemps des arts 2022 est ouvert
Émerveillée de tout, jusqu’aux gouttes d’eau qui coulent, elle déborde d’idées et de projets. « J’aimerais dire “merde” à tout et passer mon temps à créer ! » Que ce soit pour retranscrire ses peines ou – majoritairement – ses joies.
En raison des ateliers qu’elle donne (voir ci-dessous), Tamara ne dispose que d’une demi-journée par semaine pour ses propres peintures. Cet été, elle participe à sa première exposition en Croatie. Pour l’occasion, elle a investi dans une camionnette jaune. « Je vais au bout de mes rêves », affirme-t-elle, le regard songeur, en soulignant le bouillonnement intérieur qui la suit. Elle le sait : « La peinture rayonne. » Et l’artiste aussi.
Atelier Récré’art – Dans son atelier à Sainte-Florine (salle de la Tour, rue des États-unis) ou ailleurs (écoles, maisons de retraite, associations) Tamara Ivanda partage sa passion avec toutes les personnes désireuses d’apprendre. Contact par mail à ivanda.tamara@orange.fr
Eléonore Solé
Vous pouvez envoyer cet article par email à vos amis.
Soyez le premier à commenter cet article
Gagnez vos places !
Jouez et gagnez vos places pour le match CF63 vs PSG
Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire.

source

https://seo-consult.fr/page/communiquer-en-exprimant-ses-besoins-et-en-controlant-ses-emotions

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE