Communication : comment apprendre 30 langues? – BBC

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle




Par David Robson
Crédit photo, Getty Images
La plupart d'entre nous ont du mal avec les phrases les plus simples – mais cela n'a pas de raison d'être ainsi
Certaines personnes peuvent parler un grand nombre de langues, ce qui peut paraitre invraisemblable. Quels sont leurs secrets et quels enseignements peut-on en tirer ?
Sur un balcon ensoleillé de Berlin, Tim Keeley et Daniel Krasa enchainent les langues comme des balles de pingpong, d’abord allemand, puis hindi, népalais, polonais, croate, mandarin et thaï. Passant de l’une a l’autre autre, ils conversent dans une vingtaine de langues différentes au total.
De retour à l'intérieur, je trouve des petits groupes échangeant des vire langues. D'autres se rassemblent par trois, se préparant à un jeu rapide qui implique l'interprétation simultanée de deux langues différentes.
Cela ressemble à la recette parfaite pour un mal de tête, mais ils sont nonchalants. "C'est une situation assez courante pour nous", me dit une femme appelée Alisa.
Il peut être déjà assez difficile d'apprendre une langue étrangère. Pourtant, je suis ici à Berlin pour le Polyglot Gathering, une réunion d'environ 350 personnes qui parlent plusieurs langues – certaines aussi diverses que le manx, le klingon et le saami, la langue des éleveurs de rennes en Scandinavie.
En effet, une proportion surprenante d'entre eux sont des ‘hyperglottes’, comme Keeley et Krasa, qui peuvent parler au moins 10 langues.
L'un des linguistes les plus compétents que je rencontre ici, Richard Simcott, dirige une équipe de polyglottes dans une entreprise appelée eModeration – et il s’exprime lui-même dans environ 30 langues.
Avec une connaissance modeste de l'italien et un peu de danois rudimentaire, je me sens un peu déplacé parmi les hyperglottes.
Mais ils disent qu’on apprend mieux auprès des plus doués, je suis donc ici pour essayer de découvrir leurs secrets.
Lorsque l'on considère les défis pour le cerveau, il n'est pas étonnant que la plupart d'entre nous trouvent l'apprentissage d'une langue si exigeant.
Nous avons de nombreux systèmes de mémoire différents, et maîtriser une langue différente les requiert tous.
Il y a la mémoire procédurale – la programmation fine des muscles pour perfectionner un accent – ​​et la mémoire déclarative, qui est la capacité de se souvenir des faits (au moins 10 000 nouveaux mots si l'on veut se rapprocher de la fluidité native, sans parler de la grammaire).
Crédit photo, Getty Images
De nombreuses études ont montré qu'être multilingue peut améliorer l'attention et la mémoire, et que cela peut fournir une ‘réserve cognitive’ qui retarde l'apparition de la démence.
De plus, à moins que vous ne vouliez ressembler à un robot bégayant, ces mots et structures doivent arriver au bout de votre langue en une fraction de seconde, ce qui signifie qu'ils doivent être programmés à la fois dans la mémoire ‘explicite’ et ‘implicite’.
Cet entraînement mental difficile s'accompagne toutefois de gros bénéfices ; c'est sans doute le meilleur entraînement cérébral que vous puissiez essayer.
Lire aussi
De nombreuses études ont montré qu'être multilingue peut améliorer l'attention et la mémoire, et que cela peut fournir une ‘réserve cognitive’ qui retarde l'apparition de la démence. En examinant les expériences des immigrants, Ellen Bialystok de l'Université York au Canada a découvert que parler deux langues retardait le diagnostic de démence de cinq ans.
Ceux qui connaissaient trois langues, cependant, ont été diagnostiqués 6,4 ans plus tard que les monolingues, tandis que ceux qui parlaient couramment quatre langues ou plus, bénéficiaient de neuf années supplémentaires de cognition saine.
Ces avantages durables contrastent fortement avec l'échec de la plupart des jeux commerciaux d'’entraînement cérébral’ que vous pouvez télécharger – qui n'offrent généralement pas d'améliorations à long terme de la mémoire ou de l'attention.
Jusqu'à récemment, cependant, de nombreux neuroscientifiques avaient suggéré que la plupart d'entre nous étaient trop vieux pour atteindre une maîtrise comparable à celle d'un natif dans une nouvelle langue ; selon ‘l'hypothèse de la période critique’, il existe une fenêtre étroite pendant l'enfance dans laquelle nous pouvons saisir les nuances d'une nouvelle langue.
Pourtant, les recherches de Bialystok suggèrent que cela a peut-être été exagéré ; plutôt qu'un précipice abrupt, elle a constaté qu'il y a un très léger déclin de nos capacités à mesure que nous vieillissons.
Crédit photo, Getty Images
Si vous voulez rester affûté en vieillessant, apprendre une langue pourrait être le meilleur entraînement neuronal
Certes, bon nombre des hyperglottes que je rencontre à Berlin ont maîtrisé les langues plus tard dans la vie. Keeley a grandi en Floride, où il a été exposé à des locuteurs natifs espagnols à l'école.
Enfant, il avait l'habitude de se brancher sur des stations de radio étrangères, même s'il n'arrivait pas à comprendre un mot.
"C'était comme de la musique pour moi", dit-il. Mais ce n'est qu'à l'âge adulte qu'il a commencé à parcourir le monde, d'abord en Colombie, où il a également étudié le français, l'allemand et le portugais à l'université.
Il s'est ensuite rendu en Suisse et en Europe de l'Est avant de se rendre au Japon. Il parle maintenant au moins 20 langues couramment, presque toutes apprises à l'âge adulte. "L'hypothèse de la période critique est un tas de conneries", dit-il.
La question est de savoir comment les hyperglottes maîtrisent autant de nouvelles langues – et pourrions-nous essayer de les imiter ?
Beaucoup, comme Keeley, sont des globe-trotters qui ont déménagé d'un pays à l'autre, apprenant les langues au fur et à mesure. Il s'agit parfois de s’adapter et de composer avec une réalité.
Pourtant, même avec les meilleures intentions, beaucoup d'entre nous ont du mal à parler une autre langue de manière convaincante.
Keeley, qui écrit actuellement un livre sur les "facteurs sociaux, psychologiques et affectifs pour devenir multilingue", est sceptique sur le fait qu'il s'agit simplement d'une question d'intelligence brute.
"Je ne pense pas que ce soit un facteur majeur, même si cela rend plus rapide la capacité d'analyse", dit-il.
Au lieu de cela, il pense que nous devons regarder au-delà de l'intellect, dans les profondeurs de notre personnalité. La théorie de Keeley est que l'apprentissage d'une nouvelle langue vous amène à réinventer votre sens de vous-même – et les meilleurs linguistes sont particulièrement doués pour adopter de nouvelles identités.
"Vous devenez un caméléon", dit-il.
Les psychologues savent depuis longtemps que les mots que nous prononçons sont liés à notre identité.
C'est un cliché que le français vous rend plus romantique ou que l'italien vous rend plus passionné, mais chaque langue est associée à des normes culturelles qui peuvent affecter votre comportement.
Il est important de noter que diverses études ont montré que les personnes multilingues adoptent souvent des comportements différents selon la langue qu'elles parlent.
Différentes langues peuvent également évoquer différents souvenirs de votre vie – comme l'écrivain Vladimir Nabokov l'a découvert en travaillant sur son autobiographie.
Le locuteur natif du russe a écrit d'abord dans sa deuxième langue, l'anglais, avec une difficulté atroce, constatant que "ma mémoire était adaptée à une tonalité – le russe musicalement réticent, mais elle a été forcée dans une autre tonalité, l'anglais".
Une fois qu'il a finalement été publié, il a décidé de traduire les mémoires dans la langue de son enfance, mais au fur et à mesure que les mots russes affluaient, il a découvert que ses souvenirs commençaient à se déployer avec de nouveaux détails et perspectives.
"Sa version russe différait tellement qu'il a ressenti le besoin de retraduire en anglais", explique Aneta Pavlenko de la Temple University de Philadelphie, dont le livre, The Bilingual Mind, explore bon nombre de ces effets. C'était presque comme si ses moi anglais et russe avaient des passés subtilement différents.
Résister au processus de réinvention peut vous empêcher d'apprendre si bien une autre langue, explique Keeley, professeur de gestion interculturelle à l'Université Kyushu Sangyo au Japon.
Il a récemment mené une enquête auprès de locuteurs chinois apprenant le japonais pour examiner leur "perméabilité de l'ego" – avec des questions telles que "Je trouve qu'il est facile de me mettre à la place des autres et d'imaginer ce qu'ils ressentent" ou "Je peux imiter les autres", et si vous pouvez changer vos opinions en fonction des personnes qui vous entourent.
Crédit photo, Getty Images
Comme il le soupçonnait, les personnes qui obtiennent un score élevé sur ces traits avaient une plus grande maîtrise de leur nouvelle langue.
Il est bien connu que si vous vous identifiez à quelqu'un, vous êtes plus susceptible de l'imiter – un processus qui améliorerait sans effort l'apprentissage des langues.
Mais l'identité adoptée et les souvenirs associés peuvent également vous empêcher de confondre la langue avec votre langue maternelle – en construisant des barrières neuronales entre les langues.
"Il doit y avoir un certain type de foyer dans votre esprit pour chaque langue et culture et les expériences associées, afin que les langues restent actives et ne se mélangent pas toutes", a déclaré Keeley.
"Ce n'est pas seulement le temps passé à apprendre et à utiliser les langues. La qualité du temps, en termes de saillance émotionnelle, est critique". En effet, cela pourrait expliquer pourquoi Keeley a pu basculer si facilement entre ces 20 langues.
De tous les polyglottes, Michael Levi Harris est peut-être celui qui démontre le mieux ces principes. Acteur de formation, Harris a également une connaissance avancée de 10 langues et une compréhension intermédiaire de 12 autres.
Parfois, sa passion l'a mis dans des difficultés. Il a vu une fois une annonce en ligne pour une rencontre maltaise.
En y allant, il espérait trouver un groupe de personnes de Malte, mais il est tombé sur une salle pleine de femmes d'âge moyen et de leurs chiens blancs – une expérience qu'il a récemment relayée dans un court métrage The Hyperglot.
Lorsque je le rencontre dans un café près de la Guildhall School of Music and Drama à Londres, il se glisse sans effort dans un accent anglais plutôt chic bien qu'il soit natif de New York. Ce faisant, toute sa posture change au fur et à mesure qu'il se fond dans le nouveau personnage.
"Je n'essaie pas vraiment de changer consciemment mon caractère ou ma personnalité. Ça arrive, mais je sais que je suis soudainement différent".
Surtout, Harris pense que n'importe qui peut apprendre à adopter une nouvelle peau culturelle de cette manière – et il a quelques conseils pour commencer, basés sur ses expériences d'acteur.
L'important, dit-il, est d'essayer d'imiter sans même considérer l'orthographe des mots.
"Tout le monde peut écouter et répéter", dit-il. Vous pouvez vous retrouver à exagérer, de la même manière qu'un acteur peut être un peu exagéré dans sa performance pour commencer – mais c'est une partie cruciale du processus, dit-il.
"En agissant d'abord, vous allez vraiment à fond, puis le réalisateur dit OK, maintenant atténuez. Et vous faites la même chose avec une langue".
Il suggère également d'examiner attentivement des choses comme les expressions faciales, car elles peuvent être cruciales pour produire les sons. Parler avec des lèvres légèrement boudeuses vous fait instantanément paraître un peu plus français, par exemple.
Enfin, il dit que vous devriez essayer de surmonter la gêne associée à la production de bruits "étranges" – tels que les sons gutturaux en arabe, par exemple.
Crédit photo, Getty Images
"Vous devez comprendre que cela ne nous est pas étranger – quand vous êtes dégoûté, vous dites déjà ‘euh’. Et si vous reconnaissez et donnez à votre subconscient la permission de le faire par la parole, vous pouvez faire le son".
Cela peut sembler un peu idiot, mais le fait est que tout cela devrait vous aider à surmonter vos inhibitions naturelles.
"Tout est lié à l’appropriation de la langue, ce que les acteurs doivent faire pour faire croire au public que ces mots sont les vôtres. Lorsque vous possédez des mots, vous pouvez parler avec plus de confiance, c'est ainsi que les gens s'engageront avec vous".
Même ainsi, la plupart s'accordent à dire qu'il ne faut pas être trop ambitieux, en particulier au début.
"S'il y a un seul facteur qui empêche les gens d'apprendre les langues efficacement, c'est que nous pensons que nous devons être comme des natifs – c'est une norme inaccessible qui nous menace", explique Pavlenko de l'Université Temple.
"La facilité d'expression est ce qui compte le plus pour moi – trouver une meilleure façon de m'exprimer, familièrement".
Dans ce sens, vous devriez également vous entraîner un peu et souvent – ​​peut-être juste pour 15 minutes, quatre fois par jour.
"Je pense que les analogies avec l'exercice sont assez bonnes", déclare Alex Rawlings, qui a développé une série d'ateliers polyglottes avec Richard Simcott pour enseigner leurs techniques.
Même si vous êtes trop occupé ou fatigué pour étudier sérieusement, le simple fait de pratiquer un dialogue ou d'écouter une chanson pop étrangère peut vous aider, dit Simcott.
Au Royaume-Uni, en Australie et aux États-Unis, il est facile de croire que nous n'avons pas besoin de faire cet effort.
En effet, avant de rencontrer les hyperglottes, je m'étais demandé si leur obsession méritait le dur labeur ; peut-être, pensais-je, c'était juste pour se vanter.
Pourtant, tous les hyperglottes que je rencontre sont véritablement enthousiastes à propos des avantages incroyables qui ne peuvent être obtenus que par cette immersion totale dans différentes langues – y compris la possibilité de se faire des amis et des relations, même au-delà des barrières culturelles difficiles.
Harris, par exemple, décrit sa vie à Dubaï. "En tant que personne juive vivant au Moyen-Orient, j'ai été confronté à des défis. Mais il s'avère que l'un de mes meilleurs amis était du Liban", dit-il.
"Et quand je suis parti, il a dit" quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, je ne pensais pas que je pourrais être ami avec toi et maintenant tu pars, je suis désemparé". C'est l'une des choses les plus précieuses pour moi.
Comme me le dit Judith Meyer, qui a organisé le rassemblement à Berlin, elle a vu des Ukrainiens et des Russes, des Israéliens et des Palestiniens converser lors du rassemblement. "Apprendre une autre langue ouvre vraiment de nouveaux mondes".
© 2022 BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes. Découvrez notre approche en matière de liens externes.

source

https://google-adsense.info/gestion-interculturelle

A propos de l'auteur

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Map for 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE